• Enjoy the little thing

    Pick et Rome sont enfermé le soir dans la salle de développement photo du club de photographie à l'université. Encore une fois, Rome tente de convaincre Pick qu'ils sont plus que des amis.

    /!\ Présence de Lemon dans le texte. /!\

       Histoire Terminée   

    Your're My First And My Last Love

    “Quand tu es seul avec moi, tu n’as pas besoin d’être cool.” Ma voix résonne dans la pièce sombre, je lui souris tendrement alors que lui me regarde, hésitant. Je veux paraître confiant quand je pose ma main sur la sienne, mais en vrai je suis mort de peur. J’ai peur qu’une fois encore il me repousse et me blesse un peu plus. Je l’aime, je n’ai aucun doute là dessus et il le sait très bien, même s’il refuse de l’accepter. Je veux croire qu’un jour, nous serons plus tous les deux, pourtant, chaque fois qu’il me rejette, chaque fois qu’il se montre méchant avec moi, une brèche s’ouvre et j’ai peur qu’un jour, mes sentiments ne soient plus suffisants pour accepter cette situation.

    Mes doigts se posent lentement sur sa main, je ne le quitte pas du regard alors que j’ai l’impression que le frottement de nos peaux crée des étincelles qui réchauffent l’atmosphère. Lui baisse rapidement les yeux pour observer nos mains, il semble complètement perdu, comme s’il pesait le pour et le contre. Comme s’il tentait de déterminer ce qu’il ressentait à cet instant. Quand finalement, il relève les yeux pour rencontrer les miens, mon coeur fait un bond dans ma poitrine. Est-ce qu’il se rend compte que la manière dont il me regarde est intense, me perturbe totalement et me donne envie de faire plus que de caresser sagement sa main.

    Brutalement, il retire sa main et je sens un pincement au coeur, la voilà la brèche, minuscule, mais tellement douloureuse. Je perds aussitôt la confiance que je ressentais et je me demande comment je dois réagir maintenant. Seulement lui ne change pas d’expression et il pose rapidement sa main sur la mienne. La brèche disparaît aussi vite qu’elle est apparue et mon coeur accélère vivement. Sa main est chaude et immense par rapport à la mienne qui disparaît totalement sous sa paume. Cette fois, c’est moi qui les fixe, j’aime la sensation de chaleur qui roule sous ma peau comme à chaque fois qu’il prend l’initiative de me toucher, ce qui est plutôt rare...

    Je suis un peu perdu dans mes pensées, mais j’ai un petit sourire aux coins des lèvres. Je pourrais me contenter de ce toucher, non je dois m’en contenter, je ne dois pas être avide, car il ne m’offrira rien de plus, je le sais bien. Sa main serre un peu la mienne, me ramenant à la réalité du moment et je relève la tête vers lui en prenant une petite inspiration. Son regard est aussi brûlant que sa main et je me sens rougir, car je n’ai pas honte de le dire, cet instant est grisant et excitant. 

    J’essaie pourtant de me préparer, je sais ce qui suit invariablement ces moments-là. Il va faire marche arrière, il va reculer comme toujours et s’éloigner un peu plus de moi après avoir dit quelque chose de blessant. Je le sais, pourtant, je ne bouge pas, je ne parle pas, je reste immobile à attendre. Seulement, cette fois il me surprend, il pose sa main sur mon épaule, la serrant un peu au passage, mais il ne cherche pas à me faire mal, il me force à me redresser et à lui faire face.

    Il y a quelque chose de différent ce soir, il ne se comporte pas comme d’habitude, j’ai l’impression qu’il est déterminé et son regard intense me fait frissonner de la tête aux pieds. Je me rends soudain compte qu’il m’envoie peut être inconsciemment tout ce qu’il ressent au fond de lui, amour, désir, peur, je vois chaque émotion dans ses yeux alors que l’on se fixe. Je ne dis rien, je ne veux surtout pas qu’il se reprenne, je veux qu’il continue longtemps à me regarder de cette manière.

    Je pense qu’il va m’embrasser, je sais, je commence à devenir avide, je sais que c’est mal et que je vais souffrir. Seulement, je rêve qu’il le fasse à nouveau depuis notre retour de camping. Lui semble pourtant avoir une autre idée en tête et il me donne des palpitations quand la bouche entrouverte, il pose ses mains sur le premier bouton de ma chemise. J’avale difficilement ma salive, mon cerveau n’arrive plus à analyser les faits, je n’arrive pas à comprendre ce qui est en train de se passer et la seule chose que j’arrive à me dire, c’est que j’espère que tout ça n’est pas un rêve.

    Il me fixe intensément, mais je ne peux pas m’empêcher de baisser les yeux alors qu’il déboutonne ce premier bouton. J’ose à peine respirer, j’ai peur qu’un geste trop brusque ne le ramène à la réalité et qu’il arrête ce qu’il est en train de faire. Je voudrais sembler confiant, je voudrais maîtriser la situation et pourtant, malgré mon envie, je me sens timide et pendant un moment je n’ose plus le regarder. Mais, du coin de l’oeil, je le vois en train de sourire alors qu’il écarte ma chemise, exposant petit à petit la peau de mon torse au fur et à mesure qu’il défait les boutons.

    Ma respiration se fait plus forte et rapide avant qu’un soupir ne passe mes lèvres quand ses mains se posent sur mes pectoraux. Ma bouche est entrouverte alors que lentement il les fait glisser sur ma peau pour remonter vers mes épaules et le frottement fait apparaître de nouveau les étincelles. Il est concentré sur ce qu’il fait, observant ses gestes, mais aussi mes réactions et je me demande ce qu’il doit lire sur mon visage alors que ses mains suivent les lignes de mes bras, les descendant en entraînant ma chemise qui tombe au sol, oubliée dès qu’elle a quitté mon corps.

    Je rougis fortement car je suis torse nu devant lui, mais surtout, ses mains n’ont pas quitté mon corps, il continue de me caresser, ses doigts effleurant ma peau et je retiens difficilement un gémissement quand il s’attarde sur mes tétons. Je me mordille fortement ma lèvres car quand je lui ai dit de ne pas jouer les mecs cool avec moi, jamais je n’ai imaginé qu’il laisserait tomber ses barrières comme ça. Ses mains remontent de nouveau alors qu’elles se posent sur ma nuque, il m’attire vers lui, collant nos corps l’un à l’autre. Il prend alors le temps de découvrir les courbes dessinées par les muscles de mon dos, descendant vers mes reins avec une lenteur qui n’est pas loin d’être de la torture.

    Instinctivement, J’ai posé ma tête contre son épaule, prenant un grande inspiration et sentant son odeur avec plaisir. Je ferme les yeux en entourant sa taille de mes bras le rapprochant encore plus de moi. Nos hanches se rencontrent vraiment, nos sexes se frôlent et un léger gémissement passe mes lèvres, alors que lui pousse un petit grognement. Ses actions ne nous laissent pas indifférents, nos corps réagissent à ses caresses et j’ai un petit sourire quand je comprends qu’il est tout aussi excité que moi.

    Je suis en feu alors qu’il ne fait que caresser mes reins, je me demande comment il fait pour me faire réagir de cette manière. Je veux moi aussi découvrir son corps, sentir sa peau contre la mienne, alors lentement je saisis le tissus de sa chemise et la remonte jusqu’à ce que je puisse glisser mes mains dessous et quand enfin je pose mes mains sur ses hanches, je le sens frissonner contre moi et je ne peux m’empêcher de sourire alors qu’à mon tour je découvre tout ce qui est à ma portée.

    Ses mains remontent lentement jusqu’à mon visage, les prenant en coupe pour me faire me redresser, m’éloignant de lui et je ne peux pas m’empêcher de faire une petite moue déçue. Seulement, quand je croise son regard, je fonds littéralement, alors qu’il est brûlant de désir. Je sens mon bas ventre se contracter à cette vision que j’ai toujours crue impossible, jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse me porter un tel regard. Comme moi, il a la respiration courte et chaque fois que l’on fait un mouvement, nos hanches nous laissent clairement comprendre l’excitation que l’autre ressent.

    Je n’ai pas le temps de réfléchir plus qu’il fond sur mes lèvres, on est tellement loin du baiser timide que l’on a échangé dans la voiture. Celui-là est fougueux, profond et bruyant alors que nos langues se rencontrent pour la première fois. Cette fois, je ne peux plus avoir peur d’être en train de rêver, pas quand sa langue, ses lèvres et ses mains éveillent mon corps de cette façon. D’ailleurs, je ressens vite une pointe de douleur quand il me mordille la lèvre inférieure, tout ça est réellement en train d'arriver et c’est loin d’être déplaisant.

    Il me regarde tellement intensément que je suis incapable de détourner le regard, j’ai l’impression qu’il pourrait me manger. Il fait un pas en avant et sans réfléchir je recule d’un pas, j’ai du mal à respirer, ma peau se couvre de chair de poule, il a complètement pris les choses en mains, c’est lui qui mène la danse. Il fait un deuxième pas et me fait reculer jusqu’à ce que finalement, mon corps bouillant rencontre le mur froid de la salle me faisant violemment frissonner. Mon instinct prend le dessus, mon cerveau est aux abonnés absents, il ne veut pas réfléchir, juste profiter de ce qui est en train de se passer. Je me rapproche alors de lui pour retrouver la chaleur de son corps.

    Je me laisse complètement aller entre ses bras, alors que ses lèvres rejoignent ses mains quand il commencent à goûter la peau de mon cou, je ferme les yeux, rejetant la tête en arrière pour lui laisser un meilleur accès. Ses lèvres sont douces quand elles suivent ma jugulaire, je pousse un léger cri quand sa langue chaude laisse un tracé humide jusqu’à ma clavicule et mes ongles s’enfoncent à travers le tissus de sa chemise quand il suçote mon épaule, laissant une trace rouge bien visible.

    Je suis hors du temps, hors du monde, je ne peux que savourer le moment et prier pour qu’il dure encore et encore. Pourtant, j’ouvre brusquement les yeux en prenant un grande inspiration quand je me rends compte que ses mains se sont posés sur la ceinture de mon pantalon et qu’il en fait sauter le bouton. 

    “P...P’Pick…” Nos regards se croisent, il a les lèvres rouges à cause de nos baisers, ses joues sont colorées et ses yeux scintillants me regardent avec une lueur de défi, mais également de doute et d’envie alors que lentement, il ouvre la fermeture éclair de mon pantalon. Est-ce que c’est une bonne idée d’aller si loin ? Est-ce qu’il ne le regrettera pas plus tard ? Est-ce que j’ai envie de l’arrêter ? Je ne veux pas qu’il ait des regrets plus tard, je refuse qu’il se serve de ce moment entre nous pour me blesser comme il sait si bien le faire.

    Pourtant toutes mes questions et mes doutes sont réduits en cendre à l’instant même où sa main se glisse dans mon pantalon et mon caleçon et qu’elle se referme sur mon membre dressé. La sensation est tellement exquise qu’un grognement bas s’échappe de ma gorge alors que je me mords la lèvre. La sensation est encore meilleure quand timidement, il fait un premier mouvement de va-et-vient. Mes mains se posent sur sa nuque et je l’attire à moi pour reprendre possession de ses lèvres, j’en savoure une fois encore leur goût et leur douceur.

    Ses gestes sont hésitants, mais je savoure chacun des va-et-vient qu’il fait et qui commencent à éveiller un véritable brasier entre mes reins. Petit à petit, il prend confiance dans ce qu’il fait quand il comprend que j’aime ça, il se montre plus audacieux et je finis par appuyer le haut de mon corps contre le mur en tentant de respirer du mieux que je peux. Tentative qu’il réduit à néant quand son pouce passe sur mon extrémité et c’est un gémissement fort qui répond à son geste.

    Je ne sais pas quelle image il peut avoir de moi maintenant, alors que le haut de mon corps dénudé est appuyé contre le mur, que mon pantalon est à moitié baissé et que sa main s’active sur mon sexe me laissant pantelant. Il me dévore du regard alors qu’il semble curieux, il agit encore comme s’il cherchait à comprendre, à trouver des réponses dans ce qui est en train de se passer et moi je veux qu’il comprenne, je veux qu’il ressente ce qu’il est en train de me faire ressentir, je veux le voir aussi alangui que moi.

    C’est donc sans aucune hésitation, les mains tremblant légèrement à cause du plaisir qui traverse mon corps, que je m’attaque moi aussi au bouton de son pantalon, je veux moi aussi le découvrir intimement, je veux le toucher et voir l’abandon dans son regard. Alors de manière un peu précipitée, je baisse son pantalon et son caleçon juste assez pour avoir accès à son sexe qui comme le mien se dresse fièrement contre son bas ventre.

    Je laisse mon regard glisser sur son intimité et je ne peux pas m’empêcher de me mordre la lèvre avec gourmandise alors que l’envie de faire bien plus que le caresser fait que mon bas ventre se contracte délicieusement. Je relève les yeux vers P’Pick et je constate que ses joues sont devenues légèrement plus rouges qu’auparavant.

    Sa main caresse lentement mon sexe, il attend de voir ce que je vais faire et je ne le fais pas attendre. Mon doigt glisse sur toute sa longueur le faisant brusquement grogner quand mon index suit la courbe de son gland, il ferme les yeux, savourant les sensations. Il est magnifique, les yeux fermés, la bouche entrouverte, la tête légèrement en arrière, il se mord la lèvre quand je le prends totalement en main, ma main montant et descendant sur lui en me calquant au rythme qu’il m’impose. C’est lent, sensuel et des vagues de plaisir me submergent de plus en plus.

    Il rouvre les yeux quand un vrai gémissement passe la barrière de ses lèvres et je peux voir qu’il est surpris par sa réaction, son regard se fait timide et hésitant et je veux le rassurer en posant ma main libre sur sa joue, caressant doucement la commissure de sa lèvre. Je le vois alors me sourire avec tendresse avant que son visage ne se trouble quand j’accélère un peu mon mouvement sur son sexe, ma main coulisse sur lui et il s’accroche à ma nuque en prenant une profonde inspiration avant de sauter sur mes lèvres. 

    Nos lèvres ne se quittent plus, nos baisers sont intenses alors que nos mains ne sont pas en reste. Il calque son rythme au mien, mais très vite, il cherche à reprendre le contrôle, à dominer en allant plus vite me faisant longuement gémir. Ma main se serre sur son épaule pour me maintenir debout alors que je sens mes jambes se mettre à trembler. Je ne veux pas le laisser gagner alors j’accélère obtenant moi aussi une réaction de sa part. Nous naviguons tous les deux dans le plaisir, dans la joie de sentir l’autre si proche.

    Nos gémissements sont étouffés par nos baisers et petit à petit je me sens perdre pied. Je ne veux pas qu’il gagne la partie, mais il faut que je me rende à l’évidence, ce qu’il me fait ressentir me fait perdre pied. La boule de plaisir grandit au creux de mes reins, je ressens de l’électricité dans tout mon corps et je sais que je ne tiendrai pas encore longtemps avant d’exploser. Il semble très bien le comprendre, il accélère encore alors que sans que je m’en rende compte, mes hanches viennent à sa rencontre.

    Les mouvements de ma main sur son sexe se font de manière plus anarchique, ma main libre agrippe le tissus de sa chemise, alors que mon souffle se perd. La tension dans mon corps est trop intense, le plaisir a besoin de prendre possession de moi et c’est pire encore quand à chaque fois que sa main remonte, son pouce caresse mon gland. Je quitte ses lèvres, mes yeux sont fermés et je tente de respirer, mais je n’y arrive plus, je m’accroche désespérément à lui alors que la boule grandit encore, j’ai l’impression qu’elle va m’écraser et tout détruire sur son passage. “P’Pick…” Il pose son front contre le mien alors que j’ai déjà oublié ce que je voulais dire quand il accélère encore un peu sa douce torture sur mon sexe. Et finalement, il gagne, je perds la bataille. La boule de plaisir explose soudainement entre mes reins, la vague enveloppe tout mon corps dans une sensation de chaleur alors que ma respiration se coupe, mon corps se contracte entièrement et un long gémissement sort de ma bouche entrouverte. Mon sexe soubresaute dans sa main alors que je me répands en tremblant de partout, un instant, je ne suis plus dans cette salle, je suis dans mon propre monde. 

    Le plaisir ne semble pas vouloir disparaître, il est là brûlant tout mon corps alors que sa main continue d’aller et venir sur mon sexe et que la mienne est incapable de bouger. Je pose ma tête sur son épaule, tentant de reprendre contact avec la réalité et je sais qu’il me faut quelques minutes pour cela. Pick ne s’impatiente pas, il me cajole, il me sert dans ses bras, ses mains caressant lentement mon dos et je sens même à plusieurs reprises ses lèvres se poser sur mon visage.

    Lentement je remets les pieds sur terre, je me sens si bien là dans ses bras alors qu’il montre une facette de lui dont je ne me serais jamais douté. Je sais aussi maintenant que c’est là ma place et nulle part ailleurs. On est fait pour être ensemble et je ne veux qu’une chose, qu’il accepte ses sentiments, qu’il n’ait plus peur du regard des autres et qu’il décide que lui et moi on est fait pour être officiellement un couple.

    Je relève lentement la tête et il m’offre un de ses plus beaux sourires alors qu’il prend le temps de remonter mon caleçon et de fermer mon pantalon. Je n’ai pas envie que cette parenthèse ne se referme, je veux encore le sentir contre moi. D’ailleurs, si moi j’ai eu un orgasme grâce à lui, si je suis satisfait au plus haut point, lui je sais que ce n’est pas le cas. Car malgré tout mon plaisir, ma main n’a pas lâcher son sexe, il est encore dur, pulsant et fortement dressé et je me demande même si ce n’est pas légèrement douloureux pour lui.

    Je l’embrasse à nouveau, de manière bien plus tendre qu’avant, presque amoureusement et il y répond avec tout autant de douceur, ses bras s’enroulant autour de mon corps et mon coeur bat la chamade. Petit à petit, je reprends les mouvements de ma main, faisant de lents  va-et-vient sur lui et je sens aussitôt ses mains se crisper sur moi, griffant légèrement ma peau alors qu’il ferme les yeux en gémissant. Je veux le faire jouir, je veux le voir complètement abandonné comme j’ai pu l’être dans ses bras un instant plus tôt.

    Je sais qu’il est excité, qu’il ne durera pas longtemps et moi je veux profiter de ce moment, je ne sais pas si un jour j’aurai l'occasion de m'abandonner entre ses bras, de le guider vers la jouissance, mais je veux faire plus que le toucher avec mes mains, je veux le goûter, et si l’idée de poser mes lèvres sur son sexe me fait un peu rougir, je n’hésite pas.

    Je le repousse légèrement, l’embrassant une dernière fois et il continue de me surprendre quand ses mains se glissent dans mes cheveux, m'emprisonnant dans son étreinte alors qu’il tremble. Je me soustrais doucement à ses bras et je ne loupe pas le regard surpris qu’il m'envoie, il ne comprend pas tout de suite ce que je compte faire. Est-ce qu’il pense que je vais arrêter là ? Le laisser avec cette érection douloureuse ? J’aurais pu, une manière de lui faire comprendre ce qu’il me fait subir jour après jour à me repousser comme il le fait. Pourtant, ce soir, je veux juste lui montrer ce que je ressens pour lui, l’attraction que son corps a sur moi et c’est la raison pour laquelle je me laisse glisser le long du mur sans le quitter des yeux avant de m’agenouiller devant lui. 

    “Rome ?” Sa voix est voilée par le désir et elle est encore plus sexy comme ça. Il me regarde et son esprit semble avoir du mal à réfléchir sur ce qui se passe car il ne comprend pas véritablement ce qui se passe lorsque je fais timidement glisser ma langue sur son gland. Son regard est surpris, presque gêné alors qu’il pose ses mains sur mes épaules. Sauf qu’il ne sait pas lui même ce qu’il veut, un instant il tire sur mes épaules comme pour me faire me relever. Sauf que lorsque ma langue court sur toute sa longueur, il gémit et cette fois, il appuie sur mes épaules pour être sûr que je ne bougerai pas. Cette constatation me fait sourire alors que déjà il a le souffle court d’anticipation. “Tu n’es pas….” Il semble partagé entre son envie que je continue et celui de ne pas me forcer à faire quoi que ce soit. Je choisis alors pour lui en l’empêchant de parler plus et pour ça je fais glisser son sexe dans ma bouche. “Oh merde !” Sa réaction fait bondir mon coeur et je ne lui laisse plus la possibilité de réfléchir, je ne veux qu’une chose qu’il se concentre sur le plaisir que je suis en train de lui donner.

    Je n’ai jamais fait ça à qui que ce soit avant car je n’osais pas faire ce genre de chose, mais c’est sans hésiter que ma bouche coulisse sur son sexe. Je le fais entrer le plus possible alors que ma langue glisse sur sa longueur. Avec lui c’est différent, j’ai envie de le faire, j’avais envie de connaitre la sensation que de donner du plaisir à quelqu’un avec sa bouche et j’aime ça tout autant que lui. Car si au début j’avais un peu peur, quand ma main vient se poser à sa base il se laisse complètement aller. Ma main le masturbe, ma bouche le suce et sa main vient se placer dans mes cheveux, ses doigts s'enroulent autour de mèche et je le sens trembler. 

    Je ne peux pas m’empêcher de lever les yeux vers lui et je le trouve magnifique à cet instant. Il se retient contre le mur avec sa main gauche alors que la droite est ancrée dans mes cheveux. Pourtant ce qui me trouble le plus c’est son visage. Nos yeux se croisent, ses prunelles sont en flammes, son visage se crispe régulièrement à cause du plaisir, ses joues sont rouges et quand il se mord la lèvre inférieure quand ma langue caresse son gland je gémis moi aussi. Je suis heureux d’être celui qui lui fait ça.

    Mes mouvements deviennent plus rapides et au fur à mesure ses grognements deviennent plus forts, plus rauques. Nos regards sont connectés, on ne se lâche pas du regard alors que son sexe entre et sort de ma bouche de plus en plus vite. Doucement ses hanches commencent à bouger d’elles-même, venant à ma rencontre, il ne force pas, il ne cherche pas à s’enfoncer plus loin dans ma bouche, il ne cherche pas à imposer son rythme alors qu’il se perd totalement dans les méandres du plaisir, il me laisse dominer la situation, il me laisse l'entraîner toujours plus loin.

    Rapidement, son souffle se fait erratique, il a du mal à respirer et il gémit de plus en plus alors que le mouvement de ses hanches se fait un peu plus sec, son corps cherche l’explosion. Je sens ses ongles gratter mon cuir chevelu, il est tout proche de la jouissance et il me le confirme quelques seconde plus tard, quand il tire tout en douceur sur mes cheveux. Il n’arrive pas à parler, à la place, il tente de me faire comprendre autrement, que je dois me retirer, qu’il va venir et de toute évidence, il veut me laisser le choix de le goûter jusqu’au bout, il ne veut pas me mettre mal à l’aise. Moi je veux seulement continuer, aller jusqu’au bout et c’est la raison pour laquelle j’accélère mes mouvements, le prenant plus profondément dans ma bouche décuplant ses sensations et pourtant, il lutte pour ne pas se laisser aller.  “Rome… je.. ahn… je…” Il n’arrive pas plus à s’exprimer, il essaie un moment, mais cette fois c’est lui qui perd et moi qui gagne la bataille quand sa poigne sur mes cheveux se fait plus forte, il prend une grande inspiration en gémissant alors que tout son corps se contracte. Je sens son sexe convulser contre ma langue avant que son liquide ne se répande dans ma bouche. Aussitôt, il se détend, il pousse un long soupir en essayant de reprendre son souffle comme s’il venait de courir un marathon. 

    Je continue un moment de le sucer, lui offrant la même torture qu’à moi plus tôt et j’aime chacune de ses réactions. Finalement, je le libère, le laisse souffler avant de me relever, remontant son caleçon par la même occasion. Il a posé son coude et son avant bras sur le mur avant d’appuyer sa tête dessus. Une fois debout, je suis complètement écrasé entre lui et le mur, mais je n’échangerais ma place pour rien au monde. Je me sens heureux et j’aimerais encore profiter de son étreinte, je voudrais me lover dans ses bras, mais soudain, je n’ose plus, comme si l’instant était passé et rien qu’à cette idée, j’aurais presque envie de pleurer.

    Heureusement, il ne me laisse pas le temps de me poser trop de questions, car sa main qui se trouvait auparavant dans mes cheveux passe autour de mes épaules et il me rapproche de lui, je ne résiste pas et me colle contre lui en souriant je glisse mes bras autour de sa taille. Ma tête est tout contre son torse et mon sourire s'agrandit quand j’entends le rythme affolé de son coeur. 

    On ne dit rien, on reste là, serrés l’un contre l’autre sans bouger, moi j’écoute son coeur ralentir tranquillement alors que sa respiration s’apaise. On ne ressent pas le besoin de parler, il n’y a pas besoin de se rassurer, de s’expliquer. Ce moment était magique et j’espère que d’autres viendront un jour. Je me perds dans la douceur de notre étreinte, de nouveau ses mains caressent ma peau et je ferme les yeux pour savourer la sensation. Aucun de nous deux n’est pressé de bouger et d’interrompre ce moment rien qu’à nous, notre petite bulle d’intimité. Car je le sais, cette bulle n’est pas encore faite pour durer, elle éclatera quand l’un de nous bougera ou prendra la parole. Pourtant je ne suis pas triste à cette idée, je sais qu’il n’est pas prêt à ce que l’on soit officiellement un couple, mais ce soir, il m’a offert la confirmation qu’il m’aime réellement et me désire encore plus, alors je suis prêt à l’attendre, je suis prêt à lui pardonner les méchancetés que la peur lui fait dire et à me battre jour après jour pour nous, car un jour, il finira par ouvrir les yeux et accepter ce qu’il ressent vraiment.

    “Ta photo a sûrement fondu depuis le temps.” Il reprend finalement la parole, sa voix est encore un peu rauque et cela m’envoie des frissons dans tout le corps. Il se redresse, retirant sa tête de son coude pour m’observer avec un petit sourire en coin, mais il ne me relâche pas et je savoure alors ce moment supplémentaire. Je ressens également comme une sensation de montagne russe, quand le coeur semble remonter dans la poitrine quand pour la première fois depuis des mois, il me laisse voir son vrai visage. Il est détendu, calme et même un peu timide, voilà des aspects de sa personnalité qui me plaisent autant que le reste et j’espère que maintenant, il me les montrera plus souvent.

    Il me faut un petit moment pour comprendre de quoi il parle et puis ça me revient soudain. La raison de notre présence dans cette salle à cette heure de la nuit. Nous sommes dans  la salle de développement de mon club de photographie, j’étais en train de développer une photo de lui quand… je me mordille la lèvre, un peu gêné maintenant et heureusement, je peux encore me cacher contre son torse pour ne pas lui montrer mon visage. “Ouais j’avais oublié. Qu’est ce que tu m’as fait ?”

    Il prend mon visage entre ses mains et une fois de plus les paumes de ses mains sont très chaudes sur ma peau, il me force à me redresser et on se fait réellement face pour la première fois depuis que l’on a commencé à se caresser. Il continue de sourire quand il me voit tout rouge et la lueur taquine que je lui connais bien réapparaît dans son regard, il veut s’amuser, je le sais bien. “Qu’est ce que j’ai fait ?” Et voilà le P’Pick que je connais, qui maintenant joue les petits innocents pour me voir mettre des mots sur ce que l’on vient de faire.

    “Tu as défait mes boutons.” Je lui réponds avec un air de défi sur le visage, je ne vais pas entrer dans son jeu car maintenant, je me sens timide. Certes, je lui avais dit qu’il n’avait pas besoin d’être cool quand nous étions seul tous les deux, mais à aucun moment je n’avais pensé qu’il se laisserait aller à ce point-là et que… attention, je n’ai aucun regret, j’ai aimé chaque seconde, seulement, je… Ses lèvres interrompent le flot de mes pensées en se posant sur les miennes. Cette fois, il m’offre un baiser chaste, doux et rassurant.

    “Tu as aimé, pas vrai ?” S’il essaie de rire avec insolence, je peux quand même voir que son visage s’est soudainement assombri, que ses yeux sont inquiets et qu’il cherche à se rassurer dans mon regard. Une nouvelle fois, il me laisse entrevoir une autre facette de sa personnalité, le P’Pick pas sûr de lui, attentionné et tendre. Je tombe encore plus amoureux de lui à cet instant, alors que je dépose rapidement mes lèvres sur les siennes avant de sourire et de hocher la tête pour le rassurer. Il soupire de soulagement avant de rapidement reprendre sur un ton joueur.  “J’étais juste inquiet que tu aies trop chaud.”

    On finit par s’éloigner l’un de l’autre, à regret car je sais que le moment est passé, que notre relation n’aura pas évolué pour autant et que demain tout sera comme avant cette merveilleuse parenthèse. Il referme lentement son pantalon, lissant rapidement sa chemise et s’assurant qu’il est présentable. Moi, ne plus être tout contre lui me fait violemment frissonner de froid. “Comment je pourrais avoir trop chaud ? La clim est vraiment froide ici.” Il lève les yeux, surpris, avant de laisser glisser son regard sur moi, il me dévore de nouveau du regard, alors qu’il observe les quelques suçons qu’il a laissé sur mon torse et qu’il ne s’arrête sur mes tétons que le froid fait pointer et il a alors un sourire coquin qui naît sur ses lèvres, il laisse d’ailleurs sa langue glisser dessus pour les humidifier avant de la mordre et quand il fait ça, je me sens rougir, mais je dois surtout faire en sorte de me contrôler, de ne pas lui sauter dessus à nouveau.

    Il s’éloigne alors pour aller ramasser ma chemise et moi je souffle pour tenter d’évacuer la tension qui de nouveau veut prendre possession de mon corps. Est-ce qu’il se rend compte du pouvoir qu’il a sur moi ? De ce qu’il me fait ressentir juste avec un sourire ? Il revient vers moi, ma chemise entre ses mains et je pense un instant qu’il va me la lancer pour que je me débrouille avec, mais pas cette fois. Il s’approche de moi et m’aide à l’enfiler, ses mains trouvant mille et une raisons d’effleurer mon corps avant de lentement reboutonner chaque bouton.

    Je le fixe en train de faire, alors que la chaleur réapparaît dans mon corps, que mon coeur accélère et que je le trouve tout autant sensuel dans sa manière de me déshabiller que de me rhabiller. Il remet bien mon col avant de tirer dessus pour m’attirer à lui et il capture une dernière fois mes lèvres et je frémis car inconsciemment, je veux voir une promesse dans ce baiser. Il se recule en me souriant avant de me saisir la main et d’entrelacer nos doigts. Je me demande un instant s’il n’a pas décidé de me tuer sur place. “On y va, j’ai super faim.” Je ne peux pas m’empêcher de rire et de rougir en même temps alors qu’il serre doucement ma main dans la sienne, puis sans attendre de réponse, il m’entraine vers la sortie de la salle pour que l’on puisse aller manger ensemble.

    Cette soirée a été un doux rêve pour moi, la découverte du plaisir dans ses bras et je sais qu’un jour, il y aura plus entre nous et que nous partagerons d’autres moments intimes car je veux croire en nous. Je dois juste laisser la porte se refermer sur cette parenthèse sensuelle et patienter jusqu’à ce que la prochaine s’ouvre et en attendant, je continuerai de rester proche de lui, car une chose est sûre, après ce soir, c’est lui et ce sera toujours lui.

     

    Enjoy the little thing


  • Commentaires

    2
    Mercredi 22 Juillet à 18:43

    J'aurais tellement aimé que ça se passe dans la série !!!! j'ai adoré ! merci d'avoir fait de ce passage ce que tout les fans ont fantasmé mdrrr XD 

      • Lundi 27 Juillet à 18:36

        Merci beaucoup, je suis contente que ça te plaise et oui la GMMtv est tellement là pour nous frustrer avec ce genre de scène. 

        Je dois t'avouer que j'ai beaucoup discuter avec les filles de la Team pour savoir ce qui se passait dans cette salle XD et surtout que j'avais une sacré pression... la Team est Babi à 90% du coup... fallait pas que je me plante lol.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :