• Chapitre 7: Je peux rester avec toi ce soir?

    Chapitre 7: Je peux rester avec toi ce soir?

    Pete entra dans la ruelle vers la maison de Kao aux environs de 4h du matin. Après avoir quitté le poste de police, Pete et ses amis étaient partis pour récupérer la voiture de Pete, puis Pete avait ramené tout le monde chez eux. Kao était le dernier car sa maison était sur le chemin de chez Pete.

    Après l'incident chaotique du jour, ils étaient tous les deux extrêmement épuisés. Kao était si fatigué qu’il pouvait difficilement lever les paupières, donc il n’était pas nécessaire de préciser à quel point Pete, qui conduisait, était épuisé.

    A ce moment-là… le téléphone de Pete sonna.

    “Ton téléphone,” dit Kao à Pete puisqu’il ne répondait pas.

    “Qui peut bien m’appeler? Il est presque 4h du matin,” grommela Pete, frustré.

    Il pris son téléphone et regarda l’écran. Quand il vit que c’était Fongbeer, il soupira. Pete avait réalisé qu’elle était différente des autres filles avec qui il était sorti. Elle était adorable au début, mais ces derniers temps, elle n’arrêtait pas de l’appeler tous les jours, même s’ils n’étaient pas encore officiellement en couple. De plus, il lui avait dit de continuer à être amis d’abord.

    “C’est ton père? Probablement parce qu’il est si tard et que tu n’es toujours pas rentré chez toi,” dit Kao sans regarder le téléphone de Pete, et maintenant, la sonnerie dérangeait son cerveau fatigué. “Réponds comme ça il ne s’inquiètera pas.”

    “Il ne m’appelle jamais parce qu’il est inquiet. Il sait que je peux prendre soin de moi.”

    “Puisque tu es un enfoiré qui rentre toujours tard à la maison.”

    “Tu adores me critiquer, hein?”

    “Tais-toi juste et réponds à ton téléphone. Maintenant, il te rappelle. Ça ne te dérange pas, mais moi ça m’énerve.”

    “Très bien, très bien.”

    Pete était fatigué des plaintes de Kao, alors il décida de répondre à l’appel pour le faire taire. Il essaya de garder sa voix aussi basse que possible, mais c’était suffisant pour que Kao devine que c’était une de ses copines qui appelait. Kao resta silencieux, regardant par la fenêtre de la voiture comme s'il s'en fichait, mais il entendait tout.

    “Je ne suis pas encore chez moi. J’ai eu des ennuis. Je conduis mon ami chez lui en ce moment… C’est vraiment mon ami. Un mec. Tu veux lui parler? Ouais, ouais, je le dépose d’abord et je rentre à la maison… Ce n’est vraiment pas une fille.” Pete essaya d’expliquer. Kao devina qu’elle avait peur que Pete continue de sortir et faire la fête ou qu’il sorte avec une autre fille. “Je dois raccrocher maintenant, je conduis.”

    Pete raccrocha et soupira, fatigué.

    “Elle est bizarre.”

    “Comment ça?”

    “On a juste commencé à discuter, mais elle continue d’appeler comme si elle était ma mère.”

    “Peut-être qu’elle se soucie de toi.”

    “Elle est jalouse, mec. Elle avait peur que je sorte avec une autre fille mais tu sais… elle n’est même pas ma petite amie encore.”

    “Tu ne lui as pas donné d’espoir? Tu étais fou d’elle avant.”

    “Elle était tellement mignonne et tout au début, et je lui parlais en ami. Tu as entendu comment je lui parlais.”

    “Je ne suis pas tout le temps avec toi. Comment je peux savoir de quoi tu parles quand je ne suis pas là?”

    “Et pourquoi es-tu si dur avec moi?”

    Les yeux de Pete était sur la route, une main tenait le volant, l’autre main prête à frapper la tête de Kao parce qu’il lui avait parlé d’une voix agacée.  La façon dont Kao repoussa immédiatement sa main avec irritation fit rire Pete.

    “C’est trop drôle quand tu es fatigué et que tu t’énerves comme ça,” dit Pete en riant.

    “Putain mais pourquoi tu ris?” dit Kao d’une voix exaspérée alors qu’en fait, Pete faisait battre son cœur si vite qu’il était énervé contre lui-même. Pete n’avait rien fait, donc pourquoi Kao se sentait comme ça?

    “Je pense que je vais m’éloigner d’elle maintenant. Si je laisse traîner ça, elle ne me laissera pas partir,” continua Pete. “Heureusement que j’y suis allé doucement, en lui parlant en tant qu’ami au début, sinon ça aurait été difficile de s’échapper.”

    “Fais attention, tu lui as donné tellement d’espoir. Je vais être mort de rire si elle ne te laisse pas partir.”

    “Ouais, ouais. Ne t’inquiète pas. Je peux le gérer quand il s’agit de filles.”

    “Nous sommes arrivés. Maintenant, rentre chez toi prudemment,” dit Kao à Pete quand la voiture s’arrêta devant sa maison.

    “Hey, attends.” Pete arrêta rapidement Kao alors qu’il était sur le point de sortir de la voiture. Il attrapa également le poignet de Kao avant qu’il ne puisse ouvrir la portière.

    Kao était figé. Il se tourna vers Pete, puis regarda sa main, mal à l’aise. Mais Pete ne savait pas à quel point son geste affectait Kao, donc il ne lâcha pas le poignet de Kao et continua à parler.

    “Je peux… rester dormir chez toi?”

    “...!!!”

    La question de Pete choqua Kao. Il secoua la tête comme un fou.

    “C’est quoi le problème? Je demande seulement à rester ici pour une nuit. Je ne peux pas?”

    “Sûrement pas! Comment peux-tu rester chez moi? Il est très tard maintenant.”

    “Pourquoi es-tu si paniqué? Tu agis comme une fille dont le petit ami demande à rester dormir pour la première fois.”

    “Je… je n’ai jamais laissé mes amis dormir chez moi, et je n’ai pas prévenu ma mère.” Kao essaya de trouver des raisons pour s’expliquer. Il ne voulait pas que Pete sache la vrai raison - il ne pensait pas que son cœur pourrait le supporter.

    Et il avait encore plus peur que… Pete découvre ses sentiments pour lui!

    “Quel est le problème? On est tous les deux des hommes. Ta mère était aussi gentille. Je ne pense pas que ça lui posera problème,” insista Pete. “Il est très tard.Quand est-ce que je vais arriver à la maison et aller dormir? Nous avons aussi cours demain à 9h. Tu penses que je vais être capable de me lever, hein?”

    “Ton père sera d’accord avec ça?”

    “Je découche souvent, il a l’habitude.”

    “Tu es sûr?”

    “Ouais, il est déjà probablement en train de dormir maintenant. Je lui enverrai un message plus tard.”

    “Mais…”

    “Comment peux-tu être aussi insensible avec ton ami?!”

    Pete avait l’air sérieux. Il était extrêmement épuisé après tout ce qu’il s’était passé aujourd’hui. Il était tellement somnolent qu’il pourrait s’endormir avec sa tête sur le volant. Il n’était pas sûr non plus qu’il ne s’endormirait pas en rentrant chez lui et déraperait sur la route. En plus, s’il n’y avait personne pour le réveiller demain… il ne serait pas capable d’assister au cours de 9h à temps.

    “Je ne suis pas sans cœur, mais ma chambre est en désordre, et ma maison est petite. Je sais que tu vas t’en plaindre.”

    “Je ne vais pas me plaindre… Promis.” Pete sourit quand Kao eut l’air de commencer à abandonner. “Et j’ai faim. Laisse-moi rester avec toi ce soir et cuisiner des ramen. J’ai siiiiiiiiii faim.”

    “Très bien, très bien… Peu importe!”

    Kao ne put s’empêcher de laisser Pete dormir chez lui. Comment pouvait-il refuser quand Pete le regardait avec cet air suppliant sur le visage? Kao sortit immédiatement de la voiture et Pete ne perdit pas une seconde. Il verrouilla la voiture avec sa télécommande et suivit rapidement Kao.

    “Soit silencieux, ma mère et ma sœur dorment,” lui dit Kao alors qu’il entrait dans la maison.

    “Okaaaaaaay.” Pete obéit.

    C’est mignon quand il est obéissant comme ça.

    Pensa Kao mais il garda un air impassible. Il marcha vers la cuisine pour préparer des ramen pour Pete. Pete en profita pour faire le tour de la maison. Même si c’était juste une maison à deux étages normale - pas aussi grande que celle de Pete - c’était propre, rangé et agréable.

    “Qu’est-ce que tu essayes de trouver? Je t’assure qu’il n’y a pas de mines.”

    Kao s’interrompit quand il vit que Pete continuait à regarder ici et là comme s’il essayait de trouver quelque chose.

    “Tu m’as dit que ta maison était en désordre, donc j’essaye de voir en quoi c’est en désordre, mais, en fait, ta maison est très jolie et agréable.”

    “Ma maison n’est pas en désordre, ma chambre si. Tu as dit que tu voulais des ramen? Quelle saveur?”

    “Tom Yam Goong.”

    Pete s’assit à table - au milieu de la cuisine - et se prépara à manger de toutes ses forces. Il envoya aussi un message à son père pour lui dire qu’il allait rester dormir chez Kao. Son père verrait probablement le message demain matin, mais ce n’était pas grave. La pire chose qui pouvait arriver était que son père le harcèle comme toujours.

    Après avoir envoyé un message à son père, Pete s'assit simplement là et regarda autour de la cuisine jusqu'à ce que ses yeux s'arrêtent sur Kao, qui faisait habilement des ramen. Cela fit penser à Pete que son ami était une personne admirable. Kao était bon dans beaucoup de choses - il prenait bien soin de lui-même, était bien élevé et bon dans ses études, contrairement à Pete qui avait toujours des gens qui faisaient des choses pour lui et qui ne faisait presque rien par lui-même.

    La cuisine...? N’y pense même pas!

    Remarquant que Pete le regardait, Kao se tourna pour demander à Pete avec un regard soupçonneux sur son visage.

    “Mais qu’est-ce que tu regardes?”

    “Rien, je pensais juste que tu es une parfaite femme au foyer. Regarde! Tu cuisines comme un pro.”

    “Je fais juste des ramen. Tout le monde peut le faire.” Kao garda un visage impassible pour cacher à quel point un simple compliment de Pete le faisait rougir. “Ne me dis pas que tu ne peux pas le faire.”

    “Je peux, mais je ne suis pas aussi bon que toi. Comme c’est merveilleux d’être toi. Tu as une famille adorable. Tu peux prendre soin de toi. Tu es intelligent et bon dans tout. Ta personnalité est bien, et tu es… un peu beau.”

    Pete regarda Kao avec admiration. Quand ils s’étaient rencontré la première fois, il admettait qu’il avait haï Kao au premier regard. Ça l'avait encore plus énervé quand ils étaient devenus par hasard amis dans le même groupe. C'était peut-être parce que Kao n'avait pas été trop amical avec lui aussi. Mais maintenant qu'ils étaient devenus plus proches, Pete devait admettre que Kao était un bon ami.

    “Si tu me complimentes autant pour terminer par une insulte, je ne te laisserai pas manger ça.”

    “C’était des compliments sincères. D’ailleurs, tu es un gars parfait, mais je ne t’ai jamais entendu parler de petites amies.”

    “En quoi c’est important?”

    “Je suis juste curieux. As-tu déjà eu une petite amie?”

    La question fit s’étouffer Kao sur les ramen qu’il était en train de goûter.

    “Quoi? Tu t’étouffes juste parce que je t’ai demandé ça?”

    “Pourquoi tu demandes tout à coup?”

    “Quoi?! Nous sommes amis? Les amis ne peuvent pas demander ce genre de choses à leurs amis? Donc maintenant tu as un secret, hein? Allez! En as-tu déjà eu une avant?”

    Kao regarda Pete calmement alors qu'il repensait à ses années de lycée. Il y avait en fait beaucoup de filles qui s'intéressaient à lui, mais il n'était intéressé par personne et se concentrait uniquement sur les études, donc il n'avait jamais été dans une relation.

    Et Kao savait qu’il… n’était pas intéressé par les filles.

    Mais il n’avait jamais dit à personne qu’il était… intéressé par les garçons.

    “Nan, je me fiche de l’amour,” répondit vaguement Kao.

    “Je le savais. Un geek comme toi ne serait pas intéressé par les filles.”

    “Qui pourrait se comparer à vous, monsieur?” le taquina Kao.

    “Ne me taquine pas. Où est ma nourriture? J’ai trop faaaaaaaaim.”

    “C’est bon, c’est prêt. Va chercher des fourchettes et des cuillères là-bas.”

    Pete se leva pour prendre deux paires de fourchettes et cuillères sur le comptoir derrière lui. Kao posa deux bols de ramen sur la table tandis que Pete retournait à son siège, puis ils mangèrent en parlant de leurs années de lycée. Pete n'était pas sûr maintenant s'il allait dormir plus tôt qu'il ne l'aurait pu s'il était rentré chez lui, mais il aimait tellement parler à Kao qu'il perdait toujours la notion du temps.

    Comme c’était bon… d’avoir un ami avec qui tu pouvais être toi-même.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Pour Pete, la chambre dont le propriétaire avait dit qu’elle était en désordre, n’était rien de tout ça. C’était propre, rangé et plus agréable que sa chambre (quand la domestique ne l’avait pas nettoyée).

    Kao prêta ses vêtements à Pete et lui dit de prendre une douche en bas pendant que Kao utiliserait la salle de bain dans sa chambre. Quinze minutes plus tard, Kao avait fini de prendre sa  douche et avait déjà mis ses vêtements, mais Pete n’était toujours pas revenu.

    “Pourquoi ça lui prend autant de temps pour prendre une douche? Il se pomponne?”

    Il murmura en entrant dans le lit et appuya son dos contre la tête de lit, faisant défiler les nouvelles sur son téléphone en attendant Pete. Il se sentait un peu bizarre d’avoir autorisé Pete à dormir avec lui. Ça n’aurait pas été un problème s’il n’avait pas craqué sur Pete depuis qu’ils étaient en première année.

    Oui… Kao avait des sentiments pour Pete depuis un bon moment maintenant.

    C’était amusant maintenant qu’il y pensait. Kao n’avait aucune idée de comment ça avait commencé, quand ses yeux étaient toujours sur Pete et que son coeur battait. Il avait essayé de trouver une raison à pourquoi il était comme ça, mais il n’y en avait aucune.

    Pete l’avait détesté au début, donc Kao aurait dû le détester aussi, non? Mais que pouvait-il faire? Les sentiments sont quelque chose sur lesquels vous n’avez aucun pouvoir pour les contrôler. Il savait seulement que ‘l’amour c’est l’amour’.

    Vous n’avez peut-être pas besoin d’une raison pour aimer. Ça arrive juste sans prévenir, parce que si Kao avait été averti, il se serait dit à lui-même d’arrêter ses sentiments avant qu’il ne soit trop tard.

    Kao savait que c’était impossible pour eux d’être ensemble.

    La chose la plus importante était que Pete n’était pas intéressé par les garçons, et il ne le serait jamais.

    Kao ne put rien faire d’autre que soupirer. Il se dit que c'était déjà au-delà de ses attentes maintenant qu'ils étaient devenus les meilleurs amis après avoir été en mauvais termes pendant longtemps.

    Il était heureux. Que pouvait-il vouloir de plus?

    “Tu ne dors toujours pas?!”

    La voix de Pete incita Kao à lever les yeux du téléphone. Il fut choqué pendant quelques secondes quand il vit la personne se tenant devant lui - Pete ne portait qu’un short, son torse nu. Ses magnifiques muscles et ses abdos fermes pourraient probablement faire hurler toutes les filles.

    Je t’ai prêté mon t-shirt. Pourquoi ne l’as-tu pas mis?!

    “Stupéfié? Tu ressembles à un mec voyant les seins d’une fille,” dit Pete en riant et il avança pour frapper la tête de Kao. Kao repoussa rapidement la main de Pete et était sur le point de le frapper en retour.

    “Je… je ne suis pas stupéfié.” se défendit-il avant que Pete ne puisse comprendre à quoi il pensait, priant pour ne pas rougir devant Pete. “Je suis juste surpris de te voir te balader torse nu alors que je t’ai prêté un t-shirt.”

    “Il fait chaud. Ton air conditionné ne refroidit pas assez.”

    “Mets ton t-shirt.”

    “Quoi? Pourquoi es-tu si sérieux?” Pete ne bougea pas.

    “Mets-le. Ma sœur sera choqué si elle vient me réveiller demain et te voit comme ça.” Kao mentionna sa sœur même si c’était en fait lui qui était choqué maintenant et il avait peur de ‘perdre le contrôle’.

    “Oh, c’est vrai. J’avais oublié.”

    Finalement, Pete céda. Il mit le t-shirt et grimpa dans le lit.

    “J’ai voulu te demander plusieurs fois. Ta sœur est en quelle classe?”

    “En 3ème. Pourquoi?”

    “Rien, je pense juste qu’elle est assez mignonne.”

    “Arrête toi tout de suite! Garde ta queue dans ton pantalon. C’est ma sœur. Reste loin d’elle.”

    “Je n’ai rien dit, je pense juste qu’elle est mignonne. Ne t’inquiète pas, je ne la draguerai pas.”

    “Bien, elle est toujours jeune. Laisse-la avoir un brillant avenir.”

    “Tu le dis comme si j’étais un véritable trou du cul.”

    “Ferme ta bouche. Utilise ton temps pour arranger les choses avec Fongbeer d’abord.” Kao frappa la tête de Pete, se leva pour éteindre la lumière puis se coucha sur le lit.

    “Je t’ai dit que j’allais couper les ponts avec elle, mais ça va être difficile.” Pete soupira. “Qu’est-ce que tu penses que je devrais faire?”

    “Tu as commencé, donc finis-le toi-même. Maintenant, dors. Plus de discussion. Je ne veux pas que nous soyons en retard pour le cours demain,” dit Kao avec agacement, mais, en fait, il ne voulait pas parler de Fongbeer - ça remuait le couteau dans la plaie de son cœur.

    Même si Kao avait dit à Pete de dormir, il continua de regarder le plafond dans l'obscurité, incapable de fermer les yeux. Quand il était resté chez Pete la dernière fois, ses sentiments pour lui n'étaient pas aussi intenses.

    Il avait essayé de se dire d'arrêter ses sentiments, mais son amour pour Pete se renforçait chaque jour.

    Si fort… qu’il avait peur de ne pas pouvoir le garder à l’intérieur.

     

    Chapitre 7: Je peux rester avec toi ce soir?


  • Commentaires

    2
    Dimanche 26 Avril à 15:54

    Ohooo J'adooore ce chapitre!! Merci pour cette traduction! 

    J'aime vraiment beaucoup savoir ce que pense Pete et Kao! J'adore!

    Encore Merci et bon courage pour la suite! 

      • Dimanche 26 Avril à 18:32

        J'ai beaucoup aimé ce chapitre aussi. L'histoire commence à devenir vraiment intéressante. J'ai hâte de traduire la suite pour savoir ce qu'il va se passer.

        Merci pour ton commentaire.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :