• Chapitre 66 : Pense à un moyen pour que tu ne me quittes jamais.

    XiaoMi était en train de grignoter, ses jambes posées sur le canapé tout en lisant un magazine. Il secouait même la jambe. Il fut attiré par un article du journal. Il avait été écrit par un psychologue.

    "Un véritable amour mature doit passer par quatre étapes. Codépendant, contre-dépendant, indépendant, interdépendant, le temps nécessaire pour que ces étapes se déroulent dépend de chaque relation. La première étape - codépendante ; le stade précoce de l'amour. Le couple souhaitera être ensemble tout le temps. Deuxième étape - Contre-dépendance : une fois que la relation est devenue stable, il y aura une partie qui souhaitera avoir un espace personnel. Cette fois, son partenaire aura le sentiment d'être abandonné. Troisième étape - Indépendante ; demande davantage de temps et d'espaces privés. Quatrième étape - Interdépendante ; c'est là que commence un nouveau style de vie. Votre partenaire est devenu votre personne la plus intime. Vous vous aidez et vous vous soutenez mutuellement, vous travaillez pour un monde dans lequel vous pouvez vous intégrer. Le fait d'être ensemble vous poussera à aller de l'avant. Mais la plupart des couples ne peuvent pas passer par les étapes deux et trois. Et ils choisissent de se séparer. C'est un grand gâchis.”

    En fait, XiaoMi ne comprenait pas vraiment l'article. Il s'assit sur le canapé, en réfléchissant profondément. Il voulait toujours être avec YanYan. Mais ce n'était pas ce que YanYan voulait, alors ils avaient passé la première étape. Maintenant, ils étaient considérés comme stables, YanYan avait son propre temps pour ses propres affaires, et il.. était abandonné. Hmm... Nous devons en être à la deuxième étape. Cela signifie-t-il que nous devons passer à la troisième étape ? Est-ce que cela signifie que YanYan voudra plus d'espace et me laissera seul à la maison tous les soirs ? Plus il pensait, plus il se sentait mal. Non, non, non ! Je ne peux pas laisser YanYan se désintéresser de moi. Non !

    XiaoMi prit l'argent de poche que YanYan lui avait donné et s'enfuit de la maison. D'abord il alla au rayon cosmétique et s'acheta un masque d'argile marine, il pensait que s'il devenait plus beau, YanYan ne ferait que le regarder. Mais le visage ne suffisait pas, alors il alla dans un salon de coiffure. Le coiffeur lui demanda,

    "Quelle coiffure avez-vous en tête ?"

    "Je veux que ceux qui la verront soient surpris et se retournent pour regarder une seconde fois."

    XiaoMi s’était presque endormi dans le salon. La lente coiffeuse termina finalement la coupe. XiaoMi regarda dans le miroir. Il hocha la tête. En effet, il avait l'air différent ! XiaoMi était satisfait. Il hocha la tête et rentra joyeusement chez lui.

    --------------------------------------------

    A la maison, il mit le masque et regarda la télévision. Voyant que YanYan n'était toujours pas rentré après avoir fini son masque, XiaoMi alla à la cuisine pour cuisiner.

    YanYan venait de revenir, il ouvrit la porte, marcha vers le salon, puis vit une énorme tête de cheveux bouclés s'affairer en cuisine. D'abord, il  pensa qu'il s'était trompé de maison, puis il s'arrêta et réfléchit.

    "Su Xiaomi?"

    L’énorme tête bouclée se retourna et donna à YanYan un large sourire.

    “Tu es à la maison !”

    "Pourquoi portes-tu une perruque ?"

    "Quelle perruque ? Ce sont mes cheveux. Comment sont-ils ? C’est rafraîchissant?"

    "Qu'est-ce qui se passe ? Le chauve est aussi rafraîchissant".

    XiaoMi fit une grimace amère. "Tu n'aimes pas ça ? J'aime bien ça".

    "Change immédiatement. Sinon... Je ne peux pas manger."

    "C'est trop exagéré." Xiaomi secoua ses cheveux.

    "Je ne peux vraiment pas le supporter."

    YanYan se retira dans le bureau. XiaoMi sautait derrière. C'était horrible !

    Après avoir cuisiné, XiaoMi alla de nouveau au salon de coiffure. Lorsque YanYan sortit du bureau, il ne vit qu'une table de plats et pas de XiaoMi. Il était soulagé. Puis il vit sur la table à côté du canapé qu'il y avait le magazine que XiaoMi lisait ce matin. Il s'approcha pour y jeter un coup d'œil. Maintenant YanYan comprenait ce qui se passait.

    ---------------------------------------------

    Au bout d'une heure, XiaoMi rentra à la maison, avec son ancienne coupe. Le bon vieux XiaoMi.

    "Tu vois, mon aspect est si terne.. Je l'ai moi-même senti d'ailleurs tu..."

    "Maintenant, qui va faire une coupe avec des énormes boucles ?"

    "J'avais peur que tu partes et que je sois ennuyeux. Quoi qu'il en soit, je dois trouver un moyen de ne pas te laisser me quitter." Dit XiaoMi, la main sur la taille.

    "Ce que tu fais, c'est te préparer pour les jours de pluie."

    "Quelle pluie ? Que faut-il préparer ? Ne crois pas que je ne comprenne pas ce que tu dis, tu peux te retourner pour me réprimander."

    "Je t'ai dit de lire plus de livres et non des magazines idiots."

    YanYan prit le magazine et le mit devant XiaoMi. Ce dernier le ramassa.

    "Yan, nous avons atteint la deuxième étape... Nous devons la prendre au sérieux."

    "Au diable la deuxième étape."

    "Tu ne peux pas dire ça, dis-moi, comment est ton partenaire idéal ? Je peux l'utiliser comme un guide à suivre."

    XiaoMi regarda sérieusement YanYan. Il se penche sur YanYan.

    "Pourquoi ? Je pense que je vais dire que mon partenaire idéal serait comme toi ... Arrête de rêver..."

    "Pas romantique... Attention si je te mets dehors."

    "A part moi, qui pourrait t'accepter ?"

    XiaoMi alla à la cuisine pour réchauffer les plats. Ce faisant, il se tournait parfois vers YanYan pour lui parler.

    "De toute façon, je ne m'ennuierai jamais avec toi. Tu es si beau tous les jours ! Je veux toujours briser ton caractère glacial... Alors s'il te plaît, ne me jette pas dehors.”

    "J'ai tellement de travail à t'enseigner pendant un an, je te jette dehors et j'en trouve un autre ? Je n'ai pas autant de temps libre."

    "Si tu m'aimes comme je t'aime, tu ne me quitteras jamais."

    YanYan était assis à la table à manger, XiaoMi apporta les plats et lui passa le riz.

    "Comment sais-tu que tu m'aimes plus ?"

    "N'est-ce pas évident ?"

    "Dis-moi un nom qui pourrait être évident."

    XiaoMi ne put en nommer un. Alors il changea de sujet.

    "Yan, quand je piquais une crise, quand nous nous disputions, as-tu déjà, juste un tout petit peu, pensé à me quitter ?"

    "Je n'ai jamais pensé à te quitter. Mais j'ai pensé à te tuer. Tu as une grande faiblesse, c'est de trop parler.”

    A cause de ce que dit YanYan, pendant tout le repas, XiaoMi fut tranquille. Après le repas, il suggéra d'aller faire une promenade. Il traîna YanYan en dehors de la maison.

    "Deux grands hommes.. Aller se promener ?"

    Bien que YanYan ait dit cela d’un ton dur, il mit quand même sa veste et sortit avec XiaoMi.

    -----------------------------------------------------

    Dans la rue, YanYan et XiaoMi mirent tous deux la main dans la poche de leur veste. Dans la foule, ils restaient à distance. XiaoMi se retourna et parla doucement.

    "Yan, si j’étais une fille, je pourrais ouvertement te tenir la main en public."

    "Même si tu es un homme, je peux toujours te tenir la main ouvertement en public."

    YanYan lui tendit la main et prit celle de XiaoMi qui se trouvait dans sa poche. “Ne te préoccupe pas de ce que pensent les autres. Ils se tiennent la main en public.” XiaoMi avait un peu peur, mais il ne voulait pas se défiler. Il tint fermement la main de YanYan.

    "Peut-on aimer ça ?"

    "Nous n'avons jamais rien fait de mal."

    Tout en parlant, il tint la main de XiaoMi et avança. XiaoMi sentit la chaleur de sa paume atteindre son coeur. Tout ce qui se trouvait devant lui semblait flou...

    "Eh, XiaoMi"

    Les jambes de XiaoMi n’étaient pas aussi longues que celles de YanYan, il était entraîné par YanYan et faisait un peu de marche et de jogging. Il était à bout de souffle.

    "Quoi ?"

    "J'ai trouvé que tu étais vraiment très très bête."

    “Que veux-tu dire par là?”

    “N’as-tu pas réalisé que je n’ai déjà pas pu te quitter?”

     

    Chapitre 66 : Pense à un moyen pour que tu ne me quittes jamais.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :