• Chapitre 6 : Rencontre

    Chapitre 6 : Rencontre

    "Noh ! Alors comment ça s'est passé, pour la batterie ?!"

    Ouah, génial. Ils m'adorent vraiment. La première chose dont ils me parlent quand ils me voient c'est le fric.

    "Il ne s'est rien passé de particulier. Je suis toujours vivant, mais grièvement blessé. J'essaie toujours d'échapper aux flics. Je pense que je vais aller me réfugier quelque part à Phuket." (1)

    Smack !

    "Abruti. Ce n'est même pas drôle. Je te parle de l'argent pour la batterie, pas de meurtre. Tu devrais faire attention. Tous ceux qui vont à Phuket finissent par se faire choper."

    "Non, ça, c'est à Samed."

    A ce stade, je ne sais plus lequel de nous sort les répliques les plus stupides. J'arrive à leur niveau en riant après que P'Nont m'ait mis une tape derrière le crâne.

    Je balance mon sac (enfin, celui de Phun) sur le canapé qui est à côté du piano et cherche parmi le groupe la personne à l'origine de tout ça, qui essaie d'éviter mon regard.

    Oh, alors il a quand même réalisé ce qu'il a fait.

    "Je...il faut que j'aille aux toilettes."

    Il essaie de s'enfuir ! Il croit vraiment qu'il peut se défiler ?!

    "Tu restes ici, Ngoi ! C'est toi qui a causé ce merdier !"

    Naturellement, ce type n'est pas plus rapide que moi. Il est petit. Je l'attrape par le col avant qu'il ne puisse décamper. Je le traîne au milieu de la salle de notre club pour que sa condamnation soit publique.

    "Cette couille molle est resté tranquillement assis en silence pendant la réunion. Il a laissé p'Aun du club de culture nous prendre notre budget. Qu'est-ce que je devrais faire de lui ?"

    Ah ah, ça y est, les autres membres commencent lentement mais sûrement à s'énerver contre N'goi.

    "Enlevons-lui son short et dessinons-lui un truc sur son engin au marqueur !"

    Il n'y a que Per pour avoir des idées aussi tordues. C'est un tantinet trop flippant. Et puis ce n'est pas comme si je voulais voir l'engin de N'goi.

    "Faisons-lui faire la danse du poulet près du drapeau demain matin !"

    Cette idée-ci a l'air un peu plus marrante.

    "Faisons-lui faire les devoirs de tout le monde jusqu'à la fin du mois !"

    Mais qu'est-ce que ça a à voir avec l'histoire ?!

    "On pourrait l'utiliser comme esclave jusqu'à la fin du semestre. Il devra faire tout ce qu'on lui dit."

    Hum...

    "Bonne idée, Ohm. Ça fait 11 ans que je te connais et c'est la première fois que je suis complètement d'accord avec toi."

    Je lui donne une tape amicale dans le dos. Il me fait d'abord un grand sourire qui disparaît subitement ensuite.

    "Comment tu me vois depuis 11 ans, alors ? "

    "Comme quelqu'un à qui il faut vraiment acheter une muselière."

    Tout le monde commence à rire sauf Ohm vu que je viens de l'insulter.

    "Crétin, tu ferais mieux de faire gaffe. Je vais draguer Yuri la prochaine fois qu'elle me téléphonera."

    "Personne ne t'en empêche. Et j'espère que tu arriveras à tes fins."

    Amen ! Je prie carrément pour qu'il y arrive en fait !

    Ne pensez pas à mal, Yuri est très mignonne et tout mais le fait est que je ne la vois vraiment pas de cette façon-là.

    "Ouais c'est ça, Khun Phaen (2) ! C'est bien de voir comment tu te comportes alors que tu as une jolie fille qui te court après. J'aimerais bien voir ta tête quand elle te jettera."

    "Ah ah...Je suis un vrai Roméo."

    "Tu n'étais pas censé aller voir Nang Wan Thong ? (3) J'ai entendu dire que tu avais une sortie de prévue avec elle..."

    Ce connard ! Depuis quand « Roméo » s'accorde avec « Wan Thong » ? Ah mais oui, je me rappelle maintenant. J'ai dit à Yuri que je resterais au club jusqu'à tard mais en fait je n'ai rien à y faire aujourd'hui. Tout le monde répète la performance de groupe pour le tournoi de foot mais c'est le boulot de Film, pas le mien.

    "Oui, c'est vrai qu'il faut que j'y aille. Au fait, j'ai parlé au secrétariat des étudiants pour le problème des 20 000 baths manquants. Ils s'en occupent, on n'a pas à s'inquiéter...enfin, je crois."

    Alors que je m'apprête à partir, j'entends Ohm qui a décidé de continuer à aboyer.

    "Évidemment, puisque tu as été jusqu'à vendre ton cul à Phun."

    Qui est le connard qui vient de dire ça ? Pourquoi est-ce qu'il continue à me chercher ? Je viens juste de dire que je voulais lui acheter une muselière, peut-être que je devrais vraiment le faire. Je tourne la tête dans tous les sens pour trouver quelque chose à fourrer dans le bouche d'Ohm.

    "C'est vrai, Noh ?!"

    "Si c'était vrai, alors tu serais capable d'accoucher d'un yack, Knott. Quoiqu'il en soit, je me suis occupé du problème de budget. Et c'est tout pour aujourd'hui. Vous n'avez qu'à attendre Film. J'y vais. Ngoi ! Tu restes jusqu'au bout et tu fermes en partant. Si je m'aperçois qu'un truc manque ou a été pété, tu es un homme mort !"

    Je ne peux pas m'empêcher de rire en le voyant pâlir et commencer à suer à grosses gouttes. Je suis vraiment en colère contre lui, ce n'est pas simulé. Mais j'ai quand même envie de jouer un peu avec lui.

    "Allez, bye. On se voit demain." dis-je avant de quitter la pièce.

    -------------------------------------------------

    Finalement, je n'ai pas quitté l'école aussi tard que je l'avais dit à Yuri. Mais ensuite ça m'a pris une plombe d'arriver à la route de Chareon Krung puis en centre-ville jusqu'au Centre Siam à cause des bouchons (je me suis assoupi au moins 10 fois). Le ciel commence à virer à l'orange. Le taxi dans lequel je suis se gare tranquillement juste en face du Centre. Je sors rapidement les billets qui s'accordent avec la couleur de la voiture et les donne au chauffeur avant de percer la foule qui grouille dans la grande rue.

    A vrai dire...il n'est vraiment pas tard. Est-ce que Yuri va se faire des idées si elle me voit arriver si tôt ? Est-ce qu'elle pensera que je me suis dépêché de venir la retrouver parce que je suis fou amoureux d'elle ?! Ça n'a pas vraiment d'importance, finalement. Ce n'est pas comme si j'avais quelque chose à faire en l'attendant. Je ne suis pas du genre à fréquenter ce style de magasins, de toute façon. Je devrais me dépêcher et partir la retrouver comme ça je pourrai la quitter plus tôt et rentrer à la maison pour jouer à la console.

    Je me dépêche alors d'arriver au restaurant Baanying. La voix enthousiaste de l'hôtesse d'accueil me salue à l'entrée. Elle me mène gentiment jusqu'à une table libre.

    Ouais, le service est toujours aussi génial, ici.

    Par contre, la personne que j'attends est probablement assise quelque part au 2ème étage, en train de pouffer de rire.

    "Non merci, je viens retrouver une amie." Dis-je à l'hôtesse avant de la quitter et d'accéder au 2ème étage. Naturellement, ce n'est pas difficile de trouver la table de Yuri vu qu'il y a un gros groupe de filles assises autour d'une longue table en fait composée de plusieurs mises bout à bout.

    Tout le lycée du convent s'est pointé ou quoi ?!

    "Noh ! Tu es en avance !"

    Wan Thong – je veux dire Yuri – me repère illico.

    Elle a des yeux de lynx !

    Je reste planté pendant un moment, me demandant si je dois rejoindre cette vingtaine de filles ou non.

    "Noh ?"

    Minute. Je connais cette voix. Et elle n'est pas féminine. Et si je me rappelle bien, elle appartient à …

    "Oh !"

    Mais qu'est-ce qu'il fiche là lui aussi ?!

    “Pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu venais ici aussi ? On aurait pu faire la route ensemble."

    Et il a le culot de m'adresser la parole. Ça ne suffisait pas, que j'aie dû dormir à côté de toi pendant toute une nuit ? Maintenant, il faut que je tombe sur toi après l'école aussi ? Dans quel temple on est allé accumuler des mérites ensemble, dans une précédente vie ? (4) J'aimerais bien y retourner et tout annuler. Je continue de pester intérieurement en avisant Phun. Je ne suis pas sûr de la tête que je devrais faire : surprise, énervée, ennuyée ? Comment j'ai pu oublier que Yuri et Aim étaient amies ? Et vu que tout le groupe est de sortie, ce n'est pas étonnant que Phun soit là aussi.

    "Noh, viens ici ! J'ai commandé la soupe que tu aimes."

    La voix de Yuri me parvient alors qu'elle est à l'autre bout de la table. Je vois un visage au teint clair me sourire. Je lui souris en retour mais pense en même temps que si je me mets à côté d'elle, ça va être encore pire. Je décide alors de m'asseoir auprès de Phun.

    "Ah ?" lâche-t-il bizarrement.

    "Allez, laisse-moi m'asseoir ici, je flippe, là."

    Je murmure tout en désignant l'autre côté de la table où est assise Yuri du menton. Il y a des tonnes de filles, par-là. Phun rit, trouvant visiblement la situation très distrayante.

    "Je vois, je vois. J'avais peur aussi au départ. Mais je suis content que tu sois là, quand même." Me dit-il gaiement.

    Humph ! Si ce n'était pas un cas d'urgence, je ne serais pas assis à côté de toi à sentir la nervosité me broyer le ventre !

    "Depuis quand vous vous entendez si bien, tous les deux ?"

    Génial. J'avais presque oublié que Phun était venu ici avec sa copine, ce que je réalise en entendant une voix mélancolique provenant de la chaise en face de nous. Donc, je suis en train de me serrer contre le petit ami de quelqu'un d'autre. Ça fait de moi quelqu'un de terrible, non ?

    "Oh, j'avais oublié que tu étais avec ta copine. Je devrais changer de place. Je m'excuse, mec."

    Je ne réponds pas à la question d'Aim (principalement parce que je ne sais pas quoi répondre) et salue rapidement Phun avant de me lever et de me préparer à aller m'asseoir aux côtés de Yuri. Elle continue de me faire signe de venir vers elle. Je me serais exécuté et  je goûterais déjà à ma soupe si Phun ne m'avait pas agrippé le bras.

    "Hé, ne t'en fais pas pour ça. Tu peux rester là si tu ne veux pas aller t'asseoir là-bas."

    Non seulement il m'a arrêté, mais il me tire aussi le bras pour me rasseoir dans la chaise que je viens de quitter. Cela me prend complètement au dépourvu. Yuri continue d'agiter sa main en fronçant les sourcils. Elle est peut-être en colère contre moi.

    Hé, hé. Je ne vais même pas essayer de me racheter, tu es prévenue.

    "Alors l'ami de Phun qui a passé le nuit chez lui c'est toi, Noh ?" Me demande encore la douce voix d'Aim. Je sèche. Je ne sais pas quoi dire. On dirait que j'ai la muselière d'Ohm sur la bouche.

    Bon...Qu'est-ce que je dois répondre ? Ce ne serait pas bizarre si je lui disais la vérité ?

    Je commence à m'inquiéter.

    "Tu vois, il porte toujours mon uniforme. Regarde." Répond Phun à ma place. Non seulement il le fait, mais il passe aussi ses doigts sur le numéro d'étudiant brodé sur ma poitrine.

    Tu n'as pas peur que ta copine trouve ça suspect ou quelque chose ?! Et si quelqu'un découvrait la vraie raison pour laquelle je suis resté dormir chez toi... ? Je préfère ne même pas imaginer l'humiliation !

    Je suis toujours sous le choc alors Phun continue de parler de son uniforme. Puis, j'entends un bruit fort provenant d'une personne s'approchant de moi.

    "Tu es méchant, tu ne veux pas t'asseoir avec moi."

    Il faut vraiment que je trouve un moyen de faire cesser cette folie. Je me gratte la tête, agacé. Non seulement mon ami se comporte comme un connard arrogant avec moi mais en plus maintenant il y a aussi Yuri qui vient de se planter à côté, un sourire sur les lèvres. (Mais qu'est-ce qu'ils me veulent à la fin, putain ?!). Si je pouvais sauter dans mon verre d'eau et m'enfuir à la nage dans l'Océan indien, je le ferais.

    "Eh bien...tu es avec tes amies, je ne voulais pas déranger."

    "Qui te parle de déranger ? Je voulais être assise à côté de toi, Noh. Je ne t'ai pas vu depuis une semaine. Mais je suppose que je pourrais venir m'installer ici, comme ça tu serais à côté de Phun et de moi en même temps, qu'est-ce que tu en penses ?"

    Elle est gentille de me demander, mais elle ne s'intéresse pas à la réponse. Elle retourne à sa place pour récupérer sa chaise. T ___ T

    Donc, c'est à ça que va ressembler ma vie, maintenant.

    "Je ne savais pas que tu voyais Yuri." me chuchote Phun pendant qu'elle s'occupe de sa chaise. Je ne peux que lui renvoyer un sourire sarcastique en réponse. Je préfère faire comme si je n'étais au courant de rien. Je ne suis pas d'humeur à me lancer dans une longue explication. En fait, je n'ai pas envie de donner une image négative de Yuri.

    "J'arrive ! J'arrive ! Pourquoi es-tu tout serré contre Phun ? Viens près de moi, le pauvre. Il doit être ankylosé." Me réprimande Yuri qui revient en courant avec sa chaise et s'assied à côté de moi. Elle frôle même mon épaule.

    Mais...est-ce que je devrais vraiment être assis aussi près d'elle ? -_-'

    "Tout va bien, je ne suis pas ankylosé du tout."

    Ouah, quel gentleman, ce Phun. Je lui jette un regard en biais, mes yeux emplis d'une détestation profonde (même s'il était sympa de me laisser m'asseoir à côté de lui).

    "Non, non, Phun. Viens t'asseoir ici, Noh."

    Yuri ne lâche jamais le morceau.

    Pfff. Et puis faites ce que vous voulez !

    J'ai l'impression qu'ils jouent au tir à la corde, avec moi en guise de corde. Un coup je vais par ici, un coup par là. Je ne peux pas faire grand chose d'autre que lâcher un soupir résigné. Je me lève et m'assieds près de Yuri. Ça a l'air de la rendre très heureuse et elle fait un grand sourire (mais elle sourit toujours comme ça, de toute façon). Puis elle me met un tas de nourriture dans l'assiette.

    "Aaah, j'en ai tellement marre, des gens amoureux. Ils ne se consacrent qu'à l'autre et ignorent totalement les personnes célibataires qui sont aussi à côté d'eux."

    Les blagues de ses amies autour de la table commencent à me faire suer en abondance. Mais ils semblent qu'elles rendent Yuri très contente, elle sourit encore plus largement maintenant.

    "Tu devrais te trouver un copain, alors."

    Mais...il fallait vraiment que tu leur dises ça ? Combien de temps vais-je encore être coincé dans cette situation ? - ___ -

    -------------------------------------------------

    Ça prend beaucoup de temps avant que le groupe de filles ne finisse de manger et de bavasser. Le soleil est couché depuis des heures. Je jette un œil à la fin d'une civilisation qui est en train de se produire autour de cette table. Je ne croyais pas qu'elles seraient capable d'accomplir cet exploit. L'estomac de ces filles est terrifiant. Les serveurs sont déjà venus récupérer quelques plats vides.

    Je quitte le restaurant et longe les boutiques qui sont éclairées d'une lumière brillante. J’arrive finalement à l'arrêt de bus devant le cinéma et aperçois les filles qui traînent sur la route de Payathai.

    "Comment est-ce que tu rentres chez toi, Yuri ? Il est très tard."

    Je lui demande par politesse, comme un bon petit ami (?) se doit de le faire. Elle se retourne vers moi avec un énorme sourire, les yeux scintillants.

    "Tu me déposes, Noh ?"

    Euh...C'est ce que ça voulait dire ?

    Mais comme je l'ai déjà dit, Yuri n'est pas ce type de fille. Elle rit puis ajoute : "Je rigole ! Ne t'inquiète pas, je prends un taxi avec May. On se voit bientôt, hein ?"

    Quel soulagement de l'entendre dire ça ! Je ne suis pas soulagé de ne pas avoir à la déposer mais plutôt parce qu'elle ne rentre pas seule chez elle.

    "Passe-moi un coup de fil quand tu seras rentrée, d'accord ?"

    Je ne suis pas un copain si terrible que ça, vous savez ^_^

    C'est à mon tour de rentrer une fois que tout le monde a embarqué dans un taxi. (Je n'ai pas oublié de prendre une photo du numéro de la licence avec mon portable).

    J'ai à peine le temps de faire deux pas que je rentre dans le type qui a ruiné ma vie jusque là.

    "AH !"

    Peu importe s'il est beau ou non, c'est toujours flippant d'avoir quelqu'un qui se tient silencieusement derrière vous comme ça ! Je l'ai pris pour un fantôme !

    A l'aide, quelqu'un !

    Je lâche un cri sourd quand je le vois. Comme c'est encore plus inquiétant de l'avoir derrière moi qui ne dit pas un mot, je préfère me retourner complètement pour lui faire face.

    "Tu es meilleur petit ami que je ne le pensais, Noh." Dit-il en souriant d'un air suffisant.

    Bizarrement, ça sonne comme un compliment perfide.

    "Qu'est-ce que tu veux dire ?"

    "Pas ce que tu crois. Je voulais dire que tu prends vraiment soin de Yuri. Je pensais que tu étais moins sympa avec elle."

    T'es vraiment en train de t'excuser pour ce que tu as dit, là ? - _-

    "Je suis un mec, je dois veiller sur elle, un peu. C'est naturel, c'est tout. Je croyais que tu allais raccompagner Aim." Lui dis-je alors qu'on prend l'ascenseur pour rejoindre l'arrêt de bus devant le Centre Siam. Évidemment, Phun me suit de près vu qu'on vit dans le même quartier.

    Est-ce que tu pourrais éviter de marcher juste derrière moi ? Tu ne vois pas que ça me fait bizarre ?

    "Normalement, c'est ce que je fais, mais j'ai besoin de t'escorter jusqu'à chez moi, non ?"

    Qu'est-ce qu'il vient de dire, bordel ?

    "Hein ?! Pour quoi faire ?"

    Je suis peut-être ton mec (de nom, seulement) mais on n'est pas mariés et je n'ai pas emménagé chez toi ! Il s'attend à ce que je vienne vivre chez lui, maintenant ?!

    "Tu ne veux pas récupérer ton scooter que tu as laissé chez moi hier ?"

    Ah oui, j'avais presque oublié. Je ne suis vraiment pas en forme, aujourd'hui.

    "Ah oui, il le faut, oui. Pang est chez toi ?"

    Il faut que je sache exactement où se trouve cette source de problèmes ambulante, d'abord.

    "Où est-ce que tu veux qu'elle soit ? Ah ah ah."

    Il rit comme si je lui avais posé une question stupide. Mais c'était vraiment une question stupide.

    Donc d'abord il a fallu que je passe la soirée comme le petit ami de Yuri maintenant il faut que je sois celui de Phun, aussi ?

    Est-ce qu'il y a aura un jour un semblant de libre arbitre dans ma vie ?!

     

     

    (1) Jeu de mots en thaï : les mots pour "argent" et "meurtre" ont une syllabe en commun, d'où la blague de Noh.

    (2) Dans le folklore thaïlandais, nom d'un prisonnier célèbre qui essaie de s'évader de sa captivité.

    (3) Dans la même légende folklorique, nom de l'amie d'enfance de Khun Phaen, dont il est amoureux.

    (4) Sorte de bonnes actions dans le bouddhisme, dont le cumul doit garantir au titulaire une bonne réincarnation.

     

     Chapitre 6 : Rencontre


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :