• Chapitre 18 : Rappelle toi.

    Chapitre 18 : Rappelle toi.

    C'est vrai que Phun conduit assez vite, mais il est presque 22 heures quand nous arrivons à voir la plage de Bang Saen. Lui et moi décidons de garer la voiture près d'un trottoir pour pouvoir prendre un dîner tardif dans un restaurant. Nous choisissons celui-la en particulier car nous voyons que beaucoup de clients sont des étudiants.

    “Il y a beaucoup de monde, je parie que la bouffe est bonne.” C'est ce que mon chauffeur me dit, ce qui me fait faire un grand sourire. Ça veut dire que je ne suis pas le seul qui pense qu'un restaurant rempli est égal à de la bonne nourriture. Je devrais foutre ça dans la tronche de Ohm quand je serai rentré. (Il dit toujours que je suis bizarre à chaque fois que je lui dis ça. En quoi ai-je tort exactement?)

    Phun coupe le moteur, puis il vérifie que je porte bien ma veste avant d'ouvrir la portière de la voiture.

    Pour une raison étrange, j'ai l'impression que nous avons fait une grande impression quand nous avons passé la porte du restaurant. Tous les regards sont sur nous. Ça pourrait être à cause de l'uniforme avec les initiales de l'école dessus, plus le short bleu qui fait que les gens se retournent. Mais si j'y pense attentivement...

    Le mec avec qui je suis est trop beau -_-'

    Au fond, c'est une combinaison des deux. Un mec est beau et l'autre porte un uniforme d'école donc nous nous faisons remarquer. C'est simplement naturel que je me crispe quand je réalise que tous ces étrangers nous fixent. Cependant, Phun semble plutôt détendu. Je ne sais pas s’il est conscient que tout le monde dans ce restaurant nous regarde.

     M'en fous. Je vais arrêter de m’inquiéter -_-'

    Une serveuse vient finalement nous aider à trouver une table après que Phun et moi avons tourné en rond pendant un long moment puisque nous n'arrivions pas à trouver des places. Je m'assieds mais je suis toujours confus, ce genre d'endroit est un restaurant ou un bar ? Je remarque que certaines cartes ne contiennent que des boissons et pas de nourriture. (C'est quoi ça?). Je me demande également si porter mon uniforme scolaire dans ce type de lieu est bien ou non.

    Je trouve la réponse à ma question quand je vois que les étudiants de la table d'à côté portent leurs uniformes en demandant des bières -_-'.

    La voix de quelqu'un qui commande de la nourriture interrompt le fil de mes pensées . “Nous allons prendre... une salade de porc épicée, une salade de viande hachée épicée, des tendons de poulet frits, des craquelins au piment croustillants, et une bouteille de Heineken.”  Putain celui-là. Je pensais que ces plats sonnaient bizarre. Je tends mon bras et frappe la tête de cet étudiant modèle. “Commande-moi de la vraie nourriture ! Putain de merde.” 

    “Eh ?! Tu n'as pas encore mangé?”

    “Non…” Quand étais-je supposé trouver le temps de manger ? J'étais trop occupé à parler avec Yuri ce soir. J'étais d'humeur à ne rien faire quand je suis rentré à la maison puisque j'étais trop troublé. Alors j'ai fini par emballer des affaires dans un sac et aller chez Phun. Au début, je pensais juste que j'allais passer la nuit là-bas. Mais le propriétaire de cette maison a décidé de m’embarquer jusqu'ici. Tu parles que je suis verni, lorsqu'il s'agit de voyager.

    “Commande autre chose alors.” Me dit Phun en me passant le menu malgré le fait qu'il ne l'a jamais ouvert ni regardé à l'avance. Alors pourquoi l'a t-il gardé pour lui au départ ? Je ne comprends pas ça non plus. Je me gratte la tête en regardant le menu pendant exactement deux secondes. “Du riz frit... c'est tout.”

    “C'est fou à quel point tu es créatif, Noh.” Ce crétin a le courage de dire quelque chose. Bien, à qui la faute ?

    “Tu nous as déjà commandé de la bière, bordel qu'est-ce que je suis censé ajouter ? Ça va bien ensemble. Voilà tout, P’.” Je rends le menu à la serveuse avec un petit sourire. C'est suffisant pour qu'elle soit séduite. Hé, hé. Parfois, nous les gars avons besoin de temps en temps de mettre notre art de séduction en pratique.

    “C'était quoi ce sourire ? Tu étais en train de flirter avec elle ?” Ce crétin veut commencer une autre dispute avec moi.

    “Putain, de quoi tu parles? Je meurs de faim. Tout le monde n'est pas repu et content comme toi.”

    “Exactement.” Hum. Il ne jouait pas autant au malin quand nous n'étions pas proches, si? Mon dieu, je ne devrais pas laisser ça se produire. J'ai une expression irritée sur le visage, je tape sur la table avec le bout de mes doigts en rythme avec le groupe qui joue dans le restaurant.

    Ce restaurant a un groupe en live. Ils jouent de la musique de variété comme tous les autres petits groupes le font. Je compte environ 5 membres en tout. J'ai envie de me lever et de me joindre à eux sur scène. Oh, en parlant de jouer d'un instrument, cela me rappelle quelque chose.

    “Je suis allé au bureau du conseil des étudiants pour déposer la proposition de la fête de Noël, vers midi, mais je ne t'ai pas vu.”

    “Hein? C'est pas comme si je travaillais comme garde de sécurité dans ce bureau. Il était midi, je devais être parti chercher un déjeuner !” Oh, donc en gros je viens de poser une question stupide ? Ça me fait chier. Je suis pas d'humeur à discuter avec lui, en plus je suis déjà affamé.

    Je lui fais un faux sourire pour me moquer de lui et me force à rire. “Hé, hé. Alors, la nourriture à la cafétéria du couvent est bonne, Khun (1) Phun ?” Je voulais seulement dire ça comme un sarcasme inoffensif. Je ne savais pas que cela surprendrait réellement Phun.

    “Elle est bonne …” Phun me donne cette réponse courte et se tait. Je fronce les sourcils et commence à réfléchir. Donc Aim a dû découvrir ce que Phun a fait quand ils ont déjeuné ensemble.

    “Je suis tombé sur ton junior au couvent. Celui qui est en 4ème.” Il continue à me raconter des banalités alors qu'il se retourne pour prendre notre premier plat, la salade de porc épicée, à la serveuse. L'odeur piquante du citron me titille le nez. Je me noie dans ma propre salive et j'ai encore plus faim.

    Je lève ma fourchette avec l'intention de la piquer dans un des bouts de porc avant de poursuivre la conversation. “Oh, Per va généralement là-bas et déjeune avec certaines des filles.” Mais comme j'étais trop occupé à parler, Phun a été plus rapide que moi, il arrache le morceau de porc devant mes yeux et le fourre dans sa bouche. “Trou du cul.” Je n'ai pas pu m'en empêcher.

    “Ouais, je voulais dire que je tombe sur lui à chaque fois que je vais là-bas, haha.” Me dit-il en mâchant le morceau de porc qui était légitimement le mien. Bientôt, le reste des plats que nous avons commandés commencent à arriver à notre table avec une bouteille de bière.

    “C'est naturel pour les membres de mon club d'être séduisants tout comme leur président.” J'ai eu l'opportunité de le surpasser donc je l'ai prise. Il ne peut pas s'empêcher de ricaner.

    “Probablement pas aussi séduisant que moi.” D'accord, il faut être sans vergogne pour admettre ça. Je lui jette un coup d'œil et il lève un de ses sourcils d'un air moqueur.

    “Je suis d'accord, ce qui explique pourquoi cette vieille dame meurt d'envie de te ramener à la maison.” J'avais remarqué que cette étudiante près de notre table regardait mon ami avec des yeux de braise depuis un long moment maintenant. Je faisais semblant de ne pas le voir car je pensais que ce serait plus sûr de cette façon.

    “Il y en a une derriere toi aussi.” Rétorque Phun avec un sourire. Je pense que ça aurait été mieux s'il n'avait jamais rien dit. Hé hé. Je hausse les épaules pour lui montrer que je n'ai pas prêté attention à ce qu'il a dit avant de me servir un verre de bière, pour me rincer la bouche.

    La mousse atteint rapidement le sommet du verre me forçant à prendre une gorgée à la hâte avant qu'il ne déborde. Je réalise qu'il y a un sombre sentiment qui provient du côté gauche de ma poitrine.

    Je n'aime pas quand ça arrive. C'est comme s'il y avait quelque chose qui m'empêchait de rire et de sourire joyeusement. Je peux faire le malin avec Phun en lui jetant quelques insultes ce qui fera qu'il aura l'impression que tout est parfaitement normal. Mais au fond, la vérité c'est que je mets un masque pour lui cacher ma tristesse. Je la masque même si je sais qu'il n'y a aucun moyen possible d'y échapper. Mais tout du moins, je suis capable de me fourvoyer en pensant que je vais bien, même si c'est seulement pour un moment.

    Notre conversation s'apaise et Phun continue à siroter son verre de bière tranquillement et cesse d'essayer de m'énerver. Je le guette du coin de l’œil et vois que ses yeux semblent être terriblement ternes et vacants. Parfois, je ne peux pas m’empêcher de me demander ce que le propriétaire de ces yeux pense.

    Je repense au baiser de Phun dans la voiture. Il paraissait si triste, comme s'il voulait implorer que quelque chose se produise. Je ne sais pas si cela est juste mon imagination, mais il semble que Phun a beaucoup de choses en tête, tout autant que moi.

    La triste mélodie de la chanson ‘Thank You’ continue de se jouer tandis que je continue à serrer mon verre de bière. Si l'on devait me prêter attention, je ressemblerais probablement à un vieil oncle (2) dont le patron aurait réduit son salaire (que vous pouvez voir en visitant les terrasses des bars). Phun pense probablement la même chose alors il décide de prendre mon bras pour m'arrêter avant que je finisse mon cinquième verre comme si je buvais en non-stop.

    “Yo ! Tu n'as même pas encore mangé, tu te souviens ?! Es-tu en train d'essayer de tuer ton estomac comme ça ?” Comme je le pensais, il me gronde et m'arrache le verre de la main. Hé hé. J'ai entendu dire que tu étais celui qui a commandé ça ? Maintenant, tu essayes de me faire arrêter de boire? Hé hé. Connard.

    Je hausse les épaules de façon provocante et finis par boire un verre d'eau pour me racler la gorge avant de commencer le grand plat de riz frit. Pendant ce temps, Phun semble être heureux avec ses tendons de poulet frits.

    “Yuri a fait tout le chemin jusqu'à l'école pour me voir, j'étais vraiment inquiet.” Je commence une autre conversation pour briser le silence de notre table (même avec le groupe qui continue de jouer en arrière-plan). Je remarque qu'il tressaille une seconde. Je suppose qu'il était perdu dans ses propres pensées lui aussi.

    Il y a un petit flash dans les yeux de Phun, puis il fait lentement son sourire habituel. “Oh vraiment? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?”

    “Tu devrais mettre en place une norme pour les tondus de notre école. Ils étaient tous ébahis devant Yuri. Si j'étais arrivé un peu plus tard, elle aurait pu s'être fait enlevée.” Je me plains auprès de lui pendant que je mâche la nourriture dans ma bouche. Je continue à entendre la personne assise en face de moi éclater de rire de temps en temps.

    “Tu les appelles tondus, comme si tu n'avais pas la même coupe qu'eux.” Oh, ce connard! Je m'en fous s'il m'insulte, mais il me fait une frappe sur la tête aussi ? Voilà comment une dispute commence.

    Je pousse rapidement sa main. “Ça s'appelle un skinhead , connard !”

    “T'es shooté ou quoi ? C'est pas un putain de skinhead. Pourquoi as-tu soudainement amené Yuri de toute façon?” C'est vrai, pourquoi l'ai-je fait ? Je ne veux pas vraiment lui dire que Yuri est venue me parler de lui.

    “Je ne sais pas. Alors, comment ça se passe entre toi et Aim ?” Je pense qu'il serait plus intelligent de changer rapidement de sujet. Je n'avais pas vraiment l'intention de poser une telle question avec tout ce qu'elle implique, mais ça l'a pris par surprise.

    “Couci-couça…” Me répond Phun d'une voix faible. Il fait une pause pendant un moment avant de continuer.

    “Je suis encore beau et elle est encore sexy comme toujours.” Oh, ce putain de trou du cul! Je commence à te haïr maintenant!

    Je ne sais pas quoi dire d'autre (puisqu'il se trouve que c'est la vérité) donc je fais semblant de m'étouffer avec le riz et de boire un peu d'eau. Je lui fais un doigt d'honneur mais il se moque de moi, comme s'il était vraiment heureux de ça. Cela m'irrite encore plus.

    Je devrais te crever les yeux.

    Je mets mon verre d'eau vide sur la table avant de ramasser mes couverts pour continuer à manger. Cependant, je laisse une phrase glisser hors de ma bouche.

    “C'est bien. Je craignais que tu oublies l'avant maintenant que tu as essayé l’arrière. Hahaha.” Je ris. Je ris. Même si ce n'est vraiment pas drôle du tout. Je ne ris pas à l'intérieur. Il y a des rires qui viennent de moi, mais ils ne sont pas réels. A l'intérieur, c'est comme s'il y avait un millier de couteaux qui poignardaient mon cœur.

    Plus je ris, plus je me rends compte que je suis vraiment pathétique ... voilà tout.

    “Hé hé.” Phun s'oblige à rire avant de se pencher pour verser un peu plus de bière dans son verre qui est presque vide. 

    Mais ensuite, il dit les mots suivants, sans émotion dans ses yeux.

    “Non, je n'oublierai pas…”

    Il y a une vive douleur qui traverse tout mon corps de mes orteils jusqu'à mon cœur quand j'entends ces mots. Je lève un de mes sourcils, comme quelqu'un qui accepte ce fait.

    Vous voyez ? Quand je vous dis que je suis le stupide idiot qui gâche tout ici?

     

     

    (1) En thaï « khun » est une marque de respect que l'on place devant le nom d'une personne que l'on ne connaît pas ou qui est plus haut placée dans un ordre hiérarchique. C'est un peu l'équivalent de « monsieur ». En l'occurrence, Noh l'utilise pour se moquer de Phun.

    (2) En Thaïlande, on qualifie d' « oncle » tout homme plus âgé que soi, avec qui on n'a pas de liens de famille. Idem avec « tante » pour les femmes.  

     

    Chapitre 18 : Rappelle toi.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :