• Chapitre 35 : Su Xiaomi s’excuse.

    Chapitre 35 : Su Xiaomi s’excuse.

    XiaoMi se pressa de retourner à l’école pour prendre congé, ensuite il alla chercher ses colocataires pour leur emprunter de l’argent. Il se précipita ensuite à l’aéroport. Dans l’avion, il continua de penser à différents scénarios. YanYan étreignait une femme et prétendait ne pas le connaître, il ne le laissait pas entrer ou le jetait dehors. Ou peut-être il se faisait démolir par le père de YanYan.

    Une fois arrivé à la ville A, XiaoMi trouva la maison de YanYan, il continua de frapper jusqu’à ce qu’une femme vienne ouvrir la porte. En la regardant, XiaoMi sentit qu’elle lui était plutôt familière. Mais il ne se rappelait pas où il l’avait vue auparavant. En le voyant, la femme fut plutôt surprise, puis elle sourit à XiaoMi.

    “Tu dois être Su XiaoMi.”

    “Oui."

    XiaoMi se demanda comment elle savait pour lui ?”

    “Je suis la mère de YanYan. Je m’appelle Taien."

    XiaoMi ne savait pas que la mère de YanYan pouvait être aussi belle, il recula d’un pas. Mais après s’être rappelé la raison de sa présence ici, il devait voir YanYan, il devait être courageux.

    “Tante Taen, je suis venu ici pour voir YanYan.”

    “Cet enfant est dans sa chambre à l’étage. Va le trouver, puisque son père n’est pas là. Va vite.”

    Bien que la mère de YanYan soit au courant à son propos et peut-être aussi sachent ce qui se passait entre lui et YanYan, XiaoMi ne s’attendait pas à ce qu’elle ne s’y oppose pas et ne dise rien qui soit blessant pour lui.

    XiaoMi la remercia rapidement et monta à l’étage, debout devant la porte, il avait différents sentiments. Il avait enfin compris et avait fait tout le chemin pour le trouver. YanYan allait-il l’accepter en retour ? XiaoMi frappa à la porte.

    “Entrez.”

    XiaoMi poussa la porte pour l’ouvrir, toute la pièce était remplie de fumée. Ce fut seulement après un long moment qu’il put voir YanYan assis sur le canapé regardant la télévision. Il tournait le dos à XiaoMi et fumait.

    XiaoMi ne réussit plus à se retenir, il se précipita vers YanYan et lui sauta dans les bras. Ses larmes et sa morve étaient partout sur la chemise de YanYan. Lorsque celui-ci vit que c’était XiaoMi dans ses bras, il fut stupéfait, il resta silencieux pendant longtemps et lorsqu’il voulut dire quelque chose, XiaoMi parla.

    “Je suis désolé, je suis désolé, je ne ferai plus jamais ça ! S’il te plaît, donne-moi une dernière chance ! Ce… suçon, c’était quand je… la plage… l’ivrogne… il voulait le faire avec moi… j’ai couru et couru...mais il a continué… il aimait mordre… Je suis désolé… je suis désolé… À part toi, je ne peux aimer personne d’autre !”

    YanYan regarda XiaoMi dont le visage était maintenant tout chamboulé… En écoutant ce qu’il venait de dire, YanYan voulut dire quelque chose, mais encore une fois, il fut arrêté par XiaoMi.

    “Je sais maintenant qu’il est peut-être trop tard, mais je voulais tout te dire. Je t’aime. Plus que quiconque au monde. Je me déteste plus que quiconque. Je ne devrais pas être si faible ! Maintenant je me vois clairement.” Voyant que YanYan était inexpressif, XiaoMi dit anxieusement. “Si tu me détestes vraiment, je vais partir maintenant…”

    Xiaomi voulut sortir de l’étreinte de YanYan, mais celui-ci le serra dans ses bras.

    “D’accord, la prochaine fois, ne suis juste pas toujours ta volonté.”

    “Tu me pardonnes ? Tu me pardonnes ? Comme ça ?”

    Il y eut échange de mots difficiles, pas de punition choquante… Comme lui, le pardon de YanYan vint faiblement...

    YanYan pressa XiaoMi sur le canapé et mit sa tête dans le cou de XiaoMi alors que sa voix était rauque.

    “C’est bon que tu reviennes. Cette fois tu es revenu par toi-même, tu ne peux plus partir.”

    XiaoMi hocha la tête. “Je sais que j’ai eu tort. Je ne le ferai plus, même si tu me jettes dehors, je ne partirai pas.”

    “Je prends ça comme ta promesse dans notre relation. Si une prochaine fois, une telle chose se produit à nouveau, je te tuerai XiaoMi.”

    Après avoir dit ça, il embrassa les lèvres de XiaoMi. Tout ce que voulait dire ce dernier fut dévoré par la bouche de YanYan. Celui-ci ouvrit la chemise de XiaoMi, il l’embrassa sauvagement sur tout le corps. XiaoMi n’avait pas reçu autant de plaisir depuis longtemps, tout son corps commença à trembler légèrement. Il essaya de repousser YanYan, celui-ci regarda XiaoMi droit dans les yeux, le faisant rougir. XiaoMi se mit à genoux entre les jambes de YanYan.

    “Laisse-moi... laisse-moi t’aider."

    YanYan ne dit pas un mot, il se mordit la lèvre en attendant le prochain geste de XiaoMi. Il baissa le pantalon de YanYan et introduisit le sexe de YanYan dans sa bouche, le suçant doucement d’avant en arrière. YanYan s’allongea sur le canapé en regardant XiaoMi qui devint anxieux.

    “Ne me regarde pas.”

    "Je ne te regarde pas, je n’ai rien à faire."

    XiaoMi ne put rien dire après ce que YanYan lui avait répondu. Il continua de faire face et de prendre soin du membre de YanYan. Il ne savait pas depuis combien de temps, mais la bouche de XiaoMi s’était engourdi.

    YanYan releva XiaoMi et l’amena devant un miroir le tournant pour que XiaoMi fasse face au miroir. XiaoMi se vit lui-même dans le miroir avec le visage plein de désir.

    “Ne fais pas ça ici.”

     

    “Tu n’as pas dit que finalement tu comprenais et que tu te voyais toi-même ? Su XiaoMi, tu es à moi. Ton corps et ton coeur sont à moi.

    XiaoMi voulut parler, mais quelque chose de froid à son entrée fit qu’il ne put que prendre une inspiration.

    "Qu’est-ce que c’est ?"

    "Le masque de ma mère." 

    XiaoMi demanda. “Doit-elle l’utiliser?”

    YanYan se redressa, la tête de XiaoMi faillit taper le miroir. Pendant tout ce temps, XiaoMi regarda dans le miroir, les voyant YanYan et lui. Maintenant il comprenait, tant que c’était avec YanYan, peu importe ce qu’ils faisaient, c’était toujours doux. Jusqu’à ce qu’ils soient tous les deux satisfaits et finissent de prendre une douche.

    YanYan laissa XiaoMi l’attendre dans le salon. Il faisait ses valises et ils partiraient. XiaoMi était assis et la mère de YanYan continua de le regarder, ce qui le mit mal à l’aise. Il baissa les yeux et joua avec ses propres doigts.

    "En fait, je n’ai pas vraiment d’opinion sur ce qui se passe entre vous deux."

    En entendant la mère de YanYan dire ça, XiaoMi fut surpris. "Vous n’avez aucune opinion?"

    “J’ai dit que je n’avais pas vraiment d’opinion, mais ce que YanYan a décidé, je ne pourrais pas le faire changer. Après que vous ayez fait vos valises, partez vite. Quand son père reviendra, ce ne sera pas facile.”

    Juste après que la mère ait dit ça, Yan ZhenFu, le père de YanYan rentra. Quand il vit XiaoMi assis dans le salon de sa maison, il éleva la voix et demanda.

    "Pourquoi es-tu là ?"

    "Je..."

    XiaoMi devint nerveux et se leva rapidement du canapé. Avant que XiaoMi ne puisse continuer à parler, le père de YanYan ajouta.

    “Toi, tu n’as vraiment pas honte ! Tu viens même chez moi ! Dégage !”

    “Mais, je…”

    “Il n’y a pas de mais, maintenant dégage.”

    “Oncle, s’il vous plaît, écoutez-moi. Je ne suis pas ce que vous pensez que je suis. J’aime seulement YanYan.”

    “Tu oses encore le dire !”

    Le père de YanYan, sans beaucoup penser à son image de directeur du groupe Yan, saisit quelque chose à côté de lui et voulut le fracasser sur la tête de XiaoMi. Le voyant venir, XiaoMi utilisa ses deux mains pour se couvrir la tête et cria.

    “Yan !”

    YanYan entendit le cri de XiaoMi, il se précipita hors de sa chambre. Il vit tout et marcha vers eux, il posa la main sur XiaoMi qui avait les jambes faibles et les premiers mots qu’il dit.

    “Je vois que ta réaction est très bonne. Tu n’as pas eu peur, tu ne t’es pas enfui.”

    En entendant cela, le père de YanYan repoussa la main de sa femme qui l’empêchait de casser des choses.

    “Alors, bien. Aujourd’hui, tout le monde est là. Mettons les choses au clair.”

    “Très bien.” Ajouta XiaoMi pour prouver à YanYan qu’il avait vraiment changé. Il sortit sa tête de derrière YanYan pour dire un mot de soutien, puis il se cacha de nouveau de lui. Le père de YanYan enleva sa veste et s’assit dans le canapé.

    “On dirait que je n’ai pas besoin de trouver un moyen de le dire, allons droit au but. Dites-moi, quand allez-vous rompre tous les deux ?”

    “Je ne veux plus perdre de temps avec ce sujet. Peu importe que tu nous acceptes ou pas. C’est une réalité.”

    “La réalité.” Ajouta encore une fois XiaoMi au père de YanYan qui le regarda.

    “Ce n’est pas à ton tour de parler.” XiaoMi tint fermement la chemise de YanYan et ne parla plus. YanYan perdait déjà patience. 

    “Tu as fini ? Je veux te dire tout ce que j’ai à te dire. Demain XiaoMi doit encore assister à ses cours.”

    “Toi, fils ingrat !”

    “Râle autant que tu veux, je ne comprends pas, est-ce si difficile pour toi de nous accepter ?”

    “Après avoir fait une chose aussi honteuse, tu veux que moi j’accepte ?”

    Le père de YanYan était encore plus en colère.

    "Eh bien, cela peut être dit comme nous sommes encore maintenant."

    La mère de YanYan donna une tape dans le dos de son mari.

    "Ne sois pas trop en colère."

    "Ne me touche pas ! Regarde le fils que tu as porté ! Tu ne lui as pas bien enseigné."

    YanYan ne voulait pas perdre de temps, il amena XiaoMi dans sa chambre, porta ses bagages dehors et ils marchèrent vers la porte. A la porte, YanYan, sans tourner la tête, dit.

    “Ne me dis pas de ne jamais revenir si je quitte cette maison, ce genre de vieux mots à la mode, ils n’ont aucun effet sur moi.”

    XiaoMi regarda en arrière et vit le visage du père de YanYan devenir vert alors que sa mère lui fit un signe d’au revoir.

    "Tante, Oncle, au revoir."

    -----------------------------------------------------------

    Dans le taxi les menant à l’hôtel, YanYan demanda.

    "Tu as déjà vu ma mère."

    XiaoMi réfléchit pendant longtemps...

    "La femme qui t’a embrassé dans la voiture ce soir-là ? Pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ?"

    "Alors toi aussi, tu ne m’as pas parlé de cette histoire d’ivrogne."

    YanYan baissa la vitre de la voiture et commença à fumer. XiaoMi le fixa et YanYan le remarqua.

    "Quoi ? Tu n’aimes pas l’odeur de fumée ?"

    XiaoMi secoua la tête. Il se pencha près de YanYan et l’enlaça fermement.

    "Non. Tu es très beau, en train de fumer."

    YanYan voulut repousser XiaoMi.

    "Recule, c’est écoeurant !"

    "Ton père va-t-il geler tous tes comptes, comme il s’est mis en colère ?”

    "Pourquoi ? Tu as peur que je ne puisse plus te nourrir ?"

    “Je demandais juste, devrions-nous commencer à planifier un style de vie simple ?"

    "Je ne te l’ai pas dit ? Une fois que j’ai obtenu mon diplôme, j’ai déjà reçu 50% des parts du groupe Yan."

    C’est YanYan qui le dit, donnant l’impression que 50% des parts n’était pas grand chose.

    "Yan, je t’aime encore plus !"

    "Je pense que tu aimes encore plus mon argent."

     

    Chapitre 35 : Su Xiaomi s’excuse.


  • Commentaires

    3
    Dimanche 10 Mai à 00:39

    je vous comprend moi aussi jai u mal au cœur pour eux ,et le père pas tres gentil du tout en tout qu a merci pour votre travail et bon courage pour la suite gros bisous ps : Il faut vraiment une série sur eux vraiment .

    2
    Samedi 9 Mai à 21:05

    haaa ouf la réconciliation je suis soulager car les chapitre d avant était vraiment eprouvant merci pour ces 3 chapitres 

      • Samedi 9 Mai à 21:33

        Oui je te comprend, on a eut du mal à les traduire et corriger les deux chapitres d'avant, intense, horrible et clairement, j'ai eut les larmes aux yeux à plusieurs reprise, donc je voulais pas vous laisser sur cette note déprimante, donc deux chapitres en plus pour vous cette semaine XD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :