• CHAPITRE 24

    CHAPITRE 24

     

    “Il y a un problème ici ?” demanda le videur qui avait été attiré par la dispute.

    “Rien. C’est un malentendu.” réagit Sun alors que Mork essayait de se reprendre. 

    Mais ces réponses ne pouvaient pas convaincre le videur. 

    “Vraiment. Il ne s’est rien passé.”

    “Arrêtez de vous disputer, s’il vous plaît.”

    Le videur partit immédiatement quand il vit que Sun et Mork s’étaient calmés. Mork examina la blessure et sortit avec Sun sans se soucier de ses amis. Plus tard, ils se demanderaient où il avait pu disparaître. Mais, pour l’instant, il était préoccupé par l’état de Sun, ses amis pouvaient l’appeler plus tard. 

    “Où va t-on ?”

    “Allons-nous continuer notre discussion?”

    Mork regarda Sun avec sérieux, il ne savait pas si Sun ressentait la douleur alors qu’il était blessé. 

    “Alors continuons jusqu’à ce que tu meures d’une hémorragie dans le bar.”

    Sun voulait engueuler Mork qui ne l’écoutait pas. Ils quittèrent le bar sans être aperçu par les clients ivres. 

    “Donne-moi les clés de la voiture.” demanda Mork en tendant la main, en arrivant sur le parking. 

    Il avait prévu de boire et de se saouler avec ses amis donc il n’avait pas apporté sa moto. Il pouvait donc amener Sun chez lui sans avoir à revenir demain pour la récupérer.

    “Tu peux conduire?”

    “J’ai juste bu quelques verres. Donne-moi les clés. Dépêche !”

    Sun chercha les clés et les lui donna. Bien que Mork semblait en colère, Sun pouvait voir que le jeune homme était vraiment inquiet pour lui. Sinon, Mork ne lui aurait pas parlé ou ne se serait pas laisser approcher. Alors que Mork le traînait par la main, Sun pensa que c’était une récompense après ses souffrances. 

    “Où es-tu garé?”

    “Là.” montra Sun.

    Mork le suivit avant d’appuyer sur la télécommande pour déverrouiller la voiture et ouvrit la portière du côté conducteur, pendant que Sun s’asseyait sur le siège passager.

    “T’es sûr que tu peux conduire? Sinon je le fais.” s’inquiéta Sun. 

    Il avait peur que Mork ne sache pas conduire et provoque un accident. Il ne serait pas le seul à être blessé. 

    “J’ai mon permis de conduire.” annonça Mork soulageant Sun. Il avait peu de voitures chez lui, mais il en avait une similaire à celle de Sun qu’il conduisait parfois.

    “Peux-tu nettoyer le sang et trouver quelque chose pour le couvrir?” soupira Mork en regardant Sun faire abstraction du sang qui coulait sur son visage et son cou.

    Mork tendit la main et sortit des mouchoirs pour le vieil homme. 

    “Oh! S’il te plaît, sois doux.” se plaignit Sun.

    “Ne me dis pas ce que je dois faire.” répondit Mork férocement. 

    Mork arrêta le sang de Sun en faisant pression avec sa main sur la blessure obligeant Sun a froncer les sourcils sans oser parler. En le voyant, Mork se sentit soulagé et calmé.

    En fait, Mork regrettait d’avoir blessé Sun.

    “Continue à faire pression ici.”

    Après avoir nettoyé le sang, Mork répéta ces mots à voix haute avant de démarrer la voiture et de quitter le parking. Mork était toujours en colère contre Sun mais en le voyant blessé, le jeune homme s’était ramolli et était venu le sauver. Il avait toujours été comme ça, mais il n’aimait pas que Sun lui parle durement. Il semblait que l’autre homme ne ressentait rien pour lui. 

    Ce petit dur à cuire…

    MAISON DE RAIN ET SUN

    Mork voulait emmener Sun voir un médecin mais à cette heure-ci, il n’y avait pas de cabinet ouvert. C’est en sachant cela que Sun lui avait dit que sa blessure n’était pas profonde, qu’il pouvait rentrer chez lui et la panser seul, Mork le reconduisit alors chez lui. En arrivant chez Sun, ils virent que la maison était calme, Rain ne se souciait pas de savoir si son frère et son meilleur ami avait résolu leurs problèmes, il était déjà perdu dans un profond sommeil.

    “Tu dois nettoyer ma blessure, Rain doit dormir.” dit Sun après que Mork se soit garé. 

    Comme Mork avait peur que l’autre homme conduise, il l’avait ramené mais il rentrait chez lui immédiatement après. Honnêtement, il n’était pas inquiet pour sa blessure, il était inquiet de ne pas pouvoir résoudre le problème entre eux. 

    Si Mork rentrait chez lui, il ne savait pas quand ils pourraient de nouveau se voir alors que le jeune homme l’éviterait délibérément. Quoi qu’il en soit, Sun devait parler à Mork ce soir et ils ne devaient pas se disputer cette fois. 

    “Tu es si exigeant.”

    “Tu sais que je suis blessé, ne sois pas cruel.”

    “Tu n’as pas mal, tu es le genre de type froid.”

    Sun sortit de la voiture en cachant son sourire diabolique. Mork était dur avec lui mais c’était probablement à cause de son inquiétude. Ils entrèrent dans la maison tranquillement de peur de réveiller Rain. 

    “Va prendre une douche. Je vais chercher la trousse de premiers secours.”

    “Elle est sur cette étagère.” dit Sun en montrant l’étagère de rangement derrière Mork. Celui-ci hocha la tête en signe compréhension. 

    En montant à l’étage pour prendre un bain, Sun n’oublia pas de se regarder dans le miroir pour vérifier que la blessure n’était pas profonde. Il fut soulagé en voyant qu’il n’avait pas besoin de points de sutures. Il prit sa douche puis enfila un pantalon noir et un t-shirt confortable. En descendant les escaliers, il vit Mork attendre dans le salon en regardant la télévision. 

    “Tu as l’air si détendu.”

    Mork croisa les bras au moment où Sun s’assit à côté de lui, il le regarda agiter ses cheveux. Le parfum rafraîchissant de Sun faisait battre son coeur étrangement…

    Ne pas trop réfléchir...

    Mork se dit qu’il fallait qu’il se calme. 

    “Tu me félicites ou tu me critiques? 

    “Te féliciter ? Tu peux sembler calme même si tu es blessé, ne crie pas quand je nettoierai ta blessure plus tard.”

    “Je ne vais pas pleurer.”

    “Je te préviens, plus tu pleures plus ma main sera dure.”

    Mork prit la boîte de soin puis commença à nettoyer la blessure avec de l’alcool. Cela mit Sun mal à l’aise, il ne s’attendait pas à ce qu’une personne musclée comme Mork soit aussi douce qu’une infirmière. 

    “Ne bouge pas.” dit doucement Mork en nettoyant la blessure avec un bout de coton alors que le corps de Sun bougeait comme s’il était effrayé et confus. “Je dois le faire le plus vite possible pour pouvoir rentrer chez moi.”

    “Il est déjà tard, tu peux rester ici.”

    “Non.”

    “Pourquoi? De quoi as-tu peur? Tu restais souvent ici avant. Ohhhh!!!”

    Mork appuya fortement sur la blessure de Sun quand il le vit lui faire un clin d’oeil. Sun fronça les sourcils et cria. Mork avait peur que Sun réveille Rain et ne l’engueule pour avoir perturbé ses rêves. Sun regarda Mork et fut confus, le jeune homme n’avait jamais été gentil avec lui, il l’avait frappé, le poussant au point qu’il avait heurté l’étagère et qu’il avait été blessé. Mork s’intéressait à lui ou voulait-il le tuer?

    “Sois gentil avec moi, si je meurs en premier, tu n’auras personne avec qui te disputer.”

    “Je peux trouver quelqu’un d’autre.”

    “Mork…”

    “Mais un vieil homme rusé comme toi ne mourra pas facilement, n’est-ce pas?”

    Sun regarda Mork se moquer de lui mais il n’avait pas l’intention de répondre à ses mots. Ses yeux regardaient le jeune homme comme pour dire qu’un jour il devra retirer ses propos. Mork tombera amoureux d’un vieil homme comme lui !

    “Pas besoin de me regarder.” dit Mork à voix haute.

    “Où dois-je regarder alors?” demanda Sun en plaisantant. Son regard se déplaça, ce qui donna la chair de poule à Mork, “Mais…” dit Sun en continuant à l’observer “c’est aussi bon de le regarder.”

    “Ne perds pas ton temps P’Sun. Je n’ai pas encore fini de te soigner.” dit Mork en modifiant sa voix pour qu’elle soit intimidante. 

    Honnêtement, il voulait être aussi froid qu’avant mais alors qu’il était assis à côté de Sun, celui-ci lui montrait de l’affection à travers ses yeux au point de l’affecter. Mork était incapable de contrôler ses émotions, son visage brûlait, son coeur battait si vite que c’était presque insupportable. C’était pour cette raison qu’il ne pouvait pas être près de Sun. Chaque fois qu’il était gêné, il était difficile de le déchiffrer. Personne ne lui avait fait perdre le contrôle comme ça. 

    “Nettoyer ma blessure comme ça, m’a fait me souvenir de cette nuit-là.”

    “Je ne me souviens pas.” nia Mork. 

    Comment pouvait-il ne pas se souvenir… ce jour-là, il avait été battu, Sun avait nettoyé sa blessure puis lui avait avoué ses sentiments avant de l’embrasser et de le laisser pantelant pendant plusieurs jours. 

    “C’était ton premier baiser ?” demanda Sun en riant. 

    “Ridicule. Qui aurait reçu son premier baiser à cet âge ? J’avais quatorze ans la première fois.”

    “Vraiment?” demanda Sun de manière narquoise. “Si ce n’était pas ton premier baiser, alors pourquoi trembles-tu comme si tu avais peur que je te mange?”

    “Je n’ai pas peur!”

    Mork finit de panser la blessure de Sun mais après avoir parlé quelques minutes, Sun le taquina pour qu’ils recommencent à se disputer. Mork ne comprenait pas pourquoi Sun agissait de façon aussi folle. Chaque fois qu’ils étaient seuls, ils étaient comme ça. 

    “Alors, tu veux que je réessaie ?” 

    Mork leva les yeux et regarda Sun en entendant cette question surprenante. 

    “J’ai fini de nettoyer ta blessure, je rentre chez moi.” dit Mork en essayant de se calmer. 

    Il se leva précipitamment du canapé et essaya de partir sans attendre la permission. Mais Sun fut plus rapide, il lui saisit la main avant que le jeune homme ne puisse s’échapper. Il le tira avant de le faire tomber sur le canapé sans perdre de temps. 

    Tout se passa vite, Sun se trouvait maintenant au dessus de Mork. Le jeune homme était tellement surpris que ses yeux s’ouvrirent largement. Il essaya de repousser Sun mais celui-ci était prêt à le tenir de toutes ses forces. L’esprit de Mork était complètement vide, peut-être parce qu’il était trop choqué et gêné d’être dans cette situation pour pouvoir se défendre. 

    “Nous sommes vraiment des étrangers.” dit Sun lorsque Mork cessa de se battre. Il le regarda fixement comme pour lui dire de reculer. Mais Sun n’avait pas l’intention de battre en retraite. “Quand on refuse, on dit non. On ne montre pas non plus son affection. On doit laisser l’autre personne être blessée et c’est à ce moment-là qu’on le montre.”

    “Ok. Discutons gentiment.” dit Mork doucement alors même qu’il était mal à l’aise. 

    S’il parlait durement, Sun ne bougerait pas donc il devait d'abord l’amadouer. 

    “On parlera comme ça et on va très bien s’entendre.”

    “D’accord ! Mais d’abord, tu dois t’éloigner de moi.”

    “Non. Reste allongé et parle, comme ça tu ne seras pas si têtu.”

    “P’Sun!”

    Mork devenait fou à cause d’un homme maléfique. Il essaya de le repousser mais le vieil homme ne bougea pas d’un pouce. 

    Merde ! Il ne savait pas que Sun était si lourd et fort.

    “P’Sun…”

    “Je ne te laisserai pas partir et te cacher à nouveau.” dit Sun avant de pousser les mains de Mork vers le bas et de presser ses lèvres contre celles de Mork.

    Il se souvenait encore de ces douces lèvres, elles lui avaient laissé un souvenir inoubliable. Il l’embrassait doucement. Ce soir, Sun fera admettre au jeune homme la vérité enfouie au plus profond de son coeur. Le baiser de Sun n’était pas seulement gentil mais aussi plein d’amour, attirant Mork qui voulait bouger et toucher davantage. Au début il voulait protester, s’éloigner et s’échapper mais sa force de résistance s’affaiblit progressivement. 

    Les baisers de Sun allaient jusqu’à son cou, lui faisant perdre conscience d’une manière incroyable. Sun l’embrassait passionnément, le bout de sa langue entra dans sa bouche et le rendit impossible à refuser, il était obligé de répondre. La réaction de Mork plut à Sun et l'émut. 

    Cette fois, Mork n’avait pas pu résister à l’émotion pleine d’amour et de luxure. Il ne pouvait pas nier que la dernière fois où il avait nié ses sentiments parce qu’il avait du mal à accepter d’aimer cet homme. Plus il réfléchissait à la façon dont sa famille et ses amis le regarderaient, plus il avait envie de s’enfuir. Il ne pourrait pas supporter que ses proches le stigmatisent ou le méprisent. 

    Mais cacher ses sentiments et refuser de l’admettre lui semblait terrible. Il avait compris que les gens ne l’accepteraient pas s’il ne le faisait pas lui-même. 

    “Je t’aime.” confessa calmement et profondément Sun. “Et je ne te perdrai pas.”

    Le baiser fit tomber les barrières que Mork érigeait, les battements de coeur de Sun le rendaient courageux. Mork ferma les yeux et accepta la vérité qu’il avait longtemps enfouie dans son coeur. 

    Bien que d’autres ne l’accepteraient pas, Rain, lui, le ferait. S’il faisait en sorte que sa famille l’accepte aussi, alors il n’aurait plus rien à craindre. Désormais, Mork ne se soucierait plus que des personnes importantes pour lui. Même pour Sun, il n’était pas facile de lui avouer ses sentiments, mais s’il osait accepter et le rendait publique, Mork essaierait aussi de s’ouvrir, continuerait à lui tenir la main pour lutter contre l’opinion des autres. 

    Si les deux étaient déterminés et se faisaient confiance alors ils s’en remettraient certainement.

    “P’Sun…” dit Mork après que Sun se soit éloigné de ses lèvres sans reculer complètement. Peut-être ne voulait-il pas partir parce qu’ils ne s’étaient pas intimement embrassés. 

    “Humm?” réagit Sun alors que ses lèvres caressaient la joue de Mork et se glissaient jusqu’à son cou. Il embrassa ses oreilles et le mordit comme s’il avait une envie folle de lui. 

    “Tu.. tu es sûr ?” demanda Mork comme s’il avait besoin d’une confirmation. 

    “A ce stade, comment je pourrais ne pas savoir?” murmura Sun pendant que ses lèvres étaient encore occupées à embrasser les joues de Mork. “Et toi? Es-tu assez courageux pour admettre tes sentiments ?”

    “Je ne peux que l’admettre. Si je ne le fais pas, je me ferai virer.”

    “Hum ! C’est ainsi que les barbares se confessent.” dit Sun en regardant Mork dans les yeux. 

    Mork n’avait pas vraiment dit qu’il l’aimait mais en regardant dans ses yeux, Sun pouvait voir toute l’étendue de son amour pour lui. Mork tendit la main, baissa la tête de Sun et l’embrassa, ce qui confirma que ce n’était pas seulement une illusion. 

    Leur baiser était passionné maintenant que les barrières de Mork étaient tombés. Ils pouvaient ressentir les sentiments qu’ils avaient l’un pour l’autre par des attentions pleines d’amour et de désir, au point que rien ne pouvait les arrêter. 

    Sun embrassa le cou de Mork avec luxure. Sa main déboutonnait la chemise noire du jeune homme qui reprit conscience et la jeta au sol. 

    “P’Sun…”

    “Humm?”

    Mork essaya de repousser Sun mais il ne pouvait plus l’arrêter. Il avait retenu ses sentiments pour le jeune homme trop longtemps, il ne s’arrêterait pas. 

    “Je n’ai même pas encore pris de douche.” dit Mork d’une voix tremblante. 

    Il n’avait jamais vécu ça auparavant, bien qu’il ait pris une douche vers vingt heures, il ne se sentait toujours pas en confiance. 

    “C’est bon.” murmura Sun qui s’en fichait. 

    “Ah bon?”

    “Oui. Tu sens toujours bon.”

    “Mais… ça ne marchera pas comme ça. C’est… c’est un canapé.”

    “C’est bon.” dit Sun fermement en bougeant ses lèvres vers la poitrine de Mork qui avait la chair de poule sans savoir si c’était à cause du froid ou de ce que lui faisait Sun. 

    Cependant, Mork ne pouvait nier que personne ne l’avait opprimé pour qu’ils fassent “ça” sur le canapé mais il pouvait quand même gronder Sun dans son coeur. Il était évident, si Rain descendait et les voyait, qu’il se retrouverait face à son ami.

    “P’Sun… Rain pourrait descendre.”

    “Il dort.”

    “Merde, sérieux. S’il te plaît.”

    Mork ne pouvait vraiment pas le faire ici. Déjà que c’était la première fois qu’il le faisait, si en plus ça se passait sur un canapé avec son ami qui pouvait descendre à tout moment, ça serait le pompon. Sa première fois ne devrait pas se passer ainsi.

    “Ok!” accepta Sun avant de s’éloigner de Mork et de se lever en fronçant les sourcils. Mork ne savait pas s’il avait fait perdre tout intérêt à Sun mais celui-ci monta directement dans sa chambre sans rien dire. 

     

    CHAPITRE 24


  • Commentaires

    1
    Dimanche 21 Juin à 06:20

    Oh mon Dieu, je n'ai pas les mots T w T Merci beaucoup !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :