• CHAPITRE 27

    CHAPITRE 27

    SAMEDI APRES-MIDI

    MAISON DE MORK

     

    Aujourd’hui, c’était son anniversaire. 

     

    CHAPITRE 2Sun: Si tu ne viens pas, je vais être super en colère. Je t’ai déjà fait des biscuits.

     

    Mork sourit au message LINE que Sun lui avait envoyé hier soir. Il n’avait peut-être pas encore accepté d’être officiellement le petit ami de Sun, mais ils se comportaient comme un couple. 

     

    Ils ne se disputaient plus vraiment, le matin il allait prendre un café avant d’aller à la fac où il voyait Rain. Dans l’après-midi, il conduisait Rain chez lui et restait au café pour traîner et manger. Lorsqu’il rentrait chez lui, il envoyait un message à Sun pour lui dire qu’il était bien rentré. Avant de dormir, ils parlaient un moment, même de courts messages. Mais on pouvait voir les sentiments qu’ils avaient l’un pour l’autre. 

    Mork pensait que Sun allait lui demander d’être son petit-ami aujourd’hui. Et… il serait d’accord. 

     

    Une fois qu’il avait fait confiance, Mork ne voulait pas manquer l’occasion d’obtenir le bonheur. Il assurerait à Sun que ce serait la dernière fois qu’il mettrait une barrière autour de son coeur et qu’il serait dur avec les autres. Avant, il fuyait ses sentiments et refusait de l’admettre, ce qui les avait fait attendre plus longtemps et les avait blessés tous les deux. S’ils choisissaient de rester en tant qu’étrangers, alors tout serait différent, mais s’ils choisissaient de s’affronter, de résoudre le malentendu entre eux alors ils seraient heureux ensemble. 

     

    Alors que Mork finissait de se préparer et qu’il était sur le point de quitter sa maison, quelqu’un l’appela. Mork sortit son téléphone et regarda le numéro de Sun s’afficher. Peut-être qu’il l’appelait pour lui rappeler d’arriver le plus vite possible. 

     

    “Quoi? J’ai déjà dit plusieurs fois que je ne voulais pas y aller.” répondit Mork pour faire une blague au vieil homme.

     

    “Pourquoi?”

     

    Mork fronça immédiatement les sourcils car la voix qui lui répondit n’était pas celle de Sun. Il regarda à nouveau le nom affiché pour confirmer qu’il ne s’était pas trompé. Alors qui était à l’appareil? Comment la personne avait-t-elle obtenu le téléphone de Sun? 

     

    “Tu ne te souviens pas de ma voix?”

     

    “Bâtard, Ton!”

     

    Bien sûr, Mork se souvenait de cette voix. Son coeur était maintenant rempli d’inquiétude. Ce n’était pas une bonne chose que Ton l’ait appelé en utilisant le numéro de Sun. Il sentait que quelque chose de mauvais allait arriver. 

    Mork ne s’attendait pas à ce que Ton ose revenir et l’embête à nouveau, car la police les recherchait. Il pensait que Ton s’était probablement enfui quelque part dans un pays voisin. Pourtant, il était toujours là à perturber sa vie. 

     

    “En ce moment, mes amis et moi sommes assis dans le café de ton amant.” dit Ton d’une voix moqueuse. “Je te donne dix minutes, viens nous rejoindre. Si tu ne le fais pas, je pense que tu sais ce qui va se passer.”

     

    BAAM!

     

    Mork entendit le bruit des meubles qui se brisaient ainsi que les voix de Sun et de Rain qui leur criaient dessus. Il pensait que Ton avait peut-être amené ses gens au café de Sun et qu’ils l’avaient probablement déjà attrapé. 

     

    Ces ordures! pensa Mork après avoir raccrocher.

     

    Il se précipita hors de la maison pour aller au café le plus vite possible. Il était tellement en colère et bouleversé que ces salauds osent encore l’emmerder. Il devait faire quelque chose pour mettre fin à tout cela immédiatement. En conduisant sa moto, il pensa soudainement à quelque chose. 

     

    Mork s’empressa d’appeler le numéro de cette personne. 

     

                                         --------------------------------------------------------------------

     

    DIX MINUTES PLUS TARD

    BLUE SKY CAFE

     

    Mork était tellement en colère qu’il voulait lancer toutes sortes d’injures. Arrivé au café il n’avait pu s’empêcher d’être surpris et en colère. Des sentiments mitigés se bousculaient en lui, Ton avait amené ses amis autour du café. Sun et Rain étaient contraints, agenouillés au sol. Le café semblait avoir été entièrement détruit. Cependant, ce qui le rendait vraiment furieux était que ces salauds avaient osé toucher ses amis. 

     

    S’ils le détestaient, pourquoi n’étaient-ils pas venu directement le voir? Pourquoi devaient-ils déranger Sun et Rain. 

     

    “Qu’est-ce que tu veux? Pourquoi as-tu fait ça?” demanda Mork en levant les yeux au ciel, le visage rouge de colère. Il regarda Ton qui croisait les bras et se tenait là, sans bouger. 

     

    “Ce mec… c’est lui qui t’as dérangé?” dit une voix inconnue. 

     

    Cette nouvelle personne semblait être le genre de mec à causer plus de problème que Ton. Il était plus grand mais sa façon de s’habiller n’était pas différente des autres. Il était probablement issu du même gang. 

     

    “Oui, P’Joey. C’est lui qui m’a fait courir.” répondit Ton avec respect. 

     

    Mork réalisa alors que Joey était probablement leur chef et que c’était lui qui avait ordonné d’encercler le café. 

     

    “Tu es si courageux pour faire quelque chose comme ça!” cria Mork au visage de Ton. 

     

    “Tu es fort… avec une bouche comme ça. J’aime ça.” dit Joey avec joie. 

     

    Puis il alla vers Mork et tendit la main pour attraper son menton avant de sourire. 

     

    VLAM!

     

    Mork repoussa Joey de rage. Joey fit un signe de main avant que les membres du gang encerclant le café ne bougent. 

     

    “Calmez-vous? Je veux lui parler d’abord.” dit Joey en léchant ses lèvres. ”Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un enfant comme ça. Merde ! Tes amis étaient sur le point de mourir et tu oses encore parler durement. Je pense que tu veux vraiment mourir.”

     

    “Pas besoin de faire de long discours. Qu’est-ce que vous voulez?”

     

    “Rien.” dit Joey en remontant sa manche avant de croiser les bras et de regarder Mork. “Mes gens ont dit que tu les provoquais, je t’ai aussi trouvé provocateur. Dis-moi, si tu étais moi... Qu’est ce que tu ferais?”

     

    “Je ne suis pas toi et il n’est pas question que je fasse des choses aussi misérables que toi.”

     

    “Finissons-en maintenant P’.” dit Ton en ébullition prêt à se précipiter pour se venger. 

     

    “Alors choisis… qui veux-tu voir mourir en premier? Ton ami, ton amant ou toi-même?” dit Joey. 

     

    Les autres membres avaient pris Rain et Sun par les cheveux pour qu’ils lèvent leurs têtes et regardent le chef. Mork essaya de sauver ses deux amis mais s’arrêta avant d’être repoussé par Joey. 

     

    “Ne passe pas trop de temps à choisir, sinon c’est moi qui choisis pour toi.” expliqua Joey en tapotant durement sur l’épaule de Mork. “Mais… je n’aime pas tuer les gens tout de suite. J’aime les faire souffrir. Alors qu’en penses-tu?”

     

    Joey sortit un couteau de sa poche et utilisa la pointe pour toucher lentement le visage de Mork.

     

    “Quand Ton m’a parlé de toi, j’ai aussi pensé que tu étais un dur. Mais tu es gay !” 

     

    “Alors combattez-moi !” enragea Mork. “ Ou peut-être avez-vous peur de vous battre contre un gay comme moi !” 

     

    “Mork ! Ne fais pas ça !” cria Sun pour l’arrêter. 

     

    Il ne voulait pas que Mork soit blessé et il ne pensait pas que ce salaud jouait fair-play. 

     

    “De quel droit tu négocies avec moi.”

     

    “Il s’avère que vous n’allez pas osé…” sourit Mork. “Une bande de voyous ose dire qu’ils sont des hommes, c’est honteux ! Vous n’êtes pas humain! Vous êtes des chiens !”

     

    BAAM!

     

    Joey poussa Mork et le frappa fort au visage lorsque Mork l’insulta. Mork riposta, avant que Joey se précipite et mette ses bras autour du jeune homme.

     

    “Ta bouche est si mauvaise ! Je vais te faire vomir du sang, jusqu'à ce que tu ne puisses plus parler !”

     

    BAM BAM BAM

     

    Joey frappa Mork à plusieurs reprises ce qui fit serrer les dents aux frères. Ils n’en pouvaient plus de regarder ce spectacle, ils se débattèrent et luttèrent pour s’éloigner des hommes qui les tenaient avant de se battre. Mork fut très surpris de voir Sun se battre. Mais de ce qu’il pouvait voir, ce n’était pas la première fois pour son amoureux. 

     

    BAM ! BAM ! BAM! 

     

    Le bruit des personnes qui se battaient résonnait comme s’ils étaient dans une bataille. Mork, Sun et Rain étaient très désavantagés car ils n’étaient que trois contre une dizaine. Mork fut frappé plusieurs fois, Rain tomba sur le sol et Sun était également en mauvais état. 

     

    La situation était mauvaise pour le groupe de trois alors que Joey et Ton regardaient la scène avec satisfaction et n’avaient pas l’intention d’arrêter les autres avant qu’ils soient morts. 

     

    BANG ! 

     

    Une série de coups de feu mit fin à cette bagarre. Toute l’attention se tourna vers la direction du bruit, les membres du gang se figèrent en voyant une voiture de police arriver ainsi qu’en apercevant les agents leur tendre une embuscade. 

     

    “C’est la police ! Allons-y !” cria Joey avant de s’enfuir. 

     

    La police l’attrapa lui et ses comparses avant qu’ils ne réussissent à partir à cause de leur lenteur. 

     

    “Salaud !” cria Joey à Mork en se retournant. 

     

    Le visage du jeune homme était plein de blessures, mais il avait encore la force de sourire à Joey. Celui-ci se rendit alors compte que Mork l’avait délibérément provoqué pour gagner du temps. 

     

    “Amenez-les tous à la gare !” ordonna un officier de police d’une voix sévère avant d’escorter Joey, Ton et les autres membres. 

     

    L’arrivée de deux personnes surpris Sun et Rain car ils ne s’y attendaient pas. 

     

    “Pete ! Kao !”

     

    CHAPITRE 27


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :