• CHAPITRE 17

    CHAPITRE 17

    APRES-MIDI

    FACULTE D'INGENIERIE 

    K UNIVERSITE

     

    "Rain est encore aux toilettes." se plaignit Mork pendant qu'il attendait Rain sur sa moto, prêt à rentrer chez lui. Il avait dit qu'il devait aller aux toilettes pendant trois minutes mais il avait disparu depuis cinq et il n'était toujours pas revenu. Il y allait toujours avant et après les cours.

    CHAPITRE 2Sun: "Vas-tu t'arrêter au café aujourd'hui?"

    Sun envoya un message LINE pendant que Mork regardait les réseaux sociaux. Depuis le jour où Sun lui avait confessé ses sentiments, l'autre nuit, l'atmosphère entre eux était devenue meilleure. Ils avaient même oublié qu'ils se disputaient souvent, maintenant, ils ne le montraient plus en public.

    Même Rain ne savait rien à propos de ça.

    Mork pensait que c'était aussi bien, il n'était pas prêt à le dire à qui que ce soit car si Rain le savait, il ne pourrait plus lui faire face et il ne savait pas comment lui expliquer. Surtout qu'entre lui et Sun, ce n'était toujours pas clair.

    Il ne voulait pas le dire à Rain pour ne pas être dans une situation gênante avec son  ami. 

    CHAPITRE 2Mork: "Pas sûr encore."

    CHAPITRE 2Sun: "Pourquoi tu n'es pas sûr?"

    Mork savait que Sun l'invitait à venir, si Sun voulait qu'il vienne au café, il lui demanderait comme ça. S'il refusait, Sun inventerait des excuses ou trouverait des justifications au lieu d'exprimer sa véritable intention. C'était une étrange façon de faire mais c'était le style d'approche de l'autre homme. 

    Après s'être ouvert l'un à l'autre, Sun et lui avaient commencé à parler très souvent, ils s'envoyaient des messages sur LINE tous les jours, même si ce n'était pas tout le temps, c'était tous les matins et tous les soirs avant d'aller dormir. Ils ne partageaient pas leurs secrets ou ne flirtaient pas, ils se posaient juste des questions habituelles ou partageaient des histoires banales. Il était d'accord pour commencer à se parler comme ça.

    Si Sun était si gentil et l'attaquait tous les jours ou s'il disait ceci ou cela, il aurait probablement la chair de poule et il ne parlerait pas avec l'autre homme si cette approche ne lui convenait pas.

    CHAPITRE 2Sun: "Juste viens déjà."

    CHAPITRE 2Mork: "Je viens toujours."

    CHAPITRE 2Sun: "Quand?"

    CHAPITRE 2Sun: "???"

    CHAPITRE 2Mork: "Pourquoi?... Pourquoi tu veux que je vienne?"

    Mork gloussa quand il vit que Sun avait lu son message mais n'avait pas répondu et Mork était curieux de savoir comment il allait répondre. Répondrait-il que c'était parce qu'il voulait que Mork vienne?

    CHAPITRE 2Sun: "Tu es tellement bon pour flirter."

    Mais Sun répondit quelque chose qui lui donna chaud et le laissa sans voix. Après s'être calmé, il s'empressa de répondre, mais c'est alors que quelque chose se produisit au même moment, ce qui le rendit encore plus abasourdi. 

    Snatch!

    Le téléphone de Mork fut arraché et jeté au sol. Mork se leva de sa moto et regarda son téléphone brisé au sol, il jeta un coup d'oeil aux personnes qui étaient venu l'embêter, en fronçant les sourcils. 

    "C'est encore toi !"

    Mork ne pouvait pas croire que ces bâtards l'avaient suivi et refusaient de s'arrêter, et pas seulement ça, ils venaient aussi à l'université. Quand mettraient-ils fin à ça?

    Le père de Manao les avait déjà dénoncé à la police, ils n'avaient toujours pas peur?

    "Heureusement, tu te souviens toujours de mon visage alors qu'on ne s’est pas vu depuis plusieurs jours." répondit Ton en souriant. Il mit sa main dans sa poche puis inclina le cou pendant qu'il regardait Mork et qu'il commençait la conversation. "Qui es-tu?"

    "Les gars, vous ne voulez toujours pas mettre fin à ça?"

    "Facile pour toi de dire ça, tu es le seul qui est venu me faire chier en premier, je ne peux pas ignorer ça."

    "Où est ta putain de logique?!" répondit Mork avec frustration. "Regarde ce que tu dis, qui est le premier qui a commencé cette conversation? Tu es le seul qui parle et se comporte comme un déchet de la société. Espèce de merde!"

    "A chaque fois qu'on se rencontre, ce bâtard parle pour rien!" gronda l'un des hommes de Ton.

    "Tu lui donnes une leçon, Ton?" demanda un autre ami qui semblait vouloir commencer la bagarre.

    "Bien sûr! S'il ne meurt pas aujourd'hui, alors je ne rentrerai pas chez moi!" cria Ton.

    Mork ne réagit pas à ses mots, il ne serra que son point quand il entendit les provocations de Ton. Il attendait que les voyous viennent l'attaquer en premier. Cependant, la promesse faite à Sun ressurgit soudain dans son esprit.

    C'est une promesse?

    ...

    Ça ressemble fortement à une promesse.

    ...

    Les hommes ne rompent pas leurs promesses.

    Cette promesse poussa Mork à réprimer sa colère, à la place il regarda Ton de manière meurtrière. Son visage devint rouge, ses yeux brillèrent comme s'il voulait se battre.

    Si ça avait été avant, il était impossible que des personnes comme Mork ne battent en retraite même s'ils se battaient jusqu'à perdre conscience. Son principe c'était " se battre jusqu'à la mort". Il préférait continuer à se battre jusqu'au bout, par fierté plutôt que de céder lâchement ou de s'incliner devant quiconque. 

    Mais aujourd'hui, il ne voulait pas que Sun soit déçu de lui et il ne voulait pas briser sa promesse. 

    Alors Mork décida d'aller contre ses propres principes. Il recula, même s'il ne voulait pas perdre la face pour avoir battu en retraite.  

    Ton refusa encore d'arrêter ce combat facilement, il poursuivit Mork et s'agrippa à son épaule, ce qui le fit se retourner avant de lui arracher rapidement la main. Mork ne put presque pas contenir sa colère quand il vit le sourire triomphant de l'autre homme. Il savait que ce bâtard le regardait de haut, pensait qu'il avait peur et se moquait de lui.

    "As-tu peur?" éclata de rire Ton, "Essaies-tu de fuir?"

    "Tu t'es fait battre la dernière fois, c'est pour ça que tu n'as pas osé revenir."

    Ton et ses amis étaient sarcastiques, Mork serra les poings si fort que ses ongles faillirent lui couper la paume, il serra les dents en essayant de compter d'un à dix mentalement. Il n'avait jamais pensé qu'il serait si difficile de se battre contre lui-même. 

    Une part de lui voulait frapper Ton direct dans la tête, jusqu'à ce que l'autre homme saigne, car il avait le courage de se moquer. Mais une autre part de lui disait d'être patient. S'il ne réagissait pas, les voyous perdraient leur intérêt pour lui et éventuellement le laisseraient seul.

    Mork endura l'humiliation contre cette ordure de Ton, c'était la promesse faite à Sun, il décida finalement de ne pas en endurer davantage, mais deux des amis de Ton lui barraient la route.

    Ils ne voulaient pas le laisser partir aussi facilement, seulement quand il serait mort.

    "Si tu as peur, mets-toi à genoux devant Ton et on te laissera partir."

    "C'est juste! A genoux devant Ton et supplie-le."

    A genoux devant des merdes pareilles?

    Mork était si en colère qu'il faillit se précipiter pour se battre, il n'avait jamais eu peur avant et il ne battrait pas en retraite juste pour une hypothétique peur. La seule chose qui le faisait tenir était la promesse faite à Sun.

    "Je te pensais fort."

    "Lâche!"

    "A genoux devant Ton! A genoux bâtard!"

    Ces mots faisaient souffrir Mork à l'intérieur, il n'arrivait pas à croire qu'il pouvait rester calme face à cette situation. Avant, il n'aurait pas laissé la chance aux gens de se moquer de lui plus de trois phrases.

    "Honnêtement, je voulais te pardonner, mais toi et ton frère m'avaient frappé la dernière fois." dit Ton en marchant vers Mork. Plus il voyait que Mork ne lui répondait pas, plus il était furieux. "Accepte ton sort aujourd'hui."

    Baam!

    Ton fut le premier à donner un coup au visage de Mork, au point que son visage partit sur le côté et que sa bouche saigna. Mork leva la main pour toucher sa blessure puis utilisa le dos de celle-ci pour essuyer le sang, il essaya de rester immobile car il pensait que si Ton le frappait sans qu'il résiste, alors il arrêterait.

    Mais le résultat fut différent de ce que pensait Mork.

    "Il ne se bat pas, il a si peur qu'il a craqué!" rigola Ton en se moquant avant d'attraper le col de Mork, "Je pensais que tu étais plus fort que ça, pourquoi agis-tu comme un lâche?"

    "Il joue peut-être le fort seulement devant les filles."

    Ton poussa Mork avant de lui donner un coup de poing dans la poitrine ce qui le fit saigner de la bouche. Son estomac frappé était meurtri, mais les douleurs physiques qu'il ressentait n’étaient rien en comparaison à l'humiliation vécue.

    BAM!

    Mork rendit les coups, mais ce fut à ce moment-là que les amis de Ton lui capturèrent les bras. Comme il avait reçu de nombreux coups de poing, sa résistance diminua progressivement. Ton en profita pour continuer à lui donner des coups de poing et de pied comme un sac de sable.

    Mork souffrait tellement qu'il tomba par terre. Mais quelle que soit sa souffrance, il ne gémit pas de douleur, ne dit même pas un mot.

    "Laissez-le partir!" ordonna Ton à ses amis, mais pas dans le sens où ils allaient vraiment le laisser partir. 

    Les autres comprenaient ce que voulait dire Ton, ils jetèrent Mork à terre tandis que celui-ci se précipitait et piétinait le jeune homme qui essaya de se couvrir avec ses mains. Ton et ses amis continuèrent à le piétiner sans pitié, comme s'ils laissaient sortir toute la rage accumulée.

    "OHHHH! QU'EST-CE QUE VOUS FAITES A MON AMI?!!!!"

    On pouvait entendre la voix de Rain alors qu'il se précipitait avec ses deux autres amis vers Ton. Ils étaient choqués de voir que Mork était à terre alors qu'il n'avait jamais perdu.

    "Allons-y les gars!" cria Ton à ses amis avant de cracher sur Mork de mépris. Puis il courut vers sa voiture et s'enfuit assez vite pour que Rain ne puisse arriver à le suivre.

    Rain décida de ne pas les poursuivre parce qu'il était inquiet pour son ami qui était couché au sol.

     "Mork! Mork!" appela-t-il son ami mais Mork avait déjà perdu connaisance, "Les mecs, amenons-le à l'hôpital!"

    Rain essaya d'aider Mork à se lever du sol grâce à un de ses amis, tandis que l'autre se précipitait à la recherche d'un taxi. Ils se dépêchèrent d'aller à l'hôpital le plus proche car ils ne savaient pas à quel point Mork était blessé.

    Putain!

    Rain ne pouvait pas se souvenir de la dernière fois où il avait vu Mork dans cette situation. 

                                                    ----------------------------------------------

    BLUE SKY CAFE

    "Pourquoi n'est-il pas encore là?"

    Sun regarda l'heure, il était plus de dix-huit heures mais Mork n'avait toujours pas ramené Rain. Sun se souvenait du dernier message qu'il lui avait envoyé et Mork ne l’avait ni lu ni répondu, si bien qu'il pensait que le jeune homme était en colère contre lui.

    Mais ces messages ne devraient pas le mettre en colère.

    S'ils ne s’étaient plus parlé après ses aveux, Sun n'aurait pas osé envoyer de messages à Mork, mais ils parlaient et rigolaient ensemble et ils étaient encore plus proche. Sun était sûr que le jeune homme n'était pas en colère contre lui au point de ne plus venir au café. De plus, même son frère n'était pas encore là.

    Ou alors quelque chose était arrivé?

    Si seulement Mork n'était pas venu au café, peut-être que c'était à cause de sa colère envers lui ou parce qu'il l'évitait délibérément, mais son frère n'était pas ici.  Sun décida d'appeler Rain immédiatement.

    Mais avant de presser le bouton d'appel, Rain l'appela en premier.

    "Pourquoi tu n'es pas encore à la maison?" demanda Sun d’une voix inquiète.

    "A propos de ça" s'arrêta Rain dans l'incapacité de dire la vérité.

    Mais Rain inquiéta encore plus son frère.

    "Je ne pourrai probablement pas venir t'aider au café aujourd'hui, P'Sun!"

    "Pourquoi? Que s'est-il passé?"

    "Je dois faire quelque chose."

    "Qu'est-ce que c'est? Dis-le moi immédiatement."

    "Là, je m'occupe de Mork à l'hôpital."

    "QUOI?!" cria Sun au téléphone.

    Il avait entendu ce que Rain avait dit mais il était choqué et anxieux. Que diable s'était-il passé? Pourquoi Mork était-il à l'hôpital alors qu'il allait bien ces derniers temps ? Est-ce qu'il s'était encore battu avec quelqu'un? Cette fois, c'était si sérieux, qu'il avait dû aller à l'hôpital. 

    La promesse qu'ils s'étaient faite auparavant ne signifiait-elle rien pour Mork?

    Plus Sun y pensait, plus il se sentait inquiet et en colère parce que Mork refusait de prendre soin de lui, de lui obéir, ne l'écoutait pas et ne respectait pas sa promesse. Sun faisait les cents pas, le visage empli de tension ce qui provoqua également l'agitation de son corps. 

    "Eh bien, Mork est tombé dans une embuscade." tenta d'expliquer Rain calmement, il ne voulait pas que Sun soit plus en colère qu'il ne l'était déjà, "Il est sérieusement blessé donc je l'ai amené à l'hôpital."

    "Quel hôpital?"

    "Hmmm..."

    "Dis-moi!" Sa voix pleine de colère fit céder Rain et finalement, il lui donna le nom de l'hôpital ainsi que le numéro de la salle.

    Sun raccrocha rapidement et informa son personnel, avant de se précipiter hors du café.

    De nombreuses questions apparaissaient dans son esprit. Sun était à la fois en colère et inquiet ce qui le rendit confus. Il ne pouvait pas comprendre pourquoi Mork continuait à se mettre en danger ou à causer des problèmes jusqu'à ce qu'il soit presque mort.

    Tu t'en fous de toi ou quoi?

                                                  --------------------------------------------------

    M HOPITAL

     

    "Comment ça va?"

    Rain s'approcha du lit du patient quand il vit que Mork commençait à reprendre conscience. Quand Mork s'était évanoui un peu plus tôt, il l'avait immédiatement amené à l'hôpital, il était si inquiet, qu'il avait failli s'évanouir lui aussi. 

    Mais heureusement, ses amis lui avaient rappelé de rester fort.

    Dès qu'ils étaient arrivés à l'hôpital, Mork avait immédiatement été emmené aux urgences et le médecin avait rapidement procédé au traitement. Le docteur disait que le corps de Mork avait de mauvaises blessures mais heureusement pas interne, qui auraient pu endommager ses organes. Mais après le réveil du jeune homme, le docteur voulait encore faire des rayons X pour être sûr qu'il allait vraiment bien.

    Rain se sentait soulagé d'entendre que Mork ne soit pas grièvement blessé. Lorsqu'il avait été emmené à l'hôpital, ses amis avaient dû rentrer car leur famille les avait appelés et que Rain s'était porté volontaire pour rester surveiller l'état de Mork. Cependant, Rain n'avait pas encore appelé les parents de Mork parce qu'il voulait consulter son ami en premier. Il avait peur de lui causer des problèmes avec sa famille. 

    "Je ne suis pas encore mort." chuchota Mork.

    "Je peux le voir." Rain se sentit un peu plus soulagé quand il vit que l'autre homme était capable de rire, " Nos amis m'ont aidé à t'amener à l'hôpital, mais avant que tu te réveilles, leurs parents les ont appelés pour qu'ils rentrent."

    "Ok..." Mork hocha la tête  en signe compréhension.

    Il était heureux que son ami ne l'ait pas abandonné, même s'il avait été battu à mort, ils étaient toujours avec lui.

    "Je n'ai pas encore appelé ta famille."

    "C'est bon." se força à sourire Mork. Si ses parents l'avaient vu dans cet état, ils seraient définitivement choqués, "Alors qu'a dit le docteur?"

    "Le docteur a dit que tu devais rester ici pour la nuit parce qu'ils voulaient te garder en observation. Mais je pense que tu devrais appeler tes parents, sinon ils seront inquiets." conseilla Rain. Il savait que les parents de Mork l'aimaient même s'il était un vilain garçon. Mais peu importe, Mork était toujours leur précieux fils, "Et les frais d'hôpitaux étaient assez "bon" aussi?"

    "Attends que j’aille un peu mieux avant que je les appelle. "

    "Cette fois, tu sembles faible, ils vont être vraiment inquiets.”

    Même si Mork ne lui avait pas raconté toute l'histoire, Rain pouvait deviner qui étaient ces gens qui s'étaient rassemblés pour battre son ami. Le père de Manao les avait dénoncés à la police mais ils osaient toujours lui tendre une embuscade.  

    Ce genre de personnes devraient être arrêtées et emprisonnées pour y remédier.

    "Laisse tomber, attends que je me sente mieux puis nous continuerons."

    "Je pense que si tes parents savaient à propos de ça, ils feraient un rapport à la police."

    "C'est la bonne chose à faire. Je les arrêterai avec un rapport cette fois."

    Habituellement, lorsque Mork avait des problèmes avec quelqu'un, il évitait toujours de déposer plainte. Il lui arrivait même de le cacher à ses parents, comme il pensait que c'était des problèmes entre adolescents, il ne voulait pas créer de problèmes plus grave. Mais cette fois, il voulait vraiment qu'ils soient punis.

    "Oui! Frapper ses bâtards n'a pas été suffisant, ils doivent pourrir en prison!"

    "Ton frère ne va pas t'engueuler si tu ne rentres pas à la maison à cette heure? Dépêche-toi." demanda Mork concerné. Il ne voulait pas que Rain se dispute avec Sun et il ne voulait pas non plus qu'il découvre ce qu'il s'était passé aujourd'hui.

    Sun serait vraiment déçu et en colère contre lui car il s'était impliqué dans quelque chose comme ça.

    "Je l'ai déjà appelé et il m'a dit de l'attendre ici."

    "QUOI?"

    "C'est bon, tu dois prendre soin de toi d'abord."

    "Alors...Ton frère a dit quelque chose?"

    "Il n'a rien dit."

    Rain ne voulait pas dire la vraie réaction de Sun, il ne voulait pas que Mork y pense trop. L'état actuel de son ami était déjà sérieux, il devait rester calme, se reposer physiquement et mentalement pour récupérer le plus vite possible. Sinon les parents de Mork seraient inquiets, peut-être s’étaient-ils déjà assez inquiétés.

    "Alors..." demanda Mork à propos de Sun. Il n'eut pas le temps de poser la question avant que la porte de la chambre ne s'ouvre. Les deux amis, silencieux, furent choqués de voir Sun arriver si vite.

    "P'Sun, tu ne t'occupes pas du café?"

    "Tu te sens satisfait de causer encore des problèmes?!"

    Sun ne répondit pas à la question de Rain, à la place, il poussa son jeune frère qui lui bloquait le chemin avant de se diriger vers le lit d'hôpital et de regarder le patient avec colère. Quand il vit l'état de Mork, sa colère et son inquiétude s'accrurent. L'autre homme devait être fou pour se battre jusqu'à être blessé comme ça.

    "Penses-tu aux gens qui s'inquiètent pour toi? Tu te souviens du visage de tes parents? La dernière fois, tu as été blessé par ces personnes, et cette fois tu es à l'hôpital. La prochaine ça sera quoi ? Ton cadavre???"

    "P'Sun! Tu n'as rien de mieux à lui dire? Tu ne vois pas que Mork est blessé?"

    Rain interféra et poussa Sun loin du lit d'hôpital comme s'il avait peur que son frère se précipite et secoue Mork pour soulager sa colère. Mork qui était gravement blessé n'avait plus de force en lui, mais depuis que son frère était arrivé, il n'avait même pas demandé comment le jeune homme allait. Même s'il parlait comme ça sous le coup de la colère, n'était-ce pas un peu trop?

    "C'est parce qu'il est aussi blessé que je dois le dire. Du coup, ton ami apprendra et ne se frottera plus aux autres. J'ai averti ton ami à de nombreuses reprises qu'il devait se calmer, ne pas être trop émotionnel pour régler ses problèmes. Mais regarde-le, il n'écoute jamais!"

    BAM!

    Plus Rain écoutait Sun crier sur Mork, plus il se mettait en colère à s’en faire bouillir le sang. Il poussa son frère afin de l'empêcher d'agir comme un fou et d'être déraisonnable. Rain savait que Sun était inquiet pour son ami, mais n'avait-il rien de mieux à dire que de le blesser ou de le rendre triste. Etait-ce nécessaire que Sun en rajoute alors que le corps de Mork souffrait autant?

    "Si tu ne sais rien alors ferme-la et rentre à la maison !"

    Rain regarda son frère avec des yeux qui étaient prêts à en découdre, il essaya de compter jusqu'à dix, il serra les poings pour réprimer sa colère, même si pendant tout ce temps, c'était lui qui avait abandonné et laissé son frère l'engueuler ou le sermonner, sans se défendre. Mais cette fois, il ne pouvait pas le supporter car Mork s'était retrouvé à l'hôpital comme si tout cela était dû à Sun.

    Rain savait la vérité sur Sun et Mork depuis un moment. 

    Le jour où Mork avait sauvé Manao, Rain s'était également inquiété. Après avoir ramené la moto de Mork à la maison comme Sun le lui avait demandé, il avait appelé Sun. Mais quand il avait appris que son frère n'avait pas ramené Mork chez lui, mais plutôt dans sa maison, il avait dû s'occuper du café avec le personnel avant de rentrer chez lui. 

    Mais il avait été surpris de voir Sun et Mork s'embrasser.

    A ce moment-là, Rain n'avait pas osé bouger car s'il l’avait fait, il aurait causé des problèmes qui l’auraient mis dans une situation embarrassante. Il avait décidé d'observer silencieusement les deux hommes et avait tout entendu. Une chose était sûre, il était capable d'accepter toutes les choses qu'il n'avait jamais connues auparavant, des choses comme le fait que Kao et Pete étaient amants et aussi que Sun et Mork avaient des sentiments l'un pour l'autre.

    Cela incluait aussi la promesse que son ami avait faite à son frère. 

    Rain avait été surpris et ne pouvait pas croire ce qu'il entendait, mais il l'avait accepté. Après tout, Mork était son meilleur ami et Sun son grand frère, il les aimait tellement. Si les deux étaient vraiment amoureux alors, il les féliciterait. 

    Ça n'a pas d'importance qui nous sommes ou quel est notre sexe, car il n'avait aucun préjugé. Mais comme les deux hommes n'étaient pas officiellement ensemble, il essayait de se comporter normalement, d'agir comme d'habitude, comme s’il ne savait encore rien. Il attendait que Sun et Mork lui parlent en premier, jusqu'à aujourd'hui.

    Il y avait seulement trois personnes et Rain savait que son ami pouvait s'en sortir, même si Sun l'aimait vraiment et s'inquiétait pour lui, s'il continuait à le blesser de la sorte, il ne permettrait sûrement pas que ça arrive.

    Même si Sun était son frère!

    "Rain..."

    "Tu n'as plus besoin de t'occuper de Mork. Il a failli se faire tuer parce qu'il ne s'est pas défendu comme il te l'a promis. Alors qu'est-ce que tu fais? Tu n'as même pas demandé comment il allait, tu l'as juste engueulé. Oui, juste ça ! As-tu déjà pensé à ses sentiments?! Tu n'as pas besoin de dire que tu t'inquiètes pour lui, si tu dis que tu es inquiet mais que tu parles comme ça, il vaut mieux que tu arrêtes de t'inquiéter!!" cria de toutes ses forces Rain comme s'il avait atteint ses limites.

    Les mots qui sortirent de sa bouche laissèrent Sun sans voix. Mais même si Sun ne se défendait pas, Rain était toujours aussi en colère. Honnêtement, Rain pensait que son frère était celui qui comprenait le mieux Mork, mais d'après ce qu'il avait vu, il avait de sérieux doutes que cela soit le cas. Sun se comportait comme une personne qui ne pouvait que mettre ses pensées en avant, jugeant les autres sans demander les raisons d'abord, se contentant de crier et ne se souciant pas des sentiments des autres. 

    Dans le passé, Sun n'était pas une bonne personne, c'est vrai qu'il étudiait bien et qu'il était athlétique, mais son comportement faisait souffrir les enseignants car il causait des problèmes. 

    Rain se rappelait quand il était encore au lycée, il avait été malmené par ses amis et Sun venait toujours le sauver. Même jusqu'à ce que leurs parents divorcent, Sun l’avait encore protégé, tellement qu'il était prêt à souffrir pour lui. Un jour, Sun s'était battu avec des gens, qui intimidaient tellement Rain, que le vieil homme avait dû aller à l'hôpital et laisser son frère seul à la maison.

    Ce jours-là, il pleuvait abondamment, toute la maison était dans le noir, Rain avait eu très peur. Quand Sun était rentré, il pleurait à chaudes larmes et ça avait fait comprendre à son frère qu'il avait eu tort de se mettre en danger. Car s'il n’était pas rentré alors Rain aurait été laissé seul, sans personne le protégeant et s’occupant de lui. Par conséquent, depuis l'incident, Sun n'avait plus jamais causé d'ennuis à personne.

    Rain aimait tellement Sun pour l'avoir aimé et pour avoir pris soin de lui comme un père, mais aujourd'hui, il était si en colère contre son frère.

    "TU ES VRAIMENT STUPIDE!"

    Rain ne savait pas quoi dire d'autre, à part cette seule phrase.

     

    CHAPITRE 17


  • Commentaires

    4
    Lundi 1er Juin à 06:27

    Aww, cette fin !! T u T

      • Lundi 1er Juin à 17:53

        Oui, vivement la suite ^^

    3
    Dimanche 31 Mai à 09:11

    Bonjour, la team, 

    C edt vraiment formidable, j attend la suite avec impatience. Vraiment merciiii 

      • Lundi 1er Juin à 17:53

        Coucou Mokanda,

        pour la suite il te faudra patienté jusqu'à samedi yes.

        En attendant, je te souhaite une bonne semaine.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :