• Chapitre 2 : Je Veux Juste Jouer

    Chapitre 2 : Je Veux Juste Jouer

    À cet instant, la température commençait à refroidir, si bien que je savais qu’il était tard dans la nuit, mais je ne savais pas l’heure qu’il était exactement. Sur les trois tables, on pouvait voir que c'était le chantier… Que ce soit des bouteilles de bière ou de vins renversées, des assiettes de plats mangé qui se chevauchaient ou les restes de pop-corn qui étaient éparpillés un peu partout. (Parce qu’ils avaient tous commencé à se les jeter les uns sur les autres.) C’était gênant pour le personnel, ils devaient balayer le sol toutes les 10 min, mais avec nous qui remettions le désordre à chaque fois… Je pensais que ce bar allait s’effondrer à coup sûr…

    En parlant de l’organisateur de la soirée… New s’était depuis longtemps évanoui sur la table, j’avais pitié de lui et j’étais reconnaissant de tout mon cœur, Depuis l’ouverture de la première bouteille (parce que je l’avais demandé avec ferveur.). Le pauvre New avait eut des problèmes avec ces amis, le laissant continuer à boire et le faisant changer d’alcool régulièrement. Sa tasse contient du Whisky et il n’avait pas pu ajouter de soda. Et pour en rajouter, chaque personne présente avait servit de l’alcool à New et tout le monde menace de ne pas rentrer chez lui, s’il ne buvait pas tout. New qui était pourtant tolérant à l’alcool, avait bu au point de s’effondrer.

    “Cul-sec !! Cul-sec !! Ah Merde !!! Ce côté a déjà fini !!!”

    “Bois vite !! Plus vite !!! Juste un petit peu à gauche !!! OUIII !!!! C’est déjà fini mes amis !!!”

    Pas besoin d’être choqué par ce qui se passait ici, mais c’était juste le bruit que faisaient mes amis divisés en deux groupes qui s’affrontaient dans un jeu à boire. Chaque groupe envoyait un représentant pour voir qui pouvait boire le plus. Celui qui buvait le plus était le gagnant du groupe. (Et le gagnant n’avait pas besoin de payer.) L’équipe rouge qui se trouvait de l’autre côté de la table avait envoyé Earth tandis que l’équipe bleue qui se trouvait à l’opposé avait envoyé - Bien sûr moi ! - le plus beau de tous (J'étais ivre, peu importe combien je buvais).

     

    “Heyyyy !!! Earth !!! Lève-toi déjà !!!! Comment peux-tu renoncer si vite ?!! Plus viiiiiiiiite !!!! Réveille toi !!!” Wit donna un coup de tête au si célèbre Earth, en l’acclamant avec ceux qui regardaient au milieu, comme s’ils essayaient de remporter le championnat pour la Première Ligue. Puis, dans le même instant, je levais moi aussi mon verre vide pour annoncer ma victoire, avant que soudain, je n’ai plus d’énergie et tombais sur la table. Bang ! Le verre que je tenais était tombé sur le sommet de ma tête… Ohhh avec ma tête embrumée, je ne ressentais aucune douleur…

    “Fuse ! Est ce que ça va ? Tu t’es cogné la tête ?”

    “Sérieusement ! ... Je suis sidéré… Comment pouvez-vous boire autant…”

    Qui est-ce qui disait une telle merde ! Comme c’était bruyant…. J’étais allongé sur la table et m’étais légèrement agité, mes mains avaient gratté des objets présents, mais je ne savais pas ce que c’était…. Peut-être une bouteille de bière… Je voulais simplement prouver à mes amis qu’en faisant cela, j’allais bien.

    “Heey … On dirait qu’il a été possédé par un fantôme !”

    “Hey Fuse ! Qui est venu avec lui ? Ramenez ce mec vite ! Avant qu’il ne commence à nager sur la table….”

    “J’ai vu qu’il est venu avec Mo, mais putain !! Il est ivre mort avec une fille… Regardez.” Ma conscience était un peu revenue et j’avais entendu quelqu’un m’accuser d’être ivre. Oh ! Ce n’était pas vraiiiii du tout !!

    “Je ne suis pas saoul… Je ne suis pas si faible…” J’essayais de lever les yeux au ciel, mais honnêtement, je ne pouvais pas. Ma tête me donnait l’impression que quelque chose de lourd y était attaché. En quelques sorte, j’avais la tête lourde. Je me sentais inquiet et j’avais balancé mes deux bras. Que diable… J’avais entendu quelque chose s’écraser.

    “Sérieusement ! Ce mec est bourré comme un coing et fait tomber les affaires des autres. Quelqu’un !! Ramenez-le vite chez lui !”

    Au milieu des bruits inconnus, une voix familière et proche de moi avait déclaré. “Et bien, je veux bien le faire... Je suis fatigué et je veux rentrer chez moi.” De qui… De quoi parlait ce gars ?

    “Ok alors je te le confie. Merde ! Généralement, je ne bois pas à ce point là.” Quand ce son avait disparu. J’avais senti mon bras droit se lever et se poser sur l’épaule de quelqu’un. Et tout mon corps avait été traîné, j’avais réussi à ouvrir les yeux et j’avais essayé de voir qui s’était. J’avais eu du mal à me concentrer sur la personne, finalement un contour flou se dessina et j’avais vu un très beau visage, près de moi se trouvait Tee.

    “Toiiiiii !!! Où est-ce que tu m’emmènes ahhhh ?!!!”

    “Je te ramène chez toi, tu es bourré comme un coing…”

    “Toi ! Essaie de répéter ça pour voir !!”

    “Tu es déjà saoul… Allons chez toi ok.”

    “Je ne rentrerai pas chez moi ! Nooon !! Je ne vaiiiiiiiis pas rentrer à la maison !!” Je lui résistait de toutes mes forces, mais il semble que cela ne changeait rien. Il avait de la force, pas comme une personne normale en aurait. Je me débattais de toutes mes forces, mais ça n’avait pas fonctionné.

    “Je peux encore boire ah ! Je ne veux pas rentrer ! S’il te plaît ! Ahhhhh s’il te plaît !”

    “Hey… Pourquoi tu crie… Fuse…. Arrête de te débattre et de faire le fou ! Arrête de me frapper la tête !”

    “PAS MOYEN !! Y retourner !!! Tu… S’il te plaît… Ne veux pas… Aaaa… Nooooon…. Veux.” Je ne savais pas du tout ce que je faisais.

    “Oh ! Ça fait mal ! Ne griffe pas !” Je ne sais pas pourquoi, mais cette voix familière me criait toujours à l’oreille. Tout ce que je pouvais dire, c’était que mes pieds étaient devenus légers et c’était comme si je volais, quelle sensation agréable.

    “Si lourd… Je vais mourir.”

    “Nooooooooooooooooooooooooon !! Je veux pas rentrer !!!!”

     

    Je sentais quelques choses de dur et rugueux me frapper le visage, il faisait si froid que je m’étais forcé à ouvrir les yeux pour voir… que je dormais devant la porte d’une maison que je ne connaissais pas.

    “ça, ah ah. Je t’ai dit de dormir un peu dans la voiture, pourquoi as tu ouvert la porte toi-même ?” Un rire résonna à mon oreille. Je comprenais d’instinct que c’était complètement ridicule et qu’il se moquait de moi.

    “B…” Seules quelques lettre était sortie de ma bouche et je sentais alors des mains chaudes me toucher doucement à la taille et me releva. Heureusement, ma vue s’était quelque peu rétablie et je pouvais voir des fleurs et des arbres autour de moi. C’était peut-être la maison de Tee ?  “Je… Pourquoi je suis venu chez toi ?”

    “Bien sûr chez moi… Où d’autre puisque tu refuses de me dire où tu vis. Pleurer, vouloir boire plus et crier tout le chemin haaa…”

    Hahaa… Je n’avais aucune idée de quoi parlais Tee… Peut-être que ma conscience s’échappait à nouveau.

    Soudain, mes genoux m’avaient lâché, je titubais gravement.

    “Hey quoi maintenant… Marche bien, ne tombe pas à nouveau!” Grommela Tee, avant de se plaindre. Ensuite, il m’avait tenu légèrement avec ces bras musclé. “Non, après tout, il est plus facile de te tenir directement.”

    “Qu’est-ce que tu fais ! Lâche moi !” C’était tellement embarrassant, je me débattais comme un enfant voulant son jouet préféré. Tee avait dû se précipiter à l’intérieur pour éviter les coups et dit d’une voix forte et féroce.

    “Ne fait pas de bruit et arrête de te débattre ! Si tu tombe sur le sol par accident, tu risque de te casser la tête !”

    “...” Je fermais rapidement la bouche et cessais également de lutter. Tee passa devant la luxueux salon en me maintenant debout et monta à l’étage. Euh ! Je pensais qu’il avait une grande maison (C’était la première fois que je venais chez lui.) car comparé à ma maison tout y était deux fois plus grand, même les escaliers.

    “Couche toi d’abord sur le lit, reste tranquille et ne va pas tomber à nouveau.” Dit Tee en ouvrant la porte de sa chambre et en me déposant sur le lit moelleux. Après s’être assis à côté de moi, il commença à retirer ses habits de la marque de luxe ELLE. Tee était torse-nu exposant sa peau nue et blanche, sa musculature pouvait être vu à l’œil nu, montrant qu’il s'exerçait régulièrement.

    “Qu’est-ce que tu fais ?..... Ah." Lâchais-je.

    “Je vais prendre une douche… Parce que je suis tout moite.”

    “Tu as vraiment un beau corps. Tu dois attirer beaucoup de filles ?” Tee sembla entendre la jalousie dans ma voix et il commença à rire… Ce qui me semblait très agaçant.

    “Tu es beaucoup plus mignon qu’avant… Alors combien de fille, tu as eu jusqu’à présent ?”

    “Je n'ai pas eu de fille hein… Je vis un chagrin d’amour.” Dès que j’avais dit ça, une poussée de tristesse revint. L’alcool n’avait pas aidé à soulager ma peine, même pas pendant une journée.

    Jean et moi, on était ensemble depuis presque un an, nous ne nous sommes jamais disputés avant. Je l’aimais sincèrement et elle était si mignonne et dévouée.. Je lui avais même fait plaisir avec ces choses préférées, en l’emmenant voir les films qu’elle aimait, en faisant du shopping, en mangeant de la bonne nourriture, tout était pour elle. J’avais tenu mon rôle de petit-ami pour elle. Où est-ce que ça avait mal tourné ?… Je me demandais si j’avais fait quelque chose pour la rendre malheureuse.

    “Et bien, on peut rien y faire… Dans la vie, il y a beaucoup de belles choses qui valent la peine de se battre ! Tu as mon soutien. Fait de ton mieux !” Tee se leva et commença à retirer son pantalon gris ne laissant que son caleçon. J’étais trop plongé dans mes pensées pour me soucier de lui. Parce que dès que j’avais repensé à ces deux derniers jours, mes larmes avaient soudain débordés.

    “Je… Je suis… Je suis… Choqué. Pourquoi ?… Pourquoi Jean me ferait ça ?… Est ce que j’ai fait quelque chose de mal ?”

    “Hey !… Pourquoi tu pleures ? Tu es un grand et tu pleures toujours…” Tee finissait de retirer son pantalon et vint à côté de moi. À ce moment, tout ce que je pouvais faire, c’était pleurer, jusqu’à ce que je libère toute ma tristesse. Là ! j’avais le sentiment que je n’avais pas à être gêné, ou peut-être était-ce dû au choc de ma chute de tout à l’heure.

    “Je… Je t’aime… Je l’aime vraiment de tout mon cœur… Je t’aime vraiment...euh...Merde...euh” J’avais faillit m’étouffer à cause de ma morve et de mon nez qui coulait, je pourrais peut-être mourir comme ça. Je détestais ça… Pourquoi verser des larmes et avoir le nez qui coule.

    “ Ouais… Je comprends… Tu n’as pas besoin de dire quoi que ce soit... J’ai peur que tu te mettes à vomir tellement, tu as bu.” La main épaisse de Tee caressait mon dos et il attira ma tête contre sa poitrine. J’ai sentis une douce chaleur et mes larmes se sont arrêtées. Tee caressait doucement mes cheveux avec sa main, étrangement, je commençais à me sentir bien. “Oh, d’accord, arrête de pleurer déjà… Pleurer tellement à ton âge… Comme un bébé ah”.

    Tee avait été sarcastique pour me faire rire, mais je me sentais un petit peu mieux. Lorsque j’avais été au plus bas et que j’avais eu besoin d’aide, il y avait eu quelqu’un à mes côtés.

    “Espèce d’idiot…” Je le taquinais en retour.

    “Hahahaha ! Tu peux toujours m’insulter hein.”

    “..... En tout cas, merci Tee.”

    Je me tenais contre la poitrine de Tee depuis combien de temps ? Je n’en avais aucune idée. Les larmes avaient progressivement arrêté de couler, mais il était resté près de moi sans m’abandonner tout en me caressant doucement les cheveux (Je suis sur que j’étais assez fatigué.) Même s’il n’avait pas beaucoup parlé, j’avais pu sentir sa sincérité au contact de ces mains. Tee était un ami très chaleureux.

    Mais étonnamment, je ne pouvais pas m’endormir, même si ma tête ne me faisait plus mal. C’était peut-être à cause des habits que je portais, cette pièce était si chaude ! Zut ! De plus, de ce que je voyais, il n’y avait pas de climatisation dans sa chambre. Ajouté à cela deux garçons enlacés, nous faisant transpirer davantage. J’allais peut-être mieux dormir si je ne me sentais pas mal à l’aise, d’ailleurs, maintenant que j’y pensais, pourquoi deux gars se faisaient un câlin ?

    “Tu ne vas pas prendre de douche ?” Je me redressais et appuyais ma tête contre la tête de lit avant de demander.

    “Alors… est ce que ça va maintenant ?”

    “Ouais... Je vais mieux” …. Peut-être ?

    “Si oui, alors je vais prendre une douche.” Tee se baissa et ramassa le pantalon tombé au sol avant de le poser sur le lit. Alors qu’il se préparait à aller dans la salle de bain, j’avais tendu les bras, tiré la main de Tee et…

    “Attends, laisse moi aussi prendre une douche, il fait très chaud ici.”

    Tee se tourna vers moi, haussa les sourcils et acquiesça simplement, je secouais la tête pour m’éclaircir les idées. D’abord, j’avais enlevé ma chemise et l'avait jeté sur le lit. J’avais ensuite tenté d’enlever mon pantalon, mais la fermeture éclair... Merde ! … Allons ! En quelques sortes, la fermeture éclair ne voulait pas descendre.

    “Merde! C’est coincé ! Je n’arrive pas à l’ouvrir.” J’essayais de la baisser à nouveau, mais elle ne bougeait pas. Est ce qu’elle était cassé ou bien, c’était juste moi qui n’avais plus de force.

    “Être faible au point de ne pas réussir à ouvrir son pantalon… Que faire ?”

    Tee éloigna mes mains et utilisa les siennes pour commencer à la baisser, quand il réussit à la descendre de moitié, il fronça les sourcils comme pour me dire que j’étais faible.

    J’étais assis là, je clignais des yeux à plusieurs reprises parce que je ne savais plus quoi faire.

    En ayant ce contact étroit avec Tee, je notais que de plus près, il était très beau. À mes yeux, il était toujours le petit garçon du passé, mais maintenant, qu’il était au lycée, il était devenu plus beau que je ne le pensais. Son corps s'était développé, ces muscles épais et son corps mince en bonne condition physique. Cela faisait même accélérer mon cœur. Je n’étais toujours pas gay !

    Quand j’y réfléchissais, les mots de Mo’ résonnaient à mes oreilles…

    “Hey …” L’appelais-je doucement.

    “Qu’est-ce qu’il y a ?” Répondit-il avec désinvolture essayant toujours de descendre complètement ma fermeture éclair.

    “Tu as déjà essayé avec un garçon ?” Je ne savais absolument pas ce qui m’avait poussé à lui demander. (Si je n’étais pas ivre, je n’aurais probablement pas pu le dire.) Mais dès que j’avais dit ça, Tee avait levé la tête et me regardait dans les yeux confus.

    "Je ne l'ai jamais fait."

    Il avait répondu, avant de continuer à me fixer avec un regard silencieux sur moi,

    "Pourquoi tu demande ? .. Tu veux essayer?"

    J’essayais de réfléchir à cette question, si auparavant, j’aurais immédiatement dit non, maintenant je ne savais plus quoi dire…mais les mots qui sont sortis de ma bouche étaient,

    "Je ne sais pas.."

    Aussitôt, Tee me regarda alors que sa bouche se fendit sous un sourire narquois qui transformait toute l'atmosphère autour de moi en tensions et en émotions fortes. Je pouvais savoir à quel point ma prochaine réponse serait décisive, mais cette situation dangereuse m'avait aussi enthousiasmé. À ce moment crucial, les mains de Tee étaient déjà sur mon entrejambe, alors que nos corps étaient à moitié nus.

    Nos sentiments ont été mélangés pour être exprimés. "Nous allons essayer.."

    Tee me serra progressivement contre son corps, et je ne pus quand même pas déterminer si la phrase était une question ou une invitation. Je ne savais pas, je ne pouvais pas lui résister.

    "Alors ok?" Tee m'avait demandé une fois de plus. Nous avons établi un contact visuel pendant une fraction de seconde alors qu'il clignait des yeux, une sorte de provocation envers moi. Quelques étincelles dans ces yeux posé sur les miens.

    Ma gorge était sèche alors que je murmurais avec hésitation: “Uhm”

    A ce moment là, je n’avais idée aucune de l’erreur que je faisais ou de ce que je disais. La raison était allée autre part à cause de l’alcool.

    “Tu es sûr?” Demanda l'autre, encore une fois pour n’avoir qu’une réponse muette de mon côté.

    Je fixais les yeux ronds de Tee, cela ressemblait à un sortilège et je ne pouvais rien faire pour l’arrêter. J'avais essayé de me calmer en avalant ma salive, avant de passer mes bras autour de son cou. Son torse torse nu se pencha sur le mien.

    L’odeur de l’alcool et de tabac du bar flottait autour de nous. La paume épaisse de sa main touchait doucement ma joue rougissante, Lorsqu’il me toucha, j’étais plus excité, j’avais l’impression d’avoir de la fièvre. Son souffle devint lourd et plus rapide. Sur le bout de mon nez, je pouvais sentir la chaleur de son haleine et il murmura en un souffle. "Fuse .. tu peux m'embrasser?" Je ne répondis pas, ma langue étant serrée, mon corps refusait d'écouter les ordres. Je n'avais pas refusé, je l’avais tiré à moi sans aucun contrôle. Quand Tee s’était incliné, je l’avais embrassé

    Il n'avait montré aucun signe de surprise et y avait répondu immédiatement. Sa langue chaude s’était insérée dans ma bouche, Je n’avais jamais vécu ça, un goût relativement nouveau et inconnu. Ma langue était emmêlée autour de la langue de Tee avec la même intensité. Tee posa tout son poids sur le mien alors que mon corps se plaquait sur le matelas moelleux, il me serra doucement dans ces bras. Un courant que je ne pouvais pas nommé me parcourait rapidement la colonne vertébrale.

    Ses yeux aimables et profonds brillaient dans les miens, contrairement au regard amical habituel de ceux-ci. Le gentil garçon s'est transformé en un homme adulte qui avait ardemment des besoins. Je ne pouvais rien faire parce que mon corps devenait chaud, comme s’il était allumé..

     

    Sa main redescendit jusqu'à ma fermeture à glissière, d'un geste simple et rapide, la tirant comme avant. Tee m'arracha le jean et le jeta sur le sol.

     

    Chapitre 2 : Je Veux Juste Jouer


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :