• Prologue : Hell

    Prologue : Hell

    ♪ Huh, because I'm Happy ♪

    ♪ Clap along if you feel like a room without a roof ♪

    ♪ Because I'm Happy ♪

    ♪ Clap along if you feel like happiness is the truth ♪

    ♪ Because I'm Happy ♪

    ♪ Clap along if you know what happiness is to you ♪

    ♪ Because I'm Happy ♪

    ♪ Clap along if you feel like that's what you wanna do ♪

    Je soupire en entendant ma sœur chanter sur l’air qui passe à la radio. Mon père aime les chansons américaines, alors ce n’est pas étonnant qu’il chantonne lui aussi. Je jette plusieurs regards agacés à ma soeur qui me casse les oreilles, la journée a été riche en amusement et maintenant j’aimerais vraiment me reposer

    “Leew, tais-toi un peu…” Je marmonne, mais au vu du regard courroucé qu’elle me lance, je sais qu’elle m’a parfaitement entendu et pour bien lui prouver que je suis de mauvaise humeur, je lui tire la langue.

    Sa réaction est vive et douloureuse quand elle me frappe d’un coup sec sur la cuisse. “Maman ! Elle me tape encore.” C'est à son tour de me tirer la langue et je fronce les sourcils. Levant la main dans sa direction, je siffle entre mes dents quand une main large frappe la mienne pour m’en empêcher. 

    Je tourne aussitôt la tête vers Adisorn, mon grand frère, mais je ne croise que son profil, il est intervenu sans même nous regarder. Je claque la langue contre mon palet pour lui faire comprendre ce que je pense de son intervention.

    “Les enfants, calmez vous un peu. Je vous le dis à chaque fois, apprenez à vous entendre. Un jour, quand votre père et moi ne serons plus là, il faudra que vous puissiez compter les uns sur les autres pour ne pas être seul.” Maman nous interrompt d’une voix douce, mais ferme, elle se retourne pour nous sourire et comme toujours, je lui réponds par un petit sourire espiègle.

    Ce n’est pas que je n’aime pas mon frère et ma soeur, mais parfois, j’aimerais qu’ils arrêtent de me considérer comme un bébé, comme une petite chose fragile. Je voudrais juste qu’à moi aussi, ils disent des secrets, qu’ils me fassent confiance et….

    “Il y a quelqu’un garé sur le bas-côté." La voix de mon père fait voler mes pensées en éclat et je relève la tête pour observer la silhouette au loin qui est appuyé contre sa voiture.

    -----------------

    On dit que l’Enfer est un état de souffrance extrême, du corps ou de l'esprit humain après sa mort, expérimentée par ceux qui ont commis des crimes et des péchés dans leur vie terrestre.

    C’est la définition de l’enfer, que donnent les dictionnaires, mais que faire quand vous êtes coincés dans cet état de souffrance alors que vous êtes aussi vivant que possible ? C’est la question que je me pose depuis sept ans maintenant.

    Est-ce que je souffrirai plus encore une fois mort ? Est-ce que c’est possible ? J’ai peur, de vivre ou de mourir, aucune de ces deux options ne me semble attrayante, alors j’attends, je laisse le temps faire son œuvre.

    L’enfer, du latin infernus, est devenu mon quotidien depuis qu’un monstre m’a tout arraché, me laissant n’être plus que l’ombre de moi-même… je veux m’en sortir, je veux hurler au monde entier que je suis là, que j’existe, mais… Chuuut, il pourrait m’entendre. 

    Laissez-moi me fondre dans l’obscurité, disparaître, une ombre parmi les vivants et que jamais il ne puisse me retrouver à nouveau.

     

     


  • Commentaires

    2
    Mercredi 23 Juin à 22:27

    Bonjour,


    J'ai reconnu la chanson (enfin je pense) c'est Pharell Williams, j'ai pas mal dansé sue cette chansonhe


    La première parti montre une famille normale et heureuse.....mais la seconde partie est vraiment très sombre, je me demande ce qui va arriver par la suite....

    • Voir les réponses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :