• Chapitre 29 : Ce Su Xiaomi a besoin d’une leçon

    Chapitre 29 : Ce Su Xiaomi a besoin d’une leçon

    "Non! Je ne veux pas !"

    XiaoMi étreignait la télé en pleurant bruyamment.

    “Je te demande de rester avec moi, ce n’est pas pour que tu le passes tranquillement. Repars !”

    YanYan essaya de tirer XiaoMi par derrière. Tant bien que mal, car XiaoMi enlaçait le téléviseur tellement fort qu’il faillit tomber du mur.

    "Au moins, laisse-moi finir de regarder le dernier épisode."

    “Tu ferais mieux de tenir parole. Hier, j’ai fait semblant de ne pas voir que tu regardais la télé, pensant que je devrais te laisser te reposer un moment, mais qui sait ce que tu oses regarder pendant la nuit !”

    XiaoMi étreignit encore la télévision. "S’il te plaît un peu plus ! Ils ne sont pas encore ensemble.”

    "Tu me forces à..."

    YanYan se déplaça vers XiaoMi et commença à chatouiller une zone sensible. XiaoMi commença à rire. Il tourna à gauche, à droite et rit plus fort. Enfin, il n’eut plus aucune force pour étreindre la télé et lâcha prise.

    "Arrête de me chatouiller! Arrête...haha. .ha.."

     

    YanYan se pencha et porta XiaoMi par dessus son épaule, la tête de XiaoMi était à l’envers en face du dos de YanYan.

    “Maître ! Ne me vendez pas au bordel, j’ai perdu ma virginité, je ne vaux pas beaucoup d’argent ! Maître, s’il vous plaît, lâchez-moi ! Cet endroit est horrible. J’ai peur du noir."

    "Tu veux toujours jouer."

    Parce que YanYan voyat que XiaoMi était allé trop loin, avec une nuit à regarder la télévision alors que son livre était toujours à la page 10, comme trois jours auparavant…. YanYan décida que XiaoMi devait apprendre une leçon. En effet, il prenait les choses pour acquises et cela empirait. Il s’efforçait de l’aider à s’améliorer... mais ce XiaoMi ne prenait pas les choses au sérieux. Une fois, ce fut le miroir du diable, ensuite ce fut la leçon de danse, puis ce fut le régime, il ne voyait pas comment il se sacrifiait pour l’aider.

    XiaoMi fut jeté sur la chaise de la salle d’étude. Il tenait ses vêtements.

    "Non, s’il te plaît, si la maîtresse nous voit, ce ne sera pas bon !"

    Ce jeu provoqua encore plus de colère pour YanYan.

    "Je pense que tout ce temps, j’ai dû trop te dorloter !"

    YanYan marcha vers sa chambre et XiaoMi pensa à une scène qui le fit rougir. Il devina que si YanYan était allé dans la chambre, c’était pour aller chercher le petit lubrifiant. C’est ainsi que XiaoMi appelait le lubrifiant. Il rougit. Auparavant, ils l’avaient fait dans le salon, maintenant dans la salle d’étude ? La prochaine fois peut-être dans la cuisine… Hahaha. Ce YanYan était vraiment quelque chose… Pendant qu’il rêvait… YanYan était revenu. Sa main ne tenait pas le petit lubrifiant, mais quatre cravates. Il saisit XiaoMi et l’attacha sur la chaise, dos à YanYan. Il commença à lutter, essayant de se tourner et demanda.

    "Qu’est-ce que tu fais ? Qu’est-ce que tu fais ? Qu’est-ce que tu fais ?"

    Quand XiaoMi devenait anxieux, il répétait habituellement ses mots.

    YanYan ne répondit pas, et il défit le pantalon de XiaoMi qui glissa jusqu’aux chevilles. Le beau cul de XiaoMi était tout ce qui restait à voir.

    "Je pars tout de suite, vraiment, je ne le referai jamais !"

    XiaoMi comprenait maintenant que YanYan ne jouait pas aux préliminaires. Il était en colère. Il réalisa que les choses étaient devenues sérieuses.

    "Tu penses vraiment que je vais te croire cette fois ?" YanYan donna une grosse fessée à XiaoMi.

    “Ça fait mal ! Tu dois me croire, cette fois!” Cria XiaoMi.

     

    "Pourquoi je ferais ça ? Pour qui ?" Une autre claque sur ses fesses.

    "Moi. Pour moi ! C’est ma faute.. Ma faute"

    “Tu sais que tu as tort, que tu es mauvais… Est ce que tu mérites une fessée ?” Une autre fessée.

    “Wah !!! Tu es une personne intelligente, ne comprends-tu pas que la violence ne résout pas les problèmes ?”

    Les fesses de XiaoMi étaient déjà rouges, mais cette fois YanYan ne serait pas raisonnable.

    "Es-tu d’accord pour que je te donne une fessée ?" Un autre coup sur le cul.

    "Pas d’accord! Comment peux-tu ! Comment peux-tu ! Comment peux-tu !"

    Et une autre fessée sur le cul.

    “D’accord. Je suis d’accord. J’accepte. Quoi que tu fasses, j’accepte.”

    "Est-ce que ton cœur le pense aussi ou c’est seulement ta bouche qui le dit ?" Une fessée.

    "Ce sont mes fesses qui sont le plus d’accord."

    "Veux-tu être un bon garçon et m’écouter dans le futur ?" Une autre fessée.

    “Oui, oui. Crois en ma sincérité.”

    Alors qu’il luttait, XiaoMi commença à ressentir une douleur aiguë à l’estomac. Lentement, elle se transforma en quelque chose de très douloureux.

    "Yan... mon estomac, j’ai mal..."

    XiaoMi se mordit la lèvre inférieure. YanYan marcha pour faire face à XiaoMi, celui-ci leva les yeux, il regrettait de toujours jouer devant YanYan. Si cette fois, YanYan pensait qu’il jouait, que devait-il faire ? Mais XiaoMi s’inquiétait trop, il ne savait pas à quel point YanYan le comprenait et était observateur. En voyant l’expression de XiaoMi, YanYan défit ses liens.

    "Qu’est-ce qui ne va pas ?"

    XiaoMi tenait fermement la chemise de YanYan, il avait des sueurs froides partout.

    "Mon estomac...très douloureux."

    YanYan aida XiaoMi à remettre son pantalon puis le porta jusqu’à la porte.

    ---------------------------------------

    A l’hôpital, le médecin qui portait des lunettes, jeta un oeil attentif au rapport sur l’état de XiaoMi. Puis il regarda XiaoMi qui se sentait déjà mieux après avoir pris des médicaments.

    "Qu’avez-vous vraiment mangé ?"

    XiaoMi réfléchit un instant "J’ai mangé comme d’habitude. Des choses normales."

    "Il a mangé une quantité énorme de chocolat qui pourrait tuer un homme." Ajouta froidement YanYan.

    "Rien d’étonnant, si vous mangez trop de ces choses, cela peut causer des troubles digestifs, comme des troubles gastriques, des reflux, des brûlures d’estomac et de la constipation."

    "Je peux guérir ?" Demanda XiaoMi anxieusement.

    Le docteur sourit. “Vous irez mieux après quelques médicaments."

    YanYan revint avec les médicaments et ramena XiaoMi à la maison.

    -------------------------------------------------------

    Allongé sur le lit, XiaoMi se plaignait de fatigue et de douleur.

    "Ah... Je suis maintenant un patient... Mais tu m’as quand même donné une fessée."

    YanYan lui passa un verre d’eau et s’assit à côté de lui.

    "Tu crois que je suis quoi... tu n’as pas entendu ce que j’ai dit ?"

    "Tu cries encore sur le malade..." XiaoMi frotta son ventre.

    "J’attendrai que tu te remettes, alors tu verras. Aujourd’hui je te laisse partir."

    Quand il entendit ça, XiaoMi fut râvi ! Il roula sur le lit, fit des grimaces à YanYan. Il tira la langue et mit ses fesses face à YanYan, puis il utilisa sa main pour se donner une fessée.

    "Viens, frappe-moi, frappe-moi, frappe-moi."

    XiaoMi sembla se transformer en roi à cause de la maladie. YanYan ne pouvait plus le frapper.

    YanYan tint son poing serré, alors que XiaoMi continuait à se donner une fessée.

    "Pourquoi tu ne me frappes pas comment avant ? Maintenant que je te laisse frapper, pourquoi tu ne me frappes pas ?”

    XiaoMi ne remarqua absolument pas l’expression de YanYan.

    "Tu t’es tellement emporté avec la fessée tout à l’heure, pourquoi ne pas le faire maintenant ?"

    XiaoMi s’emporta. YanYan, s’approcha, se mordit la lèvre et dit :

    "Je vois que tu as déjà bien récupéré."

    YanYan se jeta sur XiaoMi, et chuta sur le lit. YanYan se pressa contre XiaoMi, une de ses mains tenant la main de XiaoMi au dessus de sa tête. Puis avec son autre main, il donna une grosse claque à ce gros cul de XiaoMi. Ce dernier pleura bruyamment !

    "Putain ! N’es-tu pas humain ! Tu frappes même une personne malade !"

     

    Chapitre 29 : Ce Su Xiaomi a besoin d’une leçon


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :