• Chapitre 4: Crazy, Stupid, Love - 2ème partie

    Chapitre 4: Crazy, Stupid, Love - 2ème partie

    Chapitre 4: Crazy, Stupid, Love - 2ème partie

    La situation du Gang Extrême est critique. Nous disons toujours que les choses seront les mêmes quand nous savons qu'elles ne le seront pas. Nous étions quatre. Maintenant, nous sommes toujours ensemble tous les quatre, ce qui manque, ce sont les lambeaux de sentiments que nous n'avons pas réussi à rassembler le jour où ils ont été déchirés en morceaux, se dispersant dans toutes les directions.

    Khai et moi nous parlons de temps en temps. Nous traînons et allons en classe ensemble, mais avec Bone et Too qui nous suivent à chaque fois. Nous ne passons presque jamais du temps seuls l'un avec l'autre parce que ce serait assez gênant. Ces derniers temps, j'essaie d'éviter cette situation en restant collé à Too comme une sangsue.

    Heureusement, il y a tellement d’activités à la faculté des Arts de la Comm que je n’ai pas le temps de penser à autre chose. La semaine prochaine, il y aura une réunion sur la pièce de théâtre de la fac à laquelle chaque étudiant en Arts de la Comm doit assister. À la fin de ce mois, il y aura un événement pour célébrer le 42e anniversaire de la faculté. Je suppose qu'il y aura tellement de travail que nous n'aurons pas le temps de penser à des choses personnelles.

    Mais pour l’instant, ma vie est tellement dure. Cela fait presque deux semaines que Khai et moi nous ignorons. Avant, quand je me mettais en colère ou que je m'énervais, il essayait de se réconcilier avec moi jusqu'à ce que je lui pardonne. Maintenant, c'est tout le contraire.

    C’est comme si notre amitié était terminée.

    “Tu as quelque chose de prévu après ça?” je demande à Too qui met consciencieusement ses affaires dans son sac. Je me suis rapproché de Too ces derniers temps alors que Khai traîne plus avec Bone.

    “Je vais prendre des photos.”

    “Avec une fille, hein?”

    “Infirmière. Trop mignonne. Je ne peux pas tout gâcher.” Too se redresse, attachant ses cheveux étroitement et habilement.

    “Je ne t’ai jamais vu tout gâcher. Donne moi quelques unes de tes copines.”

    “Pas moyen. On ne joue pas dans la même cour, noob.”

    “D’accord, fous le camp.”

    “Tu veux venir?”

    “Pour être la troisième roue? Amuse-toi bien, mec.”

    “Je te vois dans la chambre ce soir, alors, Mister Third.”

    “Je ne suis pas sûr que tu vas rentrer, connard.” Demain, c’est samedi. Il ne va probablement pas rentrer à la chambre.

    Depuis que j'ai quitté la chambre de Khai ce jour-là, notre gang n'est jamais sorti ensemble le vendredi soir. Nous nous séparons juste après les cours, comme aujourd'hui.

    Je mets tranquillement ma trousse et mes livres dans mon sac. Au bout d'un moment, Bone me touche légèrement l'épaule et me demande.

    “Allons manger.Il y a un nouveau restaurant buffet. Ça a l’air trop booooooon.” Il allonge le mot, essayant de mettre le reste d'entre nous dans l'ambiance. En fait, ça m'intéresse, mais il y a Khai. J'ouvre la bouche, sur le point de refuser, mais Khai parle en même temps.

    “Bone, je ne suis pas libre aujourd’hui.”

    “Où vas-tu, idiot?”

    “Je vais voir quelqu’un.” Khai saisit son sac à dos, le balance sur son épaule et se dépêche de sortir de la classe. Mes yeux suivent son dos jusqu'à ce qu'il soit parti, puis je me tourne vers Bone et secoue la tête.

    “Je vais voir un film aujourd’hui. Allons-y la prochaine fois.”

    “C’est bon. En fait, je ne veux pas y aller, mais dans notre gang, les choses sont devenues un peu bizarre dernièrement, donc je… ne me sens pas si bien à ce propos.” Le visage du type au crâne rasé s'assombrit, mais il ne part pas. Il se laisse tomber sur une chaise à côté de moi.

    “Tu ne vas pas voir ta copine?”

    “Je veux te parler un peu.” Les autres élèves sortent de la classe un par un jusqu'à ce qu'ils soient tous partis et que tout soit complètement silencieux. Il ne reste que moi et Bone assis dans l'amphithéâtre.

    “Quel est le problème?” je demande parce qu’il garde le silence.

    “Pourquoi es-tu en colère contre Khai?”

    “C’est rien. Ne parlons pas de ça.”

    “Es-tu… en colère contre moi aussi?

    “Pourquoi as-tu une telle pensée?” Peu importe à quel point je suis en colère, nous sommes toujours amis, non? Même si c'est Bone qui a suggéré ce plan ridicule à Khai, tout cela ne serait pas arrivé s'il ne l'avait pas suivi, donc je ne sais pas pourquoi je dois être en colère contre Bone. J’ai le sentiment d’être brisé, mon cœur brûle tellement qu’il m’est difficile de rester calme.

    “Si je t’ai fait quelque chose de mal, je suis désolé,” dit-il d’une voix triste, ce qui ne lui ressemble pas du tout. Quatre gars plein de vie peuvent être dramatiquement déprimés dans une journée morose.

    “Qu’est-ce que tu m’as fait?”

    Il soupire, “Je suis juste désolé pour tout. Redevenons comme c’était avant. Le Gang Extrême dans cet état n’est pas cool du tout, merde.”

    “J’essaye. Il est plus de cinq heures maintenant. N’as-tu pas d’endroit où aller?” Je fais semblant de regarder ma montre et de changer de sujet pour que nous n'ayons plus à en parler.

    “Pas aujourd’hui. Je pense que je vais rentrer chez moi pour gagner de l’argent. Tu peux rentrer chez toi tout seul?”

    “Pourquoi es-tu si inquiet pour moi? Je rentre toujours seul.”

    “Tu es celui pour lequel nous sommes le plus inquiet dans notre gang, sinon Khai ne serait pas si inquiet pour toi.” Dès qu'il prononce ce nom, je deviens soudain muet.

    “...”

    “Je pars. À lundi. Je vais extorquer ma mère pendant deux jours.”

    “Ouais, va-t-en.” Je lui fais signe de s’éloigner et le regarde sortir jusqu’à ce qu’il soit parti, me laissant seul dans l'amphithéâtre.

    Inquiet? Huh, ne me fais pas rire!

    Il n’aurait pas agi comme ça s’il avait été inquiet pour moi. Depuis ce jour, il n’y a pas eu un seul jour où Too ne s’est pas plaint à propos de Khai et de ses copines. Il n’a jamais changé, il emmène toujours les filles dans sa chambre et est le même playboy qu’avant. Avec toute cette merde, comment puis-je espérer la sincérité de ces fausses inquiétudes? Impossible.

    Il dit qu’il se soucie de moi pendant qu’il a toutes ces filles dans son lit. Trop drôle.

    D’habitude, je passe la soirée au centre commercial, je me promène et je mange un morceau, puis je passe le temps restant à regarder le film de la dernière séance. Mais aujourd’hui, je dois d’abord rencontrer mes seniors pour discuter des responsabilités de chacun à propos de la pièce de théâtre de la faculté dont nous allons parler avec tout le monde la semaine prochaine.

    J’ai utilisé presque toute mon énergie à essayer de me sortir de cette conversation, puis j’ai mangé un morceau dans un restaurant japonais jusqu’à ce que je sois rassasié, et maintenant j’attends pour regarder un film sur un canapé devant le cinéma à neuf heures et demie.

    Heureusement pour moi, je ne suis pas le genre de personne qui aime manger en regardant un film, donc je n’ai pas à dépenser mon argent en boisson et pop-corn. Je n’aime pas non plus quand il y a trop de bruits qui me dérangent, m’empêchant de me concentrer sur le film. C’est une autre raison pour laquelle j’aime regarder le film de la dernière séance. Il n’y a que quelques personnes, et parfois… il n’y a personne.

    Rrrrr… !

    La sonnerie interrompt mes pensées. Je prends rapidement mon téléphone parce que l’appelant est le propriétaire de la chambre, à qui j’ai demandé un endroit ou dormir.

    “Qu’est-ce qu’il y a?”

    [Je ne rentre pas ce soir.]

    “Tu vas passer la nuit avec une fille, hein?”

    [La proie a mordu à l’hameçon, comment puis-je la laisser partir?] Puisque l’appartement de Too n’a qu’une pièce, et que j’ai emménagé, je me sens mal chaque fois que je le vois prendre une chambre ailleurs pour lui et ses conquêtes, mais il ne s’est jamais plaint et il est heureux de poursuivre ce mode de vie pendant un moment, jusqu’à ce que je puisse oublier Khai.

    “Très bien, comme tu veux.”

    [Tiens-toi bien pendant mon absence.]

    “Parle pour… toi.” Le dernier mot disparaît dans les airs quand quelqu’un attire mon attention.

    C’est clairement Khai.

    Il est ici avec une fille - elle a des cheveux longs et un petit corps, portant l’uniforme de l’université - et ils s’arrêtent au comptoir des snacks et boissons. Je tiens mon téléphone comme ça, marmonnant “hum” et “ah” sans la moindre idée de ce que Too est en train de raconter.

    Je suis nerveux. Je peux seulement prier pour qu’on ne regarde pas le même film. Il ne me voit pas, heureusement, parce qu’ils se dirigent vers la personne qui récupère les tickets après avoir acheté du pop-corn et des boissons, puis ils rentrent à l’intérieur, me laissant assis là, tout seul, avec ma tête baissée.

    Oublier mon meilleur ami dont je suis amoureux n’est pas facile du tout. Deux semaines n’ont pas aidé à diminuer la douleur dans mon cœur. Je ne sais pas combien de temps ça prendra pour que mes blessures soient complètement guéries.

    Le film est sur le point de commencer. J’éteins mon téléphone, me lève, je donne mon ticket à l’ouvreuse et j’entre dans la salle. La lumière est éteinte parce que les bandes annonce ont déjà commencé. J’arrive à mon siège numéroté. Il y a quelques personnes comme d’habitude, moins de dix.

    Un bruit de cliquetis provenant du siège en diagonal par rapport au mien m’agace un peu, mais quand l’hymne royal(1) commence, l’agacement se transforme en douleur qui se répand dans mon cœur.

    Je reconnais trop bien la grande silhouette en face de moi. Bien que je ne puisse voir qu’une partie de son profil, je sais que c’est lui.

    Pourquoi es-tu ici, le jour où je me sens si faible?

    L’hymne se termine, et tout le monde s’assoit. Je suis le seul toujours debout, regardant la grande silhouette qui s’assoit lentement. Nos yeux se croisent pendant une fraction de seconde, et mon monde s’arrête.

    Qu’est-ce qu’il va faire? Me saluer? Me sourire? Me demander pourquoi je suis là ou faire quelque chose pour que je me sente mieux?

    Mais non, rien ne se passe. Nos regards se croisent pendant quelques secondes, puis nous nous détournons l’un de l’autre. Je ne peux m’empêcher de penser… sommes-nous vraiment amis?

    “Hey, assieds-toi s’il te plaît.”

    “Oh, désolé.” Je m’assois à la hâte après avoir entendu la voix de la personne assise derrière.

    Mon cœur bat encore, si fort qu’il noie le bruit croustillant du pop-corn de la personne assise une rangée plus bas. D’habitude, Khai n’aime pas acheter ce genre de chose à manger pendant un film. Peut-être qu’il essaye de plaire à quelqu’un aujourd’hui.

    Le film commence. C’est inhabituel pour une personne qui aime regarder les films comme moi d’être plus concentré sur le siège en face de moi. Je ne peux pas m’empêcher de m’avancer pour les regarder, et je ne comprends pas pourquoi je continue à le faire. Mes yeux se fixent sur sa tête, au dessus du dossier de son siège, observant chaque mouvement. Il se tient bien droit au début, puis s’incline lentement vers la personne à côté de lui.

    Je serre les poings, pour supprimer les sentiments qui m’envahissent, mes ongles enfoncés dans ma peau, ce qui commence à faire mal. Ce n’est pas la première fois que je le vois avec d’autres filles mais la raison pour laquelle ça fait plus mal cette fois c’est que nous ne sommes plus spéciaux l’un pour l’autre, comme nous l’étions avant.

    J’essaye de me ressaisir en regardant l’écran à la place du siège devant moi. Mais pouvez-vous croire que cela ne m'aide pas du tout à me concentrer sur le film ? Mes yeux regardent, mais ma vision est floue. Je me déteste d'être si faible.

    A chaque fois que je les regarde, ils chuchotent et se nourrissent l’un l’autre de pop-corn. Je me sens, pour la première fois, comme la troisième roue. Bizarrement, mon corps me trahit. Je reste assis, sans bouger. C'est deux longues heures qui me donnent l'impression d'être en enfer.

    La force à laquelle je me suis accroché tombe en morceaux. L'espoir de mon amour à sens unique de deux ans et quatre mois s'est éteint en un clin d'œil. Je me creuse les méninges en pensant à ses mauvais points qui m'aideront à l'oublier bientôt, du moins pour l'instant, alors que j'ai à peine la force de contrôler ma respiration.

    “Khai, qu’est-ce que l’actrice principale vient de dire? Je n’ai pas saisi.”J’essaye d’écouter les chuchotements de la fille, curieux.

    Heureusement, il n'y a pas beaucoup de monde ici, et tout le monde est assis séparément, donc ils peuvent chuchoter entre eux sans déranger personne sauf... moi.

    “Elle a dit, ‘Je veux être la première à qui tu envoies des messages ivre.”

    “Quand je suis bourré, je peux t’envoyer des messages?”

    “Bien sûr, tu peux m’envoyer un message à tout moment.”

    Alors que la conversation qui me fait le plus mal se poursuit, mon petit cerveau a enfin trouvé ses prochains défauts…

    Trois, c’est un playboy et un dragueur.

    “On va où après le film?”

    “Tu veux venir dans ma chambre?”

    Quatre, tout le monde n’est qu’un coup d’un soir pour lui.

    “Ok, donc…”

    “Chuuuuuut.” Sa douce voix fait que tout redevient calme. Le seul son vient du film devant nous. Je continue à regarder bien que je ne puisse rien comprendre.

    Eh bien, de quoi parle le film de toute façon? Alors que je regardais et écoutais jusqu’à présent, j’ai trouvé que tout tournait autour de Khai, et finalement, je laisse juste sa vue dominer mes sentiments comme ça.

    Cinq, toutes ses ex sont pénibles.

    En plus de ses anciennes et nouvelles copines qui se battent, elles nous dérangent même nous, ses amis, de sorte que nous n'avons pas le temps de faire autre chose. Le pire, c'est qu'elles m'ont demandé de les aider à se réconcilier avec Khai. S'il s'en était occupé, ses amis n'auraient pas eu autant de problèmes, bien sûr.

    Six, il n’est pas intelligent.

    Ouais, il ne l’est pas, et j’ai été un idiot pendant si longtemps.

    Depuis combien de temps je suis régulièrement blessé? Mon cœur est plein de plaies profondes et béantes, putain.

    Nous ne pouvons même plus être amis, donc après tout, j’ai enduré la douleur pendant si longtemps uniquement pour découvrir plus tard que j’avais tout perdu? Les humains sont bizarres. Nous savons que ça va faire mal mais nous voulons quand même expérimenter l’amour. Quand j’ai rencontré Khai pour la première fois, mon cœur était si obstiné, pensant que ça serait bien si j’apprenais à le connaitre, n’en ayant rien à foutre si ça me faisait mal plus tard.

    Ma patience a traîné pendant des mois, puis des années. Je pouvais tout accepter, même s'il aimait quelqu'un d'autre. Je l'ai vu en couple et rompre avec ses copines encore et encore. Je me suis dit que ça s'arrêterait un jour, et que quand ce jour viendrait, la personne qui se tiendrait à ses côtés serait moi. Quelle pensée pathétique.

    C'est comme si je courais depuis si longtemps, mais il n'y a pas de ligne d'arrivée ni de destination, juste courir comme ça, perdu, continuer jusqu'à ce que je sois vidé de mon énergie et que je décide d'abandonner... et maintenant il est temps.

    La dernière scène est arrivée, je me crispe quand les cheveux noirs sur le dossier du siège commencent à bouger, je ne peux pas m'empêcher de me mordre la lèvre quand je vois ses lèvres toucher celles de la fille.

    Ils s'embrassent, avec un idiot comme moi qui regarde à travers l'espace entre les sièges. Mon cœur bat comme s'il était sur le point d'exploser. C'est un très long baiser, si long que le son commence à sortir, atteignant les oreilles de la personne assise derrière, ce qui me donne envie de pleurer. Même la bande son du film ne parvient pas à guérir mon cœur.

    Tu te souviens de ce jour ? Le jour où tu as dit que tu m'aimais et que j'étais l'un de tes meilleurs amis. Pourquoi choisis-tu de me faire du mal maintenant ? Ma tête est pleine de pourquoi, pourquoi, pourquoi, et pourquoi, même quand le film se termine, ma tête est encore pleine de questions.

    Khai se lève alors que la lumière s'allume. La fille assise à côté de lui se précipite à sa poursuite. A la vue de son dos, je tends la main sans raison, mais son corps continue à s'éloigner.

    Je reste immobile, et avant que je ne m’en rende compte…

    Khai est parti.

    Ma main est suspendue en l'air, puis elle tombe désespérément sur ma cuisse. Le générique de fin à l'écran devient flou, tout comme mon espoir qui s'évanouit. La seule chose qui reste, ce sont des larmes qui coulent sur mes joues.

    A ce moment-là, je réalise une autre vérité…

    Sept, il n’a jamais vraiment aimé quelqu'un.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    (1) “Sansoen Phra Barami”, l'hymne royal de Thaïlande. Il est joué au début de chaque film au cinéma et de la plupart des autres spectacles.

     

    Chapitre 4: Crazy, Stupid, Love - 2ème partie


  • Commentaires

    5
    Jeudi 21 Mai à 18:10

    Bonjour!

    Je m'étais arrêté au prologue et je viens d’enchaîner tous les chapitres! Mon dieu... Kai est vraiment... Baf baf... 

    Je me sens si malheureuse pour Third, et en même temps en colère, à sa place je serais beaucoup moins zen concernant l'attitude de Kai. À sérieux... Mon petit coeur d'artichaut il a mal pour lui. 

    J'ai hâte que l'histoire se développe pour passé à plus de happy happy! 

    Merci pour ces chapitres! J'ai pris beaucoup de plaisir à les lire!

      • Jeudi 21 Mai à 22:33

        De rien, je suis vraiment contente que ça t'ait plu.

        Moi aussi j'ai vraiment hâte d'avancer dans l'histoire pour arriver à des passages plus joyeux.

    4
    Samedi 16 Mai à 21:11

    Je suis si triste pour lui :'( Vivement la suite, que ça s'arrange un peu leur situation :( Merci pour ce nouveau chapitre ;)

      • Lundi 18 Mai à 02:22

        Pareil :/

      • Lundi 18 Mai à 00:58

        Oui, c'est un moment difficile à passer. J'ai hâte d'arriver à des passages plus sympas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :