• Chapitre 70 : Aussi petit qu'un lapin.

    Tôt le lendemain matin, XiaoMi se réveilla, il descendit tranquillement du lit et commença à s'occuper dans la cuisine. Il prépara leur déjeuner et après avoir terminé, il les mit en douce dans son sac. YanYan se réveilla et vit XiaoMi agir bizarrement.

    "Qu'est-ce que tu fais ?

    “Des étirements."

    XiaoMi fit semblant de tirer sur ses bras et ses jambes dans la cuisine. YanYan s'avança et le dépassa.

    "Le mieux est de ne rien faire de bizarre dans mon dos."

    "Ne me vois pas comme ça, s'il te plaît"

    Après s'être lavé, YanYan s'installa à la table, prit le lait que XiaoMi lui avait préparé et le but.

    "Comment va ton travail ?"

    "Ça va. Les gens là-bas sont gentils, ils prennent bien soin de moi. Tu penses qu'ils s'intéressent à moi ?"

    “Tu penses trop."

    "De toute façon, je dois être prudent."

    "Je t'ai dit que tu penses trop. Ne perds pas de temps, mange plus vite, je ne t'attendrai pas". 

    XiaoMi courut rapidement vers la table, prit un petit pain et le fourra dans sa bouche.  En voyant XiaoMi comme ça, YanYan demanda.

    "XiaoMi, tu t'es lavé les dents et le visage ?"

    "Non... pas encore. Et si aujourd'hui je me passais de me brosser les dents et de me laver le visage ?"

    YanYan mangea du pain et secoua la tête.

    "Je n'aurais jamais pensé que tu étais ce genre de personne."

    Le visage de YanYan montrait des regrets. XiaoMi avala rapidement son petit pain.

    "Ton idée est fausse, aujourd'hui je ne suis pas dans mon état normal, j'ai toujours ma brosse à dents et mon visage lavé."

    "Alors, plus vite."

    XiaoMi étant un bon garçon, il hocha la tête et se précipita vers la salle de bain. Avec une bulle dans la bouche, XiaoMi lui jeta un coup d'oeil.

    "Je dois prendre un bain ? Une heure sans bain, je ne me sentirai pas à l'aise."

    YanYan regarda XiaoMi avec irritation.

     "Tu vas trop loin."

    ---------------------------

    C'était difficile pour XiaoMi d'attendre que le temps passe au travail. C'était enfin l'heure du déjeuner. XiaoMi serra son bento dans ses bras et se précipita vers le bureau de YanYan. Lorsqu'il arriva, il était à bout de souffle. Il s'allongea à plat ventre sur le bureau de YanYan, cherchant de l'air.

    Ce dernier le regarda qui appuyait sur son document, les feuilles étaient toutes froissées... il fronça les sourcils. XiaoMi reprit enfin son souffle et vit l'expression de YanYan. Il se tint droit, embarrassé.

    "Yan, c'est une journée ensoleillée, ne pense pas à des choses cochonnes." 

    "Je ne pensais à rien."

    "Ne le nie pas, sinon pourquoi regardes-tu mon corps ?"

    "Tu vis vraiment dans ton propre monde." YanYan se leva. "Allons déjeuner."

    XiaoMi tendit la main et lui tira la manche. "C'est gênant d'aller déjeuner dehors."

    "Alors qu'est-ce que tu veux faire ?" YanYan prit sa main et regarda XiaoMi.

    "J'ai prévu un repas supplémentaire ce matin. Je ne pourrai pas le finir tout seul."

    "Ne t'ai-je pas dit de ne pas faire des choses aussi stupides ? Tu ne m'écoutes pas."

    "Ce n'est pas idiot."

    En voyant que YanYan n'était pas vraiment en colère, XiaoMi gloussa et sortit deux boîtes à lunch de son sac. Il en passa une avec précaution à YanYan.

    "Tu veux manger ?" 

    Le visage de YanYan était sombre. Pourtant, il resta assis sur son siège, ouvrit la boîte et mangea. Au bout d'un moment,

    " Il faut toujours faire ce que les crétins aiment faire."

    Tout en disant cela, il cueillit encore un légume et le mit dans sa bouche. Avec un large sourire, XiaoMi ouvrit sa boîte à déjeuner et mangea. Il donna même sa part de viande à YanYan.

    " Tu la manges toi-même, tu veux que je grossisse, c'est ça ? "

    XiaoMi sourit encore joyeusement "Yan, je transformerai toute la solitude d'avant de me connaître, en un bonheur débordant !"

    YanYan ne dit rien et ne jeta qu'un coup d'oeil à XiaoMi. Puis il baissa les yeux et continua à manger.

    Une fois que les deux eurent fini de manger et XiaoMi remit les boîtes à lunch dans son sac. Puis il se dépêcha de retourner au travail.  Bien qu'il soit apprenti, son travail exigeait surtout qu'il soit debout sur le chantier. C'est pourquoi son cerveau n'était pas fatigué, mais son corps l'était. Et en plus de cela, il devait faire ses corvées…

    ---------------------------

    Après le travail, XiaoMi trimballa son corps épuisé en attendant que YanYan vienne le chercher. Peu de temps après, la voiture s'arrêta devant lui, une fois à l'intérieur, XiaoMi s'écria.

    "Yan... Je suis resté debout toute une journée, tellement fatigué..."

    " Tu n'as travaillé que pendant deux jours, tu ne le supportes déja plus ?"

    "Qui aurait cru que le travail était si fatiguant. J'aurais dû rester à la maison..."

    "Sois un peu ambitieux."

    XiaoMi se pencha vers YanYan. "Mon homme est ambitieux, ça fera l'affaire. Je n'ai pas besoin d'être aussi ambitieux."

    "Pousse-toi, je conduis."

    "Je crois en tes compétences."

    YanYan réalisait parfois qu'il ne pouvait absolument rien faire avec XiaoMi. 

    Une fois à la maison, XiaoMi s'allongea sur le canapé, épuisé. YanYan s'assit à côté de lui en fumant et en regardant la télévision. XiaoMi saisit l'occasion et posa sa tête sur les cuisses de YanYan et regarda la télévision comme lui.

    "Yan, on loue un dvd pour le regarder ? Visionner un film ce soir ?"

    "Tu n'as pas dit que tu étais fatigué ?"

    "J'ai déjà retrouvé mon énergie. Et alors ? Tu veux ou pas ? Nous n'avons pas regardé de dvd ensemble depuis longtemps."

    "Tu sais que je ne regarderai pas de film d'amour."

    " Alors,... "

    "Pas de dessins animés."

    "Tu es si difficile à satisfaire." Déclara XiaoMi. "Alors on regarde un film d'horreur." 

    Suggéra XiaoMi et YanYan ne dit rien, d'habitude quand il ne disait rien cela voulait dire qu'il était d'accord. XiaoMi s'assit, mit ses chaussures et se leva.

    "Attends-moi, je reviens bientôt."

    Finalement, XiaoMi resta près d'une heure dans le magasin de dvd. Il décida de louer un film d'horreur thaïlandais appelé <ghost shadow>, il prit le dvd avec enthousiasme et alla au supermarché pour prendre des snacks puis rentra chez lui. Une fois à la maison, il prépara le dîner et ils mangèrent tous les deux. Puis il traîna YanYan sur le canapé. Il éteignit toutes les lumières, dans toute la maison, tout ce que l'on pouvait voir, c'était la cigarette allumée de YanYan. XiaoMi prépara le film, et il était prêt à s’agripper à YanYan.

    " Assieds-toi plus loin. Pourquoi tu te serres par ici" YanYan poussa XiaoMi.

    "J'ai peur que tu aies peur."

    "Merci de ta compassion, tout ce que tu peux faire, c'est t'asseoir loin de moi."

     XiaoMi écouta et bougea un peu plus loin. Puis le film commença, quand c'était une scène d'horreur, XiaoMi se bouchait les oreilles et ne regardait que les images. Surtout à la dernière scène, lorsque le fantôme féminin monta sur l'épaule de son petit ami. XiaoMi avait les paumes moites. Il se retourna et regarda YanYan. Il est toujours impassible en regardant le film. XiaoMi se demandait parfois si YanYan n'était pas fait de pierre.

    YanYan s'étira, quand le film se termina, il éteignit la télé, alluma les lumières et se prépara à aller prendre un bain. Alors que YanYan était parti dans la salle de bain en laissant XiaoMi seul dans le salon, ce qu'ils venaient de regarder lui revint à l'esprit. Plus il y pensait, plus il était effrayé. Au bout d'un moment, il n'en put plus et se précipita vers la salle de bains en frappant à la porte.

    "Yan ! Ouvre vite !"

    "Qu'est-ce qui se passe ?"

    "J'ai peur."

    " Tu voulais regarder, mais maintenant tu as peur... c’est bien fait pour toi."

    YanYan n'eut pas pitié de XiaoMi. Celui-ci pensait que YanYan pourrait venir le réconforter en l'embrassant. N'aie pas peur, n'aie pas peur, je suis là... Mais il fut froidement rejeté par YanYan. Tout ce qu'il put faire, fut de repartir et fouiller derrière le canapé, derrière la porte, à l'intérieur de la chambre, quand il entendait un bruit, il sursautait. Il avait vraiment envie de crier. Il sentait qu'il y avait quelque chose derrière lui.

    "Yan, je t'en prie, ouvre la porte, j'ai peur."

    Lorsque YanYan sortit de la salle de bain, XiaoMi vint l'enlacer avec des yeux larmoyants.

    "Yan, y a-t-il quelque chose derrière moi ?"

    "N'importe quoi ! Dépêche toi d'aller prendre ton bain."

    "Non. Plus tard, quand je fermerai les yeux, une main sortira peut-être de la baignoire."

    Cette fois, quoi que dit YanYan, XiaoMi ne céda pas. A la fin, YanYan abandonna, il était tard et XiaoMi se cacha dans ses bras avant de rapidement s'endormir.

    Dans son sommeil, il rêva du film, il rêva qu'il devenait l'acteur principal et qu'un fantôme féminin était assis sur son épaule en le regardant. XiaoMi s'éveilla en criant, tout son corps transpirait une sueur froide. YanYan ouvrit les yeux.

    "Des cauchemars ?"

    XiaoMi hocha la tête, se cacha une fois de plus dans les bras de YanYan et s'endormit. Celui-ci pouvait sentir que XiaoMi tremblait. Il lui embrassa le front, en pensant.

    "La prochaine fois, je ne lui permettrai plus jamais de regarder un film d'horreur. XiaoMi, ta bravoure est aussi petite qu'un lapin."

     

    Chapitre 70 : Aussi petit qu'un lapin.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :