• Chapitre 60 : Notre accord.

    Chaque couple aura sa part de disputes, mais XiaoMi espérait que si possible, les leurs seraient les moins nombreuses possibles. Car chaque fois qu'ils se disputaient, c'était trop déchirant.

    Sur le chemin de la maison de LiQing, XiaoMi pensa aux mots que YanYan avait prononcés.

    "Si tu pars, ne reviens jamais."

    Si c'était vrai ? Comment se faisait-il que tous deux en soient arrivés là ? Ce que LiQing était en train de dire, XiaoMi ne l'entendit absolument pas. Une fois que LiQing fut rentrée dans sa maison, XiaoMi rentra chez lui aussi.

    Allongé sur son lit, XiaoMi n'arrivait pas à s'endormir. Il se rappelait tout ce qui s'était passé depuis le début de leur dispute. Il essaya de se souvenir de ce qui n'avait pas marché. Pourquoi YanYan était-il si fâché ? Comment pouvait-il être aussi en colère pour lui avoir dit des mots si blessants ? Ne savait-il pas que ce qu'il avait dit l'avait beaucoup affecté ? Peu importe que ces mots soient doux ou blessants... Ne savait-il pas que ce qu'il avait dit lui allait droit au cœur ? Il ne le savait sûrement pas, car YanYan ne voulait pas le blesser...

    Soudain, ce que ZhuGang lui avait dit plus tôt se répercuta dans son esprit.

    "Tu n'aurais pas dû lui mentir en premier lieu."

    Et si YanYan s'était mit en colère non pas parce qu'il était sorti pour jouer ? Mais qu'il était en colère parce qu'il lui avait menti ? Alors, pourquoi ne lui avait-il pas dit directement ? Ce YanYan était têtu ! Pourquoi ne lui avait-il pas dit clairement ce qu'il avait fait de mal ? Une fois qu'il y pensa, XiaoMi s'habilla à la vitesse de la lumière.

    -------------------------------------------------

    Dehors, il n'y avait que les lampadaires. XiaoMi serra fermement ses vêtements et sortit. Il prit l'ascenseur jusqu'au trentième étage. Il voulut frapper, mais il se rendit compte que la porte n'était pas verrouillée. Il la poussa légèrement et elle s'ouvrit. La pièce était sombre, mais au clair de lune, il put voir YanYan endormi, allongé sur le canapé. Une main derrière la tête, l'autre posée sur le canapé. XiaoMi se tint tranquillement à côté de YanYan. S'il l'appellait, il se demandait s'il allait le chasser. Il lui avait demandé de ne pas revenir. Mais XiaoMi ne voulait pas trop réfléchir. Il s'agenouilla près du canapé, et baissa la tête contre le bras de YanYan. Il lui dit doucement.

    "Je suis désolé, je n'aurais pas dû te mentir. Mais tu n'aurais pas dû dire des mots aussi durs... Qu'est-ce que tu veux dire par ne pas revenir... Je n'ai nulle part ailleurs qu'ici. Tu es trop excessif. Dire une telle chose... Je suis très en colère. Tu es trop... Trop..."

    Les larmes de XiaoMi trempèrent la chemise de YanYan. Celui-ci tendit la main et lui caressa les cheveux.

    "N'es-tu pas revenu de toute façon?... Je me suis fâché de te voir avec quelqu'un d'autre. C'était des mots de colère..."

    "Je le savais, tu n'aurais pas le coeur de me laisser partir. Tu mens... Ne me mens plus jamais. Sinon, je partirai vraiment." XiaoMi serra bien fort la main de YanYan.

    "Alors, nous sommes quittes.”

    "Alors, la prochaine fois, on ne pourra pas se mentir. "

    YanYan attira XiaoMi dans ses bras.

    " Dors ici cette nuit. "

    XiaoMi fit un signe de tête. 

    -----------------------------------------------------------

    Le lendemain, quand YanYan se réveilla, XiaoMi n'était pas au lit. Il mit ses vêtements et sortit pour regarder, mais le salon aussi était vide. Et il y eut un bruit dans le bureau. Il poussa la porte et regarda, XiaoMi était en train d'écrire quelque chose sur un papier. Il avait l'air sérieux. En voyant YanYan dans la pièce, il lui fit signe avec un large sourire et YanYan se dirigea vers lui.

    " Qu'est-ce que tu fais ?”

    "J'ai réfléchi. Que nous devions chercher la raison pour laquelle nous nous disputons à chaque fois, puis nous mettre d'accord pour ne plus jamais recommencer. "

    "Est-ce que tu ne peux pas penser à autre chose ?"

    XiaoMi se racla la gorge et dit.

    "Les parties impliquées ; YanYan et Su XiaoMi. Afin de protéger la relation amoureuse des deux parties, un développement harmonieux et une base solide, nous avons convenu de conclure cet accord. Si l'une des parties rompt l'accord, elle mourra sans avoir de lieu d'enterrement. Il sera mis en pièces, et pendant trois mois, il ne pourra pas chercher à obtenir du plaisir de son partenaire."

    "C'est un peu strict..."

    "Cela ne peut que nous faire prendre cet accord au sérieux."

    "Mais je pense que tu as plus de chances d'être mis en pièces."

    XiaoMi ignora la vérité de YanYan et continua à lire.

    "1. Les deux parties doivent faire de leur mieux pour que leurs parents acceptent leur relation. Aucune des parties ne peut se soustraire à cette obligation. 2. Le Seme ne peut pas utiliser des mots durs pour gronder le Uke, par exemple des mots comme "crétin" et autres mots du même genre. 3. Les deux parties doivent être honnêtes l'une envers l'autre, y compris lorsqu'elles jouent ensemble et peuvent avoir menti pour s'amuser."

    "Tu ne crois pas qu'il y a quelque chose d'injuste avec le numéro 2 ?"

    "Je pense que c'est bon. La prochaine fois que nous aurons une dispute, nous ferons un amendement ici."

    Voyant que YanYan ne disait pas grand-chose, il le prit comme un accord. XiaoMi était satisfait ! 

    "Yan ! Nous sommes ensemble depuis plus d'un an et nous ne nous somme disputés que trois fois. Je pense que notre relation est solide." Tout en disant cela, XiaoMi enlaça la taille de YanYan. "Cette année, nous devons travailler dur, faire de notre mieux pour ne pas nous disputer."

    "Ça.. dépend de toi."

    " Tu n'as jamais entendu un proverbe qui dit, une seule main ne peut pas applaudir ?"

    "J'ai seulement entendu, une gifle peut tuer une personne."

    "Ne dis pas ça comme ça s'il te plait..."

    "Si à l'avenir tu te fais déchiqueter, tu voudrais que je te fasse incinérer ou que je t'enterre ?"

    "Beurk ! Dire une telle chose tôt le matin !"

    "Oh, tu as dit qu'il n'y aurait pas de place pour l'enterrement... Alors je suppose que je peux seulement trouver un tapis et t'enrouler dedans."

     

    Chapitre 60 : Notre accord.


  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Juin à 23:03

    merci pour ces chapitres haaaaa ce Yan Yan la jalousie est un vilain defaut mdr et dans toute les occasion il a toujours le petit lubrifiant avec ( Indispensable biggrin) j adore ce couple après An Zian et Medine bien sure lol bon courage pour la suite gros bisou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :