• Chapitre 54 : Une nouvelle année.

    Chapitre 54 : Une nouvelle année.

    Le jour de l'an, XiaoMi se réveilla très tôt, mais il ne sortit pas de son lit. Il resta allongé en pensant à YanYan. S'il se sentait seul à la maison pour le nouvel an. Il imagina YanYan assis sur le canapé, regardant seul le programme télé, serrant l'oreiller entre ses bras et ayant quelques larmes au coin des yeux. Plus il y pensait, plus il était triste et ne pouvait plus se contrôler, il prit son téléphone et appela YanYan.

    "Hein ?"  La voix de YanYan sonnait comme s'il dormait encore.

    "Yan ! c'est moi."

    Avant que XiaoMi ne puisse dire quoi que ce soit, la voix d'un homme s’éleva à l'autre bout de la ligne.

    "Yan, qui appelle si tôt le matin ? C'est très dérangeant."

    XiaoMi faillit jeter le téléphone en état de choc. Il se leva de son lit.

    "Qui est-il ? Qui est-il ? Qui est-il ? Qui est-il ? Qui est-il ? Qui est-il ?"

    "C’est..."

    Avant que YanYan ne finisse, YangHui prit le téléphone, il imita une voix bizarre.

    "Qui est-ce ? J'ai attendu cette occasion pendant si longtemps pour finalement attendre que cette personne parte pour venir et passer un peu de temps avec YanYan ! Tu viens et tu nous déranges !"

    Avant qu'il ne finisse, il reçut un coup de pied dans le ventre et faillit tomber sur le sol, mais c'est le téléphone qui tomba à la place.

    "Arrête les conneries."

    YanYan alluma une cigarette, se pencha et ramassa le téléphone. Quand il le mit à son oreille, à l'autre bout, il entendit un cri de détresse. YanYan éloigna le téléphone de ses oreilles. Après avoir entendu que le cri s'était calmé, il le remit à ce moment à son oreille.

    "XiaoMi, c'est YangHui"

    Maintenant, XiaoMi était presque en larmes.

    "A qui veux-tu mentir ? Ce n'est pas sa voix... YanYan, tu me manques tous les jours, comment peux-tu faire une telle chose quand je ne suis pas là ? Tu me prends pour qui ?"

    XiaoMi pleurait fort et YanYan lui coupa la parole.

    "Pourquoi ai-je besoin de mentir ?"

    YanYan mit le téléphone à côté de la bouche de YangHui et lui donna un autre coup de pied sur le ventre. Il le fixa, l'avertissant pour qu’il décide s'il voulait vivre ou mourir, YangHui fit face au téléphone.

    "XiaoMi, je plaisantais juste avec toi... Hier soir, Liu YingXing et moi sommes venus chercher YanYan et nous avons bu quelques verres. On s'est saoulé alors on a passé la nuit ici. Pourquoi ? Tu n'es pas là pour accompagner YanYan, donc tu ne permets pas aux autres de l'accompagner ? Nous sommes ses amis d'enfance proches !" 

     XiaoMi entendit que c'était YangHui, il se sentit soulagé.

    "Yan, je le savais, tu ne ferais pas une telle chose."

    "Tu savais ? Qui était celui qui me grondait à l'instant ?"

    "Je suis trop émotif."

    "Pourquoi tu es réveillé si tôt aujourd'hui ?" demanda YanYan.

    Bien sûr, il n'osa pas dire qu'il imaginait YanYan seul à la maison jusqu'à ce qu'il pleure. 

    "Je veux te voir. Je veux vraiment te voir. Je veux vraiment vraiment te voir. "

    "Hmm... Comme ça..."

    "Comme ça... Je me confesse à toi et tu me réponds de façon si froide..."

    "Alors que puis-je dire ?"

    YanYan mis le téléphone en mode haut-parleur et Xiaomi réfléchit un instant.

    "Par exemple, tu peux dire, sois gentil, tu me manques aussi, mon chéri. Comment vas-tu là-bas ? Au moins quelque chose comme ça."

    "Ces mots..."

    YanYan donna un coup de pied à Liu YingXing, puis il mit le téléphone devant sa bouche, il s'éclaircit la gorge.

    "Sois gentil, je ne pensais pas qu'on se séparerait pendant dix jours. J'ai pensé à toi tous les jours jusqu'à ce que je ne puisse plus dormir. Je ne peux ni manger ni pisser. "

    A l'autre bout de la ligne, XiaoMi, le réprimanda vivement.

    "Putain ! Vous pensez que je suis stupide ?! Vous pensez que je ne peux pas différencier la voix de qui ? YangHui !! Fais attention !"

    "Ah ? Je suis Liu Ying Xing."

    XiaoMi se fâcha et coupa la ligne., il fut grincheux toute la journée. Grincheux pendant qu'il mangeait, grincheux pendant qu'il faisait pipi, grincheux pendant qu'il regardait la télé.

    -------------------------------------

    Quand la nuit arriva, les lieux commencèrent à être plus animés. Certains commencèrent à jouer avec des feux d'artifice. XiaoMi n'avait pas joué avec depuis longtemps, il jouait avec un groupe d'enfants. Après avoir été fatigué de jouer, XiaoMi regarda sa montre, c'était presque le nouvel an et une fois de plus, cette nouvelle année était sans YanYan. Il se fâcha et sortit dans le jardin. Ici, il faisait tout noir, les autres faisaient la fête dans la maison, mais il n'y avait personne dehors. XiaoMi vit non loin de là qu'il y avait une personne appuyée contre le mur, qui fumait. Il paniqua, mais très vite, il se consola.

    "Ça ne peut pas être lui. Ce n'est pas possible. Comment peut-il être ici ? Ce gosse cruel."

    "Quand vas-tu changer cette habitude de marmonner ?"

    En entendant cette voix familière, XiaoMi faillit crier. Il se précipita devant YanYan, renifla ce parfum familier qui confirmait qu'il était YanYan. Ce n'était pas son imagination, il serra fortement la taille de YanYan et colla sa tête contre sa poitrine et se frotta contre celle-ci. 

    "Pourquoi es-tu ici ? Pourquoi es-tu ici ?"

    "Tu as dit que tu voulais me voir, alors je suis là."

    YanYan jeta sa cigarette et enlaça XiaoMi. Ce dernier, dans les bras de YanYan, était tellement touché qu'il ne dit pas un mot pendant un long moment. Puis il sortit soudain son téléphone et regarda l'heure.

    "Enfin, nous sommes ensemble pour la nouvelle année."

    XiaoMi se contenta de compter jusqu'à zéro, quand le ciel fut plein de feux d'artifice, le ciel magnifique, rempli de feux d'artifice colorés. YanYan leva le menton de XiaoMi et l'embrassa. Celui-ci ferma les yeux et s'accrocha fermement à la chemise de YanYan. Ils s'embrassèrent jusqu'à ce que les lèvres de XiaoMi soient à nouveau gonflées. Ensuite seulement, ils se séparèrent.

    "Quand es-tu arrivé ?"

    "À l'instant. Je pensais t'appeler quand j'aurais fini ma cigarette."

    "Yan, tu es la fée de mes voeux. Chaque fois que je veux tellement quelque chose, tu me le donnes."

    "Ne me donne pas un surnom aussi grossier."

    A ce moment-là, quelqu'un appela XiaoMi depuis le jardin. XiaoMi était choqué et se retourna pour regarder YanYan. Celui-ci lui fit signe.

    "Vas-y"

    "Ok. Je pars et je reviendrai vite. Tu m'attends ici. Ne pars pas." 

    XiaoMi revint dans le jardin et se retourna pour voir YanYan. Il alluma une autre cigarette et le regarda jusqu'à ce que XiaoMi disparaisse dans l'obscurité. Il se retourna et monta dans sa voiture. Puis il s'en alla. Quand XiaoMi sortit, YanYan était déjà parti depuis longtemps. C'était comme s'il avait rêvé, il sortit son téléphone de sa poche et appela YanYan.

    "Ne t'ai-je pas demandé d'attendre ?"

    "Je n'ai pas accepté d'attendre. Tu m'as vu. Maintenant, rentre.”

    "Yan..." Ce que XiaoMi voulait dire était coincé dans sa gorge.

    "Si ce sont ces mots d'amour dégoûtants, s'il te plaît, ne dis rien. D'accord. Je conduis, bonne année."

    "Que..."

    "Je ne viendrai pas pour mon anniversaire. Tu veux que je meure de fatigue ?"

    "Ok ! D'accord..."

    XiaoMi coupa la ligne avec le coeur lourd. C'était correct. Si tu avais quelque chose, tu devais sacrifier autre chose. Au moins YanYan était avec lui pour accueillir la nouvelle année. 

    ----------------------------------------

    Le jour de l'anniversaire de YanYan (deuxième jour de la nouvelle année), XiaoMi était occupé à prendre un selfie dans sa chambre. Il prit même quelques photos de nus. Et il mit une note disant que s'il en avait vraiment besoin, il pourrait utiliser ces quelques clichés pour résoudre ses problèmes. Tu entres enfin dans la vingtaine !

    La boîte de réception de YanYan était sur le point d'exploser. Elle était trop pleine de photos et quand il vit ces photos de XiaoMi nu, YanYan ne put s'empêcher de mordre plusieurs fois sa lèvre inférieure. Et ce petit geste attira l'attention de YangHui. Ce dernier se déplaça rapidement pour le découvrir.

    "Yan ! Qu'est-ce que tu regardes ?"

    YanYan couvrit rapidement son téléphone avec sa main.

    "Ce ne sont pas tes affaires."

    "Ne sois pas comme ça, laisse nous voir aussi."

    "Si tu veux mourir maintenant. Et vous deux, pourquoi rester ici tous les jours ?"

    "Nous n'avons nulle part où aller. La maison est si ennuyeuse, regarde ce que tu dis... Yan, on appelle des filles pour s'amuser ?"

    "Si tu oses appeler, je te ferai sortir d'ici." 

     

    Chapitre 54 : Une nouvelle année.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Juin à 14:52

    Merci pour les nouveaux chapitres. Toujours aussi agréable à lire :)

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :