• Chapitre 47 : La crise de YanYan

    Chapitre 47 : La crise de YanYan

    XiaoMi revint du camping en caressant soigneusement ses poches pleines d’argent. Il marchait droit et parlait plus fort qu’avant, comme ceux qui sont devenus soudainement riches.

    Aujourd’hui il reçut soudainement une lettre d’amour venant d’une fille de la classe voisine. En voyant l’enveloppe de couleur rose, XiaoMi était excité. Il avait le sentiment d’avoir toujours du charme.

    Juste après l’école, il se précipita à la maison et sortit l’enveloppe juste devant YanYan.

    “Tu sais ce que c’est ?”

    “Ton testament ?”

    “Putain !! N’importe quoi ! C’est ma lettre d’amour, écrite pour moi ! Tu vois ? Yan, tu ne pensais pas que j’aurais un tel jour !”

    YanYan alluma une cigarette, ses yeux presque fermés, il fixa cette lettre. “Est-ce que c’est toi qui l’as écrite ?”

    XiaoMi s’énerva. “Tu me regardes de haut ! Laisse-moi te la lire ! Garde ta bouche fermée !”

    XiaoMi ouvrit l’enveloppe, se racla la gorge et se mit à lire.

    “Su XiaoMi, je peux t’appeler comme ça ? Peut-être que tu ne me connais pas bien, mais je connais beaucoup de choses sur toi. Chaque fois que tu passes devant ma classe, mon coeur se sent anxieux.  J’ai souvent voulu entamer la conversation, mais en tant que fille, je me sentais timide. Maintenant nous sommes en quatrième année, donc je ne veux plus attendre, peu importe si tu es d’accord ou non, on peut déjà devenir amis. Je ne te demande pas grand chose. J’attendrai ta réponse. Deng Fung Lien.”

    XiaoMi était fier et continua d’agiter la lettre devant YanYan.

    “Maintenant tu sais ! Tout le monde n’aime pas ton style. Il y a toujours ceux qui ont le cerveau pour m’aimer. C’est pourquoi, tu dois apprendre à me chérir ! Il y a des gens qui m’attendent.”

    YanYan arracha la lettre des mains de XiaoMi et sans même la regarder, il la jeta à la poubelle.

    “Su XiaoMi, je peux voir que tu es très heureux à propos de tout ça !”

    “La chance me sourit, moi, Su XiaoMi, attends ce jour depuis longtemps. C’est toujours toi que les autres aiment ! Maintenant, il y a quelqu’un qui m’aime bien. C’est historique. Ça vaut la peine de s'en souvenir." 

    “Se faire admirer par une fille, ça te rend tellement heureux ?”

    XiaoMi leva son index et le déplaça de gauche à droite. “Non, non, non… Le point principal n’est pas de savoir par qui… c’est que quelqu’un m’aime. Comment ? Tu te sens défié ? Ton charme est mis à l’épreuve ?”

    “Qu'est-ce que tu veux prouver ici?”

    “Au moins cela me rend ma fierté.”

    “Alors, comment tu vas lui répondre ?”

    YanYan prit une dernière bouffée, puis écrasa la cigarette et la jeta dans le cendrier.

    “Ne t’inquiète pas, je ne suis pas attiré par la beauté. Es-tu ému par ma loyauté ?”

    “C’est bien que ce soit comme ça ?”

    Lorsque XiaoMi retourna dans le bureau, YanYan fixa la lettre dans la poubelle. Soudain, il eut un sourire diabolique. Il ramassa la lettre, la mit dans sa poche puis il passa un coup de téléphone.

    “Lu YiYi, aide-moi avec quelque chose…”

    --------------------------------------------------------------------

    Le lendemain, alors que XiaoMi venait de finir ses cours et rangeait ses affaire, SunHui lui dit sur un ton inquiet. “XiaoMi, quelqu’un veut te voir.”

    XiaoMi se retourna et vit une fille. Au premier regard, il devina qu’il s’agissait de Deng FungLian. Il s’approcha d’elle, la fille était un peu grosse, mais son visage pouvait être considéré comme mignon, quand elle souriait, elle avait deux fossettes. Quand XiaoMi voulut dire quelque chose pour la rejeter, elle parla en premier.

    “On peut aller ailleurs pour parler ?”

    Ils allèrent dans le petit jardin de l’école, XiaoMi la suivait légèrement derrière elle et quand ZhuGang vit que XiaoMi était avec une fille, il pensa qu’il avait une liaison. Discrètement, il appela YanYan.

    “Que… hier. XiaoMi, tu as reçu ma lettre, qu’en penses-tu ?”

    Elle rougit et n’osa pas regarder XiaoMi, mais c’était bien qu’elle ne le regarde pas parce qu’il avait le visage pâle comme un papier. Jamais il n’avait été confronté à une telle situation et il ne savait pas comment réagir.

    “Ça, je suis désolé, je ne peux pas t’aider avec ça.”

    “Pourquoi ? Tu as déjà une petite amie ?”

    “Ce n’est pas ça…”

    XiaoMi pensa qu’il ne pouvait pas lui dire qu’il avait un petit ami… si toute l’école l’apprenait, ce serait une mauvaise nouvelle.

    “Alors pourquoi ? Tu dois me donner une raison de cesser de t’aimer.”

    “Je… je ne t’aime pas.”

    “Pourquoi tu ne m’aimes pas ? Tu penses que je ne suis pas jolie ?”

    “Ce n’est pas ça…”

    "Alors, pourquoi tu ne m'aimes pas ? Tu ne me connais pas encore. Quand tu me connaîtras petit à petit, je crois que tu m'aimeras." 

    Deng FungLian se rapprocha de plus en plus et XiaoMi fit quelques pas en arrière. Que voulait-elle fait ? Soudain, elle se précipita vers lui et lui fit un gros câlin. Les deux "collines" à l'avant de son torse piquèrent XiaoMi. Il voulut la repousser, mais c’était un sac d’os à peine capable de déplacer un gros morceau de viande. Maintenant, XiaoMi commençait à paniquer.

    “Je n’aime pas ça… déjà relâche-moi… et si quelqu’un venait.”

    Ne me dîtes pas qu’elle veut faire l’amour avec moi ??!!! Voyant qu’elle ne le libérait toujours pas, XiaoMi prit peur. Il commença à se débattre et soudain, il vit YanYan arriver en tenant une cigarette. XiaoMi, comme s’il voyait son héro venir à son secours, cria à l’aide.

    “Yan, aide-moi !!! Ce boudin veut me harceler !!”

    YanYan s’approcha de lui avec une expression mauvaise sur le visage et il l’éloigna d’elle. Deng FungLian fixa YanYan.

    “Qui es-tu ?”

    “Ce ne sont pas tes affaires ! Ne touche pas à ce que tu ne peux pas toucher.”

    “C’est entre XiaoMi et moi, tu n’as pas le droit d’intervenir. N’est-ce pas, XiaoMi ?”

    Elle se retourna et vit que XiaoMi se cachait déjà derrière YanYan et la regardait avec une expression effrayée en disant doucement à YanYan. “Allons-y, Allons-y.”

    Deng FungLian était en colère au point que son visage devint rouge, mais tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de regarder YanYan qui conduisait XiaoMi loin d’elle. Ce dernier n’osa même pas regarder en arrière.

    ---------------------------------------------

    Dans la nuit, la lettre d’amour de XiaoMi avait été publié sur le site web de l’école, à cause de cela et pendant longtemps, XiaoMi avait été la risée de ses camarades de classe. Quand il entendait les deux mots ‘lettre d’amour’, il devenait tout pâle. Deng FungLian était trop honteuse pour regarder les gens. Elle s’éloigna de XiaoMi comme si elle se cachait d’un fantôme. XiaoMi sentait qu’il y avait quelque chose d’étrange avec cet incident. Il était sûr d’avoir vu YanYan jeter cette lettre, mais comment était-elle arrivée sur le site de l’école ?

     

    Chapitre 47 : La crise de YanYan


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :