• Chapitre 64 : Le résultat de l'intimidation de Su Xiaomi (2/2).

    YanYan prit sa veste, prêt à partir. XiaoMi, enveloppé dans la couverture, l'appela.

    "Yan."

    "Hein ?"

    XiaoMi sortit sa tête de la couverture, il dit doucement.

    "Ne le tue pas."

    "Je sais ce que j'ai à faire."

    Tout en disant cela, il s'éloigna.

    ---------------------------------------------------------------

    Il alla dans la rue que Liu YingXing lui avait indiqué. Dans cette rue pleine de filles qui attiraient les clients, avec des magasins variés qui étaient ouverts jusqu'ici, YanYan cherchait, en scrutant attentivement la zone. Enfin, il salua une femme qui portait une robe blanche. Voyant un si bel homme la repérer, elle se réjouit et se dirigea vers YanYan.

    "Mon beau, tu veux que je t'accompagne ce soir ? Quelqu'un d'aussi beau que toi, je te ferai une réduction."

    YanYan, sans grande expression, l'amena dans sa voiture et s'en alla. 

    Ce BoGang était, comme d'habitude, accroupi près du bar gay en attendant sa prochaine victime. C'était sa joie et son divertissement. Pendant qu'il attendait, une belle femme sexy passa devant eux. BoGang et son gang sifflèrent comme des loups. La dame se retourna, l'air séduisante.

    " Que regardez-vous tous ? Coquin !"

    Sa voix pouvait faire fondre le coeur de tous les hommes. Les hommes voyant qu'elle était une proie facile, s'avancèrent et lui donnèrent une claque sur les fesses.

    "Regarde-toi là ! Ta tenue est tellement sexy que tu dois chercher des hommes. Tu veux qu'on te divertisse ce soir ?"

    La dame rougit. 

    "N'importe quoi ! Je suis une bonne fille."

    "Alors, laisse tes frères voir à quel point tu peux être une bonne fille."

    BoGang fut le premier à la serrer dans ses bras. La dame se laissa à moitié pousser, ne voulant pas suivre. Mais malgré tout, elle fut poussée dans un motel.

    Une fois qu'ils finirent, la chambre fut soudainement envahie par plusieurs hommes gigantesques. BoGang et l'autre sentirent que soudain tout devenait noir, ils s'étaient évanouis. A leur réveil, ils étaient dans une cabane avec leurs mains et leurs jambes attachées et leur bouche était scotchée. L'éclairage de la cabane était faible, mais ils pouvaient quand même voir l'homme seul assis sur la chaise en face d'eux, en train de fumer. Sa cravate était desserrée et son apparence était dominatrice. En les voyant se réveiller, il jeta la cigarette par terre puis marcha dessus et se leva.

    Les yeux de BoGang s'agrandirent, il dit quelque chose mais sa bouche était scotchée. YanYan enleva le ruban adhésif de sa bouche et il pleura de douleur.

    " Putain, mais qui es-tu ? Tu es malade ?"

    "Qui je suis ? Je suis l'homme du type que vous avez brutalisé hier."

    "Un autre pédé dégueulasse. Putain ! Il y en a tellement dans ce monde !"

    YanYan lui donna une grosse claque. L'expression de BoGang donnait l'impression que des étoiles tournaient autour de sa tête.

    "Je vois que tu ne comprends toujours pas. Ce n'est pas quelqu'un que tu peux provoquer."

    Tout en disant ça, YanYan marcha sur le pénis de BoGang. Son visage devint blanc.

    "Ça fait mal ... Tu... Bordel ... Taré."

    YanYan lécha ses lèvres sèches, se pencha et pinça le menton de BoGang.

    "Maintenant, dis-moi, qui est le plus faible ici ?"

    " Espèce de putain de... "

    BoGang continua de crier. YanYan appuya plus fort sur le membre sur lequel il appuyait encore, finalement BoGang pleura.

    "Moi... Moi... c'est moi. Attends, je vais aller à la police. Je vous attraperai tous, espèce d'homo dégueulasse."

    Les autres, en voyant cela, prirent peur et restèrent sur le côté. YanYan lâcha sa jambe et marcha de long en large devant l'autre homme. Il ramassa une barre d'acier sur le sol et s'arrêta entre deux hommes. 

    "Ce sont vos jambes qui lui ont marché dessus ?"

    Tout en disant ça, il fit pivoter la barre et frappa sur leurs rotules. Les hommes eurent si mal qu'ils en tremblèrent. Ce fut seulement là que leurs yeux s’agrandirent. 

    "Ne vous inquiétez pas, je vais épargner votre vie pour que vous sortiez d'ici. Il y a des choses qui vous attendent encore dehors."

    YanYan marcha vers un autre homme et lui sourit.

    "Je pense que c'est toi qui lui a tiré les cheveux."

    YanYan s'approcha et les jambes de l'homme tremblèrent. YanYan lui attrapa les cheveux en sortant un couteau, YanYan balança le couteau devant l'homme plusieurs fois et quand YanYan lui coupa les cheveux, l'homme s'évanouit. A la fin, YanYan retourna à BoGang.

    " Dis-moi, que signifie la honte de l'homme ? "

    " Tu... Tu. S'il te plaît, laisse-moi partir. Je ne savais pas qu'il était à toi. Je ne le ferai plus !"

    "Je t'ai posé une question !" 

    YanYan insista froidement sur sa question.

    "Moi... Moi... Je suis la putain de honte de l'Homme."

    "Mais je vois dans tes yeux que tu n'es pas de cet avis."

    "Non... Je le suis... Je t'en prie. S'il te plaît, laisse-moi partir. Je promets de ne jamais apparaître devant toi, jamais."

    "Puisque je suis venu te voir, ce ne sera pas aussi facile que des excuses peuvent l'être."

    YanYan, sans expression, sortit un tube de lubrifiant de sa poche.  Il le montra à BoGang dont le visage devint pâle. 

    "Sais-tu ce que c'est ? C'est la dernière nouveauté de la marque. Ils ont dit que c'est mangeable. Je ne sais pas si c'est vrai. Aide-moi à tester ? BoGang..." 

    BoGang voulait demander pitié, mais YanYan lui fit avaler de force tout le tube de lubrifiant. Tout ce qu'il senti, c'est qu'une substance visqueuse lui tombait dans la gorge. C'est si dégueulasse, si affreux, si beurk... Finalement, YanYan jeta le tube vide. YanYan mit une pilule dans la bouche de chaque personne. Puis il les détacha de leur chaise.

    BoGang tomba sur le sol et toussa. Ses mains et ses jambes étaient toujours attachées et YanYan posa le couteau sur l'un d'eux.

    "Si tu ne veux pas mourir, alors utilise ta bouche pour le relever."

    Tout en disant ça, YanYan ouvrit la porte de la cabane, laissant les quatre hommes à l'intérieur. 

    -----------------------------------

    Après environ une heure, BoGang et les autres quittèrent finalement la cabane. Ils se précipitèrent au poste de police le plus proche pour faire un rapport. Une fois qu'ils eurent atteint le poste et avant qu'ils ne puissent dire quoi que ce soit, une dame en pleurs leur cria dessus.

    "C'est eux ! C'est eux ! Ils m'ont violée en réunion !!!

    Même si BoGang était somnolent et ne se sentait pas bien, il pouvait quand même reconnaître ce visage.

    "Conneries ! Qu'est-ce que tu racontes ?!"

    Quelques policiers s'avancèrent et s'emparèrent de BoGang et des autres. Un policier se tint devant BoGang.

    "Cette femme a été droguée, nous avons trouvé de la drogue et du JY dans son test sanguin. Et nous avons des témoins qui affirment que c'est vous qui l'avez traînée dans le motel. Si ce n'est pas vous, nous pouvons juste attendre le rapport des tests, nous connaîtrons la vérité. "

    Les témoins que la police cita étaient ceux du bar gay. Finalement, BoGang comprit ce qui se passait.

    "Bordel de merde ! J'ai été piégé. On était enfermé dans une cabane et ça.. C'est un gang."

    Le policier les voyant avoir une vision instable et des pas chancelants demanda. "Vous venez de prendre de la drogue ?"

    Tout en disant cela, il fit signe aux autres policiers. Ils leur passèrent les menottes alors qu'ils juraient.

    YanYan était assis dans sa voiture juste à l'extérieur du poste de police, et voyant que les hommes étaient menottés, il fut satisfait et rentra chez lui. 

    -----------------------------------

    XiaoMi attendait toujours à la maison. Une fois que YanYan rentra chez lui, XiaoMi l'observa attentivement.

    "Tu t'es battu ? Tu es blessé ?"

    " Est-ce que je ne suis qu'une bête qui ne sait que se battre ? "

    "C'est réglé ?

    "C'est réglé."

    XiaoMi vit que YanYan ne souhaitait pas en dire plus sur la façon dont cela s'était passé, il poussa sa tête contre la poitrine de YanYan avec ses yeux de demi-panda,

    "Reviendront-ils pour se venger ?"

    "S'ils osent, une fois qu'ils seront sortis, je les renverrai à l'intérieur."

    "Quoi ? Qu'est-ce que tu veux dire ? Qu'est-ce qui sort et rentre ?" XiaoMi s'exclama. "Quelles vilaines choses tu leur as fait ?! Qu'est-ce qui est entré et sorti ?!"

    Le visage de YanYan devint noir... Ce XiaoMi, qu'est-ce qui n’allait pas avec son cerveau, il pensait toujours à ces trucs sexuels.

    "Je n'ai pas fait ce que tu penses. Je leur ai seulement fait savoir ce que ce serait de t'intimider.”

    En entendant YanYan expliquer, XiaoMi se sentit soulagé.

    "Ceux qui m'intimident n'ont pas de fin heureuse ? Tu m'aideras à me venger ?"

    "Pourquoi ?

    "Lu YiYi m'intimide tous les jours. Tu m'aideras plus rapidement à la briser en morceaux."

    YanYan ignora XiaoMi et alla dans la cuisine pour prendre une tasse de café. Mais XiaoMi suivait derrière lui.

    "Et aussi ZhuGang, LuFei et JiaHua, la dernière fois, ils ont fait une vidéo de moi quand j'étais saoul. Ils la sortent encore pour se moquer de moi. Yan, ils m'intimident"

    "Et YanGhui aussi."

    " Bien ! Et aussi Liu YingXing !"

    "Yan, vite, frappe-les un par un."

    "Yan... Tu n'as pas dit que ceux qui m'intimident n'auront pas une bonne fin ?"

    "Je n'ai rien dit."

    " Tu viens de le dire."

    "Je n'ai rien dit."

     

    Chapitre 64 : Le résultat de l'intimidation de Su Xiaomi (2/2).


  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Juin à 23:34

    hou la la je voudrais pas avoir a faire a Yan Yan mdr merci pour ce chapitre 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :