• Chapitre 16

    Chapitre 16

    L'examen de mi-parcours arriva plus vite que je ne le pensais. Une semaine plus tôt, nous étions partis en voyage, mais à notre retour, tout le monde semblait occupé par les examens, moi y compris. Le pire était que je devais faire des heures supplémentaires pour avoir moins de services par rapport aux autres employés donc je devais travailler plus dur que n’importe qui. Quant à Solo, il semblait qu'il devait s'entraîner beaucoup et plus dur. Parce qu'il disait que la plupart de ses examens étaient pratique. Le temps où il était assis et me regardait travailler s'était transformé en temps d'entraînement jusqu'à tard dans la nuit. Mais une fois qu'il avait fini, il venait me chercher pour me raccompagner à la maison.

    Cling…

    Je me tournai pour sourire à la personne qui venait d’arriver et comme toujours, je lui tendis un verre de lait chaud. Solo me jeta un coup d’oeil puis il avança la main pour le prendre sans me regarder ni me dire quoi que ce soit.

    J’essayai de faire semblant de ne pas l’ignorer pour ce qu’il avait fait et de lui donner tous les jours le lait chaud comme avant, mais il n’arrêtait pas de bouder.

    Cela faisait une semaine que nous étions revenus de la plage, mais ce Husky faisait toujours la tête et refusait de me parler. Il suffisait de lui demander une brève explication sur pourquoi il refusait de me regarder, pour qu’il se contente de sourire puis de se détourner à chaque fois. Mais comme il faisait toujours la même chose que d’habitude, comme me ramener, venir me chercher ou attendre son lait chaud, je pensais que le fait qu’il boude comme ça était tellement mignon que je ne voulais pas me réconcilier.

    La raison pour laquelle ce Husky était comme ça, c’était que l’autre jour à la plage, j’avais réellement fui dans la chambre de mon ami. Et plus la personne avait appelé, moins ils avaient voulu ouvrir la porte. Mais le lendemain, j’avais dû rentrer dans ma chambre et je m’étais senti coupable quand j’avais vu à son visage qu’il avait l’air de ne pas avoir dormi du tout. Et quand j’étais monté dans le bus pour rentrer, la personne assise à côté de moi avait simplement détourné le regard, refusant de me parler et appuyant sa tête contre la vitre. Je lui avais dit de la poser sur mon épaule, mais il avait refusé de m’écouter jusqu’à ce que je doive la pousser pour qu’elle repose sur mon épaule. Au début, le Husky avait voulu se déplacer, mais quand j’avais fait une grimace de colère, il avait été tellement troublé qu'il s'était endormi, mais c'était mieux comme ça. 

    Peu importe à quel point il boudait, il restait obéissant... et je trouvais ça mignon. 

    Solo se leva et prit le verre pour le laver dans l'évier comme il le faisait tous les jours. Quand il eut fini, il prit mon sac et la clé sur le comptoir et il resta dehors en attendant que je sorte pour le suivre, puis il ferma le café à clé.

    Le Husky en face de moi remit la clé dans mon sac puis me jeta un coup d'œil sans rien dire. Quand je lui fis un sourire, il se détourna rapidement et se dirigea vers la voiture.

    Je me demandais si être comme ça suffisait pour le moment...

    Ses actions étaient mignonnes. Mais il me semblait que cette situation durait depuis trop longtemps maintenant, si ce Husky devenait encore plus sérieux, je ne saurais pas comment me réconcilier avec lui.

    "So' krap." Le propriétaire du nom ne me regarda même pas. Il était juste pressé de conduire comme s'il ne m'entendait pas l'appeler jusqu'à ce que je le touche doucement, il se tourna alors et me regarda.

    Cela pouvait être considéré comme une bonne chose...

    "Tu veux qu'on étudie ensemble ?” Je souris en voyant qu'il y avait une légère réaction sur son visage impassible. "Il fait trop chaud pour étudier au dortoir... alors P' peut-il étudier avec So’ ?"

    "..." Il resta silencieux néanmoins ses yeux commencèrent à briller, le coin de sa bouche se souleva un peu et surtout, ses oreilles commencèrent à bouger.

    "Tu ne veux pas ?..." Je fis semblant de soupirer. "Peu importe, P' est juste..."

    "Qui a dit que je ne voulais pas ?!" répondit rapidement Solo et je tournai la tête vers la fenêtre pour m'empêcher de rire. 

    "Si So' est toujours en colère, il vaut mieux que P' ne vienne pas... P' ne veut pas que So se sente mal à l'aise."

    "C’est déjà terminé. " 

    "Quoi ?"

    "C’est déjà terminé. "

    "Terminé et tu ne seras pas en colère à nouveau ?"

    "Je ne serai pas en colère." À la fin, je me retournai et je ris fortement. Le Husky avait l'air si troublé avant, mais maintenant son visage confus avait disparu.

    "Alors promets-moi. Ne reviens pas sur ta parole." Je me dépêchai de lui dire.

    "Guitare est capricieux." Sa bouche dit ça, mais il sourit encore un petit peu.

    "Eh bien P' ne savait pas comment se réconcilier."

    "Promis et je ne reviendrai pas sur ma parole." Ce Husky fronça les sourcils et fit une tête sérieuse comme s'il déclarait que s'il ne le faisait pas, il serait poursuivi pour ça.

    "Ok !" Je fis un signe de tête énergique puis je regardai la silhouette du husky qui souriait et riait.

    Réalisait-il qu'il montrait beaucoup d'émotions... à la fois en souriant et en riant.

    "Guitare..." Solo fronça les sourcils puis eut un visage pensif pendant un instant avant de dire d'une voix hésitante. "Je dois m'entraîner, est-ce que Guitare pourra étudier ? Ce n'est pas mieux d'étudier au dortoir ?"

    Même si cela me contrariait, ça voulait dire que nous étions concernés l'un par l'autre. Ce husky était vraiment mignon.

    "So', la chambre est grande. Le son ne va pas se propager dans toute la pièce." Dis-je comme si c'était la vérité. Dès que j’eus fini de parler, Solo me prit la main. Je serrai doucement sa main avant de me tourner pour ouvrir la portière, mais il continua à me tenir la main et refusa de me lâcher.

    Ce husky...

    Je tirai lentement sur ma main et il me fallut quelques temps avant que je ne puisse me libérer. Quand je descendis de la voiture, Solo ouvrit sa portière pour me suivre et s'appuya contre la voiture pour m'attendre comme toujours.

    Je l'avais tellement vu faire que j'y étais habitué. Si nous ne nous connaissions pas, j'aurais vu que la Lune de cette année était une personne parfaite qui avait un beau visage, un beau regard et qui, rien qu'en se tenant là, pouvait paraître si séduisante. Mais après que nous nous soyons connus...

    Inutile d'en parler...

    Je pris les documents et les livres dont j'avais besoin pour étudier, puis mon uniforme d'étudiant et mon pyjama pour le mettre dans mon sac avant de sortir de mon dortoir. Solo se tenait toujours dans la même position comme s'il était une statue de cire. Son visage impassible resta le même jusqu'à ce que je ne puisse m'empêcher de me demander, s'il y avait des mouches devant lui, est-ce qu'il allait les enlever ou resterait-il simplement immobile. 

    Je l'imaginai et je ris jusqu'à ce que la personne dont je me moquais dans mon cœur se retourne et lève les sourcils pour me questionner.

    Je ne répondis rien et je souris puis je montai dans la voiture.

    ------------------------------------------

    L'appartement spacieux dans lequel je n'étais pas entré depuis une semaine avait comme d'habitude l'air propre.

    Je plaçai mes livres sur le canapé au centre de la pièce car ce coin était l'endroit préféré du Husky pour son entraînement.

    "Guitare." Solo m'appela et me fit signe d'aller vers la chambre.

    "Oui ?"

    "Ton cadeau d'anniversaire."

    "Un cadeau ?..." Mes yeux s'élargirent en regardant avec surprise la personne qui venait de parler. Parce que j’avais toujours cru que le cadeau était la chanson qu'il avait chantée sur scène. "Pourquoi me l'offrir aujourd'hui ?"

    "Parce qu'il ne peut pas être livré." Il me fit un petit sourire puis m'emmena jusqu'au placard.

    "Quelle est sa taille pour qu'il ne puisse pas être livré ?" Je souriais beaucoup et je me sentais un peu excité parce que je n'avais pas reçu de cadeaux depuis bien longtemps.

    Mais pourquoi le mettre dans un placard ? C’était comme si la personne l'avait acheté... mais ne pensait pas en faire une surprise ou autre ?

    "Ouvre-le maintenant."

    J'ouvris la porte du placard comme il me le demandait et je me débarrassai de tous mes doutes. Mon cœur battait fort à cause de l'anticipation.

    "Guitare est comme un enfant." Marmonna Solo, mais maintenant j'étais encore plus curieux. Mes yeux cherchèrent rapidement le cadeau qui se trouvait dans le placard.

    Mais je ne vis rien... sauf que maintenant il y avait beaucoup de vêtements.

    Attendez.

    Je me souvenais qu’avant, le placard de Solo n'était pas aussi rempli. 

    J'ouvris tous les tiroirs de l'armoire, autre que les vêtements qui avaient déjà été accrochés. Les vêtements décontractés et même les sous-vêtements semblaient beaucoup plus nombreux qu'avant.

    Ne me dites pas que...

    Je me retournai vers celui qui se tenait debout en souriant. Quand je vis son visage comme s'il espérait, je ne dis rien pendant un instant.

    "So' a acheté des vêtements pour P' ?"

    Je ne pouvais rien dire des vêtements proposés, mais il ne devrait pas y en avoir autant et être aussi coûteux...

    "Oui." Solo fit un signe de tête.

    "Tu n'avais pas besoin d'en acheter autant. Un seul suffisait."

    "Si je n'en avais pas acheté beaucoup..." Solo fronça les sourcils comme s'il ne comprenait pas. "Alors que portera Guitare ici ?" 

    "Tu veux dire..."

    "J'ai acheté des vêtements que Guitare peut porter ici. En fait, il n'y a pas seulement des vêtements. Dans la cuisine, il y a aussi des verres assortis." 

    Alors que je clignais des yeux pendant que ma tête essayait de comprendre ce que Solo venait de dire, ce dernier sourit et m’entraîna dans la cuisine, alors que j'étais encore confus.

    Laissez-moi vous dire ceci, acheter autant d’affaires, cela signifiait vivre ensemble, n'est-ce pas ? 

    "Guitare..."

    Je me tournai pour regarder le propriétaire de la voix, puis un grand rire sortit.

    Ce husky tenait deux verres qu'il avait collés contre ses joues. Chaque verre représentait le visage d'un chien qui était tourné sur le côté avec une bouche boudeuse comme s'ils étaient en train de s’embrasser. Ainsi, lorsqu'il porta les deux verres à ses joues, c'était comme si le visage des chiens embrassait ses joues. 

    C'était tellement mignon que je voulus le prendre en photo...

    "So’ ne bouge pas." Je lui demandai puis j'allai prendre mon téléphone sur le canapé. Solo fit une tête confuse, mais il resta immobile et me laissa le photographier de son plein gré.

    Je la mis comme photo de profil de son numéro de téléphone.

    "C’est mignon ?"

    Je hochai la tête pour répondre à sa question. Je savais qu'il ne parlait pas de lui-même, mais des verres. Pourtant je fis un signe de tête pour dire que c'était lui qui était mignon.

    "C'est le mien... et c'est celui de Guitare." dit Solo en tenant un verre avec un chien portant un collier rose. Et me montrant l'autre, un chien portant un collier bleu. 

    Je ramassai le verre et lui souris. Ça faisait du bien de voir son visage heureux.

    Mais...

    "Alors, ça veut dire que So' veut que P' reste ici ?"

    Dès que la question m'échappa, son visage heureux se transforma immédiatement en un visage renfrogné qui me fit lever ma main et me taper sur la bouche. 

    Je me sentais tellement coupable que j'en oubliai de demander pourquoi le visage de ce husky avait brusquement changé. 

    "Je... retourne dans la chambre, ok Guitare ?" Solo posa le verre sur la table puis me fit un petit sourire avant de s'éloigner en passant devant moi.

    Je regardai le verre que Solo avait posé sur la table, on aurait dit que le chien avait un air triste.

    Je me sentis démoralisé et hébété en regardant les verres.

    "Ce que P' veut dire c'est que P' sera toujours avec toi, est-ce mauvais ? P’ est peut-être en train de déranger So’." Je parlai sans me retourner, mais j’entendis que les pas derrière moi s'étaient arrêtés. "Nous ne sommes... toujours rien l'un pour l'autre." 

    “Soyons..." La réponse était plus forte avec la chaleur de celui qui était revenu me serrer dans ses bras par derrière.

    "Soyons ?"

    Les bras qui s'enroulaient autour de ma taille se resserrèrent. La chaleur de son corps et son souffle chaud alors qu’il posait son menton sur mon épaule rendaient tout mon corps brûlant. Je n'osais pas le regarder, car le simple fait d'être comme ça faisait déjà battre mon cœur si fort qu'il était sur le point de jaillir. "Soyons spéciaux l'un pour l'autre."

    Ce n'était pas mes mots ?...

    C'était comme si on me frappait en plein coeur.

    Pourquoi je ne m’étais pas senti timide lorsque je l'avais dit moi-même ? Parce que quand ce husky le disait, c'était différent...

    Je tenais le verre avec mes mains qui commencèrent à trembler sans raison. J'essayai de me concentrer sur le fait de le tenir fermement car j'avais peur de le casser accidentellement.

    "Guitare ne me dérange pas... Je veux que nous soyons toujours proches parce que je sais que nous n'avons pas beaucoup de temps pour nous voir. Et bientôt, Guitare va commencer son stage. Reste près de moi na, on peut se retrouver tous les jours pour dormir, c'est bien."

    J'essayai d'ignorer le câlin affectueux et de me concentrer sur ses paroles.

    "Mais le dortoir de P'..." Et pourquoi ma voix semblait-elle tremblante ?

    Ce Husky rit doucement puis se déplaça vers moi jusqu'à ce qu'il colle sa joue à la mienne. 

    "Laisse-le comme ça... non, il vaut mieux déménager."

    "Tu veux dire que P'..."

    "Oui."

    "..."

    -------------------------------------

    [Allo.]

    "Tatie, c'est Gui. Demain, je vais déménager de mon dortoir." 

    [Aao !...Alors où va habiter Gui ?] 

    "Je vais vivre chez mon ami...euh...un ami spécial." 

    [Oh mon dieu !...Mon N'Gui a déjà une personne spéciale ?!]

    "..."

    [Tellement chanceux na. Si tu as besoin d'aide, dis-le moi.]

    "Merci beaucoup na Tatie."

    -------------------------

    Je soupirai en regardant le téléphone que je venais de poser. Je ne savais pas quel genre de vie ce serait à partir de maintenant. J'avais l'impression de me soucier de ce husky de plus en plus chaque jour. Quand je parlais au téléphone tout à l'heure et que j'avais dit qu'il n'était qu'un ami, il avait fallu que je me corrige parce que j'avais peur de ce qu'il pourrait penser s'il l'entendait. Même s'il ne s'était pas encore tourné pour me regarder.

    Solo n'avait pas de problème avec ça. Mais moi, je pensais qu'il fallait le prendre au sérieux...

    "Guitare est tellement mignon".

    Voilà... il dit ça et je ne peux qu'écouter.

    Je fis semblant de ne pas l'entendre et je continuai à me concentrer sur la lecture de mon livre. Même si je pouvais entendre le son de sa guitare, ce n'était pas un problème. Parce que de toute façon, j'étudiais habituellement en écoutant la musique. En plus, Solo en jouait doucement, donc le son était presque inaudible, comme s'il voulait que je ne me concentre que sur mes révisions. Je ne pensai même pas à bouger dans la chambre ou ailleurs.

    C'était mieux d'être proche comme ça...

    Rrrrr....rrrrr

    Je regardai le nouveau téléphone que Solo avait acheté après son retour de la plage, surpris. Maintenant, chaque fois que je voyais son téléphone vibrer, le souvenir de son changement d'humeur survenu l'autre jour me revenait à l'esprit.

    "So', ton téléphone." Je me retournai pour appeler la personne qui était assise et jouait de la guitare et qui ne s'arrêtait toujours pas.

    "Qui est-ce ?" Demanda Solo sans se retourner.

    "Numéro inconnu."

    "Peut-être Kao... il a dit qu'il appellerait. Guitare, réponds."

    "C'est noté Khun So." Je ris et répondis au téléphone comme il me le demandait.

    "Allô."

    [...]

    "Allô ?" Je répétai car je n'entendais aucune voix me répondre, pas même un peu... ou peut-être que le signal était mauvais.

    [Allô.]

    Dès que j'entendis la voix à l'autre bout de la ligne, je me retournai aussitôt pour regarder le dos de celui qui était assis avec sa guitare.

    Ce n'était pas Kao…

    "Hmmm... je ne sais pas qui appelle, mais je vais le dire à Solo."

    [Pas besoin... sinon, il va encore jeter son téléphone.] 

    Je me figeai alors que d'étranges émotions commençaient à se faire sentir dans mon coeur.

    J'étais tellement sûr que seul Solo et moi étions au courant. Alors comment cette personne l'avait-elle su aussi ?... 

    Peut-être que Solo lui en avait parlé ? Mais même si Solo lui avait vraiment dit, pourquoi aurait-elle eu peur que Solo jette à nouveau son téléphone ?

    "Alors..."

    [Je ne sais pas si vous êtes Khun Kao ou Jedi.]

    Je serrai mes lèvres l'une contre l'autre pour retenir les tremblements de l'intérieur. Je ne savais pas pourquoi la voix de l'autre personne me rendait nerveux sans aucune raison.

    "Non..."

    [Gui ?]

    Comment avait-il...

    "Oui." Je me sentais étrange et tremblant. Ce sentiment n'était pas bon, il y avait un mauvais pressentiment dans ma poitrine et je ne savais même pas pourquoi.

    [C'est ça...]

    "..."

    [Désolé de devoir te déranger pour transmettre ce message à Khun Chaai(1)...]

    "..."

    ["Si tu penses encore à cet ami, s'il te plait, ne désobéis pas à l'ordre de Khun Tan (2)."] 

    "..."

    ["Sachant cela, il devrait arrêter dès maintenant."]

    "..."

    ["Et..."]

    "..."

    ['Khun Tan dit que s'il refuse toujours de le contacter. Alors Khun Tan lui-même se déplacera pour rendre visite à Khun Chaai.]

    "Je... lui dirai."

    [Merci.]

    Je regardai le téléphone dans ma main et restai silencieux en raison des sentiments que je n'arrivais pas à expliquer. Mais le plus flagrant était l'étrange inquiétude qui se situait dans ma tête.

    La personne au téléphone était un employé qui travaillait pour le père de Solo.

    La façon dont il parlait... c'était comme s'il disait que Khun Tan surveillait Solo tout le temps.

    "Guitare..."

    Je regardai mes mains tremblantes et je n'arrivai pas à comprendre ce que c'était...

    La peur ???

    "Guitare..."

    Je levai les yeux vers le propriétaire de la main qui tenait la mienne bien serrée. Celui qui était toujours impassible, semblait inquiet, comme s'il voulait demander ce qui se passait.

    "Tu ne te sens pas bien ?" Solo posa sa main sur mon front et il fronça les sourcils à cause de l'inquiétude. Alors que moi, je ne pouvais que regarder son expression et mes yeux ne pouvaient pas s'arrêter de le fixer.

    "So'..."

    "Oui ?"

    "Souris pour P." 

    Solo eut un air confus, mais il afficha tout de même un mince sourire plein de sincérité. Je regardai ma main qu'il tira pour doucement l'embrasser et j'eus l'impression que mon cœur palpitant s'était déjà arrêté.

    Je réalisais juste que je ne savais rien de Solo, même pas un peu... mais là, j'entrais un peu dans son monde.

    Et maintenant, je connaissais la raison qui poussait Solo à se mettre en colère chaque fois qu'il répondait au téléphone.

    Même si je ne connaissais pas les détails, ça devait être parce qu'il avait des problèmes avec son père. Et je n'étais pas stupide en ignorant que la raison pour laquelle cela se produisait était que Solo s'inquiétait pour nous.

    Dès que je vis son doux sourire, je compris enfin que…

    Les sensations de frémissement, les mains tremblantes ou l'angoisse juste avant n'étaient pas dues à la peur de devoir faire face à des problèmes.

    Ce n'était pas à cause de la crainte de son père ou de ce qui allait arriver dans le futur.

    Ce n'est pas non plus à cause de la peur de savoir que quelqu'un surveillait et savait tout.

    Mais c'était une peur...

    La peur de le perdre.

    1. "Khun Chaai" qui signifie "jeune maître".
    2.  "Khun Tan" Il y a plusieurs niveau de politesse pour dire Tu. Meung (Qui est malpoli) Khun (Qui est poli) et enfin Tan (Qui est très poli). Ainsi on utilise Khun Than pour pour parler ou faire référence à une personne respectée ou de haut niveau.

     

    Chapitre 16


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :