• Chapitre 39 : L'ivresse de Xiaomi était horrible.

    Chapitre 39 : L'ivresse de Xiaomi était horrible.

    Au début, XiaoMi resta allongé dans la voiture, sur le siège du passager. Mais une fois qu'il ouvrit les yeux, il fixa son environnement puis regarda YanYan. 

    "Où est-ce que l’on va ?"

    "Où pouvons-nous aller ? On rentre à la maison."

    YanYan avait une main sur le volant et l’autre accoudée à la fenêtre. XiaoMi était plutôt confus.

    "Je ne veux pas rentrer à la maison !" Cria fort XiaoMi. Comme c’était soudain et très fort, YanYan arrêta la voiture.

    "Où voudrais-tu aller ?"

    XiaoMi, qui n'était pas très stable, répondit "Je veux aller chez moi. Tout de suite ! Je veux tout dire à mes parents à propos de nous. Je veux tout dire à mes parents à propos de nous. Conduis plus vite !"

    XiaoMi comme fou, frappait sur la vitre et maintenant YanYan comprenait enfin ce que LuFei voulait dire par ‘Attention à XiaoMi’. Un XiaoMi ivre était un XiaoMi fou.

    YanYan détacha sa ceinture et s’approcha de XiaoMi qui continuait de frapper sur la vitre.

    “Bordel de merde ! Calme-toi !”

    "Je veux rentrer chez moi ! Je veux le dire à mes parents, tout de suite ! Je ne peux même pas attendre une minute ! Ne m'arrête pas !"

    XiaoMi qui était un sac d’os, avait, une fois qu’il était ivre, une force puissante. Il réussit à repousser YanYan, il ouvrit la porte de la voiture et s’enfuit. YanYan regarda le XiaoMi qui était plein d’alcool. S’il avait su, il ne l’aurait jamais laissé boire, pas même un peu. Il se mordit la lèvre inférieure et ouvrit sa portière pour poursuivre XiaoMi.

    YanYan l’attrapa par derrière et XiaoMi utilisa toute sa force pour se débattre dans les bras de YanYan.

    "Lâche-moi ! Si je ne le dis pas aujourd’hui à mes parents, je ne suis pas humain ! Tu ferais mieux de céder !"

    "Reste tranquille !"

    "Non ! Non ! Non !"

    XiaoMi continua de secouer la tête, balançant son poing dans tous les sens et à la fin, il frappa YanYan à l'estomac. Celui-ci poussa un cri léger... Et XiaoMi s'échappa, il courut dans la direction de sa maison en continuant d'appeler,

    "Maman ! Maman !”

    YanYan n’eut pas d’autre choix que de le suivre, mais même pour quelqu’un qui pouvait se considérer comme en forme, face à la folie de XiaoMi, YanYan ne pouvait pas l’attraper. En effet, XiaoMi atteignit la porte d’entrée de sa maison, il frappa à la porte.

    “Papa ! Maman ! Je veux vous dire quelque chose !"

    Mais YanYan réussit à atteindre XiaoMi à temps et à s’en emparer, il lui couvrit la bouche avec sa main et le traîna dans un endroit sombre. La mère de XiaoMi ouvrit la porte et fut confuse de voir qu’il n’y avait personne, elle pensa qu’elle avait dû rêver et elle retourna donc dormir.

    Les deux autres s’agrippaient dans le lieu sombre.

    “Bordel… Attends d’avoir ton diplôme, tu pourras faire comme tu veux ! Mais pas maintenant.”

    Mais d’une certaine manière, cela n’avait pas de sens pour XiaoMi. Pour le moment, il ne semblait pas pouvoir comprendre quoi que ce soit. Alors tout ce que YanYan put faire, fut de le bâillonner avec sa main et de le traîner loin de la maison.

    Ils attendirent un taxi au bord de la route. Une fois que YanYan fit un signe de la main pour arrêter un taxi, XiaoMi s’échappa et sauta sur un poteau téléphonique.

    "YanYan ! Ce type est vraiment bizarre ! Occupe-toi de lui !"

    YanYan faillit abandonner, mais il se massa le front et dit.

    "Viens ici !"

    "Non ! YanYan ! Ce type veut m'emmener ! Aide-moi !"

    "Sois gentil et écoute."

    "Non !"

    "Alors, ne me blâme pas !"

    YanYan se rapprocha, il pressa XiaoMi sur le poteau téléphonique tout en détachant la ceinture de XiaoMi et il lui attacha alors les mains ensemble.

    "Qu'est-ce que tu fais ? Psychopathe ! Laisse-moi partir !"

    "Tu veux réveiller tout le monde, c'est ça ? Tais-toi !"

    Voyant ses mains liées, XiaoMi commença à utiliser sa jambe pour donner un coup de pied à YanYan. Alors, ce dernier détacha sa propre ceinture et attacha les jambes de XiaoMi. YanYan porta XiaoMi sur son épaule et marcha jusqu'à la voiture.

    Il jeta XiaoMi sur le siège arrière de la voiture, avant de donner l'adresse au chauffeur de taxi et de fixer XiaoMi qui se débattait.

    "Su XiaoMi, ne pense plus jamais à boire."

    YanYan n’avait jamais vu XiaoMi après qu’il soit ivre. Celui-ci ne pouvait plus bouger ses mains et ses jambes, tout ce qu’il pouvait faire c’était de gronder avec sa bouche. Comme s’il avait beaucoup d’énergie à dépenser. YanYan sentait que ses oreilles étaient presque sourdes.

    ---------------------------------------------------

    Après beaucoup de lutte, ils arrivèrent enfin chez eux. YanYan jeta XiaoMi sur le canapé et le regarda qui criait toujours. YanYan remarqua que les mains et les jambes de XiaoMi étaient devenues rouges à cause des ceintures attachées. YanYan ferma alors la porte et détacha XiaoMi.

    Juste après avoir été détaché, XiaoMi sauta et se déplaça de long en large dans la maison en marmonnant. Soudain, il vit YanYan se tenir près du canapé et XiaoMi lui fit un sourire diabolique.

    "Hé... je vois que tu es plutôt mignon. Jouons ce soir.”

    Puis, XiaoMi tendit la main et toucha les fesses de YanYan, qui lui pinça la main, faisant crier XiaoMi de douleur. Maintenant, l’expression de YanYan était plutôt mauvaise, très mauvaise et XiaoMi souhaita s’enfuir pour sauver sa vie, mais avant qu’il ne puisse courir, YanYan le jeta dans la baignoire, ouvrit le robinet d’eau froide et laissa couler l’eau sur XiaoMi.

    "C’est froid ! Putain !! Tu veux me congeler à mort ?"

    "Je veux te réveiller !"

    XiaoMi frissonnait maintenant. Il leva les yeux larmoyants et tira les manches de YanYan.

    "Yan.. J'ai froid."

    Ce fut seulement là que YanYan ouvrit l’eau chaude et la mélangea pour donner à XiaoMi un bon bain chaud. Après avoir fini de se laver, XiaoMi s’était beaucoup calmé. YanYan le ramena dans la chambre et ensuite il alla lui aussi prendre un bain. Quand YanYan sortit, il alluma une cigarette, en prit une bouffée puis il utilisa une serviette pour se sécher les cheveux. Il alla voir comment allait XiaoMi mais ce dernier, trop fatigué, dormait déjà.

    YanYan alla regarder la télévision, mais lui aussi finit par s’endormir en la regardant.

    ---------------------------------

    Le lendemain, alors qu’il était encore tôt, XiaoMi se réveilla. Il sentait que sa tête était lourde et douloureuse. Son corps était endolori de partout. Il s’asseya et regarda autour de lui, YanYan n’était pas là. Juste au moment où il s’apprêtait à se lever, les souvenirs de la veille lui revinrent. Maintenant, l’expression de son visage était terrible… il se souvenait des mots pour le draguer et qu’il lui avait touché les fesses. Il avait presque envie de pleurer, il chercha des moyens pour s’enfuir et échapper à la punition.

    Peu de temps après, il partit à la recherche de YanYan et c’est en poussant la porte qu’il vit YanYan endormi, allongé sur le canapé. XiaoMi dit doucement.

    “Yan, Yan…”

    YanYan entendit quelqu’un l’appeler, il ouvrit les yeux et se redressa. Il se tourna pour voir qui c'était et il fut stupéfait. XiaoMi était nu, il tenait le petit lubrifiant dans sa main. XiaoMi marcha vers YanYan et s’assit sur ses cuisses en mettant ses bras autour de son cou puis il chuchota doucement à YanYan.

    "Mon mari, je peux l'avoir ?" 

    Étant traité de cette manière, YanYan ne put guère résister mais il réussit quand même à dire.

    "Quoi? Tu penses que m’offrir ton corps te sauvera de ma punition ?"

    ------------------------------------

    YanYan jeta la cendre de sa cigarette mais, ensuite il regarda XiaoMi.

    “Ton cerveau a-t-il ne serait-ce qu’un tout petit peu de pensée d’un humain normal ? Maintenant, va à l’école !”

     

    Chapitre 39 : L'ivresse de Xiaomi était horrible.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :