• Chapitre 59 : La jalousie couvre toute capacité de raisonnement.

    XiaoMi était assis à la porte et attendait YanYan. Il réalisait maintenant qu'attendre quelqu'un n'était pas un sentiment agréable. Alors, qu’avait ressenti YanYan lorsqu'il l'avait attendu hier soir ?

    Pendant qu'il réfléchissait, la porte de l'ascenseur s'ouvrit. En le voyant par terre, YanYan resta stupéfait pendant un moment. Mais il ne dit rien. Il sortit sa clé et ouvrit la porte. XiaoMi tira sur la manche de YanYan.

    "Yan ! Je suis là."

    YanYan ignora XiaoMi.

    "Yan, je me suis trompé. Je n'oserai plus."

    La porte s'ouvrit, YanYan entra et XiaoMi suivit derrière. Il jeta sa veste sur le canapé, et regarda directement XiaoMi.

    "Où t'es-tu trompé ?"

    "Je ne devrais pas traîner avec ZhuGang et le gang. Ce sont eux qui m'entraînent."

    " Sors d’ici." Dit froidement YanYan.

    YanYan se rendit compte que XiaoMi ne savait toujours pas que tout ce qui l'intéressait était que XiaoMi lui avait menti. Il y avait eu une fois, alors il y en aurait une deuxième. YanYan décida de lui donner une leçon.

    XiaoMi ne comprenait pas pourquoi il était venu demander pardon alors que YanYan était si froid. XiaoMi était insatisfait.

    "Qu'est-ce que tu as dit ?"

    "Sors."

    "Que veux-tu vraiment ? J'ai déjà dit ce que j'avais à dire."

    "Tu n'es toujours pas parti ?

    "D'accord, je pars. Tu ferais mieux de te souvenir de ça."

    XiaoMi partit en colère. Sur le chemin du retour, il se sentit troublé, il s'était excusé. Pourquoi était-il encore comme ça ? Quel genre d'attitude était-ce ? Un type ennuyeux ! Tu ne te soucies pas de moi, je ne me soucierai pas de toi non plus !

    ---------------------------------------------

    Comme ça, pendant un jour, puis deux jours, à présent c'était le troisième jour sans nouvelles de YanYan. XiaoMi commençait à être inquiet. Au début, il pensait pouvoir tenir encore un peu, mais maintenant il était au bord du précipice... il voulait absolument sauter et mourir... s'ils continuaient comme ça, allaient-ils se transformer en étrangers froids ? Puis finalement se séparer ? Plus il y pensait, plus il devenait nerveux. Maintenant, ceux de son dortoir appellaient.

    "XiaoMi, l'école va bientôt reprendre, tu veux venir t'amuser ?"

    "M'amuser ? Je ne suis pas du tout d'humeur à m'amuser."

    "Quoi ? Tu n'es toujours pas en bons termes avec YanYan ?"

    "Tu as l'impression que nous nous entendons bien ?"

    "Ne sois pas si fâché. Si tu restes à la maison comme un cadavre, tes relations ne s'amélioreront pas non plus. Viens, allons nous amuser dehors. Une fois l'école reprise, tu n'en auras plus l'occasion. C'est le dernier trimestre scolaire."

    "Je ne suis pas intéressé, je ne suis pas intéressé."

    "Nous te gâtons. Tu n'as même pas à payer un centime."

    XiaoMi se laissa un peu influencer.

    "Rester à la maison n'aidera pas. YanYan ne se soucie pas non plus de toi. Tu devrais passer tes journées avec plaisir, faire savoir à ce YanYan que sans lui, tu peux encore avoir une bonne vie. Il pourrait alors s'inquiéter et revenir vers toi."

    XiaoMi était totalement convaincu !

    "Ce que tu dis est vrai ?"

    "Bien sûr ! C'est pour le provoquer afin d'obtenir ce que tu veux de lui."

    XiaoMi alla dans la salle de bain pour prendre un bain qu'il n'avait pas pris depuis trois jours. Après le bain, il suivit la bande pour un karaoké. 

    --------------------------------------------

    Une fois qu'ils arrivèrent, il y avait de nouveau des filles dans la salle. Le visage de XiaoMi s'assombrit.

    "Pourquoi y a-t-il encore des filles ?"

    "Juste des d'hommes, c'est ennuyeux. Tu penses que nous sommes comme YanYan et toi ?"

    "Beurk ! Lequel d'entre vous peut se comparer à Yan ? ! Ne le compare pas avec des gens indignes.

    "Tu es si partial... "

    "Et alors ? Et alors ? Je me range du côté de YanYan. Et alors ?"

    Ils décidèrent de ne pas se soucier de XiaoMi, et commencèrent à chanter chansons après chansons. Certains bavardaient, d'autres buvaient, mais XiaoMi ne buvait pas parce que YanYan l'avait prévenu une fois de ne pas le faire.

    Maintenant, LiQing une fille de sa classe s'asseya doucement plus près de XiaoMi et avant qu'il ne puisse l'éviter, elle commença à parler.

    "XiaoMi, je t'intéresse ?"

    "Quoi ?!"

    XiaoMi bouche ouverte, pensa avoir mal entendu.

    "Sinon, pourquoi m'as-tu donné tant de choses auparavant ?"

    LiQing fixa XiaoMi et lui se tourna vers elle, il réfléchit longuement... Finalement, il se souvint de cette fois avec ces draps roses, ces oreillers, ces couvertures... YanYan lui avait ordonné de se débarrasser de toutes ces choses en une journée. XiaoMi avait pensé que ce serait du gâchis de les jeter, alors il les avait donnés. Et par coïncidence, il les avait donnés à LiQing. Il n'aurait jamais pensé que cela lui causerait un malentendu. XiaoMi se sentit embarrassé. Il n'avait pas l'habitude de s'occuper des filles.

    "Ça, tu as mal compris. Je te les donnais tout simplement. Et j'ai déjà une personne que j'aime."

    LiQing sembla être soulagée.

    "Oh, c'est comme ça. Haha, je m'inquiétais aussi. J'ai déjà un petit ami. Mais je n'osais pas te le demander, j'avais peur de te faire du mal.”

    XiaoMi pensa, "Me faire du mal? T'es-tu regardée dans un miroir?" Mais il dit, toujours avec de bonnes manières.

    "Je ne pensais pas que mon action t'apporterait autant de problèmes. Je suis désolé.”

    " C'est bon. Il suffit d'en parler. Tout va bien."

    Après cela, XiaoMi s'assit loin d'elle. Il chanta un peu, discuta avec LuFei, quand ils finirent la journée, ZhuGang et les autres firent des plans pour ramener les filles chez elles. En fait, ils prévoyaient que JiaHua ramenerait LiQing à la maison, et soudain elle s'empara de la manche de XiaoMi.

    "Laisse XiaoMi me ramener à la maison."

    "Pourquoi ?"

    XiaoMi ne voulait pas. LiQing lui dit doucement à l'oreille .

    "Je m'inquiète s'ils ont une mauvaise idée sur moi."

    "Alors tu peux prendre un taxi pour rentrer chez toi ou appeler ton petit ami pour qu'il te ramène chez toi."

    "Mon petit ami est occupé et, de nos jours, les taxis sont très dangereux. Le chauffeur peut être un peu obsédé..."

    Grande soeur... Tu as trop d'imagination. Va aux toilettes et regarde-toi dans le miroir s'il te plaît... C'était ce que XiaoMi pensait.

    "JiaHua n'est pas ce genre d'homme." Essaya d'expliquer XiaoMi.

    "Ce n'est pas sûr. A présent, je suis sûr que je peux te faire confiance."

    XiaoMi se demanda alors, pourquoi tu sors encore pour t'amuser ? Il sentit que cette fille avait un défaut cérébral. Mais en tant qu'homme, il n'était pas correct de refuser alors que les filles avaient déjà demandé. Alors XiaoMi et LiQing partirent ensemble.

    En sortant, elle se cacha derrière XiaoMi, évitant les gens, effrayée que quelqu'un soit attiré par elle. Jusqu'à ce qu'ils atteignent la rue, XiaoMi fut incapable de marcher. Parce qu'il y avait une voiture de sport devant la porte. Le propriétaire de la voiture s'appuyait sur la portière en fumant. Il regarda froidement XiaoMi jusqu'à ce qu'il sente que son cœur était glacé. En le voyant avec une fille, YanYan perdit la tête. Il se mit en colère alors que LiQing voyant que XiaoMi ne bougeait pas, le poussait.

    "Qu'est-ce qu'il y a ? Avance."

    "Ah ? Tu attends un moment."

    Ensuite, XiaoMi se dirigea vers YanYan. Il se tint devant lui et comme d'habitude il tendit la main pour tirer la manche de YanYan, mais à son grand étonnement, YanYan l'évita.

    "C'est ma camarade de classe."

    XiaoMi était blessé par l'action de YanYan. Celui-ci soupira.

    "XiaoMi, je vois que tu t'amuses. Je pensais que tu avais déjà compris la leçon, mais je me suis trompé. Je suis l'imbécile qui pense que les gens comme toi peuvent apprendre quelque chose."

    "Que veux-tu dire par des gens comme moi ? ! Quel genre de personnes je suis à tes yeux ?"

    XiaoMi ressentit comme un pincement. Chaque fois qu'il se disputait avec YanYan, ces douleurs revenaient.

    "XiaoMi, tu as fini ?" Appela LiQing derrière eux.

    "Attends, attends."

    "Où veux-tu aller ? Pourquoi ? Tellement vite que vous avez tous les deux atteint le sommet ?" YanYan jeta son mégot de cigarette.

    "Ne le dis pas comme ça."

    "Tu veux dire quoi ? La bénédiction ? Souhaiter que ta nuit soit très agréable au lit ?"

    YanYan fit glisser son doigt sur la bouche de XiaoMi, qui lui mordit de colère.

    "C'est ce que tu penses de moi ? ! Alors qu'est-ce que j'ai d'autre à dire ! Je suis occupé. Au revoir !"

    XiaoMi se retourna alors que YanYan montait dans sa voiture.

    "Si tu pars, ne reviens jamais."

    Le cœur de XiaoMi était comme tiraillé, il était très bouleversé. Il se dit que ce que lui avait dit YanYan, était des mots horribles, et pensa à LiQing qui l'attendait, il serra le poing et marcha vers LiQing.

    En voyant XiaoMi et LiQing monter dans un taxi, YanYan s'en alla lui aussi. Il savait parfaitement que XiaoMi n'était pas ce genre de personne. Mais en le voyant avec une fille, il n'avait pas pu s'empêcher d'être en colère de la tête aux pieds... La jalousie recouvrait toutes ses capacités de raisonnement. Plus il y pensait, plus il était en colère contre lui-même. Il claqua son volant et jura.

    "BORDEL DE MERDE !!!"

     

    Chapitre 59 : La jalousie couvre toute capacité de raisonnement.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :