• Chapitre 36 : Vivre Ensemble.

    Chapitre 36 : Vivre Ensemble.

    Tôt le lendemain matin, les deux hommes prirent l’avion et rentrèrent chez eux. Une fois qu’ils atterrirent, XiaoMi s’accrocha à YanYan.

    “On rentre chez toi ?”

    “Tu veux dire la maison d’avant ? Je l’ai vendue.”

    En entendant cela, XiaoMi ouvrit grand la bouche. “Tu l’as vendue ? Alors, où est-ce que tu vas vivre ? Où est-ce que je devrais aller pour te voir ?”

    “Je vais en trouver une autre, plus près de l’école. Tu pourras y emménager et rester avec moi.”

    XiaoMi était paralysé, jusqu’à ce que YanYan s’éloigne de lui, il répondit en courant vers YanYan.

    “Tu… tu veux dire que nous vivrons ensemble ? Mais, ma mère dit que vivre ensemble avant le mariage pouvait beaucoup nuir.”

    “Je l’ai simplement dit, tu peux décider de ne pas venir.” YanYan continua de marcher.

    “Je l’ai simplement dit aussi, je peux décider de ne pas écouter ma mère.” XiaoMi continua de le suivre.

    Enfin, Liu YinXing aida YanYan à trouver un appartement avec un ascenseur et qui était seulement à un arrêt de bus de l’école.

    La seule chose dont XiaoMi n’était pas satisfait avec lui, était qu’il se situait au trentième étage. XiaoMi regardait attentivement par la fenêtre.

    “Dis YanYan, si je tombe d’ici, comment mon corps sera-t-il écrasé ?”

    “Saute et tu le sauras.”

    XiaoMi bouda et fit ensuite le tour de la maison pour visiter.

    “Tu as pris deux jours de congé. Retourne à l’école et après les cours, va faire tes valises et reviens. Ne traîne pas trop sur le chemin du retour, la maison t’attend pour être nettoyée.”

    “Paye un agent d’entretien pour faire le travail qu’il y a à faire. Pourquoi est-ce que je dois faire tout le ménage ?” Dit XiaoMi à contrecoeur en marchant vers la porte.

    “Si je gagne de l’argent et que j’engage un agent d'entretien, alors pourquoi j’aurais besoin que tu restes ici ? Prends ça comme étant ton loyer.”

    XiaoMi se pencha pour mettre ses chaussures. “Ne dis pas ça comme si j’étais un étranger… nous ne pouvons pas être trop calculateurs.”

    “Je t’ai dit de ne pas trop trainer, pars vite.”

    Il ferma la porte après avoir entendu YanYan parler, mais avant de partir pour l’école, il fit demi-tour.

    “Attends que je rendre à la maison ! Aujourd'hui, je vais aller au supermarché pour acheter des ingrédients pour ce soir, je veux nous cuisiner un bon repas !”

    “Alors sur le chemin de la maison, prends-moi une boite repas aussi.”

    ----------------------------------------------

    Après les cours, XiaoMi courut comme une flèche vers son dortoir. Il emballa rapidement ses affaires. Ses trois colocataires revinrent et quand ils virent XiaoMi faire ses valises, l’un d’eux l’attrapa rapidement.

    “XiaoMi, la chose avec l’amour, laisse-la partir. Si c’est un cap, laisse-le passer… ne fuit pas.”

    LuFei vint aussi avec des conseils. “Je vais t’en trouver une avec de gros seins et de grosses fesses plus tard. Satisfait garanti.”

    “De quoi vous parlez ? Excusez-moi, excusez-moi. Attendez que je m’installe et je vous inviterai tous pour un repas.”

    Les trois étaient anxieux après avoir entendu parler XiaoMi, ils lui prirent ses bagages et le pressèrent sur son lit.

    “Ne te précipite pas pour régler ça tout seul. Nous ne te laisserons jamais faire des choses stupides, tout ce que nous allons faire c’est nous asseoir et discuter.”

    "Discuter de quoi ? Laissez-moi partir !"

    XiaoMi lutta sur le lit, mais six mains le maintenaient allongé, il ne pouvait même pas se retourner.

    “XiaoMi, dans tous les cas, nous devons pouvoir lâcher prise. Ne te précipite pas trop pour conclure.” Déclara ZhuGang.

    "Laissez-moi partir ! Laissez-moi partir ! Putain, qu’est-ce que vous savez !" XiaoMi ne pouvait pas bouger, mais il pouvait secouer sa tête.

    “Nous savons tout, tu peux nous haïr maintenant, mais dans le futur, tu nous remercieras de t’avoir aidé dans tes heures les plus sombres.”

    "Je vous remercie ancêtres!"

     

    XiaoMi se souvint de ce que YanYan lui avait demandé, de ne pas traîner sur le chemin du retour. En plus, il devait préparer le repas pour le soir aussi. Par conséquent, il devait réussir à convaincre ses trois colocataires de le libérer.

    “Je déménage. Je reste hors du campus ! A quoi est-ce que vous pensez ?”

    “Déménager ? Tu nous dois toujours de l’argent, où est-ce que tu as trouvé de l’argent pour déménager.”

    “Ce n’est pas moi qui paie.”

    En voyant qu’ils l’avaient lâché, XiaoMi s’assit droit sur son lit et réajusta ses habits.

    “Est-ce une bonne chose ?” Demanda ZhuGang.

    “Ouais… nous sommes amis depuis presque trois ans maintenant ? Il y a quelques chose que je ne vous ai pas dit. YanYan et moi sommes dans ce genre de relation. Ce genre de relation... compris ?”

    XiaoMi les fixa tous les trois en essayant de voir s’ils le comprenaient, ils étaient stupéfaits, totalement choqués. XiaoMi porta alors ses bagages et sortit du dortoir en laissant ses copains dans la chambre.

    ---------------------------------------------------------

    Sur le chemin du retour, XiaoMi marchait la tête haute, comme s’il avait fait quelque chose de grand, il se sentait si fier de lui. Il alla au supermarché pour acheter des ingrédients, puis il acheta une boite-repas et rentra directement.

    Une fois rentré dans l’appartement, il enleva rapidement ses chaussures et courut vers YanYan.

    “Tu sais ce que j’ai fait aujourd’hui ?”

    YanYan était allongé sur le canapé en train de jouer sur l’ordinateur. "Que peux-tu faire ?"

    “J’ai parlé de nous aux colocataires de mon dortoir.”

    YanYan dirigea son attention de l’ordinateur à XiaoMi. “Toi, avec un si petit courage, tu as osé le dire ?”

    “Je t’avais dit que j’allais changer !”

    XiaoMi pensait que ce n’était pas juste que YanYan ne le prenne pas au sérieux.

    “C’est bien.”

    YanYan continua son jeu, XiaoMi se pencha pour voir à quoi il jouait, mais même après un long moment, il ne comprenait pas. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était de rester à côté de lui.

    "Yan, tu sais, je suis venu te retrouver en avion..."

    "Oui ? Tu as emprunté aux gens ? Tu as besoin d’argent, va le prendre dans la poche de ma chemise.”

    XiaoMi pensa que YanYan était trop intelligent ! Il sauta joyeusement sur sa chemise et en sortit son portefeuille. Il l’ouvrit et wow ! Tant de cartes ! Tant d’argent ! Il se retourna et vit que YanYan ne regardait pas, il prit un billet supplémentaire et le mit dans sa poche. Puis il se faufila dans la cuisine, ensuite il passa sa tête par la porte.

    “Yan, qu’est-ce que tu veux manger ?”

    “Avec tes compétences en cuisine, je ne pense pas que je puisse choisir, tant que ce que tu cuisines est comestible.”

    “Ne dis pas ça… l’expérience s’accumule lentement. En plus, ce que je cuisine peut tout simplement ne pas convenir à tes goûts. Plus tu en mangeras et plus vite tu t’y habitueras.”

    “Sauf si je meurs.”

    XiaoMi retourna dans la cuisine et se jura de faire en sorte que YanYan reconnaisse ses compétences culinaires. Il voulait bien faire ce soir. Pendant qu’il était occupé, YanYan vint par derrière.

    “Tu cuisines toujours ?”

    “Bientôt, bientôt, ne me presse pas.”

    “Voilà. Je te le donne.”

    YanYan donna à XiaoMi un billet de 100$ plié en forme de coeur attaché à un cordon rouge. Quand XiaoMi vit le billet, il fut fou de joie, il lâcha la poêle et l’attrapa.

    “Tu ne l’avais pas brûlé !”

    “Non. Je l’avais juste échangé avec un autre billet de 100$."

    “Je… je ne sais pas quoi dire ! Pour te remercier, je vais bien cuisiner aujourd’hui !”

    Puis XiaoMi prépara très sérieusement le repas du soir et YanYan quitta la cuisine. En fait, il avait en effet brûlé le billet juste devant XiaoMi. Comment aurait-il pu l’échanger si facilement. YanYan avait obtenu un nouveau billet de 100 $ qu’il avait plié en coeur avant de l'attacher à un nouveau cordon rouge. En faite, il était facile de faire croire XiaoMi et ainsi le rendre heureux.

    Les plats étaient prêts et, parce que XiaoMi était plein d’espoir, YanYan n’eut pas d’autre choix que de manger sans regarder XiaoMi.

    “Le goût est meilleur que le repas d’avant.”

    Après avoir dit ça, il alla dans la cuisine et prit le repas qu'il avait demandé à XiaoMi d'acheter. XiaoMi ne comprenait pas.

    "Alors pourquoi tu manges le repas tout prêt ?”

    "Il est meilleur que le repas précédent, mais il reste encore beaucoup à faire.”

    Après avoir fini le repas, YanYan s’assit dans le canapé et regarda la télévision. XiaoMi lavait le sol, il le faisait sans faire attention, mais quand il s’agit de nettoyer la zone devant la télévision, il nettoya avec force et énergie. Il essaya de montrer à YanYan qu’il faisait bien son travail. Cinq minutes, dix minutes, vingt minutes, YanYan ne supporta finalement plus que XiaoMi fasse des allers-retours devant lui avec la serpillère.

    “Putain, passe ton chemin ! Tu me déranges pour regarder la télévision.”

     

    Chapitre 36 : Vivre Ensemble.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :