• You're My First And My Last Love (2/3)

    You're My First And My Last Love (2/3)

    Sept jours, cela fait maintenant sept jours que j’ai laissé les choses déraper entre lui et moi. Sept longs jours que Nanon m’évite, ne me regarde plus dans les yeux et limite nos échanges au strict minimum et je ne sais plus quoi faire. Je me sens con, minable, j’ai absolument tout gâché sûrement parce que j’ai mal interprété un regard de sa part. Ce soir-là, j’ai laissé parler les sentiments que j’ai pour lui depuis longtemps maintenant, un instant, j’ai été aveuglé par la possibilité qu’il partage mes sentiments et je n’ai pas pris le temps de réfléchir à ce que je faisais.

    Je me souviens encore de notre rencontre, quatre ans plus tôt, de ce que j’ai ressenti quand nos regards se sont croisés, j’ai senti une attraction inexplicable pour lui, comme si un crochet m’avait attrapé la poitrine, m’attirant inexorablement vers cette personne que je ne connaissais pas, mais dont j’avais tout de suite rêver d’être proche. Avant lui, avant que nos regards se croisent, je ne croyais pas au grand amour, au coup de foudre, pour moi ce n’était que des idioties inventées par les filles pour nous forcer à rester près d’elles. Nanon avait juste eu à capturer mon regard, pour également capturer mon coeur et que je sois incapable de voir quelqu’un d’autre que lui, j’étais amoureux.

    Seulement, ce sentiment puissant, dévastateur et incontrôlable, j’ai eu peur qu’il ne me détruise si je lui avouais ce que je ressentais. Nanon ne s’en doute pas un instant, mais il a un pouvoir sur moi que personne d’autre n’aura jamais et sur le moment, j’ai eu peur de lui laisser la possibilité de me blesser. Quand j’ai compris que son pouvoir à lui était aussi de me faire grandir, de me faire me sentir bien et heureux, il était trop tard. Nanon me regardait comme un ami, comme quelqu’un avec qui déconner, il n’y avait pas d’amour dans ce regard que j’avais appris à connaître par coeur, à comprendre et à décrypter, alors j’ai gardé le silence.

    Pendant quatre années, j’ai été son ami, son collègue, celui à qui il pouvait parler de la fille qui lui plaisait bien. Son meilleur ami. Une place difficile, mais une place que je ne veux pas quitter, car même si, chaque fois que ses yeux se posent sur une femme, la déshabillant du regard, mon coeur saigne un peu plus, je sais qu’il serait bien plus douloureux de ne pas pouvoir être simplement à ses côtés pour le voir sourire. J’ai réussi à rester à cette place pendant des années, mais il a suffit d’un regard de sa part pour que l’univers semble tourner à l’envers, me faisant prendre la pire décision de ma vie. Pourtant, si je devais recommencer, je pense que je referais exactement la même chose.

    Je tournais cette scène avec Ai’Love, me mettant dans la peau du personnage alors que nous devions nous embrasser. Comme souvent, Nanon était venu me voir pour m’encourager. Avec lui près de moi, c’était facile de prétendre aimer, il me suffisait de le regarder dans un coin du plateau pour que je sente mon coeur se gonfler, pour que je puisse faire semblant de vouloir l’embrasser elle, alors que je voulais l’embrasser lui. 

    J’étais concentré sur mon texte, mais mon regard avait dévié et je l’avais vu, son regard sombre, son poing serré, son corps tendu comme s’il s’empêchait de bouger et mon coeur avait bondi dans ma poitrine, avec un sentiment nouveau… l’espoir. Sentiment qui s’était accentué quand il m’était littéralement tombé dans les bras après le tournage, que j’avais pu pendant un instant le serrer contre moi. J’avais cru qu’il partageait ce qui me dévorait depuis plusieurs années.

    Il y a sept jours, j’ai pensé atteindre le paradis quand il a accepté mon baiser, quand il y a répondu avec ferveur et envie, quand il a répondu à mes caresses. L’espoir a alors explosé en des millions de particules de bonheur, il avait des sentiments pour moi et… seulement, ces particules de bonheur se sont transformées en petits poignards aiguisés quand il m’a repoussé, me fuyant soudainement, me laissant seul au milieu de mon salon, incapable de bouger.

    J’ai espéré pouvoir lui parler le lendemain, lui expliquer, mais il m’a fui, il a tout fait pour que nous ne soyons pas seuls tous les deux et je me suis renfermé. Je ne suis pas expansif, je ne parle pas facilement de moi, alors j’ai fini par me cacher derrière mon sourire en coin l’observant sourire et rire avec nos amis, alors que je maintenais cette distance entre nous, comme une armure pour qu’il ne puisse pas me briser le coeur un peu plus. Seulement, chaque fois qu’il s’approchait, mon regard était attiré par cette trace sur son cou, ce suçon trônait là fièrement et il me rappelait sans cesse qu’il était parti, qu’il ne me regardait même plus et je m’en voulais parce que moi je ne souhaitais qu’une chose, le sentir de nouveau contre moi, ses doigts fourrageant mes cheveux alors que ses lèvres dévoraient les miennes...

    “Nong Chimon à quoi tu penses… tu n’es pas dans la scène… on recommence.” Je me redresse quand la voix de P’Dan me rappelle à l’ordre, je regarde les garçons autour de moi. Nous sommes en plein tournage, une scène importante et moi je ne peux penser qu’à une chose, lui, alors qu’il est là si proche de moi et pourtant si loin. Je ne peux plus m’approcher de lui et il me manque chaque jour un peu plus. Je l’aime depuis longtemps et pourtant, je serais prêt à faire taire ce que je ressens juste pour pouvoir me retrouver près de lui comme avant, pour ne pas le perdre totalement. Il est assis en face de moi et nos yeux finissent par se croiser, je crois y voir une étincelle, une lueur, mais c’est bref et déjà il baisse les yeux sur ses mains qu’il entortille nerveusement.

    Ma gorge se serre, ma poitrine me fait mal, j’ai l’impression d'étouffer quand, une fois de plus, le sentiment de perte me submerge. Je prends une profonde inspiration pour ne pas craquer, pas maintenant, pas devant tout le monde, mais la sensation est tellement forte, elle m'oppresse, me donne l’impression que je me noie, que je ne peux plus respirer et je n’ai d’autre choix que de me lever brusquement. Tout le monde se tait et se tourne vers moi, ils ne sont pas habitués à me voir réagir comme ça, puisque le plus souvent, j’attends calmement dans mon coin en écoutant les cinq autres déconner.

    Les autres acteurs, le réalisateur et chaque personne travaillant sur le plateau, ils ont tous vu que quelque chose cloche entre Nanon et moi, ils ne sont pas habitués à nous voir si distants l’un envers l’autre et ils pensent que nous nous sommes juste disputés pour une broutille, comme ça nous arrive de temps en temps. A chaque fois qu’ils sont venus poser des questions, je ne les ai pas détrompés, nous nous sommes disputés. Je ne peux pas leur expliquer que si Nanon m’évite, c’est parce que ce soir-là, je l’ai embrassé comme si le lendemain n’existait pas et que s’il ne m’avait pas arrêté, j’aurais fait bien plus que l'embrasser.

    “Excusez-moi.” Je n’attends même pas une réponse, je fuis, je m’éloigne et étrangement, cette fois je sens la brûlure de son regard sur ma nuque. Je fais preuve d’une grande maîtrise pour ne pas courir pour quitter la pièce et me rendre dans les toilettes du studio. Dans ma précipitation, je ne vois pas que la porte se referme mal. Je dois juste me remettre les idées en place, me ressaisir et pour ça je ne vois qu’une solution. J’ouvre le robinet d’eau froide, la faisant couler au creux de mes mains avant de m’asperger le visage. La morsure du froid me donne un long frisson, l’eau est glacée et me permet de me reprendre, de calmer le sentiment de malaise qui m’a saisi plus tôt. Je ferme les yeux, mes mains se posent sur le rebord du lavabo alors que l’eau s’égoutte petit à petit de mon visage, retombant avec un petit ploc sur la faïence alors que je prends plusieurs grandes inspirations.

    Un bruit derrière moi me fait relever la tête et un instant, j’espère que c’est lui, qu’il est venu me rejoindre, qu’il s’est rendu compte que malgré mes sourires, la situation est en train de me rendre fou. Cependant, ce n’est pas lui et je ne peux pas m’empêcher de me sentir déçu quand je croise le regard d’Ohm à travers le reflet du miroir. Je soupire et baisse de nouveau la tête en fermant les yeux pour ne pas céder totalement à la déception. “Tu veux qu’on en parle ?” 

    Je secoue lentement la tête. “Il n’y a pas grand chose à dire.” Ohm est une personne très observatrice et même si je ne lui ai jamais dit franchement, il sait que, ce que je ressens pour Nanon, n’est pas seulement de l’amitié, qu’il y a plus. Il ne m’a jamais jugé, il est juste là, présent, me montrant un soutien sans faille et je sais aussi que même s’il n’approuve pas mon silence, il n’ira pas contre. “J’ai merdé Ohm, j’ai fait le con et maintenant… il ne veut même plus me regarder.”

    Ma voix est basse, elle est ferme, elle ne tremble pas, pourtant, impossible de ne pas sentir la peine dans ses intonations. Je sens mes épaules se voûter et j’ai l’impression de porter le poids du monde sur moi. Si seulement je pouvais aller le voir, si j’avais le courage de lui avouer, est-ce que ça pourrait être pire que maintenant ? Je sursaute un peu quand je sens une main se poser sur mon épaule et la presser doucement pour me réconforter, je relève la tête pour croiser de nouveau son regard et je sais qu’il peut voir la tristesse au fond de mes yeux, mais comme toujours, il a ce petit sourire énigmatique au coin des lèvres. “Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais… Chimon vous devez parler et vous expliquer, je suis sur que ce n’est pas si grave que ça.”

    Je sais qu’il tente de me rassurer, de me pousser à aller le voir pour apaiser la situation, mais je finis par craquer, je sens la peur, la colère, la frustration former une boule dans ma gorge et je me retourne pour lui faire face en croisant les bras devant ma poitrine avant d’exploser. “Comment tu peux savoir que ça suffira hein… j’ai été stupide, j’ai fait quelque chose et maintenant… mais j’ai cru que lui aussi il… je ne voulais pas que ça se passe comme ça…” Je passe rageusement les mains sur mon visage pour tenter de me calmer. Les mots ne veulent pas venir, je n’arrive pas à expliquer et je ne veux pas qu’en plus Ohm soit en colère après moi parce que je passe mes nerfs sur lui.

    Il ne se met pas en colère, il reste calme et se contente de poser de nouveau la main sur mon épaule en signe d’apaisement alors qu’il se penche vers moi pour me regarder dans les yeux. “Calme toi Chimon, je te le promets, ça va s’arranger.” Mes épaules s’affaissent, je soupire profondément avant de hocher la tête et de la garder finalement baissée. “Ce soir, on va se réunir chez moi, on va boire un coup, ça va te faire du bien de penser à autre chose, ok ?” Sa main finit par se poser sur mon cou, un geste fraternel pour me montrer son soutien. Je vais pour lui répondre, pour le remercier d’être présent pour moi quand la porte s’ouvre à nouveau.

    Et cette fois, c’est lui qui rentre dans la pièce, il se fige en nous voyant dans cette position, son regard se fixe sur la main d’Ohm sur mon cou et je peux voir son expression s’assombrir un instant avant de redevenir neutre. Est-ce que je viens de l’imaginer ? Est-ce que je me trompe encore une fois ? Ces questions me percutent alors que je reste immobile à fixer Nanon, je tente de repousser l’espoir qui s'insinue de nouveau dans mes veines, c’est douloureux, je ne veux pas m’imaginer des choses alors qu’en fait il n’y a rien, je ne peux pas me tromper une nouvelle fois.

    Ohm se redresse avec un sourire, il n’est pas gêné par la situation, car il sait que ce n’était qu’amical et qu’il n’a rien à se reprocher. Il regarde Nanon étrangement et je me demande un instant ce qu’il a derrière la tête, surtout quand il me fait un clin d’oeil discret avant d’avancer vers lui. Il lui pose aussi fermement la main sur son épaule. “Ce soir, tu viens boire un verre à la maison, tu ne peux pas refuser.” Nanon le regarde un instant avant de jeter un coup d’oeil vers moi, nos yeux se croisent et je peux voir les cernes noires que le maquillage ne camoufle pas totalement. Je prends une inspiration pour lui parler, je ne sais pas ce que je vais lui dire, mais je veux lui parler, je veux le retrouver et j’ai l’impression qu’il y a urgence, que bientôt, il sera totalement impossible de refaire marche arrière, que je l’aurai définitivement perdu. 

    Seulement je n’ai même pas le temps d’ouvrir la bouche, qu’il détourne le regard, ses yeux se reposent sur Ohm et il lui fait un sourire discret avant de hocher la tête. “Je serai là.” La réponse semble convenir à notre ami puisque son sourire s'agrandit et qu’il lui tapote doucement l’épaule avant de partir pour rejoindre le reste de l’équipe qui actuellement doit certainement nous attendre.

    Nanon aurait pu partir, pourtant, il reste immobile face à moi, régulièrement nos regards se croisent avant que l’on détourne les yeux. On semble essayer de comprendre ce que l’autre ressent, alors même que l’on est incapable de mettre un nom sur ce que nous ressentons nous-même. Mon regard finit par se fixer sur lui, je note tout, ses yeux fatigués, son teint plus pâle que d’habitude et je sens l’inquiétude me saisir fortement. Mes yeux glissent sur ses lèvres et ma langue passe rapidement sur les miennes pour les humidifier car les siennes m’appellent, je veux savourer de nouveau leur douceur et leur chaleur, mais je me reprends, ça ne ferait qu’envenimer les choses. Instinctivement, mon regard se pose sur son cou, là où j’ai laissé la trace de mes baisers. Seulement, au bout de sept jours, on ne voit plus rien, comme si ce qui s’est passé dans mon salon n’avait jamais eu lieu. Il sent mon regard sur son cou et je le vois poser ses doigts sur l’endroit où elle était et mon coeur bondit dans ma poitrine alors que l’air devient plus dense, qu’une tension qui n’était pas là juste avant apparaît.

    Ma respiration s'accélère un peu alors que le silence s’éternise, enivrant un peu plus la situation. Quand nos regards se croisent à nouveau, je fais un pas vers lui, et il ne recule pas, me regardant intensément, ses yeux semblant vouloir me dire quelque chose. Pourtant, je ne veux pas y croire, je veux me protéger, je ne peux pas être blessé à nouveau, alors il finit par soupirer et retirer les mains de ses poches. “Ils nous attendent.” Et sans attendre de réponse, il fait demi-tour et s’apprête à aller retrouver l’équipe de tournage.

    J’agis sans réfléchir, je laisse juste l’instinct prendre le dessus alors que je tends la main et attrape son poignet. Je ne veux pas qu’il parte comme ça, je ne comprends pas ma réaction, mais j’ai l’impression que si je le laisse partir je vais le regretter. L’étau qui sert mon coeur depuis une semaine se relâche quand je sens la chaleur de sa peau sous mes doigts et plus encore quand je me rends compte qu’il ne cherche pas à me fuir. 

    Ma poitrine se gonfle quand il se retourne pour me regarder dans les yeux, c’est différent de tout à l’heure, il semble plus sûr de lui, déterminé. Lentement je fais glisser mes doigts le long de son poignet afin de pouvoir capturer sa main. Son visage reste impassible, moi qui suis généralement capable de le lire comme un livre ouvert, là je n’arrive pas à savoir ce qu’il ressent. Est-ce que, comme moi, son coeur bat la chamade ? Pourtant, il me surprend quand il prend l’initiative d’entrelacer nos doigts et j’ai l’impression que je vais mourir de joie même si je ne sais quoi penser de son geste. Son visage se détend, il me fait un sourire qui vaut tout l’or du monde avant de tirer un peu sur ma main. “Allons-y.”  Il m’entraine alors hors de la pièce, sa main solidement ancrée à la mienne, il ne me lâche pas tout le long du trajet et même si je sais que je risque de souffrir, le revoilà bien présent dans mon coeur, l’espoir me consume à nouveau, qu’il m’aime aussi ou ne veuille que mon amitié, je sais que demain je ferai toujours partie de sa vie.

    Le reste de la journée a été beaucoup plus facile, même si nous n’avons pas parler, même si je ne sais pas si les choses se sont vraiment arrangées. Je ressens la chaleur de sa main sur la mienne en permanence et cela me suffit pour le moment. P’Dan nous libère rapidement après ça et on va pouvoir profiter de notre soirée, car demain, il n’y a pas de prise de vue. Avant de tous rentrer chez nous prendre une douche, Ohm nous a sérieusement menacé de venir nous chercher par la peau du cou si nous ne nous pointons pas chez lui à l’heure dite. Le connaissant, il en est parfaitement capable et je vois aussi que son regard s’arrête particulièrement sur Nanon et moi. C’est la raison pour laquelle j’arrive avec de l’avance chez Ohm, mais apparemment je ne suis pas le seul à avoir eu cette idée puisqu’en fait, je suis le dernier à arriver. 

    “On était en train de lancer les paris pour savoir comment Ohm allait te ramener ici si tu ne te pointais pas.” Je me tourne vers la voix et je ris en reconnaissant Drake, lui et son franc parler ne me surprennent même pas. Je suis sûr que dans le fond, il est déçu que je sois arrivé, car il aurait été le premier à encourager Ohm à se déplacer.

    “Je ne prendrais pas ce risque crois-moi, le voir aller te chercher ce soir-là m’a suffit.” Je réponds alors en enlevant mes chaussures. Lui rappelant cette fameuse soirée où il s’était retrouvé scotché à un poteau une bonne partie de la nuit parce qu’il était revenu sur sa parole. Ohm est un bon ami, il est de bon conseil, mais il est effrayant quand il veut.

    Tout le monde éclate de rire et je les rejoins rapidement autour de la table basse. Ils sont tous assis par terre, un verre à la main ou en train de picorer dans les snack qui ont été achetés pour l’occasion. Il ne reste bien évidemment qu’une place de libre, mais je ne m’en plains pas cependant puisqu’elle se trouve à côté de Nanon. Ce dernier me jette un coup d’oeil avant de baisser les yeux vers son verre, j’ai l’impression qu’il rougit, mais je peux me tromper, c’est peut-être juste l’alcool qui fait effet, car même si je suis arrivé tôt, ils ne semblent pas en être à leur premier verre. Je pense un instant leur demander depuis combien de temps ils sont là car c’est quand même étrange que Drake soit déjà là, d’habitude, il fait parti des retardataires.

    Cependant, je n’ai pas le temps de poser la moindre question que First me tend un verre que je réceptionne à deux mains. “Tiens bois.” Me dit-il en me faisant un petit clin d’oeil que je ne comprends pas.

    “Merci !” Je fronce un instant les sourcils en jetant un coup d’oeil à tout le monde autour de la table, j’ai l’impression que l’on ne me dit pas tout, qu’il se trame quelque chose, mais que je n’ai pas été mis dans la confidence. Je n’apprécie pas forcément ce genre de sensation, pourtant, quand je regarde chacun d’entre eux, ils semblent plus innocents les uns que les autres.

    “Allez bois cul sec mon pote !” S’exclame Drake en me donnant une grande tape dans l’épaule me faisant renverser une partie de mon verre sur la table et le sol. Et j’oublie ce à quoi j’étais en train de penser pour râler après lui.

    “Merde ! Drake fais gaffe, j’en ai foutu partout.” Pourtant, au lieu de m’énerver, j’éclate de rire en vidant ce qu’il reste d’alcool dans le verre. L’étrange sensation disparaît alors que tout le monde me rejoint en buvant et rigolant. Je repose mon verre sur la table et celui-ci se remplit rapidement, alors je jette un coup d’oeil à Frank qui me fait un petit sourire l’air de rien. Je pose ma main sur le sol, pensif, est-ce qu’ils ont une idée derrière la tête ou bien est-ce que je me fais des idées. De nouveau, cette idée est complètement repoussée au tréfond de mon esprit quand je sens une caresse sur mes doigts, légère, subtile, mais qui me fait tourner la tête vers Nanon, qui est particulièrement calme et silencieux. Il regarde les garçons, mais sa main est posée au sol, à côté de la mienne, son petit doigt frôle le mien, lançant des décharges électriques dans toute ma main. 

    Je ne dis rien, j’oublie totalement les garçons autour de nous, de nouveau il n’y a plus que Nanon et moi. Je prends mon verre sans bouger ma main, un petit sourire au coin de mes lèvres, je bois une gorgée l’esprit ailleurs. C’est sûrement pour ça que je loupe les regards de connivence de mes quatre autres amis.

    J’avais raison, Drake, Ohm, Frank et First ont bien une idée derrière la tête, alors qu’ils remplissent régulièrement mon verre. Je ne suis pas ivre au point de ne plus pouvoir être lucide, mais quand je quitte le salon pour me rendre dans la salle de bain, je sens que ça tourne pas mal. Je n’arrive pas à comprendre ce qu’ils veulent vraiment ce soir, mais il faut dire, que je n’ai pas été particulièrement attentif à eux du moment où la main de Nanon a commencé à chercher la mienne. Je me passe de l’eau sur le visage pour m’éclaircir les idées et je me promets de ne plus toucher un verre, même si First continue de nous inciter à trinquer pour tout et n’importe quoi.

    Je m’essuie le visage avec une serviette, prenant une grande respiration pour me motiver à retourner dans l'arène, seulement, je me rends compte qu’il n’y a plus un bruit à côté alors que, quelques minutes plus tôt, je craignais que les voisins ne viennent se plaindre du bruit. Je sors de la salle de bain en fronçant les sourcils et c’est sans surprise que je me rends compte qu’il manque quatre personnes dans la pièce, puisqu’il n’y a plus que Nanon qui n’a pas bouger de sa place. D’ailleurs il lève les yeux vers moi, il semble gêné, timide et cette fois, j’en suis plus que sûr, il rougit fortement. “Ils sont partis où ?”

    Il frotte ses mains sur son pantalon et je souris en coin, car je sais qu’il fait ce geste à chaque fois qu’il est nerveux. Sauf que là je ne comprends pas pourquoi il éprouve de la nervosité, sauf si les quatres idiots lui ont dit quelque chose et alors je sens une petite crainte me serrer la poitrine. “Ils ont décidé qu’il était temps que l’on ait une conversation tous les deux. Et qu’on arrête de jouer les vierges effarouchées.” Cette partie là, je le sais, ça vient forcément de Drake, il n’y a que lui pour dire ce genre de chose. Pour le reste, c’était très certainement le plan d’Ohm pour nous aider à arranger les choses.

    Je me passe la main dans les cheveux, alors j’ai eu raison de me méfier plus tôt, je sais maintenant pourquoi ils m’ont autant fait boire et je soupire, quand je bois, je parle plus facilement alors ils veulent mettre toutes les chances de mon côté. Et si je suis en colère contre leur manière de faire, je ne peux m’empêcher de les aimer davantage, car j’ai des potes en or. Pourtant, je ne veux pas forcer Nanon à parler, je ne veux pas lui faire du mal, ni qu’il m’en fasse par la même occasion. “Si tu veux, on pourra discuter pendant que je te raccompagne chez toi.” Je lui donne la possibilité de partir, je dois être fou de faire ça alors que je ne veux qu’une chose, savoir comment il me voit, comprendre ses caresses sur ma main toute la soirée et maintenant sa manière de me regarder. Je veux savoir, mais en même temps j’ai peur, alors peut-être que dans le fond, j'espère qu’il me dira oui et je respire profondément, quand il secoue profondément la tête.

    “Ohm a décidé que nous enfermer était la meilleure solution pour être sûr que… je ne puisse pas m’enfuir… mais il n’avait pas besoin…. je n’ai pas envie de fuir.”

    Mon coeur bondit alors que mon cerveau peine à analyser toutes les informations, car la seule chose que je retiens, est qu’il ne veut pas me fuir. Alors c’est maintenant que nous allons mettre les choses au clair, soit nous avons une chance, soit nous ne serons qu’ami. Quoi qu’il veuille je sais que j’accepterai car cette semaine sans lui a été une torture.

    Je m'avance alors pour le rejoindre, même s’il y a maintenant toute la place possible dans le salon, c’est près de lui que je m’assois. Nos verres sont vides, mais ce n’est pas le moment de boire de toute façon. Il n’y a plus de snacks à manger, mais je ne suis pas sûr que j’aurais été capable d’avaler quoi que ce soit de toute façon. Je suis à peine assis que sa main saisit la mienne et je ne peux m’empêcher de sourire face à ce geste qui me plait beaucoup.

    “Je suis désolé Chimon. Je n’aurais pas dû partir ce soir là… j’ai… j’ai eu peur.” Il s’excuse, mais il doit comprendre qu’il n’a rien fait de mal, je suis le fautif et je me sens encore plus mal quand il explique avoir eu peur. Mes yeux s'agrandissent quand je comprends qu’il a eu peur de moi, mon sourire se fane, mon visage se ferme, j’ai vraiment merdé. Je me lève alors pour m’éloigner de lui, posant une main sur ma poitrine alors que mon coeur me fait souffrir. Maintenant je n’ai plus à me poser de questions sur la suite de notre relation, j’aurai même de la chance s’il accepte d’être mon ami. Ma gorge se serre alors que je comprends que même si je l’aime comme un fou, il faudra que j'étouffe mes sentiments petit à petit.

    “Je ne voulais pas te faire peur…” Je n’ose même plus le regarder dans les yeux, je me sens honteux d’avoir pensé qu’il pourrait finalement lui aussi avoir des sentiments pour moi. 

    “Non !” Il m’interrompt rapidement en se relevant pour me faire face. “Je n’ai pas eu peur à cause de ce qui s’est passé, mais… ce que… j’ai ressenti…” J’ai du mal à comprendre ce qu’il veut dire, en fait je comprends ce qu’il dit, mais j’ai peur d’y croire, même si mon coeur commence déjà à faire des saltos dans ma poitrine. On se fait face, on s’observe et je finis par faire un pas vers lui sans quitter ses yeux avant de me stopper à nouveau.

    Seuls trois pas me séparent de l’homme que j’aime, ce serait tellement facile de les combler, c’est une petite distance, mais aussi une distance immense, car je n’ose pas me lancer, je n’ose pas aller vers lui car j’ai peur de me tromper à nouveau, que le fait qu’il puisse m’aimer ne soit qu’un rêve inaccessible qui me détruira complètement si je venais à me réveiller.

    “Je ne veux plus être loin de toi.” Nanon reprend la parole, sa voix est ferme, assurée et il fait un pas en avant, un simple pas qui provoque une explosion de bonheur dans mon corps. Le temps semble suspendu et j’ai l’impression qu’un cocon de douceur, de chaleur et d’envie se forme autour de nous.

    “Tu dois me promettre de ne plus jamais fuir.” Je veux qu’il me parle, qu’il m’explique ce qu’il ressent plutôt que de partir comme ça, je ne survivrai pas à sept autres jours comme ceux-là. Je m’en rends compte, ma vie tourne autour de lui et je ne me sens complet que quand il est proche de moi. J’avance à mon tour d’un pas, nous sommes proches, il me suffirait de tendre la main pour effleurer sa peau qui m’appelle, mais je ne bouge plus, je plonge mon regard dans le sien pendant qu’il semble réfléchir avant qu’un sourire n'apparaisse sur ses lèvres.

    “Je te promets.” Sa voix est chaude, tendre et douce. C’est sans réfléchir qu’ensemble, nous franchissons le dernier pas, un de mes bras entoure sa taille l’approchant de moi alors que l’autre englobe sa joue avec délicatesse. Ses mains se perdent dans mes cheveux et je frissonne alors que nos souffles s’entrechoquent, le désir est présent dans son regard comme dans le mien.

    Je ne sais pas qui finit par faire le premier pas, mais nos lèvres se retrouvent et c’est comme si elles ne s’étaient jamais quittées, la sensation est grisante, indescriptible alors qu’il entrouvre la bouche dans une invitation à plus, je n’attends pas et ma langue part rejoindre la sienne. De nouveau, ses petits grognements emplissent l’air et je voudrais en entendre plus, je veux l’entendre gémir contre moi, seulement, même si je le désire, je ne fais rien de plus, je ne veux pas brusquer les choses et risquer de le perdre à nouveau.

    J’ai l’impression que mes pieds ont quitté la terre ferme alors que j’ai le souffle court, le coeur battant, mon bras autour de sa taille le rapproche encore de moi et je ne suis pas sûr que l’on puisse faire passer une feuille de papier entre nous. Je ne veux pas que le baiser prenne fin, pourtant, quand il se recule et pose son front contre le mien, je savoure juste la sensation de sa présence dans mes bras. Je ne veux pas rouvrir les yeux car j’ai toujours une crainte que tout ça ne soit que le rêve d’une personne ivre. Pourtant, je finis par le faire et c’est la plus merveilleuse des visions qui m’attend. Sa bouche est rouge de notre baiser, tout comme ses joues qui semblent en feu. Ses yeux sont brillants, chaleureux et je me perds car de nouveau il me laisse lire ce qu’il ressent et c’est un message magnifique que je décrypte.

    “J’ai promis de ne plus jamais fuir… mais alors… on est ensemble.” Je me rends compte que si j’ai peur, lui aussi ressent la même chose. Il a peut-être peur que je ne sois pas sérieux, après tout, il ne peut pas se douter que je l’aime depuis si longtemps. Je souris avec tendresse, remerciant cette fois les garçons de m’avoir fait boire, car je lui réponds sans détour, sans réfléchir et c’est la meilleure des réponses que je pouvais lui faire. 

    “Tu es dans mon coeur, depuis le jour où je t’ai rencontré Nanon.” Ses yeux s’éclairent alors et ses lèvres reprennent les miennes en douceur, ce baiser n’a pas la même saveur que les autres, celui-là est le premier alors que l’on sait tous les deux que jamais plus nous ne pourrons n’être que des amis. Il est doux, tendre et plein de promesses, il crée une bulle autour de nous et je ne veux plus jamais le lâcher. Ses lèvres quittent les miennes et il cache son visage dans mon cou où son souffle me chatouille. Ses bras autour de mes épaules me serrent le plus fort possible et je lui rends son étreinte en déposant un baiser sur sa tempe.

    -----------------------------------------

     

    You're My First And My Last Love (2/3)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :