• Chapitre Spécial : Solo Partie 1

    Chapitre Spécial : Solo Partie 1

    Remarque : Cette partie spéciale est liée à l'histoire principale. Il comprend le passé et la famille de Solo. Et c’est aussi le point de vue de Solo sur le chapitre 0. Avec cette partie, vous pourrez mieux comprendre Solo et son comportement mignon envers Gui.

    -----------

    “Laisse notre enfant apprendre ce qu'il veut.”

    C’était une des dernières demandes de sa mère avant de quitter Solo Siwarokin, qui était né dans une famille riche et célèbre. Sa famille était propriétaire d’hôtels et de lieux d’hébergements à l’étranger et ils allaient étendre leurs activités à la Thaïlande. Dès qu'il avait terminé ses études secondaires, il avait choisi de retourner dans le pays d'origine de sa mère et poursuivre ses études à l'université où sa mère avait étudié auparavant. Son père vivait toujours à l'étranger pour s'occuper de l'entreprise.

    Il avait décidé d'étudier la musique. On lui avait enseigné les bases de toutes les guitares existantes pendant toute son enfance. Et grâce à la dernière demande de sa mère, son père lui avait permis de suivre ce cursus. Mais à la fin, quoi qu’il arrive, il devait revenir pour continuer les affaires de leur famille. 

    De grandes attentes avaient été placées en Solo car il était enfant unique… Le seul et unique héritier de la famille Siwarokin.

    Il ne s’était jamais senti heureux depuis que sa mère était décédée il y a quatre ans. Il ne souriait jamais, ne riait jamais comme quand il était avec sa mère. Son père ne l'intéressait pas parce qu’il était tout le temps occupé à travailler. Même lorsque sa mère était décédée, son père n'avait jamais cessé de travailler. Il n'avait jamais compris pourquoi son père n'était jamais avec lui et il ne voulait pas le savoir parce qu’il avait sa mère qui restait toujours à ses côtés.

    Le jour où sa mère était décédée, il se tenait devant sa tombe, tenant une rose blanche qu’elle aimait dans sa main. Il n’y avait pas une seule larme qui sortait de ses yeux, il ne se sentait pas triste au point de vouloir pleurer. Il se sentait tellement vide à l'intérieur et ne pensait à rien. Même quand son père s'était retourné et était parti sans rien dire, lui était resté là, regardant la tombe silencieusement.

    Depuis ce jour, il ne dormait jamais bien. Il se réveillait au milieu de la nuit toutes les nuits. Ce n’était pas un cauchemar, il se réveillait juste tout seul.

    Quand sa mère était partie, elle était partie avec son sourire et son bonheur …

    ------

    Après s'être rendu à l'université, il fut contacté par un aîné et un ami qui se présenta sous le nom de Kao. Pendant qu’il attendait assis, il ne se concentrait pas et on avait l’impression qu’il s’était endormi. Il avait l’air d’écouter le senior dire quelque chose qu’il ne savait pas ou ne se souciait pas jusqu’à ce que Kao étende sa main, le poussant pour attirer son attention. 

    "P' te parle."

    Il leva le visage et plissa les yeux.

    "Est-ce que Solo est d'accord ?"

    "Ouais." Il hocha la tête comme signal qu’il était ok et que c’était bon. Mais cela amena l’autre homme (Kao) à sourire largement.

    "Je ne pensais pas que tu serais d'accord." Kao fit une grimace effrayée puis rit.

    "Être d'accord ??"

    "Ho ... Il t'a demandé d'être la Lune et tu as accepté."

    Dites-moi quand...

    Il avait donné sa parole et n’avait rien dit de plus. Ses aînés viendraient voir la performance pour laquelle il s'entraînait. Il devrait seulement s'entraîner tous les jours jusqu'au grand jour. Et s’il était choisi pour être la Lune de la faculté, il ferait partie des ateliers d’entraînement du concours.

    "Eh bien, j’aurai un ami. Et je dois m’entraîner à chanter sur scène aussi."

    Il hocha la tête devant Kao, il ne comprenait pas vraiment pourquoi Kao était aussi heureux alors qu’ils ne se rencontreraient que trés rarement car ils seront dans des endroits différents.

    “Qu’est-ce que tu te demandes ? Je veux dire que j'aurai un ami qui mangera avec moi…”

    Ah ...

    Une fois tout le monde parti, il rejoignit sa voiture qui était garée devant un café. Il n’avait pas pu se garer à sa faculté parce qu’il y avait beaucoup plus de monde qu’à la normale. Et en voyant une place libre à cet endroit, il s’était garé sans réfléchir, au moins il pouvait aller à pied à sa faculté.

    "P'Gui, bonjour."

    "Bonjour"

    La main qui était sur le point d'ouvrir la portière de la voiture s'arrêta avant de se tourner pour regarder le propriétaire de la voix. La voix semblait si douce et gentille.

    C'était un homme en tablier qui essuyait la porte vitrée en souriant aux deux femmes qui n'étaient pas loin de lui. Et au moment où l’homme voulut retourner dans le café, le propriétaire du nom, Gui eut un visage perplexe puis il lui fit un sourire doux avant d’entrer dans le café.

    Pourquoi ... souriait-il  comme ça ?

    En regardant dans le café, il vit que cette personne souriait à chaque client.  Il avait toujours un petit sourire sur le visage même quand il essuyait les tables ou faisait un café.

    Il ne se comprenait vraiment pas, mais le lendemain, il revint se garer au même endroit. Après la fin de son entraînement, il rejoignit sa voiture et regarda dans le café. Il vit ce jeune homme au sourire si doux. Depuis le moment où il l’avait rencontré par hasard jusqu’à aujourd’hui, il était secrètement venu veiller sur l’homme, tous les jours pendant une semaine.

    Deux semaines plus tard, il obtenait la place de Lune de la faculté. Il n’avait joué qu’une simple mélodie à la guitare sans chanter.

    Après cela, il fut invité à venir chaque jour s’entrainer à l’auditorium. Ensuite, il devait pratiquer pour la faculté séparément. Il se sentait fatigué et somnolent, mais le pire, c’était de ne pas pouvoir voir cette personne.

    A cette époque, il ne comprenait pas vraiment ce qu'il ressentait. Il se sentait tout simplement amoureux de ce sourire et voulait le voir tous les jours.

    Aujourd’hui, la séance s’était terminée plus tard que d’habitude et le café était donc fermé depuis au moins cinq minutes. Il se sentait vraiment mal de ne pas voir celui qu’il avait envie de voir. Mais en voyant la lumière du café encore allumée, son coeur fit un bond de bonheur. Cette personne était en train d'essuyer la table et elle n'était donc pas encore rentrée chez elle comme il le pensait. Il ne pouvait voir que son dos. Et avant qu’il ne s’en rende compte, il se tenait déjà dans le café.

    "Bienvenue"

    Le gentil sourire qui lui avait été donné une seconde fois fit disparaître de manière surprenante la fatigue accumulée.

    "Boire du café à cette heure n'est pas bon."

    Il ne savait pas si c’était parce que la personne était inquiète pour lui ou pas. Mais ces mots le firent se sentir bien comme il ne l’avait jamais été avant...

    Eh bien ... Jusqu'à ce que son regard se fixe sur ce visage pendant un long moment.

    "... Alors que devrais-je boire ?"

    Un sourire lui fut offert avant qu’un verre contenant une boisson blanche ne lui soit proposé.

    "Le lait chaud peut vous aider à dormir confortablement."

    Il ne savait pas si c'était parce qu'il croyait en ces mots ou à cause du doux sourire qui ne s'effaçait jamais du visage de l'autre homme, qu’il prit le verre de lait tiède pour le boire.

    Et cette nuit-là, il fut capable de bien dormir pour la première fois après de nombreuses années.

    ---------------

    "Dans un instant, P' vous donnera un morceau de papier pour que vous puissiez écrire votre commande que vous fournira le K café. A la pause, P’ ira commander."

    K Café est le magasin de cette personne ...

    Puis sa main écrivit rapidement un plat familier sur la liste comme la dernière fois.

    Lait chaud + gâteau de crêpe.

    Après cela, il fit la répétition et marcha plusieurs fois jusqu’à ce qu’il se sente fatigué. En fait, il ne comprenait pas pourquoi il devait marcher. Mais comme il avait déjà donné sa parole, il devait le faire. S’il s’y opposait, il y aurait certainement un problème gênant.

    "Eh ! P'Gui sawadee kha."

    La voix du senior était si forte que les yeux qui n’étaient fixés sur rien de particulier se fixèrent immédiatement sur le propriétaire du nom. La première chose qu’il vit était que le sourire de ce visage était toujours aussi doux...

    "Première année kha ... Voilà la Lune de la quatrième année."

    Quatrième année ... Pourquoi avait-il l’air aussi jeune ?

    "P' a apporté de la nourriture et des boissons. N'est-il pas préférable de laisser les juniors se reposer ?"

    Gentil comme toujours…

    Ses amis avaient pratiquement fini de manger et lui n'avait toujours rien. Il se tourna alors automatiquement pour regarder la personne. Et cette personne marcha et s’assit derrière lui.

    "Pourquoi as-tu regardé P 'comme ça ?"

    "Pourquoi je n’ai pas eu de nourriture ?"

    "Tu ne sais pas que le café n'a pas de lait chaud au menu ?"

    Ah …

    Après avoir dit cela, la personne prit une bouteille et versa le lait blanc, puis il lui remit le gâteau de crêpe.

    Si gentil...

    "C'est un privilège spécial."

    Après ce jour-là, il alla au café tous les jours. Parce que la personne restait toujours plus tard et rentrait à pied à son dortoir, il décida d’arrêter de venir en voiture. Sa routine quotidienne était d’attendre la fermeture du café. Ensuite, il suivait la personne jusqu’à la porte de son dortoir, puis il retournait à pied jusqu’à son propre appartement.

    Il se sentait quand même un peu fatigué. Mais c’était tellement bon de pouvoir rencontrer l’autre homme.

    Mais aujourd’hui il semblait être un peu tard...

    S’il rentrait à la maison, il ne serait pas en mesure de dormir. Alors pourquoi prendre la peine de repartir. Il ne réalisa pas que ses bras avaient été piqués par des moustiques jusqu’à ce que cette personne le traîne par le bras pour aller à l’intérieur et chercher un médicament.

    Pourquoi faisait-il une tête comme ça...

    Il tendit la main et appuya doucement entre les sourcils froncés.

    "Pourquoi P ' fronce-t-il les sourcils ?"

    La personne fronça les sourcils encore plus...

    Après cela, il fut interrogé à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il doive dire la vérité sur pourquoi il ne pouvait pas dormir.

    "La prochaine fois, si tu vois que le café est déjà fermé, viens trouver P' au dortoir. Appelle-moi et P' te donnera du lait."

    Si gentil ... C’était tellement gentil mais il commença à culpabiliser d’avoir dit quelque chose dont il n’était pas sûr.

    Quand il disait que boire du lait pouvait l'aider à dormir …

    En fait, il ne savait pas non plus s'il dormait bien à cause du «lait» ou de cette «personne».

    "Guitare..."

    "Euh ... Tu appelles P '?"

    Il acquiesça simplement comme réponse.

    "Pourquoi “Guitare” ?

    "..."

    "Dis pourquoi ?"

    "..."

    ------------------------

    Il n'aimait vraiment pas le fleuriste ... Pourquoi souriait-il toujours à Guitar ? Et ce n’était pas que ça. Le fleuriste était tellement bouleversé qu’il avait du froncer les sourcils de nombreuses fois.

    C'était ça ! Il sourit à nouveau alors que toutes les fleurs étaient déjà dans la voiture.

    "Guitare" Il se sentait frustré.

    "Ou si tu es libre, tu peux venir manger avec moi."

    "Guitare !"

    Comment osait-il inviter Guitare à manger et se tourner vers lui avec le sourire aux lèvres !.

    Il alla à l'arrière de la voiture avec colère après que Guitare soit entré dans la voiture. Mais le fleuriste revint et lui remit une fleur orange.

    "Je vous présente mes excuses pour ce retard ... Vous pouvez la donner à qui vous voulez."

    Bien qu'il soit frustré, Il prit la fleur par politesse.

    "Le Lys orange signifie “heureux d’être proche de ..."

    ----------------

    "Tu ne m'as toujours pas dit que tu l'aimes bien. Tu étais assis à regarder son visage toute la journée et quand tu montes sur l'estrade, tu le regardes toujours. C'est une maladie grave." me dit Kao.

    "..."

    "Pour être honnête ... Tu sais que tu l’aimes bien ?

    Aimer ? ... Si vouloir être proche de lui, vouloir regarder son visage, vouloir voir son sourire tout le temps s'appelait "Aimer" ... Alors je l’aimais probablement...

    "Je le sais."

    "Tout dépend de toi et du bon moment pour le lui dire…”

    "Euh ..."

    "Mais avant ça, tu dois lui montrer clairement ce que tu penses pour qu'il puisse te comprendre."

    Montrer pour qu'il le sache...

    "Comment ?"

    Kao se rapprocha et sourit.

    "Une personne qui n’est pas douée pour parler doit savoir demander de l’aide."

    Aide-moi...

    "Si tu ne sais pas quoi dire ... Laisse la chanson parler à ta place."

    Il ne fit que rester silencieux sur la scène car il n'aimait pas chanter la chanson bien qu'il l’ait soudainement changé à la dernière minute. Heureusement que Kao n’était pas trop loin de la scène comme prévu et qu’il avait cette personne pour chanter à sa place. Mais il ne savait pas si la voix atteindrait ou non la personne qui se trouvait sur le devant de la scène. Il dirait au moins quelque chose qu’il pensait et c’était mieux comme ça.

    "... Je t'ai rencontré."

    Il voulait descendre et le trouver. Quand cet événement se terminerait-il ?

    "Quelle est votre définition du bonheur ?"

    Bonheur...

    Les moments où il était vraiment heureux étaient ceux avec sa mère...

    Mais maintenant...

    "Guitare."

    Si tu ne peux pas le dire, alors laisse la chanson parler à la place …

    ♪  De te le donner jusqu'à ce que tu le prennes. ♪

    ♪ De te dire que je t’aime jusqu'à ce que tu te rendes.♪

    ♪ Tu es mon bonheur.♪

    ♪ Même si tu n'acceptes pas mon amour maintenant, cela ne me dérange pas de tout recommencer.♪

    ♪ Si à la fin tu n'as pas changé d'avis, c’est bon parce que mon cœur ne changera jamais.♪

    ♪ Si tu veux attendre que mon cœur cesse de battre pour toi, alors tu devras attendre jusqu’à ce que le monde cesse de tourner.

    La raison pour laquelle je t’avais appelé 'Geedtaa (Guitare)' c’était parce que la guitare était le seul bonheur que j’avais. La guitare était ce que ma mère m'avait laissé pour la représenter. Quand ma mère était décédée, elle était partie avec mon sourire et mon bonheur. Et quand tu es arrivé dans ma vie... tu m’as appris à sourire et à être heureux à nouveau.



     

     Chapitre Spécial : Solo Partie 1


  • Commentaires

    4
    Samedi 23 Mai à 09:30

    Moi aussi j'aime aussi beaucoup ce chapitre, serait génial que le roman soit sorti avant le début de la série en juillet, je sais pari presque impossible à réaliser.

    Merci à toi et à l'auteur je suis vraiment pas déçu. Que de tendresse non exprimée mais ressentie au fond de ces deux coeurs qui se cherchent.

    3
    Mercredi 13 Mai à 12:53

    Tellement beau :'(
    C'est super d'avoir le point de vue de Solo, et sa vision de Gui est juste magnifique <3 Je vais craquée devant tant de mignonitude ^^

      • Mercredi 13 Mai à 13:58

        Mais trop :p C'est une perle ! Ils vont trop bien ensemble <3 Merci vraiment de le traduire, ce roman est mon coup de coeur :D

      • Mercredi 13 Mai à 12:58

        Mais oui, tu as l'impression que c'est un peu un dur et au final c'est du 100% guimauve ce gars XD. Je fond littéralement sur ce roman. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :