• Chapitre 18: A propos de l'Avenir

    Chapitre 18: A propos de l'Avenir

     Chapitre 18: A propos de l'Avenir

    Un soir

    Chez Pete

    “Si ton père demande pourquoi je dors chez toi ce soir, tu réponds toi-même. D’accord?”

    Dit Kao quand Pete gara sa voiture devant la porte d’entrée, parce qu’aujourd’hui, Pete avait tout essayé - harceler, persuader, menacer, forcer et supplier - pour l’emmener ici pour qu’il reste dormir. Kao avait mal à la tête à cause du comportement de Pete. Chaque jour, il avait essayé de trouver différentes méthodes pour que Kao ne puisse pas le rejeter, même si Kao était déterminé à ne pas le laisser arriver à ses fins.

    “Pourquoi? Ça sera bizarre si tu ne dis rien.”

    “J’ai honte de mentir à ton père en lui disant que je suis venu pour t’aider à étudier.”

    “Alors… pour que tu te sentes mieux, je vais lire quelques pages avant que nous fassions nos devoirs au lit.”

    Pete fit un sourire espiègle, mais Kao leva juste les yeux au ciel, extrêmement contrarié. Ils n’étaient même pas officiellement en couple, mais Pete pouvait être aussi rusé. Kao ne voulait pas imaginer à quel point ça allait mal tourner quand il dirait oui à Pete.

    “Sors de la voiture tout de suite. J’ai tellement envie de lire un livre que j’en tremble.”

    Regardez-le s’exciter.

    Pensa Kao en sortant de la voiture. Ils discutaient en entrant dans la maison et rencontrèrent Pon, qui regardait la télévision dans le salon comme d’habitude. Pete emmena Kao à l’intérieur pour saluer Pon comme il l’avait toujours fait.

    Pon quitta l’écran des yeux et éteignit la télévision. Son visage était sévère, ses yeux inhabituellement sérieux, contrairement à ce qu’il faisait auparavant lorsqu’il les saluait chaleureusement.

    Pete et Kao pouvait sentir que Pon était préoccupé par ‘quelque chose’.

    Néanmoins, ils décidèrent d’enterrer cette pensée et de le saluer.

    “Salut, Papa.”

    “Salut…” Pon leur retourna leurs salutations et força un sourire. “Tu révises encore, hein?”

    “Ouais, Papa. Les leçons sont de plus en plus difficiles et je n’arrive pas à les rattraper, alors j’ai traîné Kao ici pour m’aider.”

    “Les leçons sont-elles si approfondies en ce moment? Je vous ai vu étudier ensemble de nombreuses fois ces derniers temps.”

    “Ouais.”

    Pete répondit à toutes les questions avec aisance parce que Kao se sentirait mal s’il devait mentir à Pon trop souvent, en plus il avait un mauvais pressentiment, et cela le mettait assez mal à l’aise.

    “As-tu dit à ta mère que tu restais dormir ici ce soir?”

    “Oui, je l’ai fait.”

    “Papa, tu lui as demandé comme s’il était un enfant de trois ou quatre ans.”

    Plaisanta Pete, car Pon n’avait jamais posé autant de questions auparavant, mais au lieu de répondre, Pon leur fit juste une grimace et un signe de tête, les incitant à partir.

    Pete fronça un peu les sourcils et demanda à Pon avec inquiétude.

    “Qu’est-ce qui ne va pas, Papa? Tu as l’air assez calme.”

    “Pourquoi? As-tu fait quelque chose qui devrait m’inquiéter?”

    Pete fut stupéfait pendant un instant par l’expression solennelle et la voix sévère de Pon. Pete regarda Kao, abasourdi, mais il essaya de cacher son inquiétude et de parler à Pon avec désinvolture.

    “Qu’est-ce que j’aurais pu faire? J’ai beaucoup étudié ces jours-ci. Demande à Kao si tu ne me crois pas.”

    Au lieu de demander, Pon regarda simplement Kao en silence, le mettant mal à l’aise. D’après les souvenirs de Kao, Pon avait toujours été de bonne humeur. Il plaisantait farouchement avec Pete, mais avec affection. Kao ne l’avait jamais vu comme ça.

    “Il a vraiment beaucoup étudié,” répondit Kao avec un sourire penaud. En fait, il avait voulu se taire, mais Pon avait agi comme s’il avait attendu qu’il dise quelque chose, donc Kao n’avait pas eu d’autre choix que de dire quelque chose pour éviter un silence gênant.

    “Bien. Vous êtes amis, donc prenez soin l’un de l’autre.”

    Pon leur sourit à tous les deux, mais ses yeux étaient encore pleins d’inquiétude. Pete s’excusa et fit sortir Kao du salon. Les yeux de Pon les suivirent, son regard plein d’inquiétude et de préoccupation.

    Clic…

    Au moment où Pete ferma la porte de sa chambre, Kao devint plus anxieux qu’il put le remarquer.

    “Qu’est-ce qui ne va pas?” Pete s’assit à côté de Kao au pied de son lit, le regardant et attendant la réponse. Pete avait remarqué toutes les petites choses à propos de Kao et lui posait toujours des questions à leur sujet ces derniers temps. Kao avait le sentiment que Pete avait été plus attentif et se souciait davantage de ses sentiments qu’auparavant.

    “Je pense que ton père agit bizarrement.”

    “Comment ça?”

    “Il avait l’air stressé.”

    “Peut-être qu’il est stressé par le travail. Il est comme ça parfois.” Pete essaya de réconforter Kao, même s’il s’inquiétait aussi que Pon soit stressé à cause de lui.

    “Tu crois?” réfléchit Kao. “Mais j’ai l’impression qu’il est déjà au courant pour nous.”

    “Impossiiiiible.” Pete sourit doucement. “Comment pourrait-il savoir pour nous alors que nos amis ne le savent même pas?”

    “Il n’auraient pas demandé si je l’avais dit à ma mère s’il n’avait pas été inquiet ou s’il n’avait pas su pour nous. Ce n’est pas la première fois que je viens ici pour passer la nuit. C’est comme s’il savait mais ne voulait rien dire et nous laisser le réaliser par nous-mêmes.”

    “S’il sait, et si nous savons qu’il sait… alors quel est le problème?” Pete fronça les sourcils. “Il va nous dire de rompre? Ce serait trop exagéré s’il dit ça. Il n’a jamais eu de problème quand je sortais avec des filles.”

    “Mais je ne suis pas une fille.” La voix de Kao était grave. “Tu ne te souviens pas? Pon a dit qu’il voulait que tu aies un brillant avenir, que tu te maries avec quelqu’un qui te convienne parfaitement et que tu aies un enfant pour poursuivre la lignée de ta famille parce que tu es son seul fils.”

    “Ne réfléchis pas trop, Kao. Il a juste dit des choses comme ça au hasard.”

    Pete enroula son bras autour des épaules de Kao, en le secoua légèrement. Pete s’inquiétait également de savoir si son père serait d’accord avec leur relation, mais il ne pouvait pas se laisser abattre pour le moment, sinon personne n’allait faire en sorte que Kao se sente mieux.

    Le plus important, c’était que… Pete ne romprait jamais avec Kao, quoi que dise Pon.

    “Alors, je vais lui dire moi-même. Je vais lui faire comprendre.” décida Pete quand il vit à quel point Kao était maussade, mais Kao saisit immédiatement la main de Pete, ne voulant pas que ce dernier soit impulsif.

    “Je pense que nous ne devrions pas encore lui dire,” insista Kao.

    Kao avait besoin de plus de temps, mais il ne savait pas si c’était pour que Pon se sente mieux ou pour que lui se prépare mentalement. Kao n’était pas du tout sûr que Pon approuverait leur relation. Que ferait-il si Pon leur disait de rompre…? Pon avait donné sa confiance à Kao et avait toujours été gentil avec lui. Kao se sentirait très mal s’il laissait tomber Pon.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Cette nuit-là

    “Heeeeeeeeey, cuisine-moi des ramen, s’il te plait.”

    Kao voulut vraiment rouler des yeux jusqu’à ce qu’ils se retournent au moment où Pete l’embêta pour qu’il fasse cuire des ramen. Ils avaient fini d’étudier sur le bureau et avaient continué leur leçon d’amour au lit jusqu’à ce qu’ils soient épuisés. Mais au lieu de se reposer, Pete avait réveillé Kao et lui avait demandé de cuisiner des ramen.

    “Si tu savais que tu aurais faim quand tu serais fatigué, pourquoi n’as-tu pas mangé davantage au dîner?”

    “Ta cuisine me manque. Personne ne peut cuisiner des ramen aussi bien que toi.”

    “Menteur.”

    Kao riposta rapidement, surprenant Pete qui bouda comme un enfant. Mais cela échoua à attendrir Kao et à le faire changer d’avis pour dorloter Pete, cependant, il se leva quand même pour préparer des ramen, comme on le lui avait demandé.

    Kao avait toujours été comme ça. Il se plaignait d’abord et finissait par céder à Pete. Comme Pete en était bien conscient, il essayait de trouver des moyens d’inciter Kao à faire ce qu’il voulait… surtout au lit.

    “Quelle saveur?”

    “Tom Yum Kung avec beaucoup de ton amour.”

    “Tu deviens de plus en plus coquin chaque jour. Tu ne te lasses jamais de flirter.”

    Kao prit un paquet de ramen après avoir fait bouillir de l’eau pendant que Pete se moquait de ce que Kao venait de dire.

    “Tu joues les durs quand tu es timide. Ai-je raison?”

    Pete s’approcha de Kao et lui pinça la joue.

    “Arrête de m’embêter ou je t’éclabousse avec cette eau bouillante.”

    “Tu blesserais ton petit ami? C’est tellement cruel.”

    “Je n’ai pas dit que je serais ton petit ami.”

    “Whoa… tu ne l’admets toujours pas après tout ce que nous avons fait? Donc tu m’as juste baisé et maintenant tu me laisses tomber?”

    Dit Pete et il se tint derrière Kao, mettant son beau visage sur l’épaule de ce dernier et s’en fichant quand Kao essayait de s’éloigner ou quand il devait supporter la vapeur qui sortait de la casserole bouillante.

    “Ne t’agrippe pas à moi. Quelqu’un pourrait nous voir.”

    “A cette heure de la nuit? Mon père est déjà couché, mes domestiques aussi.”

    “Tu ferais mieux de faire attention. L’imprudence mène à la mort.”

    Dit Kao en plaisantant et il donna un coup de coude à Pete. Celui-ci céda et relâcha Kao quand il vit que les ramen étaient prêts. Il se tourna vers la table pour prendre des bols et des cuillères, se préparant à manger les délicieux ramen qu’il attendait.

    Mais alors… Pete se figea soudainement, ainsi que Kao qui venait de se retourner, surtout lorsque Kao suivit le regard de Pete et trouva quelqu’un qui les regardait avec un regard froid.

    “Papa!”

    Crièrent Kao et Pete en même temps. Ils étaient figés sur place, choqués au point de ne plus savoir quoi faire. Toutes les questions surgissaient dans leur tête: Qu’allaient-ils faire? Est-ce que Pon allait les gronder? Comment allait être leur relation à l’avenir... ? Bien qu’ils soient déterminés à se battre pour leur amour, cela serait difficile si Pon n’acceptait pas leur relation.

    “Venez dans la bibliothèque avant d’aller à l’université demain. J’ai quelque chose d’important à vous dire à tous les deux.”

    Et puis Pon s’éloigna. Son visage impassible et ses yeux froids rendaient difficile de deviner ce qu’il pensait. L’acceptera-t-il ou leur dira-t-il de rompre?

    Pon était retourné dans sa chambre, mais Pete et Kao étaient toujours figés comme si leurs âmes avaient quitté leur corps.

    “Pete…”

    “Ne réfléchis pas trop, Kao.”

    Pete réconforta Kao, l’empêchant d’en dire plus car il avait peur que Kao ne dise quelque chose qu’il ne voulait pas entendre. Il savait que Kao se souciait des sentiments de son père comme si Pon était son propre père, donc Kao pourrait vouloir rompre avec lui juste pour mettre Pon à l’aise.

    Et bien sûr… Pete ne laisserait certainement jamais cela se produire.

    “Crois-moi… Nous pouvons nous en sortir comme nous l’avons toujours fait.”

    Pete enlaça doucement Kao. Bien qu’il ne soit pas sûr qu’ils parviennent vraiment à franchir cet obstacle, il était persuadé que, quelle que soit la difficulté, il ferait de son mieux pour y faire face.

    Du mieux qu’un homme puisse le faire!

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Ce matin était si morose et gênant.

    Normalement, lorsque Kao passait la nuit chez Pete, ils se réveillaient tôt et se taquinaient avant de prendre une douche et d’aller à l’université. Mais aujourd’hui, ils se parlaient à peine, l’inquiétude se lisant sur leurs visages.

    Sans un mot, ils savaient tous les deux que l’autre n’avait pas beaucoup dormi parce qu’ils avaient passé la nuit à trop réfléchir.

    Pete donna une légère tape sur l’épaule de Kao avant qu’ils ne quittent sa chambre. Il tint la main de Kao et l’emmena dans la bibliothèque alors qu’il ne l'avait jamais auparavant, car il avait peur que les autres se doutent de leur relation. Mais aujourd’hui, Pete voulait à la fois encourager Kao et lui-même... Quoi qu’il arrive, il ne lâcherait jamais la main de Kao.

    Toc! Toc! Toc!

    Pete frappa à la porte pour demander la permission d’entrer lorsqu’ils atteignirent la salle de lecture, sachant que Pon attendait déjà à l’intérieur. Le cœur de Pete battait fort. Il était si inquiet et nerveux, pourtant il agissait normalement.

    C’était Kao qui avait l’air si déprimé que Pete se sentait désolé pour lui.

    “Entrez.” Ils se regardèrent au moment où ils entendirent la voix Pon.

    Kao fit un léger signe de tête à Pete, comme s’il essayait de lui dire qu’il était prêt à tout, alors Pete ouvrit la porte et ils entrèrent tous les deux dans la pièce. Ils virent Pon assis derrière son bureau au moment où la porte s’ouvrit. Pon portait un costume. Il donnait à sa grande silhouette un aspect si élégant et puissant que Pete et Kao n’étaient pas surpris que Pon ait autant de contrôle sur tous ses employés et qu’il soit connu comme un cadre que tout le monde respectait.

    “Qu’est-ce que tu veux nous dire, Papa?” demanda Pete même s’il savait déjà.

    “Quand allez-vous me dire que…?”

    Demanda fermement Pon. Bien qu’il n’ait pas dit de quoi il s’agissait, Pete et Kao savaient ce qu’il voulait dire. Il se turent comme s’ils ne savaient pas comment expliquer, surtout Kao qui se sentait si coupable qu’il ne pouvait que regarder vers le bas.

    “Quelle a été votre relation pendant tout ce temps: amis ou petits amis?”

    Pon continua à demander, sa voix devenant de plus en plus intimidante au point que Pete commença à ressentir plus de pression. Il se faisait harceler et gronder si souvent pour ses mauvais comportements qu’il s’y était habitué, mais cette fois, il n’était pas le seul. Il avait aussi mis Kao dans le pétrin.

    C’était une importante raison de l’inquiétude de Pete en ce moment.

    Parce qu’il ne voulait pas du tout que Kao se sente mal ou blessé… 

    “Si vous n’êtes pas d’accord avec ça, je resterai loin de Pete.”

    Kao pris une décision même si cela allait à l’encontre de ce qu’il voulait vraiment. Pete se tourna instantanément vers lui, remuant, ayant encore plus la pression. Pete ne pouvait pas rester silencieux plus longtemps.

    “Pourquoi devrions-nous rompre? Je ne veux pas! Je ne romprai jamais avec toi quoi qu’il arrive!”

    Soutint durement Pete et il se tourna vers Pon, le visage très sérieux.

    “Papa… Qu’est-ce qui ne va pas avec le fait que Kao et moi soyons amoureux l’un de l’autre? Tu vois comme je vais beaucoup mieux depuis que j’ai rencontré Kao. Je suis devenu une nouvelle personne. Je ne me suis pas battu autant qu’avant, et maintenant je ne me bats plus du tout avec personne. J’étudie davantage. Mes notes ont augmenté. Tu as également dit toi-même que Kao est un gars très gentil, alors pourquoi dois-tu nous séparer?!”

    Les raisons sortaient de la bouche de Pete comme jamais auparavant. Chaque fois que Pon l’avait grondé, il était resté silencieux et avait promis de ne plus jamais le faire, uniquement pour mettre fin aux reproches, bien que le respect de ces promesses soit une question différente. Il était rare qu’il réponde.

    Sans parler du fait de répondre sérieusement avec des arguments et des émotions de ce genre.

    “Je n’ai rien dit.” Pon soupira comme pour insinuer que Pete réagissait de façon excessive. “Je veux seulement vous demander si vous êtes vraiment en couple. Je voulais l’entendre de la bouche de mon fils, pas de quelqu’un d’autre.”

    La voix de Pon resta sévère, mais Pete et Kao se sentait un peu soulagés comme s’ils avaient en quelque sorte évacué tous les problèmes de leur poitrine, surtout Pete… parce que Pon aurait riposté s’il avait répondu.

    Mais Pon ne l’avait pas fait comme il l’avait pensé.

    “Alors, amis ou petits amis?” répéta Pon.

    “Nous étions amis au début, mais maintenant nous sommes à la fois amis et petits amis,” marmonna Pete.

    Kao voulait vraiment dire qu’il n’était pas le petit ami de Pete. Pete était en train de le forcer en ce moment… et cela rendait Kao énervé. Même dans un moment comme celui-là, Pete pouvait quand même être sournois et profiter de la situation.

    “C’est vrai, Kao?” demanda Pon à Kao cette fois.

    Kao se tut, comme s’il ne voulait pas l’accepter. Pete faisait pression sur Kao avec son regard, devenant si nerveux à l’idée d’entendre la réponse. Kao regarda Pete, en réfléchissant. Pete avait été si cruel et l’avait blessé auparavant, mais depuis qu’ils avaient décidé d’attendre et de voir comment les choses allaient évoluer, Pete se souciait de ses sentiments, prenait soin de lui et n’avait jamais eu d’yeux pour quelqu’un d’autre. Et maintenant que Pete avait eu le courage de révéler leur relation à son père, Kao avait l’impression que les murs autour de son cœur commençaient à s’effondrer… Cela pourrait être une grande opportunité pour Pete et lui de commencer à sortir sérieusement ensemble.

    “C’est vrai. Je suis désolé si je vous ai fait vous sentir…”

    “Pourquoi t’excuses-tu? Je ne vais pas te gronder,” dit rapidement Pon parce qu’il ne voulait pas que Kao se méprenne. Sa voix semblait plus douce quand il parlait à Kao que quand il parlait à son propre fils. “Je veux seulement te dire que mon fils était un idiot. Ça va être fatiguant si tu sors avec lui.”

    “Je suis un bon garçon maintenant, Papa,” soutint Pete.

    “Tais-toi,” Pon jeta un regard noir au fauteur de troubles.

    “Attends, tu as dit que tu voulais l’entendre de moi, pas de quelqu’un d’autre. Est-ce que ça veut dire que… quelqu’un te l’a dit?” demanda Pete après l’avoir réalisé. Kao et lui avaient été prudents quand ils étaient ensemble devant Pon, donc Pon n’aurait pas dû être au courant de leur relation secrète par lui-même, à moins que quelqu’un ne le lui ait dit. Qui était-ce?

    “Je vous ai vu tous les deux dans la cuisine de mes propres yeux. Ça suffit.”

    “Mais c’était comme si tu le savais avant ça. S’il te plait, dis-moi qui te l’a dit, Papa?”

    “Une fille est venue me voir et m’a parlé de Kao et toi…”

    En fait, Pon ne voulait pas leur dire parce qu’il ne voulait pas révéler la source de l’information, mais il décida de le faire parce que Pete voulait vraiment savoir. Deux jours plus tôt, dit Pon, une fille de l'âge de Pete et Kao l’avait attendu devant l’immeuble de son entreprise. Elle s’était présentée et avait exposé le secret de Pete et Kao, qu’ils sortaient ensemble, puis elle lui avait montré la vidéo qu’elle avait enregistrée sur le parking. Pon avait été très choqué au début puisqu’il n’avait jamais pensé que Pete et Kao puissent être homosexuels. Il avait aussi été inquiet pour l’avenir de son fils. Mais après y avoir réfléchi, il s’était dit à lui-même de l’accepter. Pete était son fils, quoi qu’il arrive, et l’amour n’était pas quelque chose que l’on pouvait contrôler. Si Pete était heureux, lui, son père, devrait être heureux aussi. La société était devenue plus tolérante ces derniers temps. De plus, peu importe votre sexe ou si vous êtes dans une relation homosexuelle.

    “Qui était cette fille?” demanda Pete, juste pour être sûr, même s’il connaissait déjà la réponse.

    “Qu’est-ce que vous lui avez fait qui l’a tellement énervée, au point qu’elle expose votre secret en guise de revanche?” Pon leur donna un indice. Leurs regards se croisèrent, sachant exactement qui c’était.

    Evidemment… qui cela pouvait-il être à part Fongbeer?!

    “Je n’ai aucun problème à ce que vous sortiez ensemble, mais vous devez faire attention. De nos jours, les gens sont curieux. Ils font plus attention à la vie des autres qu’à la leur. Ils peuvent faire un bon commérage à partir d’une petite affaire. Il ne s’agit pas seulement des relations entre personnes du même sexe. Chaque relation peut être prise pour cible.”

    “Très bien, Papa. Je ferai plus attention.”

    “Bien… Oh! Encore une chose. Tu devrais parler à cette fille pour qu’elle arrête de t’en vouloir et d’essayer de se venger à nouveau. Tu es un adulte maintenant, Pete. Assume la responsabilité de tes propres actes. Ne fuis pas tes problèmes.”

    “Okaaaaaaay, je vais m’occuper d’elle tout de suite.”

    Promit Pete joyeusement. Il pensa qu’il était tellement chanceux d’avoir un père si ouvert d’esprit qui l’acceptait lui et celui qu’il aimait - quel que soit son sexe. Pon lui avait aussi donné des conseils et l’avait aidé chaque fois qu’il avait eu des ennuis. Même lorsqu’il s’était mal comporté, qu’il avait mal agi ou qu’il avait causé des problèmes, son père avait toujours été là pour lui. Et même s’il avaient toujours plaisanté l’un avec l’autre, son père était toujours l’homme que Pete aimait et qui aimait le plus Pete.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Le jour suivant

    La Faculté d’Administration

    Université N

    Pete était convaincu que Fongbeer était la fille qui avait enregistré la vidéo et l’avait montré à son père, alors il était venu à sa faculté après les cours pour clarifier les choses avec elle.

    Après que Pete lui ait envoyé un message ce jour-là, il savait que Fongbeer devait être en colère contre lui. Ce n’était pas comme si Pete ne s’inquiétait pas pour elle ou était si cruel qu’il ne se souciait pas de ses sentiments. Il avait essayé de l’appeler ou de lui envoyer un message pour s’excuser, mais Fongbeer n’avait jamais répondu. Pete n’était jamais venu la voir auparavant parce qu’il avait peur que cela la fasse se sentir encore plus mal qu’elle ne l’était déjà, jusqu’à aujourd’hui…

    Il ne fallut pas longtemps avant que Fongbeer ne sorte du bâtiment. Elle n’avait pas l’air surprise de le voir. Ils se regardèrent dans les yeux. L’expression de Fongbeer était vide et froide, mais ses yeux montraient à quel point elle se sentait mal à propos de lui. Pete comprit que toute personne qui avait été traitée comme ça devait se sentir comme ça.

    Ses sentiments compliqués l’avaient blessée involontairement et égoïstement.

    “J’ai… besoin de te parler,” dit Pete en premier. “Tu as cinq minutes?”

    “Quel est le problème? Dis-le. Je t’écoute.”

    Pete s’arrêta un instant. Il soupira doucement pour évacuer son malaise, puis il réfléchit soigneusement à ce qu’il allait dire à Fongbeer. Il voulait qu’elle sache qu’il se sentait également désolé de tout ce qui s’était passé.

    “Je sais que tu as l’as dit à mon père pour Kao et moi.”

    “Je le savais. C’est pour ça que tu viens me voir.”

    Fongbeer ricana légèrement. Elle ne pouvait s’empêcher de penser que Pete ne serait pas venu la voir s’il n’était pas arrivé quelque chose.

    Au début, Fongbeer ne se méfiait pas de la relation entre Kao et Pete, mais lorsque Pete - celui qui lui avait demandé une seconde chance - avait mis fin à sa relation avec elle, elle avait soupçonné que Pete voudrait sortir avec une autre fille.

    Fongbeer avait secrètement essayé de découvrir si Pete sortait avec une autre fille ou s’il s'intéressait à quelqu’un, mais elle ne l’avait jamais vu avec aucune fille. Il trainait seulement avec Kao et ses autres amis.

    Puis elle avait commencé à remarquer que Pete et Kao semblaient trop proches pour être juste amis. L’idée que ces deux-là sortaient peut-être secrètement ensemble avait surgi dans son esprit, et donc elle avait commencé à les surveiller encore plus attentivement.

    Jusqu’à… ce jour sur le parking.

    La façon dont ils parlaient, se regardaient et agissaient l’un envers l’autre l’avait convaincue qu’ils sortaient vraiment ensemble. Elle n’avait pas hésité à les filmer avec son téléphone. Sa colère envers Pete lui avait donné envie de donner une leçon à Pete, alors elle avait décidé d’aller voir le père de Pete à son entreprise.

    Fongbeer avait tout raconté à Pon et lui avait montré la vidéo parce qu’elle pensait que Pon était un homme strict et honorable dans la société, et Pete était son fils unique, l’espoir de leur famille, donc Pon devrait au moins gronder Pete ou même éloigner Pete et Kao l’un de l’autre.

    “Je suis désolé…”

    Fongbeer fut stupéfaite d’entendre ces mots. Elle se tut, retenant son regard et essayant de comprendre quel tour il allait jouer cette fois-ci. Elle pensait que Pete était venu l’engueuler.

    “Je sais que je t’ai énervée, et c’est pour ça que tu as parlé de Kao et moi à mon père. Je me sens aussi mal de t’avoir blessée, mais je ne sais pas vraiment quoi faire d’autre que de te dire que je suis désolé.”

    “Est-ce que ça t’a pris si longtemps pour venir ici pour t’excuser?”

    “Je suis venu ici quand je t’ai demandé de me donner une autre chance, alors j’ai pensé que je devrais venir ici aussi quand j’ai besoin de m’excuser pour ce que j’ai fait de mal.”

    “Eh bien, au moins tu as le courage de venir me voir en face à face.”

    “Je suis vraiment désolé. Tu peux m’engueuler, mais s’il te plait, ne fais rien qui puisse affecter Kao. Il se sent mal lui aussi à propos de tout ça. Il n’a jamais voulu te faire du mal.”

    “Je sais. Kao se soucie toujours des autres.”

    Bien que Kao se soit avéré être celui qui avait obtenu le cœur de Pete, et que cela lui ait fait du mal, elle n’avait jamais pensé à blâmer Kao ne serait-ce qu’un peu, car Kao s’était autrefois sincèrement occupé d’elle et l’avait réconfortée.

    “Très bien, Pete. Ce qui est fait est fait. Je suis désolé, moi aussi.”

    Fongbeer admettait qu’elle s’était sentie incroyablement bouleversée et en colère contre Pete, et que cela l’avait décidée à le dénoncer ainsi, mais elle s’était sentie coupable juste après l’avoir fait. Elle lui en voulait, voulait le blesser et lui donner une leçon, mais elle avait fini par inquiéter le père de Pete - qui n’avait absolument aucune idée de tout cela et n’avait rien fait de mal. De plus, elle se sentait mal d’avoir pu blesser Kao, mais elle avait enterré ces sentiments au plus profond d’elle-même, car le mal était déjà fait.

    Jusqu’à aujourd’hui où Pete était venu s’excuser auprès d’elle par lui-même.

    Sa colère, sa déception, et ses mauvais sentiments du passé s’étaient estompés. Peut-être cela faisait-il déjà un certain temps, et les excuses de Pete l’avaient soulagée de toute rancune.

    “Et à propos de Kao et moi, je…”

    “Tu vas dire que tu veux garder le secret et me demander de le faire, n’est-ce pas?” demanda Fongbeer quand elle vit l’expression troublée de Pete. “Je sais quoi faire, mais ne pense pas que je vais garder le secret pour ton bien. Je vais le faire parce que Kao a été gentil avec moi.”

    “Peu importe la raison, merci beaucoup.”

    Fongbeer ne dit rien, acceptant seulement sa sincère gratitude. Pete était soulagé qu’au moins, il avait clarifié les choses avec elle, lui avait présenté ses excuses et avait été pardonné.

    Les choses entre Pete et Fongbeer étaient terminées pour de bon, même si le chemin n’avait pas été très beau tout le long.

     

    Chapitre 18: A propos de l'Avenir


  • Commentaires

    4
    Mardi 28 Juillet à 19:05

    Merci beaucoup pour ces 18 chapitres :3

    Le Père de Pete, je l'adorais dans la série mais je l'aime tout autant voir plus dans le roman :)

    Et c'est fou comme au final, New et Tay ont vraiment bien cerné les personnages de Kao et Pete. Je n'ai pas ressenti de différence entre l'impression donné par les personnages dans la série et celle du roman. A moins que ce soit moi qui ne suis pas objective ^^'

      • Mercredi 29 Juillet à 11:33

        De rien.

        J'adore le père de Pete moi aussi dans la série et le roman a clairement renforcé ce sentiment. Je le trouve vraiment génial.

        Je suis complètement d'accord avec toi, New et Tay rendent vraiment bien les personnalités et les émotions des personnages comme on les perçoit dans le roman. Mais bon, j'aime tellement les acteurs et les personnages que je ne suis peut-être pas objective moi non plus...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Lundi 27 Juillet à 03:39

    Aww, la réaction de son papa m'a donné des frissons au début.. T_T 

      • Lundi 27 Juillet à 12:27

        J'aime tellement le papa de Pete. Je le trouve juste génial même s'il fait peur au début...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :