• Chapitre 16 : Dilemme

    Chapitre 16 : Dilemme

    “Hmmm…” Je clignai des yeux à plusieurs reprises pour m’adapter à la lumière du soleil matinal et l’image devant moi ne convenait pas aux enfants. Tout ce que je voyais, c’était son torse pâle et musclé, son corps bougea et il colla mon visage contre lui. En plus, son bras fort tenait fermement mon corps. "Aï’Tee, lâche-moi, il fait chaud !"

    Comme je m’y attendais, il dormait encore profondément. Je levai les yeux vers son menton et j’avais raison, il avait les yeux fermés. Ce gars-là…

    Eh bien alors ! Je glissai mon poing pour frapper la tête de Tee. Il cria brusquement en fronçant les sourcils, mais finalement, il avait survécu.

    "Outch! Ça fait mal ! Pourquoi tu me frappes ?" La main de Tee quitta ma taille pour piteusement frotter sa tête.

    "C’est bien que ça te fasse mal. Réveille-toi. Debout. C’est bientôt l’heure de l’école, il est tard." Mais il n’eut pas l’air de s’en soucier, il sourit, puis il mit son menton sur ma tête et tira mon corps dans une étreinte plus serrée qu’avant, alors que ses jambes s’enroulaient autour des miennes. Bâtard !

    "Putain, ne sois pas comme ça. Allez. Il faut aller à l’école ! Hé !" Je luttai dans ses bras, mais peu importe à quel point j’essayais, ça ne marchait pas. Il me serra juste plus fort contre lui pendant quelques minutes et finalement, je me fatiguai tout seul. "Tee... lâche-moi s’il te plaît... je dois aller en classe..."

    "Il est déjà neuf heures, es-tu sûr que tu veux toujours y aller?" Il répondit en riant alors que j'ouvrais mes yeux en grand.

    "Pourquoi, vraiment ?" Cette fois-ci, Tee me lâcha et quand je regardai, la montre indiquait l’heure de 9 heures et 15 minutes. Merde... Si j’y allais maintenant je devrais faire au moins 200 squats jusqu’à ce que mon visage soit déformé par la fatigue et que le professeur ‘bec de canard’ soit satisfait. Rien que d’y penser, je pouvais sentir mes jambes devenir faibles.

    Aï’Tee sembla voir mes inquiétudes. "Ne sois pas si sérieux. Tu ne mourras pas si tu loupes une journée, et autre chose..." Ha ? Son ton rusé m'amena immédiatement à le regarder. "La nuit dernière, c’était complètement fou et pourtant tu as encore la force d’aller en cours… parce que, laisse-moi compter, il y a eu... sept fois ?” Bâtard ! Il osait encore plaisanter là dessus. J’essayai en vain de ne pas rougir, puis je soulevai la couverture pour recouvrir le visage d’Aï’Tee avec.

    “Hey !! Qu’est ce que tu fais ?”

    “Je dis aussi que tu as un gros appétit sexuel, tu m’as torturé toute la nuit.” Je voulais révéler son vrai visage. En réalité, Ai Khun Chai Tee, qui était un beau prince, devenait une sacré bête au lit !! Hier soir, le lit ne fut pas suffisant, il y avait aussi eu dans la baignoire, sur le dossier du canapé, sur le fauteuil de bureau et même sur le sol. C’était un véritable champ de bataille, Tee était puissant et endurant (j’étais épuisé). Ce n’était pas étonnant que l’on se réveille si tard, mais je ne pouvais pas complètement le blâmer.

    "Oh! Ce que tu dis n’est pas que pour moi, je dois te rappeler combien tu as aimé chaque fois qu’on l’a fait ?” Il se redressa et leva le menton pour me regarder, c’était vraiment nul car il me donnait de nouveau envie de lui.

    "Tais-toi ou je te frappe." Je baissai la voix et essayai de l’intimider. J'espérais qu’il aurait un peu peur, mais bien sûr, il ne fut pas dupe. Tee se rapprocha encore plus de moi, appuya son index sur mes lèvres, les frottant lentement d’avant en arrière.

    "Tu peux plutôt utiliser ça au lieu de me frapper." Je ne pus que sourire face à son regard de braise... Je ne savais pas comment l’expliquer… En plus d’un fort désir sexuel, ce mec était doué pour se montrer doux.. Je ne pouvais plus résister, j’avais perdu.

    Je ris pour cacher mon embarras, puis doucement j’embrassai ses lèvres. Il sourit, heureux. Je sentis que son intimité commençait à augmenter, le rythme de mon coeur accéléra rapidement. Tee vit un changement subtil dans mon visage, il semblait confus. "Erm…Je me souviens que la nuit dernière, Je ne sais plus qui m’a dit ‘laisse-moi t’appartenir’. Mais, pourquoi au final il n’y a que toi qui m’aies possédé...”

    Le sourire de Tee disparu tout de suite. Il ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. "Quelle… quelle importance qui possède qui, quelle différence ? Nous nous appartenons l’un l’autre.” C’était vrai... il cherchait ses mots, mais ils ne semblaient pas vouloir venir comme prévu.

    "Si ça ne fait aucune différence alors que dirais-tu de me laisser te prendre ?" J’étais sérieux, bien que intérieurement je ne pouvais pas m’empêcher de rire. Le beau visage de Tee commença à pâlir et il ressembla de plus en plus à un poulet bouilli. Hahaha, je me moquais vraiment de lui.

    "Pourquoi ?" Il posa une question à laquelle il devait pourtant avoir la réponse.

    "Tout ce que tu m’as fait la nuit dernière." Je levai un sourcil, avant de lui offrir un magnifique sourire, hahahahahahaha je ne pouvais vraiment pas m’en empêcher. Mais il semblait qu'Ai'Tee le prenne au sérieux parce qu'il me rendit un sourire réticent.

    "Je… n’ai jamais essayé..."

    "Oh, alors je dois prendre ça pour un non?" Je le taquinai à nouveau.

    "D'accord… c’est d’accord, si tu veux vraiment ..." Son beau regard était si profond.

    "Vraiment ?" Je le regardai incrédule. Tee essaya de me sourire même si je pouvais voir de la sueur commencer à apparaître sur son visage blanc.

    "Et bien, je suis prêt à tout pour toi." La réaction d'Ai'Tee était vraiment mignonne ... J’enroulai mon bras autour de son cou et je l’aidai lentement à s’allonger sur le lit. Je commençai à l’embrasser et il ferma les yeux docilement. Une haleine chaude et exaltée heurta le bout de mon nez. Il semblait très nerveux et en le voyant comme ça, je me sentis vraiment désolé.

    Je changeai de position et chuchotai au creux de son oreille. "Je plaisante ! Je suis tellement fatigué de la nuit dernière, qui serait assez fou pour le faire! Gardons-le pour une autre fois."

    J’étais sur le point de me lever mais il m’attrapa rapidement et m’attira dans ses bras robustes, mon oreille se posa sur sa poitrine. Je pouvais parfaitement entendre les battements de son coeur, rapides, forts et désordonnés. "Tu oses me faire une telle blague, tu m'as fait peur." En l'entendant dire ça, je laissai un petit rire s'échapper.

    "Mais je ne plaisante pas, la prochaine fois, sois prêt." A peine les mots avaient passé ma bouche que je réalisai mes paroles. Est-ce qu’il y aurait une prochaine fois ? Nous avions déjà fait assez d’erreurs cette fois...

    "Je n’ai pas besoin d’être prêt à rester avec toi !" Dit-il fièrement, alors que quelques instants plus tôt, il était effrayé et aussi blanc qu’un linge. Je me moquai de lui discrètement. “M. Vantard.” Je ne m’attendais pas à ce qu’il m’entende. 

    “Qu’est-ce que tu dis ?”

    "Nooope, je n'ai rien dit à propos de ta vantardise." Criai-je si fort qu’il me frappa le front deux fois. (Sa main était déjà si forte et pourtant il frappa durement!)

    Tee ne parla plus, il s'allongea en me serrant fortement dans ses bras. Peut-être qu’il ne se rendait pas compte qu’il était lourd quand il me serrait comme ça. (J’ai peut-être l'air mince et faible, mais je pèse presque 60 kg!) J'appréciai la chaleur dans ses bras. C'était aussi rassurant que quand j'étais enfant dans les bras de mon père, alors je ne résistai pas.

    "Fuse,... je suis si heureux, j’espère que nous pourrons continuer ainsi." De façon inattendue, les mots de Tee me firent sourire.

    "On ne peut pas ..." Je fus très déçu quand je parlai. Tee baissa les yeux sur mon visage sérieux. 

    "Toi, tu ne comprends rien du tout à la romance. Je ne le pensais pas comme ça. Tu gâches seulement l'ambiance ..." Haha, il s’avéra que son intimidation était amusante.

    "J'ai faim, d’habitude je mange à 7 heures le matin, sinon après j’ai mal à l'estomac."

    "Est-il possible de dormir encore dix minutes ?" Hé, je ne me sentais pas vraiment mal à propos de ça. Je me sentais choyé alors qu’il semblait s’endormir confortablement.

    "Juste cinq minutes..." J'essayai de négocier, il entendit peut-être le grondement de mon estomac, car il ouvrit rapidement les yeux.

    "Si tu as si faim que ça, alors ... d'accord, cinq minutes. Mais tu dois d'abord me faire un câlin pour m’empêcher de me rendormir."

    Je ris en pensant que c'était bébé Tee, puis je le serrai dans mes bras.

    "Satisfait ?"

    "Plus serré."

    Bien, alors je le serrai plus fort qu'avant pour que cela puisse l'étouffer. "Est-ce que ça va ?"

    "Très bien, héhé." En le voyant béat, je me sentis tellement souriant.

    Je fermai les yeux et profitai de cet instant de bonheur. Je pensai à ce que Tee venait de dire, si je pouvais continuer ainsi ... ce serait vraiment bien.

    Mais encore une fois, une autre voix dans mon cœur ne cessait de me le rappeler, c'était impossible. Nous connaissions tous les deux nos rôles l’un envers l’autre.

    Il était 10 h 30 et nous n’avions toujours pas pris notre petit déjeuner. Tout cela à cause d'Ai'Tee qui voulait absolument m’emmener manger dehors. Je n’étais pas sûr de moi, sa mère était déjà à table, alors est-ce que ça aurait été mieux de rester ? (C’était de la soupe aigre-douce aux crevettes et le porc à l’intérieur était mon préféré, j’adorais ça.) Plus tard, je réalisai que Tee voulait m’emmener dehors pour que l’on soit juste tous les deux (Mais pourquoi ? Alors qu’il y avait un bon repas aujourd’hui?), mais ce n’était pas non plus une terrible perte, puisque Tee avait murmuré que j’étais son invité. Alors j’étais heureux de sortir, les gens riches sont chics …

    Tee conduisit sa Porsche pour m'emmener du côté de Paragon. (Nous avions fait plusieurs fois le tour du parking, avant de trouver une place, je ne savais pas quelles grosses ventes avaient lieu dans le centre commercial aujourd’hui, mais les rues étaient pleines de voitures.) En entrant dans le centre commercial, l’atmosphère était un peu étrange. J’avais l’impression que l’on nous regardait, certains riaient, ricanaient et un groupe de femmes se couvrit la bouche en essayant de ne pas crier fort. Que se passait-il ??? Ou est-ce que je pensais à tort ? Ils regardaient peut être des personnes derrière nous ? Euh… je ne vis personne quand je me retournai… comment ça se faisait ?? Nous n’étions cependant pas des acteurs d'une série. (Bien que nous soyons si beaux.)

    "Hey ... Tu as vu comme les autres nous regardent ?" Je frottai le bras de Tee avec ma main.

    "Je ne sais pas, peut-être parce que je suis beau." Quel courage de le dire comme ça ! Je le regardai alors de la tête aux pieds, cherchant un défaut chez lui pour riposter mais il n'y avait rien à signaler. Hey ! J’avoue ce mec est beau. Il portait un t-shirt AllZ à motif rayé marron avec un short en denim, ce qui rendait sa peau blanche encore plus attrayante, tout comme les muscles de son torse. Je portais le même T-shirt que lui (Celui que je lui avais emprunté) et maintenant je vis qu’il avait délibérément mis le même. Avant que je puisse faire des histoires à ce sujet, il me demanda soudainement. "Il y a quelque chose que tu veux manger en particulier ?"

    "Non, je te laisse décider."

    "Allons chez L’Espace. L’environnement est magnifique et la nourriture délicieuse." Je hochai la tête. Qu’avez-vous dit, qui se laisse entrainer ? ...

    Nous marchions ensemble pour atteindre l’étage M de Paragon. L’Espace était un restaurant de style occidental situé dans un hôtel élégant près de notre école. (J’y étais venu une fois quand je draguais Jean et une autre fois avec Ai'Mo pour un cours de tutorat.) L'atmosphère à l'intérieur était parfaite, il y avait de grands canapés, des tables et des chaises de couleur brun foncé. Les plantes vertes occupaient également une place importante. C’était comme un paradis dans la ville, les personnes à l’intérieur étaient détendues et heureuses. La réceptionniste nous guida gentiment pour nous installer à une table près de la fenêtre.

    "Fuse, commande juste ce que tu veux. J'ai beaucoup d'argent sur moi." Assis devant moi, Ai’Tee me fit un sourire éclatant avant de tapoter plusieurs fois la poche bombée de son pantalon. Hey ! Quand il s'agissait de manger, personne n'osait me défier, alors ne vient pas pleurer un moment.

    J’esquissai un sourire sournois avant d’ouvrir de manière décidée le menu rouge devant moi (la dernière fois, je n'avais commandé que des boissons au yogourt, je n’avais pas osé les plats principaux, aujourd'hui je pouvais enfin essayer ...) il n'y avait pas de photos dans le menu, mais rien que les noms étaient appétissants ... Raviolis au homard, il y avait une description dessous qui disait qu’il s’agissait de boulettes italiennes accompagnées d’une sauce au homard, wow ... mais quand je vis le prix, j’hésitai. Je jetai un coup d'œil à Tee en face de moi qui regardait le menu, très à l’aise. J’étais un peu gêné, même s’il venait de dire qu’il avait suffisamment d’argent, je me sentais quand même mal à l’aise...

    Alors que j’allais regarder d’autres plats, Tee commença à commander une longue liste de plats sans quitter le menu des yeux. "Alors je veux ... une salade de crabe à la mangue, des beignets de crabe frits, de la morue grillée à la sauce teriyaki, des rouleaux de saumon fumé ... un set de chaque puis ... une tasse de thé à la pomme ... Oh. .. et un smoothie au thé vert, s'il te plaît." Je le regardai en silence, même si ton portefeuille le supportait, ton estomac lui risquait d’en souffrir ??? Je ne savais pas quoi faire, je pouvais peut-être l’aider à manger les restes.

    La jolie serveuse fit un signe de tête en écrivant avec le sourire le nom des différents plats. Pendant ce temps, Tee se tourna pour me regarder avec des yeux étincelants. "Fuse, que veux-tu commander, tout va bien, pas besoin d'hésiter."

    J'ouvris le menu pour regarder le prix des boulettes de homard à l'italienne qui me faisait envie au point que l’eau me monta à la bouche et qu’il fut difficile de déglutir. “Je veux...je veux des pâtes aux noix de saint-jacques et un verre de yaourt au citron ... merci." Je n’osai pas commander plus que ça ... Je souris légèrement à la serveuse puis elle passa en revue la liste des plats, mais, la personne en face de moi l'arrêta.

    "Ajoutez des boulettes de homard à l’Italienne, s'il vous plaît ... Je sais que tu veux en manger." Tee se tourna vers moi pour terminer sa phrase et je lui souris un instant. Il m’observait quand je regardais le menu.

    La jeune femme répéta le nom des plats d’une voix froide. Je ne sais pas si c'était moi, mais elle nous regardait d'une manière étrange. Pourquoi ? ... Quoi qu'il en soit, ce n’était rien comparé au genre de regard que me lançait d'Ai'Tee en ce moment.

    "On dirait que tu me connais bien. Hein?"

    "Je t’ai vu regarder le menu et ne pas vouloir le commander. Tu as peur ou quoi ? Je t’ai dit de commander ce que tu voulais." Oh ! Je n’étais pas sans vergogne comme toi.

    "Comment ne pas avoir peur d'offenser, mes parents m'ont bien élevé." Ai'Tee rigola de mes paroles, ses mains jouaient également avec une publicité posée sur la table. "Et pourquoi tu commandes tellement, tu pourras tout finir?" Demandais-je en fronçant les sourcils. Quand il leva de nouveau les yeux en souriant, ils ne semblaient pas du tout digne de confiance.

    "Je peux finir. Il faut dire, hier soir, j’ai dépensé tellement d’énergie, héhéhé ..." Ce bâtard devait revenir sur ce qui s’était passé la nuit dernière.

    Après un certain temps, les plats furent servis les uns après les autres et la table de quatre personnes n’était évidemment pas assez grande. Chaque plat avait un délicieux arôme qui me fit baver. Il m'avait expliqué que le chef cuisinier avait des plats uniques dans cet hôtel. Les matières premières étaient toutes distribuées par le siège de l'hôtel. La nourriture n'était pas seulement belle en apparence, mais elle avait aussi un goût de première classe. Dans tous les cas, laissez-moi prendre quelques photos et les télécharger sur Instagram, hehe.

    Je sortis rapidement mon iPhone et glissai mon doigt pour activer l’appareil photo et le tendis à Tee qui me questionna du regard mais le prit dans ses mains.

    "Aide-moi à prendre une photo et choisis un bel angle." Je levai le saumon avec euuh… quelque chose en poudre. J'avais oublié le nom, mais il l'avait magnifiquement présenté. Le  poisson ressemblait à un oeil et le brocoli faisait des sourcils, c'était vraiment intéressant, donc j’allais le prendre en premier. Je le positionnai au mieux pour que ça rende bien et je fis un grand sourire à la caméra. Tee me sourit en tenant mon téléphone, puis j’entendis le téléphone cliquer plusieurs fois.

    "Peu importe l'angle, tu es beau", Il me rendit le téléphone tout en me complimentant au point que mon corps sembla planer. Le garçon sur la photo qu'il avait prise était vraiment beau. (Qui vomit ? Levez-vous !)  L'éclairage était très agréable, pas besoin d'écrire quoi que ce soit, il suffisait de la télécharger sur l'application.

    "Tiens..... Essaie, ce thé aux pommes est très bénéfique, il est bon pour le coeur, il réduit le cholestérol et la tension artérielle aussi." Tee me versa une tasse de thé aux pommes puis s'en versa une. Je levai les yeux vers lui pour lui montrer ma gratitude, pensant au fond de mon coeur, que ce gars connaissait énormément de chose, et qu’il ferait un bon médecin plus tard. Il leva les yeux et me demanda. "Qu’est-ce que tu fais ?"

    "Je la télécharge sur Instagram" Je fourrai une boulette de homard dans ma bouche (Oh ! Tellement délicieux) Je me concentrai sur la retouche et je ne m’occupai pas de lui.

    "Oh! C’est l’application pour prendre des vidéos?" Hé, quelle blague! Il ne savait même pas  ce qu’était Instagram !

    "Celle-ci c’est l’application Sociale. Tu peux envoyer des photos à des amis." Je vis aussi qu'il avait un iPhone, bon sang ! Le garder comme ça, ça ne valait pas le coup !

    "Il y a tellement d'applications, c'est déroutant ..." Eh ... Je commençai à ressentir un peu de sympathie pour lui. Je posai mon téléphone sur la table, j’attendis que la photo télécharge, puis je soupirai vers Tee, "Donne-moi ton téléphone."

    Tee accepta et me le donna comme je lui avais demandé. "Qu'est-ce que tu vas en faire ?" Je le regardai droit dans les yeux, essayant de répondre à sa question par un air ennuyé et fatigué.

    "Allez juste pour une seconde. Je devrais ouvrir un compte Insta pour toi, ne cache pas un si beau visage, et il y aura beaucoup de filles qui vont crier pour toi.... “ J'ouvris l'App Store, téléchargeai instagram, puis je l'aidai à s'inscrire, mais le pseudo et le mot de passe devaient être entré par lui uniquement ..... Nous échangeâmes le téléphone plusieurs fois jusqu’à ce que, finalement, il soit connecté avec succès. J’étais le premier à le suivre… et dans un instant, il recevra les photos que j’ai téléchargées. En le voyant si beau, je décidai de prendre une photo pour lui. “Hey… Prends une photo...” mais je fus légèrement surpris, car il y avait une fourchette avec du beignet de crabe pointée vers ma bouche.

    "Le beignet de crabe est délicieux, je l'ai déjà goûté." En voyant mon hésitation, Tee hocha de nouveau la tête, alors qu’il était sur le point de me nourrir au milieu du restaurant, n'est-ce pas ? Tombeur.

    Ça n'avait pas d'importance, je suppose ... J'ouvris la bouche pour prendre un morceau du beignet et je le mâchai avec délice hé… il était si moelleux, j’avais l’impression d’être au paradis ! Superbe ! “C’est délicieux !!!”

    "Je te l'avais dit ... en voici un autre." Voyant que je mangeais avec beaucoup d’intérêt,  Tee ne pouvait pas arrêter de parler, je ne savais vraiment pas ce qui était si bon à ce sujet.

    "Haha, mange tout, alors .... aah ... prends une autre bouchée." Mais cette fois je n’eus pas le temps d’approcher ma bouche de la fourchette, qu’une silhouette familière apparut à l’extérieur, elle portait un uniforme particulier et marchait avec un groupe d’une dizaine de filles, ses cheveux nattés ne me laissaient aucun doute, c’était Jean… et elle semblait m’avoir vu aussi.

    Elle me fit un signe de la main en souriant et je lui rendis son sourire. Tee se retourna pour regarder vers l'extérieur. "Ta copine ....." Je ne sus pas quelle expression il fit quand il dit ça, parce que mes yeux étaient fixés sur la fille qui se dépêchait de quitter son groupe d'amies pour courir et se diriger dans notre direction avec joie.

    "Fuse! Pourquoi es-tu ici, tu ne vas pas à l'école?" Jean s'arrêta à notre table. Euh ... ça. Pourquoi je n’étais pas allé à l’école ? Quand je pensai à ce qui s’était passé la nuit dernière, ma bouche se figea et je ne pus rien dire.

    "Parce que ....." Je regardai instinctivement la personne en face de moi, "Eh bien ......" Eh bien, et bien quoi !?! Que dois-je répondre !??

    "Il était un peu malade ce matin." Merci, Tee, de m'avoir aidé.

    "Oh ... eh ... tu es l'ami de Fuse. Bonjour, il me semble que l’on s’est déjà rencontré quand ... haa ... j’ai oublié." Euh ..... je me grattai la tête dès que je pensai à cette d’après midi là, heureusement Jean ne dit rien, sinon l’atmosphère aurait été gênante ....

    "Bonjour, Jean, c'est ça ? Je suis Tee. Ravi de te rencontrer."

    "P'Tee, tu as le même âge que Fuse, n'est-ce pas ? Alors Jean doit aussi t'appeler P'. Parce que Jean est en 10e année seulement." J'avais peut-être oublié de mentionner que Jean avait un an de moins que moi. Au début, quand nous avions commencé à sortir, elle m'appelait aussi P’Fuse, mais comme nous nous étions rapproché, je lui avais permis de ne m’appeler que par mon nom, c’était beaucoup plus simple.

    "Pas de problème, ça ne me dérange pas, appelle-moi juste Tee." Quel acteur (Il peut même sourire en disant cela.)

    "Non, ça va, t'appeler P'Tee est mieux. Je ne suis pas encore habituée." Et bien, elle aussi est une très bonne actrice.

    Je pris une gorgée de thé avant de lui poser une autre question car je ne comprenais pas. "Jean, pourquoi tu n’es pas en classe aujourd'hui, tu es venue ici avec beaucoup d'amis."

    "Ohh ! Le professeur devait assister à une réunion, du coup nous avons décidé de sortir. Haha." ... C’est vrai ... "Euh ..... Alors je vous dérange ? Pourquoi est-ce que vous ne mangez pas ?” Elle cligna des yeux innocemment vers Tee et moi. Je n’en avais pas pris la peine, mais je ne savais pas si j’aimerais inviter Jean à s'asseoir et à manger avec nous. Même si c’était ma copine, j’étais encore un peu gêné parce que c’était lui qui m’avait invité.

    Je regardai à nouveau Tee avec un regard impuissant, mais il me regardait aussi, attendant de voir ce que j’allais faire ensuite.

    "Aah ...." Merde ! C’était tellement stressant. "Euh. Non, Jean assieds-toi, ok. Tee, ça ne te dérange pas ?" Je tournai la tête et regardai de nouveau Tee. Il me sourit, puis répondit sèchement.

    "Bien sûr. Eh bien, assieds-toi, commande ce que tu veux, mangeons ensemble.” Cependant, quand il dit ces mots, Tee ne me regarda pas.

     

    Chapitre 16 : Dilemme


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :