• Chapitre 63 : Choses Indéfinies

    Chapitre 63 : Choses Indéfinies

    Je m'empresse de prendre une douche et de me laver les cheveux une fois que nous sommes rentrés au campement après avoir survécu à une journée éprouvante. J'ai été trempé de sueur toute la journée et si je ne me nettoie pas rapidement, je suis sûr que je vais commencer à avoir des champignons quelque part. J'aimerais vraiment que ces abrutis me laissent tranquille pendant au moins dix minutes. Le shampooing n'est pas comestible, bon sang ! Je peux le sentir dans ma bouche !

    Après avoir survécu à la guerre dans les sanitaires (qui ressemblait à une attaque contre les talibans parce que j'étais seul et que Phun ne m'a même pas aidé), nous avons enfilé quelque chose de plus confortable et sommes allés dîner. Tout avait l'air plus que savoureux car les tantes du quartier ont décidé de nous remercier d'avoir consciencieusement (vraiment ?) planté ces herbes en préparant un délicieux repas.

    J'aurais été encore plus reconnaissant si la nourriture n'était pas aussi épicée ! Bon sang ! C'est de la vraie cuisine Isan (1). Ils n'ont même pas pensé à un citadin comme moi ! Tout le monde se plaint et gémit à la fin du dîner, sauf Ohm qui a clairement apprécié son repas. Je l'ai vu enfoncer cuillère après cuillère dans sa bouche. Moi, d'un autre côté, j'ai dû me contenter de riz ordinaire avec quelques oeufs frits et un bol de soupe de légumes ordinaire. (Dieu merci, personne n'a ajouté de chili à la soupe.) Ohm, tu les as payés pour faire ça, n'est-ce pas ?! Tu es allé trop loin cette fois !

    Même si le dîner a été atrocement douloureux, l'ambiance après est festive. Tout le monde est devant et chante au karaoké à tour de rôle. Le tour de Phun est particulièrement hilarant pour moi puisqu'il a été traîné là-haut par les membres de l'équipe de ladyboys. "Et nous nous sommes enfin trouvés... trouvés l'un l'autre..." Ahahaha. C'est évident qu'il n'a pas envie de faire ça. (Il n'a pas vraiment le choix.) Son expression provoque des éclats de rire chez tous les spectateurs qui demandent un rappel. (C'est hilarant, ne me regarde pas comme ça.) Non seulement ça, mais Ohm débarque sans invitation. "I need~ Somebody~ Love~" Il chante en bougeant de façon obscène. Je n'en peux plus ! Descends de là !

    Bien que l'atmosphère soit amusante, il y a aussi des moments terrifiants à vivre car de plus en plus de campeurs sont éliminés. Comme c'est la dernière nuit au camp, les vampires attaquent de plein fouet. Un groupe d'entre nous, composé de Earn, Pete, Pong, Phun, Ohm et moi, est parti aux toilettes ensemble. (Phun a vu que je partais et il m'a immédiatement suivi, argh.) On est donc arrivés tous les six jusqu'aux toilettes mais Pete a fini de pisser le premier et il était impatient. Il nous a laissé derrière au lieu d'attendre. Comme prévu, le vampire (Vous-Savez-Qui) a déchiré un coin du badge de Pete juste devant les toilettes. Hahaha, ça lui apprendra. (Est-ce que je vais pouvoir survivre ? Je dors à côté d'un vampire ce soir).

    Pour l'instant, mon badge est ce que j'ai de plus précieux. Je dois le protéger au péril de ma vie ! Plus important encore, je ne dois aller nulle part seul avec quelqu'un de suspect. (Surtout lui !) On quitte la scène du meurtre et on rejoint le reste des campeurs sur la scène. Ils chantent des chansons country amusantes, je jette un coup d'œil à notre table et vois des piles de vaisselle sale. Je ne peux pas croire ces gars. Je suppose qu'ils sont trop occupés à s'amuser et ont oublié de nettoyer après eux. C'est nul.

    Bien sûr, un gars super sympa nommé Napat est là pour aider. Je me précipite et ramasse tous les plats. Bien sûr, cela n'a rien à voir avec le fait qu'il reste quelques pilons de poulet grillé. Pas du tout !

    Ah... délicieux.

    Mais qui fait des bruits près de moi ?! Je sursaute et fourre le dernier morceau de poulet dans ma bouche. (Quel glouton !) Puis je regarde autour de moi avec appréhension pour trouver la source du bruit. (J'ai peur que ce soit un vampire.)

    En fait, c'était juste Phun. Je savais qu'il serait dans le coin. Je jette un coup d'œil au type dont l'étiquette est jaune, mais qui est en train de ramasser les déchets de l'équipe rouge. Je suis sur le point de lui dire qu'il n'a pas besoin d'aider et que je peux finir de nettoyer moi-même quand je me souviens qu'on est encore en pleine guerre froide.

    Bien, il peut aider. Je ne vais pas le retenir. Je hausse les épaules avant de finir de ramasser toute la vaisselle sale. Je la porte dans la pièce sombre derrière la cafétéria. Il y a deux grands seaux avec des robinets devant moi.

    Euh... personne ne m'a dit que nous devrions faire la vaisselle nous-mêmes.

    "Hé hé..." Un gloussement narquois se fait entendre à proximité. Phun s'approche du robinet et s'accroupit devant l'un des seaux. Il commence à savonner lentement la vaisselle sale. Je n'ai d'autre choix que de m'asseoir sur un tabouret à côté de lui et de rincer la vaisselle à l'eau claire.

    Naturellement, il n'y a que le silence entre nous (si l'on ignore le bruit de l'eau qui coule et les chants bruyants du karaoké provenant de la cafétéria). 

    "..."

    Je jette un coup d'œil furtif à Phun. Je ne peux voir que son profil mais je peux dire qu'il sourit doucement même s'il est silencieux.

    Alors, comment ce silence entre nous a-t-il commencé au départ ? J'en ai déjà oublié la raison.

    Si c'est le cas, pourquoi ne pas essayer d'engager la conversation avec lui ? Qu'est-ce que j'ai à perdre, rien je suppose ?

    "Hum..." J'ouvre la bouche pour entamer une petite conversation avec lui. Je me dis que je pourrais parler de la météo. (Il y a tellement de moustiques.) Mais avant que je puisse dire autre chose, il me devance.

    "Alors tu ne vas vraiment pas essayer de te réconcilier avec moi, hein ?" Hein ? Eh bien, j'étais sur le point de le faire ! Tu m'as devancé !

    Je fronce les sourcils et le regarde. Phun est toujours en train de faire la vaisselle sans me prêter attention. (Alors qui parlait à l'instant ? Un fantôme ?) Alors je dois vraiment me rattraper auprès de lui après tout ? Qu'est-ce que j'ai fait de mal exactement ?

    "Pourquoi tu es en colère contre moi ?" Je lui demande avec irritabilité tout en acceptant une assiette de sa part pour la rincer. Phun laisse échapper un rire moqueur.

    "Dois-je répéter ce que tu as dit à Earn ? Je peux le réciter mot pour mot." Bon sang, vous me croyez maintenant qu'il est du genre à ne jamais lâcher prise quand il mord ? Il peut le réciter mot pour mot en plus ? C'est un peu trop. Je commence à être un peu en colère contre lui maintenant, parce que j'ai l'impression qu'il ne me fait pas confiance.

    "Tu n'as même pas entendu la moitié de la conversation, comment tu as pu te rendre compte de ce dont on parlait ? Je ne parlais pas de ce genre de merde, tu sais." Il y a un soupçon d'agacement dans ma voix maintenant. Comment je peux ne pas être ennuyé par ça ? N'ai-je pas montré assez de preuves qu'il est la personne avec laquelle j'ai choisi d'être ?

    Phun se tait. Il ne répond pas. Je suppose qu'il peut sentir dans quel état d'esprit je suis en ce moment. Je laisse échapper un long soupir et tente de me calmer, puis je reprends la parole calmement. "... tu ne me fais pas confiance ?"

    "Hé hé hé..." Qu'est-ce qui est si drôle ?! Je lève les yeux et fixe son visage quand je l'entends rire. Je peux le voir faire de son mieux pour étouffer son rire. Ses joues sont gonflées. Ses yeux sont minuscules. 

    "Pourquoi est-ce que tu ris ?" Je lui demande en faisant traîner la dernière syllabe pour montrer mon agacement. Cependant, il sourit assez largement pour montrer ses dents avant de me répondre.

    "Si je n'avais pas confiance en toi, tu crois vraiment que je serais assis ici à côté de toi en ce moment ?" Il me demande en retour. Il me sourit, bien que cela me semble suspect. Cette conversation me rappelle quelque chose. Euh...

    "Ceux qui ne te font pas confiance ? Ils t'évitent généralement et refusent de te parler lorsque tu essaies de leur parler. Ils n'écoutent pas les explications. Ils se mettent en mode jalousie pure. Ça te rappelle quelqu'un ? Heh heh heh." T… toi… toi salaud ! Tu te sers de ce qui s'est passé avec Pam pour te moquer de moi ?! Je suis pris de court et je me sens soudainement embarrassé. Bien… bien, j'avais mes raisons de mal comprendre la situation à l'époque !

    Phun me sourit sournoisement avant de déposer la dernière assiette dans mon seau. "Tu veux parier que si la situation était inversée, tu m'aurais déjà tué ?" Merde, je ne suis pas inhumain à ce point. Je le fixe en retour avec de grands yeux au lieu d'éviter son regard. "Comme si. Je me serais probablement comporté comme je l'ai fait, au mieux."

    "Faire ça aurait été la même chose que de me tuer." Il argumente et mon visage commence à chauffer un peu. Puis Phun pose la question que je redoute le plus.

    "Alors ? Earn t'a vraiment embrassé ?" Mer... merde. Comment dois-je lui répondre ?

    Je bégaie mes mots alors que Phun Phumipat rapproche son visage du mien en cherchant la vérité. Je le fixe en retour et je fais de mon mieux pour ne pas détourner le regard. (Parce que j'aurais l'air coupable.) "Eh bien... eh bien... qu'as-tu vu exactement ?!"

    "Je ne sais pas ce qui s'est passé. Je n'ai rien vu du tout. J'ai seulement entendu ce que tu lui as dit. Alors tu vas me répondre ou pas ? Est-ce qu'il t'a vraiment embrassé ?" Putain. Qu'est-ce que je dois faire maintenant ? Je m'éloigne lentement pour échapper à son visage intimidant, puis je passe mes mains dans l'eau pour chercher la dernière assiette. Je la trouve et la rince avant de la ranger à la hâte.

    "Est-ce qu'il t'a embrassé... de la façon dont je t'embrasse ?" Phun modifie sa question après avoir remarqué que j'ai choisi de ne pas répondre. Il y a un léger scintillement dans ses yeux quand il prononce le mot "embrasser". Soupir. Je sais que personne ne voudrait que son petit ami ou sa petite amie fasse quelque chose comme ça avec quelqu'un d'autre, y compris moi. Et il a raison. J'aurais été dévasté si la situation était inversée.

    "Nos... nos lèvres se sont simplement effleurées. Peut-on ne pas appeler ça un baiser ?" Je négocie avec lui. D'après son regard, il n'a pas l'air d'être satisfait de ma réponse. Mais il garde son calme. Je m'attendais à quelque chose de pire.

    "Je le savais. Ce genre de jeu..." Il marmonne pour lui-même avec une certaine frustration. Puis il tourne à nouveau son attention vers moi. "Et comment tu t'es senti ? Tu as aimé ça ?" Merde. Si je pouvais le frapper au visage, je le ferais à cause de cette question.

    Je lui lance un regard irrité, avec l'intention de le maudire. Mais je remarque l'incertitude dans ses yeux et je change de ton. "Ouais. Je sens que... je l'aime bien." Je lui dis doucement. L'expression de Phun change immédiatement. Ses yeux vifs sont maintenant vides, son regard provoquant quelques secondes plus tôt a disparu. Ils sont noirs sans aucune ombre, comme si l'âme du propriétaire de ces yeux avait quitté son corps. Je ne peux plus continuer.

    "En tant qu'ami ! Hahaha ! Je t'aime beaucoup, beaucoup plus, mec. Hahaha ! Je t'ai eu, n'est-ce pas ?"

    Ahaha ! Quelle satisfaction ! Mais avant que je n'aie le temps de rire, Phun me grogne dessus en montrant ses dents, maintenant que son âme est revenue dans son corps. Il s'approche et envahit mon espace personnel. "Tu as vraiment du culot de me faire une farce pareille ! Tu as failli me faire avoir une crise cardiaque, tu sais !" Il me crie dessus en continuant à rapprocher son visage du mien. Je me sens en danger parce qu'il n'y a pas de place pour que je puisse m'échapper. Ah, merde !

    "Mec, lâche-moi. Je ne peux pas respirer."

    Mais Phun refuse d'écouter. Il continue de se rapprocher de manière menaçante. "Tu sais quoi ? Tu es un petit morveux. Tu m'as tellement embrouillé la tête que j'ai du mal à penser correctement. Tu as besoin d'une leçon." Il murmure à mon oreille, son ton est grave. 

    Je déglutis fortement. Je peux sentir son souffle chaud familier sur ma peau. "Que... qu'est-ce que tu prévois de faire ? Nous sommes dans un camp, il y a des gens autour !"

    "Exactement. Donc je vais... suivre les règles de ce camp."

    Déchirures !

    Je suis stupéfait pendant une seconde entière lorsque j'entends ce son étrange. Mon corps a une sensation étrange. Phun me sourit sournoisement (encore plus que d'habitude) en reculant et en regagnant la place où il était assis, en me laissant être le témoin direct de ce qui s'est passé.

    Il a déchiré mon badge !

    Putain ! Phun est un vampire !

    Je reste bouche bée. Je ne sais plus quoi dire. Mon cerveau s'éteint avec le message "Phun est un putain de vampire !" qui se répète en boucle dans ma tête.

    Le tuyau qui sert à rincer la vaisselle est maintenant utilisé pour rincer la jambe du jeune maître Phun. Je sors de ma torpeur (et commence à accepter la réalité que j'ai été assassiné). Je me lève et fixe son visage avec colère. "Tu m'as vraiment tué !"

    "Et ? Hahaha." Ce connard ! Écoutez-le ! Je lève ma jambe avec l'intention de lui donner un coup de pied. Au lieu de ça, Phun m'asperge d'eau pour que je puisse me rincer les jambes aussi alors j'obtempère. Pourquoi porte-t-il ces chaussures de sport de toute façon ?

    "Honnêtement, je n'ai jamais eu l'intention de te tuer." Il donne rapidement une excuse. Je suppose qu'il a peur que je l'engueule. Ne t'inquiète pas, c'est exactement ce que je vais faire, mais je vais d'abord écouter ce que tu as à dire. Je lui lance un regard noir et il s'empresse de continuer à me donner son excuse. "Pourquoi tu t'es comporté comme un con ? Quand tu as dit que tu aimais Earn, j'ai cru que j'étais mort. Alors j'ai dû te tuer en retour pour qu'on puisse mourir ensemble. Hé hé." Enfoiré, c'était ça ta raison ? Comment je dois te faire payer pour ça ? Putain ! Je le frappe à la tête avant de m'éloigner de l'eau en traînant les pieds. Ça suffit, mes orteils sont tout fripés. Alors on est quitte maintenant, c'est ça ? T'es content d'avoir pu me tuer, connard ?!

    "C'est quoi le truc avec les baskets maintenant ? Tu penses que tu as l'air trop cool en les portant ici ou quoi ?" Je suis de mauvaise humeur alors je cherche juste à me battre. Phun porte simplement une paire de baskets et d'une certaine manière, c'est une raison suffisante pour que je l'interpelle. Le secrétaire du conseil des élèves éclate de rire avant de passer son bras autour de mes épaules et de me ramener à la cafétéria avec lui. (C'est comme une zone de guerre à présent. Tout le monde chante comme s'ils n'avaient jamais chanté de toute leur vie).

    Et bien sûr, avec le retour de M. Phun-pulaire, il est traîné sur la scène par une certaine personne écervelée. (J'en ai marre de ces types populaires. Oui, Earn aussi.) Quant au type ordinaire comme moi (c'est la seule chose de moi qui soit ordinaire), je m'assois sur la touche et profite du spectacle puisque personne ne veut chanter avec moi, hahaha. (Mais en fait, tout le monde a remarqué que mon badge a été déchiré. Ils m'ont posé un million de questions pour savoir qui est le vampire. Comme si j'allais cracher le morceau. Pete, seuls toi et moi sommes au courant, non ? Sur le fait que le vampire est vraiment un trou du cul ?)

    Nous tapons tous bruyamment sur les tasses au rythme de la musique. (Vraiment vulgaire.) Nous sommes encore plus bruyants lorsque Earn et Phun sont encouragés par les autres à danser sur un single populaire d'un groupe de filles. (Flippant !) Hé, comment se fait-il que les membres de ce groupe de filles soient si différentes en vrai ? Leurs jambes sont tellement poilues ! Je ne peux pas supporter ça !

    Pendant qu'on s'éclate avec la musique, Ohm monte sur la scène pour les rejoindre. (Dégueulasse !) Soudain, je sens une petite main tapoter mon dos pour m'interrompre.

    Je sursaute. (J'ai eu peur !) Je me retourne pour voir Jeed qui me sourit. "Tu as une minute, Noh ?" Comment suis-je censé répondre si elle me le demande comme ça ? Je lève les sourcils et regarde mes amis autour de la table. Tout le monde détourne le regard. Personne n'est prêt à m'aider. (Ceux qui auraient pu m'aider sont tous sur la scène en train de danser comme des fous).

    Eh bien, il n'y a rien à faire ! "Bien sûr. Tu as besoin d'aide pour quelque chose ?"

    "Tu veux bien venir avec moi et m'aider à faire la vaisselle ? J'ai un peu peur d'y aller seule à cause du jeu des vampires." Après avoir entendu ça, je ne peux pas la laisser partir seule, n'est-ce pas ? (Je comprends parfaitement ce que ça fait d'être tué par un vampire.) Alors je me lève et la suis. Un regard menaçant me fixe depuis la scène. Mais je ne peux rien y faire. Je vais essayer de finir le plus vite possible.

    Je marche avec Jeed jusqu'à l'endroit où l'on lave la vaisselle sale. Cependant, ce n'est pas le même endroit que celui où je me trouvais avec Phun ! Pas étonnant qu'il faisait si sombre là où nous étions. Des personnes sont en train d'y faire la vaisselle. Cet endroit est bien éclairé et il y a aussi des éviers appropriés. Plus important encore, il y a des répulsifs à moustiques installés ici !

    Merde. Alors pourquoi je suis allé là-bas et me suis fait tuer par un vampire ?! T'es vraiment un crétin, Napat !

    Le bruit de l'eau qui frappe l'évier accompagne les fredonnements joyeux de Jeed. Elle semble être de bonne humeur. Je la regarde nettoyer un verre et je ne peux m'empêcher de la taquiner un peu. "Je devrais partir et laisser un vampire t’attraper. Hehe."

    Jeed se tourne vers moi avec un doux sourire. "Tu ne le ferais pas parce que tu es trop gentil. Hé hé." Aw, mec. Comment sait-elle que je suis en fait un mec sympa 24 heures sur 24. (Hé hé).

    "Tu m'as demandé de venir. Tu n'as pas peur que je sois un vampire ? Je pourrais te tuer maintenant." Je fais semblant de la menacer à nouveau. Jeed garde son doux sourire. "Comment pourrais-tu être un vampire alors que tu as déjà été tué ? Regarde ton badge déchiré, ha ha." Mince, j'avais oublié qu'il y avait des preuves sur moi.

    "Alors qui t'a tué, Noh ? Mon amie est une sorcière, je peux lui dire de s'occuper d'eux pour toi. Qu'est-ce que t'en dis ?" Oh, quelle bonne idée. Je glousse pendant que Jeed termine la dernière assiette.

    "Tu as fini ? Allons-y alors." Je pars en premier et ouvre la voie vers la cafétéria. Jeed m'attrape par le bord de ma chemise. "A... attends."

    "Hum ? Il y a autre chose à laver ?"

    "Non, mais... on peut parler ?" Son ton est plein d'appréhension mais ses yeux pétillent de confiance. C'est comme si elle savait que je ne vais pas partir. Et elle a raison, puisque je ne pars pas.

    Nous restons silencieux pendant quelques instants avant que Jeed ne prenne la parole en premier. "Alors j'ai entendu que... Yuri et toi avez rompu." Commence-t-elle. Je n'ai pas de réponse à lui donner puisque ce n'est pas une question. Et je sais qu'elle ne veut pas demander si c'est vrai. C'est assez clair pour tout le monde au camp vu comment Yuri et moi nous comportons l'un envers l'autre. 

    "Je suis désolée."

    "Oh... merci." J'acquiesce à son geste bienveillant, même si je ne comprends pas vraiment les intentions qui se cachent derrière. Parce que premièrement, ça fait un moment que j'ai rompu avec Yuri. C'est arrivé au point où les gens ont arrêté de parler de nous. Et deuxièmement, d'après l'expression de Jeed, elle ne semble pas du tout être triste de l'échec de ma relation amoureuse avec Yuri. 

    Je remarque qu'elle se mord la lèvre inférieure et sourit un peu avant de poursuivre avec une autre question. "Est-ce que tu vois quelqu'un en ce moment, Noh ?"

    "Jeed, s'il y a quelque chose que tu veux me demander, tu peux y aller et me le demander. C'est bon." Je coupe court à sa série de questions parce que je ne veux pas répondre à ce qu'elle me demande. Je veux aussi savoir ce qu'elle attend vraiment de moi.

    Après avoir entendu cela, son expression change un peu. Puis elle en vient enfin au fait. "C'est juste que je pense que nous nous entendrions bien. Nous appartenons tous les deux à un club de musique, donc nous aurions plus de choses en commun que quelqu'un comme Yuri qui ne se soucie que de ce qu'elle veut."

    Soudain, un sentiment de désapprobation m'envahit. Dire que Yuri est égocentrique est loin de la vérité. Elle ne s'est jamais comportée comme ça avec moi. Elle était généreuse et cédait autant qu'elle le pouvait. En fait, c'est moi qui étais égocentrique dans cette relation. Je ne mérite pas l'amour que Yuri m'a donné gracieusement. 

    Je serre les lèvres et fais de mon mieux pour réprimer ma colère. Je commence à parler, en utilisant le moins de mots possible. "Yuri n'est pas comme ça. Je suis désolé, mais ça ne m'intéresse pas de sortir avec toi." Je fais demi-tour et retourne à la cafétéria. Je m'arrête sur ma lancée quand j'entends la réponse de Jeed.

    "Tu es gay, n'est-ce pas ?"

    "..." Je me fige. Jeed s'approche de moi et me fait face une fois de plus. Il y a une expression victorieuse sur son visage. "Les gens disent que tu es gay. C'est vrai, n'est-ce pas ?"

    Je la regarde froidement. Aucun mot ne sort de mes lèvres. Il n'y a que du silence.

    Je n'ai pas de réponse à lui donner. Parce que tout le temps où j'ai été avec Phun, je n'ai jamais mis d'étiquette sur moi. Je n'ai jamais pensé à ce que je suis censé être. Je ne me suis jamais soucié du genre de romance que nous étions supposés avoir. Je sais seulement que je l'aime. Et parfois, cela peut être douloureux lorsque la réalité me frappe en plein visage et que l'on me rappelle que notre amour est différent des normes sociales.

    Je croise son regard et lui donne une brève réponse.

    "J'appelle ça de l'amour."

     

    1/ L‘Isan est la région Nord-Est de la Thaïlande. Couvrant environ le tiers du pays, elle est située sur le plateau de Khorat, bordée au nord et à l'est par le fleuve Mékong et au sud par le Cambodge


  • Commentaires

    3
    Dimanche 15 Août à 12:17

    J'aime pas du tout Jeed

    2
    Jeudi 20 Mai à 19:29

    merci pour ce tout nouveau chapitre ( et oui je sais je suis encore en retard^^)

    quoi qu'il en soit, il était trop bien :)
    mille merci de l'avoir traduit !
    à la prochaine ;)

    1
    Dimanche 2 Mai à 11:01

    Coucou Néphély,

    J'ai lu ce chapitre il y a une bonne semaine maintenant. Me voilà donc pour laisser un commentaire bien mérité.

    Ce chapitre 63 est beau à tout point de vue mais son apogée est évidemment la fin.

    La série a été très fidèle à ce passage et j'ai éprouvé les mêmes sensations à la lecture du roman.

    La phrase assassine de Jeed, mordante, violente et homophobe, est profondément retorse et méchante mais la réponse de Noh l'emporte, faisant triompher l'amour et la tolérance. Le fait que le roman nous permette d'accéder aux pensées de Noh donne une portée plus philosophique à la scène.

    La réflexion de Noh sur la triste réalité des étiquettes que la société impose aux gens est d'une rare finesse dans les BL. On oublie souvent que le concept de "gay" est une étiquette chargée de clichés et de préjugés. Noh vit son histoire d'amour avec Phun en suivant son instinct et ses sentiments. Le terme de "gay" est violent car il le ramène à la vérité sociale, celle du regard des autres, sévère et discriminant. Noh ne se sent pas anormal ni différent, seule la société le range injustement dans une case. Néanmoins, il parvient à être maître de lui et à faire preuve de lucidité.

    C'est pour de telles scènes que j'adore Lovesick plus que d'autres séries et romans BL.

    Merci infiniment pour cette lecture extraordinaire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :