• Chapitre 4: Crazy, Stupid, Love - 3ème partie

    Chapitre 4: Crazy, Stupid, Love - 3ème partie

    Il est déjà minuit passé. Je sors du cinéma la tête basse après avoir maudit ma vie. Demain, je serai le nouveau Third. Même si je dois pleurer à mort aujourd’hui, je ferai en sorte que ce soit la dernière fois que je pleure pour lui.

    “Third.” Quelqu’un m’appelle après que j’ai fait quelques pas en dehors du cinéma. Dès que je lève les yeux, je vois Bone qui se tient devant moi.

    “Qu’est-ce que-? Bone… pourquoi es-tu ici?” je demande, curieux, en m’essuyant rapidement le visage avec ma manche parce que je ne veux pas me faire prendre.

    “Tu as dit que tu allais voir un film, et j’ai croisé Khai, alors…”

    “Oh, ouais? Il est parti. Je suis sur le point de partir aussi.”

    “Est-ce que ça va?”

    “Bien sûr, le film était bien.” Je ne dis pas un mot de plus alors qu’il m’attire soudainement dans une étreinte si serrée que je peux à peine respirer.

    “Third, je suis désolé.”

    “Hey, c’est pour quoi ça? Haha.”

    “Désolé de t’avoir fait devenir comme ça.”

    “...”

    “Je ne voulais pas te blesser. Je suis vraiment désolé.” Bone ne me lâche pas. Il n’arrête pas de s’excuser jusqu’à ce que je me remette à pleurer.

    “Bone, tu…”

    “Tu m’as entendu ce jour-là, pas vrai?” Comme prévu, Bone connaît enfin la vérité. Je ne sais pas si Too lui a dit ou s’il l’a réalisé lui-même.

    Je ne suis pas en colère contre lui parce qu’il est toujours mon ami quoi qu’il arrive. J’essaye juste d’oublier Khai. Je promets que je serai le même quand je serai prêt.

    “Ouais, j’ai entendu chaque mot, mais c’est du passé.”

    “Je n’en avais aucune idée, putain. C’est ma faute.”

    “...”

    “Si ça doit être la faute de quelqu’un, alors que ce soit la mienne.” J’ai l’impression que mon ami ne m’a pas tourné le dos. Au moins maintenant, Bone commence à se soucier de mes sentiments.

    “J’ai des sentiments pour mon ami. Je le mérite.”

    “Khai t’aime tellement, tu sais.”

    “M’aimer en tant que quoi?”

    Mais qu’est-ce que j’espère? Quelle réponse me satisfera…?

    “En tant qu’ami.”

    “Ou… ouais?”

    “Laisse tout sortir, mec. Je serai toujours avec toi demain.”

    Au moins, Bone m’a ouvert les yeux. Ses bras se resserrent autour de moi, me réconfortant. Quand je me sens si faible comme ça, merci d’être à mes côtés. Je vais pleurer pour Khai juste pour aujourd’hui.

    Demain… je ne pleurerai plus jamais.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    La réunion de la faculté commence le mardi après-midi. Les représentants de chaque spécialité de chaque année s’assoient en ligne dans une grande salle de réunion. Les étudiants sont réunis à une table en forme de U, aucun siège n’est vide. Mes trois amis et moi sommes les représentants des étudiants de troisième année de la spécialité cinéma. Nous devons recueillir les informations et les transmettre aux autres.

    Le célèbre grand événement annuel de la faculté, la pièce de théâtre des Arts de la Comm, est sur le point de commencer. C’est pourquoi nous nous sommes donné beaucoup de mal pour augmenter le budget de la faculté avec les activités lucratives de la kermesse Nitade. Le président de quatrième année, le chef des représentants, nous a réunis aujourd’hui pour nous confier du travail car il va falloir du temps pour se préparer.

    Ce n’est pas facile de produire une pièce de théâtre. Il y a beaucoup d’éléments et de responsabilités: nous devons choisir un régisseur, les équipes des coulisses, des costumiers, des accessoiristes et une équipe des relations publiques. Le chef des représentants a fait une sélection approximative des personnes pour chaque poste, mais rien ne peut se faire si le travail principal n’a pas été fait. C’est l’écriture du scénario.

    Et ceux qui sont responsables de ce travail s’avèrent être les deux autres seniors et moi. Nous en avons déjà parlé brièvement. L’équipe de scénaristes doit écrire un plan de l’intrigue et tous les détails du jeu d’acteur pour la pièce de théâtre. Pour être honnête, ma créativité est à zéro en ce moment, donc toutes les autres équipes doivent me donner le temps de le faire dans… un mois et demi.

    Quelle putain de looooooooongue période.

    Un mois et demi? Moi dans cet état? Juste, tuez-moi.

    Lorsque je sors de la salle de réunion, j’appelle Too pour qu’il me rejoigne à l’extérieur afin de commencer à rédiger un brouillon, bien que je pense que son travail principal portera sur la photographie, puisque le chef de l’équipe de photographes ne cessait de mentionner son nom pendant la réunion.

    Deux heures plus tard, je retourne en voiture à l’appartement, je balance mon sac et me change pour une tenue décontractée, puis je me dirige vers la chambre de Bone comme convenu et je frappe à la porte.

    Toc, toc, toc.

    Il m’ouvre aussitôt la porte, l’air satisfait, et me salue d’une voix qui me donne envie de lui mettre des claques.

    “Quoi de neuf, Monsieur l’Écrivain?”

    “J’allais bien, mais mon cerveau est vide maintenant que je vois ton visage, connard.”

    “Admets simplement que je suis beau.”

    “Tu es pénible. Et quel esprit maléfique t’as possédé pour porter ce short?” Il porte un short de football, mais il est presque déchiré jusqu’au trou du cul.

    “Est-ce que ça me va bien?”

    “Ouais, il est déchiré et éparpillé, tout comme ton cerveau.”

    “Quelle dent veux-tu que j’arrache de ta bouche?”

    “Va faire des blagues ailleurs. Tu me laisses entrer?”

    “Entre.” Une autre personne qui joue à un jeu devant la télévision est Too. Il me fait un sourire rapide puis tourne à nouveau son attention vers le jeu. Et quand Bone s’assied à côté de lui et prend la manette, ces deux enfoirés commencent à s’entretuer comme des fous, me laissant assis tout seul.

    “Eh bien… Où est Khai?” Je ne peux pas m’empêcher de demander. Bone se tourne pour me regarder dans les yeux et se retourne pour se concentrer sur le jeu.

    “Il doit aller quelque part.” Pas besoin de le dire, mais je suppose qu’il voit une nouvelle fille comme d’habitude. J’ai souvent vu de magnifiques filles monter sur sa grande moto, ce qui me rendait aussi inquiet que je le suis maintenant.

    Khai traîne rarement avec nous ces jours-ci. Tout ce qu’il reste du Gang Extrême sont le nom et le pseudo. Nous traînons souvent ensemble tous les trois. Bone est une glue qui retient Khai dans notre gang, mais c’est inutile car nous ne nous sentons plus aussi proches qu’avant.

    “Dis-moi honnêtement, tu lui as pardonné?” continue de demander Bon.

    “Je suis passé à autre chose maintenant. J’essaie simplement… d’être ami avec lui comme avant, mais regarde-le.”

    “Ravi d’entendre ça. Khai agit comme s’il s’en fichait. Il se venge parce que tu ne lui as pas dit pourquoi tu étais en colère contre lui.” Eh bien, ça fonctionne, parce que ça fait tellement mal que je suis à court de mots.

    “Les choses ne seront plus jamais les mêmes si je lui dis.”

    “Je sais.”

    “Vous ne lui en parlerez pas, pas vrai? Ils me regardent tous les deux tranquillement, puis Too parle.”Cela n’a rien à voir avec nous. Je donnerai le droit à celui qui est tombé amoureux de lui de le faire.”

    “Merci.”

    “...”

    “Mais je ne pense pas que ce jour viendra. Encore une année et nous serons diplômés.” Nous serons loin les uns des autres, incapable de nous voir souvent, et, plus important… nous aurons nos propres familles un jour. Khai est peut-être un playboy, mais il va changer un jour, quand il trouvera la bonne fille.

    Quand ce moment arrivera, je veux juste bien m’habiller et assister à son mariage avec un sourire que je n’aurai pas à forcer, ou me tenir à ses côtés en tant que témoin. Il doit y avoir un jour où notre amour signifiera amitié et rien d’autre.

    Je veux toujours être son ami, faire partie de sa vie.

    “Hé, nous allons obtenir notre diplôme, mais notre amitié ne va pas prendre fin. Laisse-moi terminer cette partie et je vais nous chercher des bières.”

    “Tout ce que tu veux. Je me sens seul dans ta chambre.”

    Nous sirotons de la bière dans nos verres et partageons ce qui nous passe par la tête comme d’habitude. Au moins, j’ai ces deux-là pour me relever quand je me sens déprimé. 

    Toc, toc, toc.

    “Qui c’est?” Les coups à la porte ont interrompu notre discussion. Je regarde l’horloge sur le mur. Il est presque 22h maintenant.

    “Ouvre la porte.”

    “Je ne veux pas me lever. Third, vas-y.”

    “Je ne devrais pas être réconforté? J’ai le cœur brisé, enfoiré.” J’ai eu le cœur brisé même si je ne suis jamais sorti avec lui. Bizarre, non?

    “Vas-y. Tu ne vois pas que mon short est déchiré?” Utiliser son short comme une excuse est la chose la plus ridicule qui soit. Je pousse un soupir, me lève et vais directement à la porte.

    Dès que je tourne la poignée, je trouve, debout devant moi, la personne que je veux le moins voir.

    “Khai…”

    “Bone m’a dit de venir. Vous êtes en train de boire?” Bone, espèce de bâtard, enfoiré!

    Je reste juste comme ça, immobile, devant la porte ouverte, regardant la grande silhouette qui rentre à l’intérieur. Ce serait mieux si sa main ne tenait pas le poignet d’une autre personne.

    “Entre. Ce sont mes amis.”

    “Oooooooooooh, magnifique, entrez, entrez.” Le premier qui se lève avec une rapidité agaçante est Too. Il libère de l’espace rapidement et leur dit poliment de s’asseoir sur le canapé.

    “Qu’est-ce qui t’amène?”

    “Bone m’a appelé quand nous venions de terminer notre repas, alors je pensais m’arrêter ici.”

    “ Je vois. Tu bois de la bière?” La junior qui est venue avec Khai secoue la tête et mon ami court partout à la recherche d’eau.

    “Ferme la porte, Third, et viens t’asseoir ici.”

    “Je pense… que je vais partir.”

    “Ah oui? D’accord, tu dois être assez ivre maintenant.” Voyant mon expression sombre, Bone comprend donc il me met un peu dehors, mais Khai intervient.

    “Viens t’asseoir avec nous.”

    J’essaye d’agir aussi normalement que possible en revenant et en m’asseyant avec eux. Heureusement qu’il reste de la bière pour réchauffer mon cœur. Et bien qu’il m’ait dit de rester, il ne m’a pas salué ou dit un seul mot.

    C’est donc reparti pour un silence de mort.

    “Khai, savais-tu que le projet de pièce de théâtre des Arts de la Comm a commencé? Quel poste as-tu en tête?” Bone et Too commencent une conversation à tour de rôle pour améliorer l’ambiance. Je me sens désolé pour eux. Ils essayent si fort.

    “L’assistant réalisateur.”

    “Woooooah, ce poste est pour un étudiant de quatrième année. Ne sois pas stupide.”

    “Je peux m'occuper de l’éclairage et du son.”

    “Ça te va bien. Je veux aussi faire ça, mais Third a le poste le plus dure que quiconque.”

    “Pourquoi?”

    “C’est un scénariste. Il doit réfléchir à qui va finir ensemble.”

    “Pourquoi penses-tu que je vais écrire une histoire d’amour? J’aurais pu si ça avait été avant, mais j’ai perdu foi en l’amour.” Je ne peux pas m’empêcher de lui envoyer une pique. La personne à laquelle j’ai fait référence se tourne vers moi avec un visage impassible.”

    “As-tu déjà eu foi en quelque chose?” me rétorque-t-il.

    “Je ne suis pas comme toi, qui croit en l’amour et couche à droite à gauche comme ça.”

    “Third!”

    “Calmez-vous, les gars, calmez-vous…” crient Too et Bone pour nous empêcher de nous battre. Je ne dis plus rien et je continue à boire tranquillement. Je ne sais pas si c’est la bière que j’ai bu depuis le début de la soirée ou pas qui fait que tout me contrarie, même la douce voix de la junior qui s’est glissée à côté de Khai.

    “Ne bois pas trop, Khai. Je m’inquiète pour toi.”

    “Je ne boirai pas trop.”

    “Et ne fume pas.”

    “D’accord.”

    “Tu es tellement obéissant.”

    “Tu penses qu’il n'est obéissant qu'avec toi?” C’est comme si tout le monde était en mode étourdi. Je ne sais pas pourquoi j’ai laissé échapper ça, mais je l’ai fait.

    “Que veux-tu dire?”

    “Khai se contente de baiser. Il te larguera après t’avoir baisé.”

    “Espèce de salaud!” La grande silhouette s’élance vers moi et saisit le col de ma chemise. Too, qui est assis à côté de nous, est également rapide pour nous séparer et je tombe sur le canapé.

    “Calme-toi, mec. T'es bourré, hein? Retournons dans notre chambre.”

    “Je ne suis pas ivre. Ai-je tort de dire la vérité?” Je perd le contrôle de moi-même. Les sentiments que je retiens dans ma poitrine sont sur le point d’éclater. C’est déjà assez terrible qu’on ne se parle plus, mais ça fait encore plus mal quand il amène quelqu’un ici pour me le renvoyer en plein visage. Je ne peux pas le supporter.

    “Et alors? Au moins, je sais comment aimer quelqu’un, contrairement à toi. Tu es stupide et tellement déraisonnable.”

    “Tu oses dire que ce que tu fais, c’est de l’amour?”

    “Oui, ça l’est. Et je sais à qui je donnerais mon amour, et bien sûr, pas à un ami merdique comme toi.” Son cri résonne dans mes oreilles alors que je suis poussé si fort que je titube. La première larme tombe au sol. Je regarde vers le bas jusqu’à ce que les deuxième et troisième larmes tombent en continu.

    Too essaye de me redresser, mais mon corps n’a pas la force de se lever. Je m’assois juste là, regardant le sol la bouche fermée.

    “Khai, Third est ivre. Ne prends pas à cœur ce qu’il a dit.”

    “Sa bouche mériterait des claques quand il est ivre.”

    “Fais un peu attention à ses sentiments. Ça a été beaucoup pour lui ces derniers temps.”

    “Pourquoi je devrais me soucier de lui alors qu’il n’est pas ma petite amie?!”

    “Hey, tu peux lui parler gentiment.”

    “Je lui parlerai gentiment quand il s’allongera pour que je le baise. Tu es content maintenant?!!!”

    BAM!!!

    Le son de deux choses dures entrant en collision explose. La situation a empiré lorsque Bone s’est précipité et a frappé cet idiot grossier si fort qu’il est tombé. Heureusement, Too les sépare rapidement, donc ça se termine avec un seul coup de poing.

    “Khai, c’est ton ami, l’ami qui t’aime.”

    “...”

    “Third est… Il…”

    “Bone, ça suffit.” J’empêche Bone d’en dire plus, bien que mes larmes ne semblent pas cesser de tomber.

    Khai et moi, c’est impossible. Ce beau visage me regarde, mais ma vision de lui est trop floue. Je ne peux plus le voir clairement d’où je suis.

    “Je suis… désolé. Tout est de ma faute,” dis-je, et j’essaye de me lever.

    Pour protéger notre amitié, je dois garder ces sentiments pour moi pour toujours… 

     

    Chapitre 4: Crazy, Stupid, Love - 3ème partie


  • Commentaires

    2
    Samedi 30 Mai à 20:28

    Merci pour cette suite !
    Je suis aussi triste que pendant le visionnage de la série :'( C'est vraiment super dur pour Third :'(

      • Jeudi 4 Juin à 09:14

        De rien. C'est vrai, les émotions sont les mêmes que pendant la série. J'ai vraiment hâte que ça s'améliore.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :