• Chapitre 4

    Chapitre 4

    Chapitre 4 : Le salon funéraire

     

    Une voiture de sport Spyker C8 argentée était garée sur le salon funéraire dans la ville de S. Bien qu’il y avait peu de gens dans cette zone, cette voiture de sport exceptionnelle avait encore attiré beaucoup d’attention. 

     

    Quand Bai Yutang sortit de la voiture avec un trench-coat Armani gris argenté et une paire de lunettes de soleil Gucci, on aurait pu penser qu’il était une célébrité ou un mannequin. En gros, on n'aurait jamais pu deviner qu’il était en fait un officier de police. 

     

    “Personne n’a encore porté plainte contre toi ?” dit Zhan Zhao à contrecœur et quelque peu fâché. 

     

    “Porter plainte pour quoi ?” demanda Bai Yutang en retirant ses lunettes avant d’entrer dans le bâtiment. 

     

    “Tu entres et sors du post de police dans une voiture de sport de 400 000 dollars. Je doute fort que personne ne se soit plaint de toi.”

     

    “Cette voiture a été achetée avec de l’argent propre et c’est un cadeau de mon frère !!” dit Bai Yutang en haussant les épaules. “De plus, j’aime cette voiture. Elle peut atteindre la vitesse du son, parfaite pour attraper les criminels.”

     

    “Ah oui, un policier qui conduit une spyker C8 de 400 000 dollars pour attraper les criminels. Cela montre que tu ne t’intègres pas bien dans la société !” 

     

    “Oyais, ouais, Kitty, tu essaies bien de prouver que je ne suis pas normal depuis que l’on est nés.” dit Bai Yutang en surveillant l’entrée du funérarium. “Cependant, toutes tes grandes théories psychologiques ne fonctionnent pas sur moi.” ajouta-t-il. 

     

    “Ha ! Ce n’est pas grave si tu ne veux pas l’admettre. Quoi qu’il en soit, j’ai réussi à prouver que tu as des troubles paranoïaques, antisocial, borderline, histrionique, narcissique et bien d’autres troubles de la personnalité anormaux depuis 20 ans que je te connais !” répondit Zhan Zhao en glissant sa main dans sa poche. 

     

    “Si toutes ces affirmations tiennent réellement la route, alors je serais celui mettant ces chiffres sur les morts et non celui qui enquête.” dit Bai Yutang en indiquant la morgue.

     

    Soudainement, quelqu’un sortit de la morgue et rejoignit la conversation: “En tant qu'enquêteur vous êtes plutôt spécial.”

     

    Les deux hommes se retournèrent vers l’homme qui venait de parler ;  c’était un homme maigre qui semblait avoir environ 30 ans. Sous l’éclairage tamisé du funérarium, le visage initialement pâle de l’homme semblait encore plus sombre. 

     

    “Je suis Chen Jing et vous êtes de la police ?” demanda l’homme tendant sa main pour les saluer.

     

    “Ah… Bonjour.” répondit Bai Yutang en lui retournant sa poignée de main et en sortant sa carte d’identité de l’autre main. “Je suis Bai Yutang et voici Zhan Zhao.” 

     

    “Je crois que Gongsun vous a donné un aperçu de la raison de notre visite.”

     

    Après les avoir salué, Chen Jing se tourna et les conduisit tous les deux à la morgue en leur disant : “Je pense que vous devriez d’abord jeter un coup d'œil à ça.”

     

    Zhan Zhao et Bai Yutang s'échangèrent un regard et suivirent Chen Jing dans la morgue. Plusieurs corps étaient disposés dans la morgue, recouverts avec un tissu blanc par dessus. Seul un corps avait été partiellement découvert. Il était clair que Chen Jing était en train de maquiller ce corps. 

     

    “Celui-là a été envoyé ce matin. Regardez ici.” dit Chen Jing en inclinant la tête sur le côté pour révéler le numéro 39 clairement imprimé derrière l’oreille. 

     

    “Oh ! Un autre.” s'exclama Bai Yutang en regardant son coéquipier. 

     

    “Il ne donne pas l’impression d’avoir été fait à la main.” commenta Zhan Zhao.

     

    “Humm…” Après avoir écouté les mots de Zhan Zhao, Bai Yutang baissa sa tête pour jeter un coup d'œil. Seulement pour constater que le numéro était inhabituellement soigné dans une police SimSun Standard. 

     

    “Ce n’est pas un tatouage ?” demanda Bai Yutang en se frottant le menton, tournant à nouveau les yeux vers son coéquipier, “Alors qu’est-ce que c’est ?”

     

    “Hum… Je ne peux pas encore en être sûr tant qu’on ne l’a pas envoyé pour les tests. Ça ne ressemble pas à un tatouage, c’est plus comme une sorte de sceau.” répondit Zhan Zhao, sa tête encore baissée. “D’après les chiffres, la personne qui a fait ça a un cas sévère de perfectionnisme.” dit-il avec sérieux.

     

    “Perfectionnisme ??” s’étonna Bai Yutang en jetant un autre coup d'œil au nombre.” Je ne vois pas en quoi c’est joli de se marquer l’oreille avec un chiffre.”

     

    “J’ai dis parfait !! Pas joli !” s’emporta Zhan Zhai avant de poursuivre, “Quand nous regardions les photos, je l’avais déjà remarqué. Presque tous les nombres sont placés au même endroit.” Pendant qu’il parlait, il mit ses gants et tourna l’oreille pour que Bai Yutang puisse la voir, “Les nombres sont tous parfaitement placés derrière le cavum conchae. Tu sais ce que cela veut dire ?”

     

    “Que cette personne est un psychopathe ?” répondit Bai Yutang sans même y penser. 

     

    Zhan Zhao leva les yeux au ciel et lui tendit la main dans la défaite, “Sans aucun doute.”

     

    “C’est cette position. C’est la ”seule” position.” continua-t-il. 

     

    “En langage humain, s’il-te-plait.” prononça Bai Yutang en lui prenant l’oreille.

     

    Zhan Zhao roula à nouveau des yeux. 

     

    “...La localisation des nombres. Tu ne les remarquerais jamais, sauf en tournant l’oreille !” dit-il en relâchant l’oreille pour la laisser revenir à son état d’origine afin de prouver son point de vue à Bai Yutang. Les nombres étaient complètement cachés par l’auricule et ne pouvaient être vus sous aucun angle. 

     

    “Donc ?? Qu’est-ce que cela veut dire, Expert ?” demanda Bai Yutang, toujours perplexe.

     

    “Cela veut dire que la personne qui marque les corps a plus ou moins une connaissance professionnelle médicale, ainsi qu’une tendance extrême à la perfection. Il souffre définitivement de Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC) et prête une grande attention aux détails. Il a probablement été engagé dans des métiers qui requiert de la minutie et il est sûrement  timide et extrêmement prudent dans la vie de tous les jours…” dit-il tout en retirant ses gants. 

     

    “En langage humain !!!” ne put s'empêcher d’interrompre Bai Yutang.

     

    “C’est un psychopathe.” résuma Zhan Zhao. 




  • Commentaires

    2
    Dimanche 18 Avril à 23:33

    merci pour ce tout nouveau chapitre  :)

    à la prochaine pour la suite ;)

    1
    Samedi 17 Avril à 19:13

    Alors ils vont poursuivre un psychopathe.....

    J'ai vraiment hâte de découvrir leur avancement......

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :