• Love me for who i am...

    Bright et August ont passé la nuit ensemble, ils doivent maintenant faire face aux conséquences tout en ayant à gérer le départ de leur meilleur ami

       Histoire Terminée   

    Your're My First And My Last Love

    J’ai l’impression d'étouffer, alors que je suis en train de réaliser que j’ai perdu celui qui pendant des mois a été mon ancre. Il y a plus de six mois mes parents ont décidé qu’ils voulaient aller vivre à l’étranger, qu’ils voulaient tenter l’aventure aux Etats-Unis et peut-être avoir la grande vie, comme ils en rêvaient depuis toujours. Au début, l’idée de partir vivre si loin de la Thaïlande, m'est apparu comme une aventure excitante, mais ça, c’était jusqu’à ce que je comprenne, que je réalise qu’en fait, mon départ ne faisait pas partie des plans de mes parents. Moi, je devais rester ici tout seul, continuer mes études et ne pas faire de vagues. 

    Je n’ai pas d’autre famille qu’eux et du jour au lendemain, je me suis retrouvé totalement seul, j’éprouve un sentiment d’abandon tellement profond que j’ai l’impression de me noyer. J’ai craqué un soir au lycée, alors que le professeur réclamait de voir mes parents à cause de la baisse de mes notes. Je suis sorti de la salle en larmes, personne ne viendra parler avec le prof, puisque je n’ai absolument personne. En sortant, j’ai bousculé New sans faire attention à qui c’était, j’avais juste besoin de partir, besoin de m’isoler car je ne supportais pas montrer mes émotions aux gens.

    Je n’arrive pas à expliquer comment il a fait, mais quelques minutes plus tard, je pleurais dans ses bras forts. Il m’a soutenu sans rien dire, sans me juger ou se moquer. Il m’a laissé évacuer ma peine, me tenant juste contre lui, ne tenant pas compte de sa chemise trempée. Il m’a fait sourire quand mes pleurs se sont taris et sans trop réfléchir, je l’ai embrassé. Ma sexualité a toujours été claire pour moi et je n’ai pas honte d’aimer les hommes et là j’en étais certain, je voulais qu’il reste près de moi. 

    J’étais sûr que nous nous aimions, que notre couple était beau et fort. Je voulais l’annoncer à tout le monde. Je voulais lui tenir la main dans la rue et l’embrasser entre deux portes au lycée. Je ne rêvais que de ça, pourtant, lui semblait plus réservé et j’ai toujours accepté et respecté son choix de ne pas en parler. Aux yeux du monde, nous étions seulement deux amis, mais c’est avec lui que j’ai vécu la majorité de mes premières fois et même maintenant, je ne veux pas que New me quitte, même si je sais qu’il est déjà trop tard.

    Un bruit sourd contre la porte me ramène au présent et j’ouvre mes yeux qui sont baignés de larmes alors que des sanglots me font hoqueter. “Bright… va t’en…”  Ma voix est faible, rauque et cassée pourtant, je sais qu’il m’entends. Je pose mes mains devant mes yeux, j’ai les idées complètement embrouillées alors que celui qui continue de tambouriner à la porte a pris une place étrange dans ma vie et mon coeur.

    Depuis notre rendez-vous, il est présent dans mes pensées, notre baiser se jouant et se rejouant dans ma tête. Pourtant, lui non plus ne m’aime pas, comme il a si bien su le dire, il aime les femmes, il craque pour Som depuis des années et moi, je ne suis qu’une expérience, l’attrait de la nouveauté et quand il aura assouvit sa curiosité, celui qui jusque là n’était qu’un ami, m’abandonnera comme les autres et retournera vers Som et les filles.

    Quand j’ai lu le message de New sur le téléphone de Bright plusieurs minutes plus tôt, j’ai compris que je l’avais réellement perdu. Ses paroles de la veille me sont alors revenues en tête, il aime Pond depuis des années, alors qu’il ne ressentait rien pour moi. J’ai senti que j’allais craquer pour de bon. Et contre toute attente, je ne voulais pas que Bright me vois faible, je voulais qu’il garde l’image qu’il a habituellement de moi. Alors je l’ai mis dehors, je me suis laissé glisser le long du mur, incapable de m’éloigner de la porte, mes jambes ne me portaient plus et j’ai éclaté en sanglot.

    Mon coeur est en morceau, celui qui l’a maintenu pendant des mois l’a lâché et il est encore plus brisé qu’avant. Je ne suis pas sûr de pouvoir me relever un jour alors que je m’en rends compte, je ne suis rien pour personne. Je n’ai plus qu’une envie maintenant, c’est de rester seul, d’aller me cacher sous ma couette et d’essayer d’oublier tout le reste. Je tremble comme une feuille, je suis glacé et je suis juste capable de pleurer.

    “Je ne partirai pas August…” Il a arrêté de frapper à la porte depuis quelques minutes et un instant j’ai cru qu’il s’était finalement lassé, qu’il était parti rejoindre Pond et les autres. Alors, quand sa voix s’élève à travers la porte, je ressens une sensation de chaleur au creux de ma poitrine qui se répand dans mon corps. Je ferme un instant les yeux sans répondre alors que les souvenirs de la veille me reviennent, les choses sont un peu floues à cause de l’alcool, mais je me souviens de ses paroles, de son soutien. Plus que tout, je me souviens de ce que j’ai ressenti de l’avoir près de moi, mon coeur qui accélérait, l’envie qui se répandait dans mon corps et c’est moi qui ai craqué, je l’ai embrassé encore et encore, je ne l’ai pas laissé s’éloigner et je me suis perdu entre ses bras quand il m’a fait l’amour. Je me suis oublié entre ses bras, il m’a fait ressentir des choses tellements plus fortes que quand j’étais dans les bras de New.

    Tout se mélange dans ma tête, l’absence de mes parents, ma relation avec New, le départ de Pond, mes sentiments pour Bright, je vais surement devenir fou. “...Ouvre-moi s’il te plait.” Sa phrase est suppliante et mon coeur se serre, mes larmes coulent toujours sur mes joues, mais cette fois, je me fiche qu’il me voit comme ça ou non, je veux juste qu’il soit près de moi, ce n’est pas vrai, je ne veux pas être seul, je veux quelqu’un à côté de moi et c’est la raison pour laquelle j’ai tout fait pour garder New près de moi.

    Je soupire, tente une première fois de m’essuyer les joues, mais elles sont rapidement remplacées par d’autres. Je ne sais pas si je suis en train de faire une nouvelle erreur ou pas, mais je suis mon instinct. Je me redresse suffisamment, pose ma main sur le verrou et le tourne pour laisser l’accès à Bright. Je me réinstalle contre le mur les genoux contre mon torse. Je veux pouvoir compter sur lui et pour lui, même si je sais au fond de moi qu’il risque de m’abandonner pour une autre plus tard.

    Je tords mes doigts alors que j’entends la porte s’ouvrir doucement, mais je laisse mon regard dériver partout sauf vers lui. Mon coeur tape dans ma poitrine alors qu’elle se referme derrière lui, je sens soudain la fatigue s’abattre sur moi, je me sens vide, sans plus aucune énergie. Il règne un calme étrange dans la chambre, alors qu’il s’approche de moi en silence. Je n’ose pas lever les yeux et croiser son regard, j’ai peur d’y voir de la pitié et ça, je ne le supporterais pas.

    Il s’agenouille à côté de moi, passe sa main dans mes cheveux et je ferme les yeux car j’aime la sensation. Est-ce normal de l’apprécier autant, alors que jusqu’à hier je pensais en aimer un autre ? Cette idée me comprime de nouveau la poitrine et les larmes qui avaient commencées à se tarir quand il est entré reprennent de plus belle. Bright ne fait aucune remarque, pas de blague, pas de moquerie. Il s’assoit, s’appuie contre le mur, puis il passe son bras autour de mes épaules et m’attire à lui. Je me laisse complètement aller et je pose ma tête contre son torse. Mon bras entoure son ventre et je me serre le plus possible contre lui avant de laisser éclater tout le chagrin que je garde au fond de moi depuis bien trop longtemps.

    Sa main caresse mon dos en cercles lents et je le sens même poser ses lèvres à plusieurs reprises sur le sommet de ma tête. Je pleure un long moment, mes doigts agrippés à sa chemise. Il ne montre aucune impatience, sa voix est là, rassurante près de mon oreille et au bout d’un moment les larmes finissent par s’arrêter et je ne bouge pas, je me laisse bercer par les battements de son coeur que j’ai entendu si souvent ces derniers jours. Je rougis d’ailleurs en me souvenant de cette nuit, où je l’ai entendu s’affoler quand nos corps ne faisaient qu’un.

    Est-ce que je peux réellement baisser ma garde ? Est-ce qu’il sera vraiment là pour moi ? Est-ce que ce que je ressens pour lui est réel ou bien je m’accroche à lui parce que je suis désespéré ? Je veux croire que ce qui s’est passé entre nous depuis la soirée est réel, que ce n’est pas juste de la curiosité pour lui, qu’il ne partira pas quand il l’aura assouvi. J’ai tellement peur d’être encore une fois sur la mauvaise route, de confier mon coeur aveuglément et de le détruire un peu plus. Alors je lui offre maintenant une porte de sortie, s’il le veut maintenant je l’autorise à s’éloigner et je ne lui en voudrai même pas.

    “Pond va t’attendre, tu devrais aller les rejoindre.” Je ne reconnais pas ma voix, elle est l’ombre d’elle-même, elle me donne l’impression d’être éteinte. Je lui dis qu’il peut partir, pourtant, je ne bouge pas de contre lui, je reste dans la même position, car je ne veux pas qu’il bouge. Aussitôt, je sens qu’il resserre son étreinte autour de moi et je ne peux pas m’empêcher de sourire en sentant ma poitrine devenir un peu plus légère au fur et à mesure qu’il me répond.

    “Je t’ai dit hier, que j’étais à tes côtés. Si tu restes là, alors je ne bouge pas. La seule chose que je veux, c’est que tu réussisses à leur pardonner avec le temps, je ne veux pas que tu les détestes.” Sa demande est difficile pour moi, je me sens trahi, même si je sais qu’au fond, ils n’ont rien fait de mal. Ils s’aiment, je ne peux même pas leur en vouloir et c’est peut-être ça qui est difficile finalement. Je n’ai rien contre quoi me mettre en colère et New a même été honnête avec moi car il ne voulait pas me blesser davantage et qu’au fond s’il ne m’aime pas comme je l’aurais voulu, il tient à moi. 

    Je lève alors les yeux vers lui pour la première fois depuis qu’il est revenu dans l’appartement. Mon coeur rate un battement, il n’y a aucune trace de pitié dans son regard, juste de la tendresse et j’arrive même à lui faire un petit sourire. “Mais lui, il t’attend.”

    Je ne sais pas pourquoi j’insiste tant pour qu’il parte alors que mon corps montre bien que je veux qu’il reste. Il me caresse un instant la joue, avant de finalement bouger légèrement afin de pouvoir accéder au téléphone qui se trouve dans la poche de son short. Je tente de me relever, mon coeur se serre quand je pense que finalement, il va partir. “Ne bouge pas.” Il me ramène rapidement contre lui ne voulant pas que je m’éloigne et rapidement, il tape un message, il ne me le cache pas et je lis en même temps.

    [Je ne pourrai pas venir à l’aéroport. Bonne chance mec !] 

    Mon sourire s’agrandit quand je comprends ce qu’il écrit, je prends une grande inspiration alors que le poids sur ma poitrine vient de totalement disparaître. Il m’a choisi, je lui ai laissé le choix et il ne veut pas partir pour rejoindre notre ami, non, il préfère rester près de moi. Je ne sais pas ce que veut dire notre relation pour le moment, si on est des amis, des amants ou s’il y a de réels sentiments entre nous, mais cette fois-ci je veux prendre mon temps, mais il vient de me prouver que je compte pour lui et ça me fait un bien fou. Nos regards se croisent et j’entends son coeur accélérer. Je me mordille un instant la lèvre inférieure, plus tôt, il m’a demandé quelque chose. Je n’ai pas voulu y répondre sur le moment, mais là je veux lui prouver que lui aussi compte pour moi et que j’entends ce qu’il me dit. “Je dois passer un appel.”

    Ma voix est encore triste, mais elle est surtout fatiguée. Quand je cherche à me lever, cette fois, il me laisse partir et je réprime le petit frisson qui me parcourt le dos, parce que j’étais bien au chaud dans ses bras. Je me sens un peu flageolant et je me dis que c’est sûrement parce que j’ai à peine dormi cette nuit, que j’ai un peu la gueule de bois et que, émotionnellement, ça a été une véritable tornade. Je prends rapidement mon téléphone, ma main est ferme et c’est avec détermination que je compose le numéro de téléphone de celui qui est mon ami depuis de longues années. Je sens le regard de Bright sur moi et je lui tourne le dos pour pouvoir avoir le courage de dire les choses sans perdre le fil. Quand enfin il décroche et que sa voix s’élève, je sens ma gorge se serrer, mais je m’humidifie les lèvres et je me lance.

    [Allo !]

    “Je te laisse New.”

    Je n’avais pas prévu ce que j’allais lui dire, et je suis vraiment surpris que ce soit ce qui sort en premier dans la conversation. Pourtant ces mots sont criant de vérité, j’ai compris que me battre pour lui ne servirait à rien, à part nous faire du mal à tous et malgré tout, je ne le veux pas.

    [Je suis désolé…]

    Un petit sourire douloureux se place sur mon visage. La situation est tellement absurde et je sais au fond qu’il ne voulait pas me faire de mal, qu’il n’avait pas programmé que les choses se passeraient comme ça, même si c’est dur à accepter. Malgré tout, c’est mon ami et je ne veux pas le perdre non plus.

    “Prends soin de toi. Un amour longue distance, c’est dur à gérer dans le temps.”

    Je veux vraiment croire que notre amitié est forte, qu’elle est réelle et c’est pour ça que je l’encourage, parce que c’est ce que ferait tout ami. Je veux qu’ils soient heureux et qu’ils se battent pour y arriver.

    [Oui. Je suis désolé.]

    Je soupire doucement, la situation est difficile et si ma voix est claire et joyeuse, je sens mon menton trembler un petit peu. Je ne veux pas qu’il parte en s’inquiétant pour moi, après tout, je n’aime pas que les gens s’inquiètent pour moi, c’est pour ça que je ne parle jamais de moi. Alors je suis bien décidé à ce qu’il soit serein sur la situation.

    “Combien de fois tu vas t’excuser ? Ne t’inquiète pas.”

    Je me retourne alors pour faire face au garçon qui se trouve encore avec moi. Non, il doit arrêter de s’en vouloir et de s’inquiéter car au fond de moi, j’ai l’impression que tout va bien aller. Nos regards se croisent et il m’observe un petit instant avant de me faire un petit signe de tête pour m’encourager à continuer, pour me donner de la force et me montrer qu’il sera mon soutien.

    “Je vais super bien.”

    A cet instant, ma voix est joviale, presque heureuse parce que je ressens la bienveillance de Bright sur moi. Je prends une profonde inspiration et je me tourne de nouveau vers la fenêtre pour reprendre ma concentration et finir cette conversation. Je sens pourtant, qu’il faut que je coupe court, je ne veux pas qu’il entende que ma voix flanche, car sinon tout ça n’aura absolument servi à rien.

    “Bien, bien. Prends soin de toi.”

    [Hum. D’accord]

    Je raccroche lentement, mon bras retombe le long de mon corps et même si je me sens plus léger et en paix avec moi-même, je sais que ce sera douloureux encore un certain temps. J’ai le regard perdu dans le vague, les yeux fixés sur l’extérieur. Je pense à la prochaine étape, celle qui sera cruciale finalement et qui décidera si la soirée trois jours plus tôt sera la dernière pour notre petit groupe. Je devrais rencontrer New, prendre le temps de discuter avec lui, de mettre les choses à plats en espérant qu’il soit possible pour nous de sauver notre amitié.

    Je ferme les yeux un instant et je me sens légèrement tanguer, je suis épuisé et maintenant que mon corps et mon esprit s’apaisent, la fatigue reprend le dessus sur tout. Je voudrais juste m’allonger et dormir quelques heures, mais aujourd’hui, il y a cours et je ne sais pas comment je vais réussir à tenir une journée entière à faire semblant de sourire pour faire comme si tout allait bien. Je sursaute légèrement quand je sens deux bras s’enrouler autour de ma taille et que le torse de Bright se colle à mon dos. “Tout va bien se passer, je suis là pour toi.”

    Sa bouche se pose sur ma nuque et un frisson court le long de ma colonne vertébrale. Nous ne sommes pas en couple, nous sommes pourtant plus que des amis car des amis ne se comportent pas comme ça. Il m’enserre dans un cocon de chaleur et il ne me faut pas longtemps pour que je laisse ma tête tomber contre son épaule, posant mes mains sur les siennes qui sont posées sur mon ventre. “J’ai peur que tu te réveilles demain et que tu te rendes compte que c’est Som que tu veux.”

    Je sais que pour le moment, on ne s’est fait aucun promesse, que l’on doit prendre le temps avant tout, mais j’ai cette peur au fond de moi. J’ai peur de réellement m’attacher, de réellement l’aimer et que finalement, il ne me tourne le dos. Alors je lui en parle pour ne pas laisser cette peur tapie dans un coin de ma tête, je sais que sinon, elle va ressurgir régulièrement jusqu’à devenir ingérable. Alors j’ai besoin qu’il me rassure, qu’il trouve les mots pour l’éloigner et pouvoir réellement me détendre. Je sens son soupir dans mon cou avant qu’il ne me fasse pivoter pour que nous soyons face à face.

    Je ne veux pas comparer, pourtant, alors qu’il me regarde, ses bras autour de moi, nos corps collés l’un contre l’autre., je ne peux pas m’empêcher de me rendre compte que New et moi n’avons jamais été comme ça, alors que nous sortions ensemble. On s’est tenu la main, on s’est embrassé, on a même fait l’amour, mais, je ne me suis jamais senti aussi connecté que je le suis avec Bright. “Je ne peux pas te promettre que notre histoire durera jusqu’à la fin des temps, mais c’est toi que j’ai choisi, c’est toi qui a fait battre mon coeur et c’est avec toi que j’ai envie de construire quelque chose.”

    Je ne le quitte pas des yeux pendant qu’il parle et mon coeur bondit à plusieurs reprises dans ma poitrine, il ne me fait pas de promesses qu’il sait peut-être impossible à tenir, mais il me promet de rester près de moi et de faire de son mieux. Je passe mes bras autour de son cou et je lui souris pour de vrai, pas ce sourire de façade de ces six derniers mois, un sourire franc et réel. Je ne sais pas qui fait le premier pas, je pense sincèrement qu’on s’est avancé tous les deux en même temps, mais nos lèvres se retrouvent collées l’une contre l’autre et c’est un baiser doux et tendre. Aucun de nous ne cherche plus et je savoure juste les sensations qu’il éveille en moi. Je ne veux pas que ça s’arrête, je veux que le moment dure pour toujours. 

    Sans que nos lèvres ne se séparent, il recule lentement pour nous approcher du lit, mais je sais qu’il n’a aucune idée derrière la tête. Il ne veut pas abuser de la situation. Comment je le sais ? Aucune idée, mais quand il bascule sur le lit, je le laisse m’attirer à lui et je me retrouve rapidement allongé tout contre lui, ma tête reposant sur son torse et je souris en entendant le son de son coeur qui bat aussi rapidement que le mien. “Repose-toi August, on a tout le temps tous les deux.”

    Il m’embrasse le front, nos jambes s’emmêlent et je pousse un petit soupir de bien-être quand il pose la couette sur nous. Cette nuit, après que nous ayons fait l’amour, il s’était rapidement endormi, me tenant dans cette position, mais j’avais rapidement quitté ses bras, seulement là, je ne les quitterai pour rien au monde. “On doit aller à l’école.” Je le dis pour la forme, ma voix est déjà à moitié endormie alors que je sens le sommeil m’entrainer.

    Je le sens doucement rire alors que, comme tout à l’heure, sa main caresse mon dos en faisant des cercles lents. “On ira demain, aujourd’hui tu restes au lit.” Je sens à peine son dernier baiser sur ma tempe. Je me sens en sécurité dans ses bras et j’ai toute confiance en lui et en l’histoire que nous allons construire ensemble.

     

    Love me for who i am...


  • Commentaires

    2
    Samedi 4 Juillet à 09:48

    Merci pour les fanfictions ! je vais les dévorer

      • Lundi 27 Juillet à 18:37

        De rien j'espère que  ça t'aura plus.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :