• Chapitre 31 : Fumer peut faire ressortir la virilité d’un homme.

    Chapitre 31 : Fumer peut faire ressortir la virilité d’un homme.

    Après cet incident, XiaoMi se comporta mieux. Les derniers jours de vacances, il étudia sérieusement. Mais encore une fois, il y avait encore une autre raison pour laquelle il était si assidu. Par exemple, la télévision avait été frappée par un éclair, et YanYan ne l’avait pas fait réparer. En plus de cela, YanYan avait aussi supprimé l’accès Internet et utilisait l’accès de son portable qu’il avait toujours avec lui. XiaoMi n’avait plus d’option, alors il restait dans la salle d’étude, pour étudier.

    Un jour avant la réouverture de l’école, XiaoMi fit ses valises. Il sortit à contrecoeur ses bagages de la maison de YanYan.

    "Je n’aurais jamais pensé que je partirais si rapidement… Yan, la prochaine fois que nous nous verrons à nouveau… Qui sait quand ce sera… Tu dois prendre soin de toi ! Je ne peux plus m’occuper de toi maintenant. En ce qui concerne la maison, je te la laisse. Je ne veux vraiment pas te quitter, mais il y a la guerre partout et je dois aller au front pour me battre. Tu dois me comprendre.” XiaoMi était debout devant la porte d’entrée.

    "Pars vite." YanYan poussa XiaoMi puis ferma la porte à clé.

    ---------------------------------------------------

    Lorsque XiaoMi atteignit son dortoir, les trois colocataires étaient déjà là. En voyant XiaoMi, JiaHui commença à dire.

    “XiaoMi, je suis allé te chercher chez toi, mais tu n’étais pas à la maison, ta mère m’a dit que tu étais allé chez YanYan pour les cours. Même si obtenir zéro à l’examen est une honte, cela ne signifie pas que tu dois te cacher de nous et ne pas nous rencontrer."

    "Je vous vois déjà ici tous les jours. Et quand je vois vos visages, j’ai envie de vomir."

    Tout en disant cela, XiaoMi jeta son sac sur son lit. Il l’ouvrit et commença à déballer ses affaires.

    "Tu es ami avec YanYan depuis un bon moment maintenant, tous les jours je vois que tu es collé à lui, pourquoi tu n’as pas envie de vomir ?"

    "Comment peux-tu vous comparer à lui?" XiaoMi jeta un regard acéré à LuFei.

    “Tu vois comment tu parles. Même si YanYan est un peu plus beau que nous, il n’y a pas de classement, entre les amis, nous sommes tous au même niveau, s’il te plaît traite-nous équitablement. Parfois, tu ne t’inquiètes pas pour nous aussi."

    "Qu’y a-t-il à craindre pour toi ?"

    XiaoMi prit un t-shirt et le secoua lentement, hum, ça sentait bon, le parfum de YanYan. Après avoir senti chaque t-shirt, il les mit dans son placard.

    En voyant l’action de XiaoMi, LuFei demanda. "XiaoMi, à quel point est-ce que ta chemise pue ?"

    "Tes fesses sentent pire !"

    Dit ZhuGang en étant allongé sur son lit. Il prit ensuite une cigarette et l’alluma. XiaoMi le vit fumer, il était curieux.

    "Quand as-tu commencé à fumer ?"

    Pendant ces vacances d’été, ZhuGang avait passé la plupart de son temps avec ses camarade de classe du lycée. Il avait vu chacun d’entre eux fumer, donc il avait commencé à le faire aussi. Il tira sur sa cigarette et dit.

    "Les hommes s’y intéressent."

    LuFei, JiaHui et XiaoMi se fâchèrent.

    "Alors, tu veux dire que nous ne sommes pas des hommes."

    ZhuGang expliqua. “Ce n’est pas ce que je veux dire. Mais fumer peut faire ressortir la virilité chez un homme."

    "Qu’est-ce que ça veut dire ?"

    XiaoMi observa ZhuGang souffler la fumée. L’ensemble du dortoir sentait mauvais et XiaoMi essaya d’éloigner la fumée qui venait vers lui.

    "Tout ce que je peux voir c’est que tu ressembles à un drogué. Absolument pas viril."

    En entendant ça, ZhuGang souleva son t-shirt et montra ses tablettes de chocolat. Il se pencha près de la porte de la salle de bain. “Comme ça, c’est assez viril ?”

    “Pourquoi ne pas aller directement dans la salle de bain et manger de la merde."

    XiaoMi se retourna et continua de ranger ses affaires, mais son esprit commença à penser, est-ce que fumer ferait vraiment ressortir la virilité en lui ? Devrait-il aussi essayer ? Peut-être que YanYan lui ferait des éloges.

    "XiaoMi, maintenant tu es beau." Mais une fois qu’il y pensa, il sentit que quelque chose n’allait pas.

    Après avoir ranger, XiaoMi se faufila rapidement sur le marché voisin. Il y acheta ensuite un paquet de cigarettes et se glissa dans un endroit isolé. Ce n’était pas la première fois que XiaoMi touchait une cigarette, une fois au collège son cousin en avait sorti une et avait laissé les garçons en prendre une bouffée. D’autres avaient soufflés la fumée par la bouche, mais XiaoMi n’y était pas arrivé. Plus tard, XiaoMi avait trouvé ça ennuyeux alors il n’y avait plus touché.

    Après toutes ces années, XiaoMi soupira. Le temps n’attend personne, ces paroles, il les avait vu dans son manuel scolaire. Il prit soigneusement la cigarette, la passa sous son nez et la sentit, pas de parfum. Ensuite, il la mit dans sa bouche. Quand il voulut l’allumer, il réalisa alors qu’il n’avait pas acheté de briquet. Il n’eut donc pas d’autre choix que de retourner à son dortoir.

    Ses colocataires étaient sortis pour le repas, alors XiaoMi prit une fois de plus la cigarette, il se tint devant le miroir et fit quelques poses. Mais malgré tout, il ne se sentait pas comme étant plus viril. Alors il enleva son t-shirt, restant à moitié nu et il continua à poser devant le miroir. ZhuGang revint soudainement et une fois la porte ouverte, il vit XiaoMi en train de poser devant le miroir. XiaoMi était sous le choc, il cacha la cigarette dans sa poche.

    "Su XiaoMi, qu’est-ce que tu fais ?"

    "Ah? je...j’avais chaud."

    Quand XiaoMi essaya de remettre ses vêtements, il réalisa que ZhuGang regardait son dos. Cela donna à XiaoMi un sentiment effrayant.

    "Putain ! Ne pense pas à quelque chose d'obscène !"

    En étant grondé de cette façon, ZhuGang arrêta de le fixer et eut un sourire mauvais. "Je n’ai pas vu que Su XiaoMi... Je pense que quand tu parles de tes cours particuliers chez YanYan, c’est bidon.”

    Quand XiaoMi entendit ça, il fut pétrifié. Comment se faisait-il qu’il le sache ? Il l’avait très bien couvert, comment l’avait-il su ? Que devait-il faire ? Que devait-il faire ? Que devait-il faire ? Avant que XiaoMi ne puisse penser à un plan, ZhuGang continua.

    “Je pense que tu es allé dans une horrible maison pour avoir une liaison.”

    “Une liaison ?” XiaoMi ne comprenait pas.

    “Tu fais toujours semblant, hey mon pote, tu as besoin de te cacher de nous ? Si je n’avais pas remarqué le suçon dans ton dos, je n’aurais jamais su que tu avais une petite amie.”

    En entendant cela, XiaoMi se rendit compte qu’il était préférable de jouer le jeu. Il joua au timide. "J’avais peur que vous riez tous de moi."

    "Il faut être fier de ce genre de choses, qu’y a-t-il de drôle ?"

    ZhuGang s'assit sur son propre lit et commença à fumer. XiaoMi marcha vers lui et demanda. “Est-ce vrai que fumer rend viril ?"

    "Bien sûr, quand est-ce que je t’ai menti ?"

    XiaoMi y croyait vraiment, ainsi tous les jours après l’école, il allait dans le parc de l’université et s'exerçait à fumer. Un jour, une cigarette.

    --------------------------------------------------

    Jusqu’au dimanche, où XiaoMi alla chez YanYan, il sortit sa clé et ouvrit la porte. YanYan se douchait, alors XiaoMi sortit une cigarette, l’alluma et se posa devant la porte de la salle de bain pour attendre YanYan. Le bruit de la douche s’arrêta, la porte s’ouvrit et XiaoMi prit une profond inspiration avant de souffler la fumée au visage de YanYan.

    “Comment c’est ? Viril ?”

    YanYan, avec un visage dur, fixa la cigarette dans la main de XiaoMi. Voyant qu’il ne lui répondait pas, XiaoMi supposa que YanYan devait être fasciné par sa virilité, alors il souffla encore une fois de la fumée sur son visage. Cette fois, YanYan répondit.

    “Si tu oses fumer une fois de plus, je vais te fourrer le mégot de cigarette dans ta bouche.”

    XiaoMi eut un visage amer. “Comment peux-tu ! Comment peux-tu ! Comment peux-tu ! Pourquoi est-ce que je ne peux pas fumer ? Maintenant, presque tous les hommes fument !"

    “Commence par jeter cette cigarette.”

    XiaoMi écouta bien et la jeta, puis il revint et demanda.

    “Comment peux-tu ! Comment peux-tu ! Comment peux-tu ! Pourquoi est-ce que je ne peux pas fumer ? Maintenant presque tous les hommes fument !"

    En voyant XiaoMi faire une crise de colère, YanYan frotta ses cheveux avec sa serviette en répondant. “Je n’aime pas que tu fumes.”

    Pour XiaoMi, ces mots étaient comme du miel à ses oreilles, il s’approcha de YanYan et l’embrassa.

    "Je ferai ce que tu me dis. Tu me demandes de ne pas fumer, alors je ne fumerai pas."

    "J'espère que c'est comme ce que tu dis."

    YanYan sortit un t-shirt du placard. XiaoMi continua de le suivre.

    "Mais tu ne peux pas me blâmer. ZhuGang a dit que fumer est très viril."

    "Pourquoi tu veux être viril ? Être viril, c’est le travail du Seme. En plus, je ne fume pas, je ne suis pas un homme?" 

    XiaoMi fit un pas en arrière et regarda attentivement YanYan. Il le compara ensuite à ZhuGang... Soudain il lui sauta dans les bras.

    "Je ne croirai plus jamais ce que disent les autres. Mais si la virilité est le travail d’un Seme, alors que fait l’Uke ?"

    "Le travail d’un Uke est de laisser le Seme lui prouver à quel point il est viril." 

    Après avoir fini de parler, YanYan jeta XiaoMi sur le lit.

     

    Chapitre 31 : Fumer peut faire ressortir la virilité d’un homme.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :