• Chapitre spécial 3: The Perks of Being Together - 1ère partie

    Chapitre spécial 3: The Perks of Being Together - 1ère partie

    Chapitre spécial 3: The Perks of Being Together - 1ère partie

    Les relations humaines, c’est comme les films.

    Les films sur l’amitié sont les amis. Les films familiaux sont les familles. Les films romantiques sont les amoureux.

    Mais pour une certaine personne… je ne savais pas dans quelle catégorie le mettre.

    Peut-être… que je peux le ranger dans la catégorie des thrillers psychologiques qui se déroulent à huis clos.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Click! Click!

    “Bien. Lève la main et passe tes doigts dans tes cheveux. Ouais, comme ça.”

    Click!

    “Regarde droit vers l’objectif et penche-toi un peu. Ah… c’est bien.” L’objectif qui zoomait sur le corps du modèle n’était pas ce dont je me préoccupais. C’était ses gros seins débordant de son soutien-gorge noir qui retenait mon attention à travers l’objectif.

    “Comment je devrais poser maintenant? Too, dis-moi.”

    “Allonge-toi sur le lit. Je vais prendre quelques clichés sympas.” Mes yeux ont suivi la silhouette élancée. Elle s’est allongée sur le dos sur le lit. Je n’ai pas perdu une seconde, l’ai suivi, me positionnant au-dessus d’elle, puis j’ai levé l’appareil photo devant mes yeux.

    Cet angle était vraiment bon, pas seulement pour la photo mais pour mes sensations aussi.

    Click!

    “Lève ta jambe. Penche-toi sur le lit et tourne ton visage vers l’appareil.”

    “Too.”

    “Oui?”

    “On peut arrêter la séance photo maintenant?” m’a demandé une douce voix, suppliant. J’ai baissé mon appareil photo et regardé son visage, puis je lui ai demandé avec le sourire d’une personne expérimentée.

    “Si on arrête la séance, alors qu’est-ce qu’on devrait faire?”

    “Tu sais ce qu’on devrait faire.” Quelle chance! Pour autant que je sache, il y avait des préservatifs parfumés à la fraise sur ma tête de lit, et nous pouvions donc nous amuser en plein jour aujourd’hui.

    Pour moi, les relations sont comme des films érotiques. Peu importe le nombre d’heures ou d’années qu’elles durent, ce sont toujours des histoires érotiques.

    Vous savez pourquoi? Toutes les relations que j’ai eues ne contenaient pas d’amour. C’était juste un engouement...

    Et cet engouement m’a conduit à faire l’amour... tellement de fois que j’en ai perdu le compte.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    “Too, allons regarder des critiques de films demain.” m’a demandé Bone dans l’amphi. L’événement qu’il avait mentionné était le Thursday Theater que les étudiants en cinéma connaissaient bien. Il se tenait régulièrement chaque jeudi pour que les participants fassent des commentaires sur les films.

    “Hum... Ok. J’ai entendu dire qu’ils prévoyaient de vendre des DVD aux enchères pour augmenter le budget de la pièce de théâtre.”

    “Et toi, Third? Tu veux y aller?”

    “Qu’est-ce qu’ils passent?”

    Lost in Translation.”

    “Compte sur moi.”

    “Hey, je viens aussi! C’est quoi ce bordel? Pourquoi tu ne m’as pas demandé?” J’étais sacrément agacé par un imbécile comme Khai. Il essayait tellement de draguer Third que parfois ça semblait trop dramatique. Je n’avais pas vraiment envie de dire que ça allait être extrêmement difficile pour ces deux-là de finir ensemble.

    Si vous me demandiez de quel côté j’étais, j’aurais dit que je prenais le parti de Third, bien sûr. Je l’ai aidé pour tout, depuis le moment où sa courbe d’amour avait trop baissé pour être visible jusqu’à maintenant où les choses commençaient à s’améliorer.

    “À demain, alors.”

    “Ok.”

    Je suis retourné dans ma chambre et j’ai fouillé dans les piles de vieux DVD pour en choisir quelques-uns à mettre aux enchères. J’ai trouvé un film que j’avais gardé au fond de la boîte. Third savait que j’aimais ce film mais que je ne voulais le dire à personne parce que c’était un film romantique.

    Je n’avais pas l’habitude de regarder ce genre de film, mais, étrangement, j’ai aimé celui-ci et je l’ai gardé. C’était ‘The Perks of Being a Wallflower(1)’. On peut dire que c’est un film romantique sur le passage à l’âge adulte, car il me ramène à l’époque où je suis passé de l’enfance à l’adolescence, puis à l’université.

    Il y avait un secret que je n’avais jamais dit à personne. La raison pour laquelle j’ai aimé ce film était...

    Une fille.

    Ce n’était pas mon premier amour, mais c’était mon rêve de faire partie de sa vie. Si la raison pour laquelle j’avais choisi d’étudier les Arts de la Comm était une passion, alors la raison pour laquelle j’aimais la photographie, c’était elle.

    Il y avait un mot d’elle dans mon carnet d’amitié, écrit quand j’étais en terminale. C’était un souvenir. Chaque fois que j’ouvrais ce cahier, son visage apparaissait dans ma tête. Si vous me demandiez où elle se trouvait en ce moment, je pourrais seulement vous dire qu’elle n'était pas si loin...

    Elle était dans la même faculté.

    Personne ne le savait, pas même Third, parce que j’avais peur que la personne blessée ne soit pas moi mais Lin.

    Lalita, Terminale, salle 1, l’une des dix meilleures étudiantes.

    C’est comme ça. Nous devons faire l’expérience de la déception parfois dans nos vies. Peu importe à quel point tu es né pour être parfait, il y aura toujours quelque chose que tu ne pourras pas atteindre.

    Et encore moins un gars ordinaire comme moi. Comme j’ai blessé quelqu’un, j'ai dû apprendre à vivre avec la douleur aussi...

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Le Thursday Theater était plus animé que d’habitude aujourd’hui car il y avait la vente aux enchères de DVD pour augmenter le budget de la pièce de théâtre annuelle des Arts de la Comm. J’avais apporté trois films à mettre aux enchères, ce qui était normal. Ce qui était loin de l’être, c’était Khai, mon cher ami. Cet enfoiré avait apporté du porno à mettre aux enchères pour s’amuser.

    Quand j’ai su, plus tard, que c’était Bone qui avait apporté ces DVD pornos juste pour faire une blague à Khai, j’ai eu pitié de lui. Mais pensez-vous qu’une personne sans pudeur comme lui puisse ressentir quoi que ce soit? Khai ne s’est jamais soucié de ce que les étrangers ou les autres personnes pensaient. La seule personne qui pouvait changer sa couleur était Third.

    Il a été très courageux de mettre aux enchères les DVD que Khai lui avait achetés. J’ai trouvé ça drôle, alors j’ai surenchéri pour inciter mon ami à faire plus d’efforts pour les obtenir.

    Nous nous sommes séparés après la fin de l’événement. Third est parti avec Khai, et Bone est allé voir sa copine. J’ai décidé de descendre les escaliers en sifflotant, sans destination précise. Je supposais que j’allais manger quelque chose de délicieux et retourner dans ma chambre pour retoucher les photos que j’avais prises la semaine dernière.

    Mais j’ai dû m’arrêter quand j’ai vu la personne qui montait les escaliers se tenir une marche plus bas.

    Lin!

    “Oh, Too.” m’a-t-elle soudainement salué. Mon cœur battait si fort.

    “Salut, Lin.”

    “Tu es venu ici pour participer à la vente aux enchères du Thursday Theater?”

    “Oui. Et toi?”

    “Je suis censée retrouver Pon.”

    “Oh... Alors…”

    “A plus tard, bye.”

    “Bye.”

    C’était une courte conversation que j’ai à peine comprise. Avant même de m’en rendre compte, nous étions déjà passés devant l’autre et avions pris nos propres chemins. Lin était jolie, intelligente, bien élevée, l’exact opposé de moi. Ce n’est pas une coïncidence si nous avons postulé à la faculté des Arts de la Comm de la même université, mais je savais qu’elle voulait y aller, alors j’ai décidé de passer l’examen d’entrée et j’ai été accepté.

    Depuis la première année, j’avais prévu d’avouer mes sentiments à Lin. J’ai essayé de trouver une occasion à plusieurs reprises, mais j’ai été un peu trop lent et un senior lui a fait des avances en premier.

    Cette personne était Pon, un senior sexy de la section cinéma. Leur relation se passait mieux que ce que j’avais prévu. Mon plan pour la récupérer après leur rupture avait échoué puisqu’ils sortaient ensemble depuis trois ans maintenant. Et ils n’avaient pas l’air de vouloir rompre de sitôt.

    Pendant qu’elle sortait avec ce senior, j’étais émotionnellement anéanti. J’ai commencé à boire, fumer, et faire toutes sortes de choses merdiques. Le Too ordinaire s’est transformé en un playboy de premier ordre. Quand je suis devenu un membre du Gang Extrême qui était plein de crétins, j’étais assez connu pour mes aventures sexuelles.

    J’ai laissé libre cours à ma passion pour la photographie, que j’avais acquise en prenant secrètement des photos d’elle, en recevant des contrats de photographie érotique. C’était vraiment sensuel. J’avais eu des relations sexuelles avec de nombreuses filles, aussi bien des mannequins que des filles du campus.

    Et à chaque fois que je couchais avec quelqu’un, je pensais à Lin. Elle était comme un rêve que je ne pouvais pas atteindre. Il était enfoui profondément en moi. Peu importe le nombre de personnes qui entraient dans ma vie, je ne l’oublierais jamais puisque j’étais tombé éperdument amoureux d’elle.

    “Hey, Too, pourquoi tu regardes tes pieds comme ça? Une fille t’a largué?”

    Une voix qui me donnait envie de frapper la personne est parvenue à mes oreilles. J’ai tourné mon visage vers cette personne et j’ai vu Un, mon senior, me regarder avec les bras croisés.

    “C'est quoi ce bordel?” J’ai descendu les escaliers et me suis dirigé directement vers lui.

    Nous nous connaissions depuis longtemps, depuis que j’étais en première année, mais nous n’avions pas eu l’occasion de parler ou de travailler ensemble autant que nous aurions dû. Même lors des dernières pièces de théâtre annuelles, nous avons rarement travaillé ensemble puisque les tâches qui nous étaient assignées étaient mineures. Contrairement à cette année, Un était l’assistant réalisateur et devait travailler avec toutes les équipes, et j’étais photographe, donc nous nous sommes rapprochés.

    “Pourquoi fais-tu une tête pareille?” Maintenant il se moquait de moi.

    “Je n’ai rien fait. Tu n’as rien à faire toi, d’ailleurs?”

    “Je n’ai rien à faire. Je pensais jouer au billard. Tu veux te joindre à moi?”

    “Non, c’est pas vraiment mon truc.”

    “Moi non plus.”

    “Hein? Mais tu voulais y jouer. Je suis confus.” Un était un senior réputé pour être un chasseur, un loup. Mais je devais admettre que son corps et son look étaient plus que parfaits. Il était à la hauteur de sa réputation.

    Il pouvait paraître mince, mais ses abdos étaient durs comme le roc. Une fois, j’ai frappé son estomac et mon poing m’a fait mal jusqu’aux os.

    “Mes amis m’ont demandé d’y aller. Il n’y a pas de quoi être confus.”

    “Ah.”

    “Où vas-tu?”

    “Je vais trouver quelque chose à manger. Tu veux venir avec moi? Mais tu n’es pas libre.”

    “Je suis libre. Je vais leur dire que je n’irai pas. Je ne suis pas doué pour le billard.” Il était bipolaire?

    Je ne voulais pas argumenter avec lui, alors j’ai laissé ce senior me suivre. Nous conduisions nos propres voitures, cependant. Ce soir, nous sommes allés au stand de nourriture où je vais régulièrement. Lorsque nous avons terminé le repas, il m’a demandé de prendre un verre et de profiter de la vue nocturne avec lui, puis il m’a recommandé ses restaurants préférés, dont je n’avais jamais entendu parler, sans arrêt.

    Ce restaurant était situé au fond d'une ruelle, si loin que je suis devenu parano, pensant qu’il m’avait piégé ici pour me tuer. Cette zone comprenait un long bloc d’appartements bordé de nombreux stands de nourriture, mais Un m’a emmené dans un restaurant miteux. Il n’y avait que quelques tables et une poignée de clients.

    “Cet endroit est vraiment bien?” Ma voix n’était qu’un murmure.

    “Oui, cet endroit fait les meilleures pattes de poulet. Je viens ici avec Chen trois fois par semaine.” Je me demandais pourquoi il avait l’air de quelqu’un qui aimait manger des pattes.

    “C’est si bon que ça? Mais je n’aime pas le tom yum.”

    “Essaye-le. P’! Une soupe de pattes de poulet épicée, s’il vous plaît.”

    “Compris,” répondit la cuisinière avec sérieux et elle retourna préparer la nourriture commandée.

    Cette zone était assez loin de l’université. Il n’y avait pas besoin de demander si j’avais déjà mangé ici. Cependant, comme Un était ouvert d’esprit et aimait se promener, il n’était pas surprenant qu’il connaisse le stand de nourriture caché au fond d’une ruelle comme celle-ci.

    “Tu l’aimes tant que ça?” J’ai engagé la conversation. Cela m’a agacé quand il a sorti son téléphone pour tirer sur ses amis dans un jeu.

    “Ce jeu ou les pattes de poulet?”

    “Les deux.”

    “Je n’aime pas tant que ça ce jeu. J’y joue pour évacuer le stress. Mais j’aime beaucoup les pattes de poulet.”

    “Comment as-tu connu cet endroit?”

    “Je roulais en voiture, et je l’ai soudainement trouvé.”

    Putain de merde! Est-ce que des choses comme ça étaient vraiment possibles? C’était un vrai chercheur de nourriture. Oh, un autre truc sur lui que les étudiants en Arts de la Comm savaient, c’est qu’il connaissait un endroit où ils vendaient toutes sortes de sex toys. Tous ceux qui voulaient des sex toys bon marché pouvaient le contacter. J’ai dû m’incliner devant son attitude merdique.

    “Alors, tes amis viennent souvent ici aussi, non?”

    “Tout le temps. On vient ici après s’être saoulés. Seulement mes amis proches, cependant.”

    “Tu n’as jamais emmené de filles ici?” Je l’ai sondé. Il y avait plusieurs types de playboys, et la plupart étaient en mauvais termes à cause des filles. Heureusement, Un et moi n’étions pas comme ça.

    “Tu crois que les filles aimeraient manger ce genre de choses?”

    “Quoi?! Elles pourraient aimer ça.”

    “Elles aiment les trucs luxueux. Elles te regardent de haut si le repas est inférieur à mille bahts.”

    “Quel sugar daddy. Garde ton argent pour inviter tes amis et tes juniors.”

    “J’invite mes amis tout le temps. Mais je ne veux pas payer pour mon junior.”

    “Pourquoi?”

    “C’est un emmerdeur.”

    “Heureusement que je ne le suis pas. C’est toi qui invite.”

    Je parle de toi, crétin!” Pourquoi tant d’acharnement? Argh...

    La cuisinière a fait des pattes de poulet très rapidement. C’était fait en 10 minutes environ. La soupe bouillante dans une marmite chaude était servie sur la table. Un et moi avons pris des cuillères et des bols comme armes. Nous nous sommes regardés pendant un moment jusqu’à ce que Un perde patience et parle en premier.

    “Goûte. Cet endroit est le meilleur de Bangkok.” Putain, il exagérait.

    Cependant, je devais le goûter pour voir si ça me convenait. J’ai versé la soupe tom yum chaude dans mon bol, suivie de milliers de pattes de poulet. Je ne savais même pas quelle patte je devais manger en premier.

    “Je vais te botter le cul si ça a mauvais goût.” Une fois dit, j’ai tout de suite goûté la première patte.

    Après la première bouchée, la deuxième bouchée a suivi, puis la troisième, et la quatrième sans interruption. C’est quoi ce bordel? Il devait y avoir de la beuh là-dedans. C’est pour ça que j’étais accro dès la première bouchée. La peau était si tendre que je n’avais même pas besoin de la mâcher. Je pouvais juste l’avaler après l’avoir mise dans ma bouche.

    J’arrêtais la photographie, enfoiré. Je présenterais une émission de critique de cuisine de rue à la place. C’est ce qu’on appelle un diamant brut?

    “Comment c’est? C’est bon?” a demandé le senior avec un sourire, comme pour dire que c’était lui qui m’avait conduit aux portes du paradis.

    “Putain, en plein dans le mille.”

    “Je te l’avais dit. C’est de la bonne came. J’ai emmené Chen ici hier soir. Il a mangé des centaines de pattes.”

    “Pas étonnant. Je pense qu’il nous faut un autre pot ce soir.”

    “Vas-y doucement, Too. Tu n’as pas fini celui-ci.” Je l’ai regardé manger une cuillère de soupe d’un air détaché tandis que mes yeux pétillaient comme si je venais de trouver le trésor légendaire. Je me suis juré, si mon ventre n’éclatait pas, de continuer à manger sans arrêt.

    “Hé, tu as dit que tu faisais un tour en voiture. Tu as autant de temps libre? Tu dois être stagiaire le semestre prochain, mais tu trouves toujours le temps de trouver des endroits où manger.”

    “J’aime bien me balader en voiture. Une fois, j’ai été tellement pris que j’ai conduit jusqu’au centre de Pathum.”

    “Hein?! Tu ne t’es pas trop laissé emporter?”

    “Et toi? Tu n’aimes pas sortir?”

    “Si, je le fais. Dans les bars et au cinéma.” J’ai levé un sourcil pour lui montrer mon côté cool. Comme j’étais un photographe populaire, un peu minable avec un look assez beau, la file des filles qui faisaient la queue pour m’avoir était sacrément longue.

    “Je vais aussi dans les endroits où vous allez souvent. On s’est croisés plusieurs fois.”

    “Ne fais pas d’avances aux filles sur lesquelles j’ai des vues.”

    “Nous avons des goûts différents en matière de filles.”

    “Tu sais quel est mon genre?”

    “Tu aimes les filles avec des gros seins.” Oh, il savait. Mais personne ne savait que je n’aimais pas vraiment ce genre. Je voulais juste me changer et cacher les sentiments que je souhaitais que personne ne découvre.

    “Tu n’aimes pas les filles avec des gros seins? Toutes les filles avec qui tu as couché sont super sexy.”

    “Elles se jettent sur moi, alors je les laisse faire ce qu’elles veulent.”

    “Awwwww. Oh, il n’y a plus de patte.” Je l’ai réalisé quand j’ai mis ma cuillère dans le pot et que je n’ai trouvé que de la soupe. Et puis quoi encore? Tout était parti avant que j’aie pu remplir la moitié de mon estomac.

    P’! J’étais sûr qu’elle avait mis de l’herbe dans ce pot. C’est pour ça que je ne pouvais pas m’arrêter de ronger ces pattes.

    “Je vais commander un autre pot.”

    “Bien.” En attendant une autre casserole, Un et moi avons mangé la soupe épicée jusqu’à ce que la casserole soit presque vide.

    “Délicieux, pas vrai?” Il a demandé, en souriant.

    “Oh oui. C’est super bon. J’emmènerai le Gang Extrême ici quand nous aurons le temps. Je suis sûr qu’ils vont devenir accros à ça plus qu’aux seins bonnet D. La peau est si facile à aspirer que je n’ai même pas besoin de la mâcher. Elle les a bien fait bouillir.”

    “Tu sais comment ils enlèvent la peau pour la vendre séparément?”

    “A la main? Ou peut-être une machine?”

    “Nan, ils l’aspirent avec leur bouche.”

    “Arrrrgh, espèce d’enculé. Je vais perdre mon appétit à cause de toi.” J’ai juré à voix haute alors qu’il riait, l’air extrêmement content. Tu aurais pu être prévenant envers les autres clients. Je n’étais pas le seul à avoir perdu l’appétit.

    “Voici votre soupe épicée aux pattes de poulet.” Le deuxième pot a été servi rapidement. Essayez de deviner combien de pots nous avons mangé.

    Ding! Cinq pots. C’était très bon marché, et nos estomacs resteraient pleins jusqu’à nos prochaines vies. Avant de partir, j’ai roté au visage de Un en guise de souvenir.

    “Où vas-tu après ça?” a demandé Un dès que nous avons atteint nos voitures.

    “Je vais retourner dans ma chambre.”

    “Je peux rester dans ta chambre?”

    “Tu essaies d’éviter ta femme ou quoi? Réconciliez-vous si vous vous êtes disputés.”

    “Je n’ai pas de femme, espèce de salaud. Je m’ennuie, c’est tout. Je ne veux pas retourner dans ma chambre.”

    “Tu es toujours comme ça?” Il a froncé les sourcils, inclinant la tête comme s’il ne comprenait pas ce que je lui demandais, alors j’ai expliqué, “Du genre, toujours à traîner dans les chambres des autres.”

    “Eh bien, je suis souvent comme ça. Je ne veux pas déranger la copine de Chen dans sa chambre, et les autres gars sont occupés à jouer au billard.”

    “Je vois. Allons-y, alors.” J’étais désolé pour lui. C’était comme s’il s’était fait larguer.

    C’était donc pour ça qu’il conduisait toujours et essayait de trouver de bons endroits où manger dans sa vie quotidienne. Nous sommes montés dans nos voitures respectives et avons pris la direction de mon appartement.

    “Prépare-toi.”

    “Ah.” Une fois que j’ai ouvert la porte, nous avons mis les pieds dans une pièce en désordre, ce qui était normal pour la chambre d’un gars sexy. Mon ordinateur était cassé et n’avait pas été réparé, donc il n’y avait que mon portable à utiliser.

    Je n’avais pas fait la lessive depuis presque un mois, donc mes vêtements sales étaient toujours dans un panier. Les DVD que j’avais fouillés la nuit dernière n’avaient pas été mis dans la boîte. Les plats surgelés que j’avais mangés étaient empilés à côté du canapé. Ça allait être comme ça jusqu’à ce que j’aie une nouvelle fille. Mais je n’avais emmené personne ici récemment parce que Third restait avec moi maintenant.

    “Quel putain de bordel.” La personne qui me suivait à l’intérieur s’est plainte.

    “C’est la chambre d’un célibataire.”

    “T’es un mec pourri.” J’ai ignoré ses mots et l’expression qu’il avait après avoir vu ma chambre. J’ai attrapé une télécommande, j’ai allumé la climatisation et je lui ai dit de rester dans le salon et de bien se comporter, ne lui laissant aucune chance de traîner dans ma chambre.

    “Hey, Too, tu regardes ce genre de film?” Il ne s’est pas installé sur le canapé, mais maintenant il était assis sur le sol et s’amusait à regarder mes DVD.

    “Parfois. Mais est-ce que j’aime ce genre de film? Seulement celui-là.”

    The Perks of Being a Wallflower. Je l’aime aussi.”

    “Vraiment?” Mes yeux se sont agrandis après avoir entendu qu’un gars sauvage comme lui venait de dire qu’il aimait ce film. C’était bizarre. Les mecs comme nous n’avaient pas l’habitude de regarder des films romantiques ou de tomber amoureux d’un film en particulier.

    “Ouais, j’aime bien Emma Watson. Elle est super seeeeeeexy.”

    “Ok, j’ai compris maintenant.” Il n’y avait rien de sérieux venant de ce gars. Il était toujours aussi absurde, ce putain de crétin.

    Pourquoi moi et tous ceux que j’aime choisissons des gens qui nous traitent comme des moins que rien?

    J’ai regardé le beau visage du senior en silence. C’était une citation du film, celle que j’avais retenue. Lin était l’une des raisons pour lesquelles je me souvenais si bien de cette citation.

    “Tu te souviens de cette citation? C’est génial.”

    “Je t’ai dit que j’aime... Emma.”

    “Ouais.”

    “Combien de fois?” Je n’ai pas répondu et j’ai juste regardé son visage avec confusion, alors il a continué, “Je parle de ce film. Combien de fois l’as-tu regardé?”

    “Woah, ne me fais pas compter.”

    “Plus de dix fois?”

    “Ouais.”

    “Cinquante?”

    “Autour de ça, mais je pense que c’est moins de cent.”

    “Tu es complètement fou.”

    “Je l’admets.” Le DVD dans sa main était à moins de 50% parfait. Il saute du fait d’avoir été touché et regardé trop souvent.

    “La vie a besoin d’un peu de folie.” Le grand senior s’est allongé sur le sol et s’est roulé dans la saleté dont il s’était plaint en entrant. J’ai attrapé une télécommande, allumé la télé et me suis assis sur le canapé, détendu.

    “Pourquoi aimes-tu prendre des photos? Tu aurais dû te spécialiser en photographie, pas en cinéma. Tu étais confus ou tu as juste suivi tes amis?” On a dû choisir les spécialités en troisième année. Bien sûr, le cinéma était ce que j’aimais. La photographie était ce que je connaissais et ce que je faisais depuis toujours.

    “Je n’ai pas suivi mes amis. J’aime les films. La photographie est mon hobby.”

    “Nikon ou Canon?”

    “Canon. Mais en fait, je préfère un appareil photo argentique.”

    “Je ne t’ai pas vu en utiliser très souvent. Tu utilises plutôt un appareil reflex numérique.”

    “J’ai beaucoup d’appareils photo. J’ai aussi un Leica M, mais je ne l’utilise pas. Il est cher, alors je le garde comme mon bien préféré.”

    “Quel genre de photo aimes-tu prendre? Paysage ou portrait?”

    “Portrait.”

    “Peux-tu prendre une photo de moi?”

    “Je prends des photos de ceux que je trouve beaux.”

    “Frappe-moi plutôt si tu réponds comme ça.”

    “Je ne vais pas te frapper. Ma main sera souillée.”

    “Too, espèce d’enculé!” Haha, c’était agréable de voir son beau visage se tordre de colère comme ça. Deux tigres ne peuvent pas vivre ensemble dans une grotte parce qu’ils vont se battre. Et j’aimais bien taquiner quelqu’un jusqu’à ce qu’il s’énerve.

    “Combien de temps vas-tu rester allongé sur le sol? Tu peux manger des nouilles instantanées dans le placard. Pas besoin de te retenir.”

    “Comme si j’étais capable de manger autre chose après ces cinq pots de pattes de poulet, espèce de merde. Laisse-moi utiliser ton MacBook. Ma batterie est morte.” Les gens qui empruntent toujours des choses m’agaçaient au plus haut point. Pourtant, pouvais-je refuser? Non...

    Je me suis levé pour prendre mon ordinateur portable et le lui ai tendu pour qu’il joue par terre, puis je suis allé prendre une douche avant qu’il ne soit tard. Quand j’ai eu fini, j’ai vu Un allongé sur le canapé avec mon ordinateur portable sur sa poitrine.

    “Quand est-ce que tu rentres? Il est déjà onze heures.” J’ai croisé les bras et appuyé mon épaule sur la porte, le forçant à partir avec cette question. Mais savez-vous quelle a été sa réponse?

    Too... Tu aimes Lin?

    “...!!!”

    “La petite amie de mon ami?”

    “Qu’est-ce que tu as fait avec mes dossiers? Ce n’est pas quelque chose dans lequel tu devrais fourrer ton nez.” Je n’avais aucune idée du moment où je l’avais atteint, mais ça m’avait semblé si rapide. Après m’être précipité en avant, j’ai immédiatement repris mon ordinateur portable.

    Je me sentais terriblement en colère. Le secret que j’avais gardé avait été découvert par quelqu’un.

    Plus important encore... Un et Pon étaient amis, pas dans les mêmes groupes mais amis quand même.

    “Je pensais que tu étais un playboy, mais en fait tu as un amour à sens unique pour quelqu’un.”

    “Tais-toi!” Ma colère avait dépassé le point de non-retour. Un était un tel crétin. Il s’était donné la permission de regarder dans mes dossiers. J’avais caché le dossier des photos de Lin si profondément que je pensais que personne ne serait capable de le trouver. Jusqu’à maintenant...

    “Lin et Pon sortent ensemble depuis longtemps. Mon ami a même dit qu’il voulait l’épouser après avoir été diplômé. Mais tu l’aimes toujours, même si elle a un petit ami.”

    “Je l’ai connue en premier.”

    “Mais tu n’es pas son petit ami. Alors qu’est-ce que ça fait si tu la connaissais en premier? Tu ne peux être que quelqu’un qui l’aime sans retour.”

    “J’essaie d’abandonner, tu sais, mais comment puis-je arrêter de l’aimer?”

    “Tu peux.”

    “Ça fait trois ans que j’essaie. Comment diable peux-tu dire que je le peux?”

    “Tu le peux.”

    “...”

    Tu dois juste trouver quelqu’un que tu aimeras plus qu’elle.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    (1) Le Monde de Charlie en VF

     

     

    Chapitre spécial 3: The Perks of Being Together - 1ère partie


  • Commentaires

    2
    Jeudi 8 Juillet à 11:08

    merci pour ce chap, je suis plutôt à font pour third et kaï donc too j'avoue que m'en fou un peu ^^ désolé :(

    bien que je lis quand même ^^

    je vais lire la suite, à de suite ;)

    • Voir les réponses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :