• CHAPITRE 14

    CHAPITRE 14

    "Si je rentre comme ça, mes parents vont m'engueuler."

    Sun resta immobile silencieusement quand Mork lui dit la raison. En fait, si les deux n'avaient pas été en bon terme, il n'aurait pas demandé de rester chez Sun même si celui-ci le lui avait demandé. Mais il semblait que leur relation était meilleure maintenant, il préférait choisir de rester chez Sun plutôt que de rentrer chez lui et de se faire engueuler par ses parents. Mais il préférait quand même que Sun ne le fasse pas non plus. 

    "Si tes parents t'engueulent, c'est parce qu'ils sont inquiets."

    Ah.. parfois il parlait comme un vieil homme.

    "Je sais ça mais je ne veux pas les ennuyer, tu comprends?"

    "Donc maintenant tu comprends que je t'engueulais parce que j'étais inquiet?"

    "Oui, je le sais. Je peux rester chez toi alors?"

    Sun rigola de cette réponse, ce qui poussa Mork à jurer dans sa barbe car il ne savait pas quoi dire d'autre. Ce côté enfantin de Mork lui donnait un air mignon.

    Si Mork savait que Sun pensait qu'il était mignon, Mork changerait définitivement d'avis de dormir chez lui.

                                                  ------------------------------------------

    MAISON DE RAIN ET SUN

    Bien qu'il ait dormi dans cette maison d'innombrables fois, Mork ne s'était jamais senti aussi mal à l'aise auparavant.

    Le jeune homme suivit silencieusement le propriétaire de la maison à l'intérieur. Sun continuait également à regarder Mork depuis le moment où il était descendu de voiture. Il pensait que le jeune homme devait être choqué et secoué de l'incident au point de ne plus pouvoir marcher seul. Mais il n'était pas si seul, il pouvait le faire.

    Sun savait aussi que les gens comme Mork n'aimaient pas qu'on les considère comme faible ou ayant besoin d'aide. Quand Sun avait vu que Mork était capable de marcher, il avait décidé de ne pas l'aider et c'était une sage décision. 

    "Tu veux prendre ta douche en premier? Avant, il faut nettoyer tes blessures et mettre des bandages." demanda Sun quand ils arrivèrent au salon.

    Mork se rendit compte que la journée était déjà presque achevée, il devait prendre une douche et panser ses blessures, alors il acquiesça.

    "Ok."

    "Tu peux prendre une douche seul?" demanda Sun à Mork qui montait les escaliers. Mais cette question poussa le jeune homme à s'arrêter et à se retourner immédiatement vers Sun.

    Putain Sun! Pas besoin de poser cette question! pensa Mork.

    Même s'il ne pouvait pas prendre sa douche seul, il ne demanderait JAMAIS à Sun de venir l'aider!

    "JE VAIS BIEN!" cria-t-il.

    Ses yeux étaient remplis de colère et sa prise sur la rampe se serra de mécontentement. Cependant Sun, qui se tenait debout, souriait délicieusement en le regardant et était heureux. Car peu importe à quel point le jeune homme était en colère contre lui, il voyait que son visage blessé rougissait.

    Sun n'avait jamais vu une personne aussi timide avant. Quand ce gamin colérique se sentait timide, il pouvait être mignon.

    "Hehe.." rigola Sun.

    Alors qu'il était seul avec Mork, sa colère envers lui avait disparu. Il alla chercher la trousse de premiers secours puis attendit patiemment le jeune homme sur le canapé du salon en regardant la télévision.

    Après un moment, le blessé arriva, il n'avait qu'un simple t-shirt et un long pantalon mais il était beau dans ces affaires. Sun regarda le jeune homme sans cligner des yeux, jusqu'à ce que Mork s'assoit sur le canapé et se sèche les cheveux avec une serviette.

    "Viens t'asseoir là."

     Alors Mork ne répondit pas, le frère de Rain continua à l'observer et à lui demander de venir sur le canapé, mais le jeune homme continuait de faire comme s'il n'entendait pas ses appels.

    "Mork..."

    "Pourquoi je devrais m'asseoir là?"

    "Si tu ne t'assoies pas là, comment je pourrais soigner tes blessures? Ou peut-être que tu veux que je me mette à genoux et que je les nettoie pour toi?" demanda Sun qui était sur le point de le faire. "Si tu veux que je fasse ça, alors je le ferai."

    "Tu m'as aidé une fois, à soigner ma blessure, je veux t'aider en retour."

    "C'est bon, je n'ai pas besoin de ton aide."

    "Tu n'as pas besoin de mon aide ou en fait tu es timide ?" demanda Sun comme s'il savait ce que Mork pensait. 

    Ces yeux rusés fixaient Mork d'une telle manière qu'il en était choqué. Mork voulait étrangler l'autre homme.

    "Pourquoi devrais-je être timide avec toi?"

    "Alors si tu ne l'es pas, viens ici et assieds-toi. Laisse-moi traiter tes blessures."

    "Non!"

    "Tu es timide alors?"

    "P'Sun!"

    Mork le regarda férocement. Il savait que Sun lui parlait comme ça pour qu'il lui obéisse et il ne pouvait pas le refuser parce qu'il ne voulait pas que Sun sache que ses actions et ses paroles faisaient battre son coeur.

    Mork marcha vers le canapé où était Sun en piétinant. Sun souriait joyeusement ce qui rendait Mork plus ennuyé.

    En plus de le harceler comme un vieil homme, il était aussi intelligent!

    Ils restèrent silencieux même s'il y avait beaucoup de choses à dire, surtout dans le coeur de Sun. Ces derniers jours, Mork avait été distant et froid envers lui comme s'ils se détestaient depuis longtemps. Il voulait être le premier à améliorer leur relation et à le comprendre, cependant, il n'avait pas osé le dire car il savait que Mork n'avait pas les mêmes pensées. Jusqu'à aujourd'hui. 

    Il avait enfin compris qu'il n'était pas bon de supporter la détresse et d'ignorer ses sentiments. En voyant Mork en danger et gravement blessé jusqu'à saigner, Sun savait que s'il ne dit rien ou ne montrait rien, Mork continuerait à se méprendre sur lui et cela viendrait à dégrader leur relation. Et peut-être regretterait-il pour le reste de sa vie de ne pas lui avoir montré ses sentiments. 

    Sun avait une fois perdu Kao parce qu'il avait réalisé trop tard son amour, cette fois, il pourrait perdre Mork parce qu'il était lâche et hésitait. Mais, il ne laisserait pas ça se reproduire, il ne se permettrait pas de perdre Mork.

    Sun savait que ses sentiments pour Mork étaient plus intenses que ce qu'il avait ressenti pour Kao. Il savait que ses sentiments étaient beaucoup plus profonds maintenant au point qu'il pouvait l'appeler Amour.

    "Pourquoi tu me regardes?" demanda Mork voyant Sun le regarder de manière inquiète jusqu'à ne plus savoir que faire.

    "Nettoie vite mes blessures. Si tu ne veux pas, alors c'est bon. Je le ferai moi même." 

    "Pourquoi es-tu si hostile ?"

    Sun sourit avec ironie et commença à soigner ses blessures avec soin et délicatesse. Mork avait peur que Sun se rende compte qu'il tremblait, le jeune homme ne voulait pas qu'il se moque de lui plus tard.

    "N'est-ce pas trop doux?" dit-il. Mork voulait s'asseoir près de Sun et le laisser soigner ses blessures mais c'était dangereux pour lui. Mais par dessus tout, il avait peur que Sun entende les battements de son coeur. 

    "Si je ferme les yeux, j'aurai l'impression qu'une femme traite mes blessures."

    "Une femme l'a-t-elle déjà fait?" 

    Sun fit passer son regard du coin de la bouche de Mork jusqu'à ses yeux. Sun l'avait d'abord remercié pour avoir commencer la conversation car rester assis immobile à soigner les blessures, si près l'un de l'autre jusqu'à ce qu'il puisse sentir le parfum sur le corps de Mork, il était distrait et son coeur remué.

    Mais la phrase qu'il entendit ensuite laissa Sun sans voix. 

    "Je ne faisais que comparer, devais-tu élever la voix?" fit Mork avec une tête ennuyée.

    Pourquoi le jeune homme devait-il réagir de cette façon? Il pourrait penser que Sun était jaloux.

    Jaloux? C'est impossible réfuta Mork. Il ne voulait pas tirer ses propres conclusions.

    "Qui est la personne qui a des mains rugueuses?" lança Sun.

    "Si tu pensais que j'avais les mains rugueuses, à l'époque, pourquoi ne pas avoir soigné tes blessures seul?"

    "Je t'ai laissé le faire pour que tu sois plus compatissant." répondit Sun, ce qui choqua Mork au point de dépasser l'imagination. 

    Il resta assis car il ne trouvait rien à répondre à l'autre homme. Sun le regarda avec des yeux brillants avant que Mork n'éloigne son regard comme s'il avait peur de ne pas pouvoir supporter la pression. Il réalisa que ces derniers temps, Sun était vraiment dangereux. 

    Il avait l'air d'une personne décente et sérieuse mais qui était en fait très rusée.

    "Déjà fait sur ton visage. Enlève ta chemise pour que je puisse mettre de la pommade." dit Sun en tenant un tube de pommade tout en le pressant un peu sur son doigt. Il était prêt à l'appliquer sans attendre l'autorisation de Mork.

    "Pas besoin. Je n'ai pas de blessure sur mon corps." refusa Mork.

    "As-tu honte ?" sourit diaboliquement Sun. 

    "Si tu me demandes encore si j'ai honte c'est sûr."

    "Donc, tu veux l'enlever ou non?"

    "NON!"

    "Si tu ne l'enlèves pas, ça veut dire que tu as vraiment honte."

    "P'Sun!" cria Mork avant de vouloir étrangler Sun car il ne le supportait plus. Sun ne semblait pas avoir peur. Ce n'est pas tout, l'autre homme lui fit un clin d'oeil pour qu'il enlève sa chemise.

    Mork souffla, mais au final, il enleva son t-shirt sans savoir que son torse était extrêmement sexy aux yeux de Sun. Celui-ci avait peur d'être étiqueté comme une personne impatiente alors il garda ses émotions sous contrôle.

    Même si Mork n'était pas si beau, il avait une belle peau et un beau corps grâce au sport. Sun dut d'ailleurs détourner ses yeux de ce corps, ignorant les abdominaux de six-pack, jusqu'au visage de la personne qui fronçait les sourcils avant que son imagination n'aille trop loin.

    Quant à Mork, il détourna vite les yeux lui aussi car il ne voulait pas que leurs regards se rencontrent.

    Sun se rapprocha de Mork avant d'appliquer la pommade sur le dos nu de la personne blessée.

    Dans une pièce silencieuse, les deux hommes ne pouvaient qu'entendre les coeurs palpitants. Le souffle chaud de Sun réchauffa la peau de Mork, ses doigts lui touchaient le dos et le massaient doucement, créant une confusion et un malaise qui les firent se sentir étranges.

    Il ne savait pas combien de temps était passé mais Mork trouvait que ça prenait beaucoup de temps.

    "C'est fini?" demanda Mork en rompant le silence car son environnement était extrêmement chaud et se sentait si intense que sa sueur coulait le long de son visage alors même que la clim était allumée.

    "Hum..." répondit Sun en essayant d'ajuster ses émotions vers la normale.

    "Retourne-toi, je vais appliquer l'onguent de l'autre côté."

    "Je peux le faire moi-même."

    "C'est si dur pour toi de te tourner?"

    Mork se tourna pour fixer Sun avec ses yeux irrités tandis que celui-ci le fixait aussi. Sun le regarda avec férocité comme un supérieur devant un enfant. Mork ne savait pas quoi faire dans cette situation, il ne voulait plus se battre avec Sun dorénavant. 

    Aujourd'hui Sun avait rendu Mork confus et incapable de bien répondre. 

    "Ne bouge pas."

    "Oui."

    Mork pensa que peut-être Sun ne le laisserait pas partir facilement, car il n'avait pas fini d'appliquer la pommade. Il décida de rester assis pour que Sun le soigne. Cela fit sourire Sun car il voyait que même si le jeune homme s'énervait contre lui, en fait il rougissait. Mais il savait qu'il ne pouvait pas montrer ce qu'il ressentait ou le taquiner sinon il n'aurait plus la chance d'être près de Mork.

    Sun dut cacher ses sentiments et continua à appliquer la pommade, mais cette fois la proximité était plus intense qu'avant, ce qui les obligea à retenir leur respiration quand le doigt de Sun descendit jusqu'à son abdomen. Mork sentait qu'il était sous pression alors il s'éloigna rapidement en se levant.

    "Je pense que c'est bon."

    Mork descendit son t-shirt et essaya de s'enfuir mais Sun attrapa son bras ce qui lui fit perdre l'équilibre et l'obligea à se rasseoir sur le canapé. Mais cette fois, il était encore plus près des genoux de l'autre homme.

    "P...P'Sun!" dit rapidement Mork, "Qu'est-ce que tu fais?"

    "J'ai quelque chose à te dire."

    "C'est bon parle juste normalement, pas besoin d'attraper mon bras."

    "Mais qui commençait à s'enfuir?"

    "Je ne m'enfuyais pas, donc lâche-moi."

    Sun regarda Mork avec incrédulité mais relâcha son bras quand il vit que l'autre homme avait obéi et qu'il s'était assis à nouveau. Mork en profita pour s'asseoir un peu plus loin mais c'était sans compter sur Sun qui réagit en s'avançant aussi.

    Cette fois Mork stoppa par lui-même car il savait que s'il s'enfuyait Sun le rattraperait.

    "Dis-moi vite."

    "Je n'aime pas les moments où tu es malheureux et où tu deviens distant. Pourquoi tu ne me parles pas franchement?"

    En abordant cette question, Mork resta sans voix. C'était la première fois que Sun ouvrait son coeur et le disait à Mork. Ils se regardaient dans les yeux en silence et ne savaient pas ce qui avait poussé Sun à poser la question directement. Une fois, il avait pensé que Sun l'aimait bien, mais il ne voulait pas avoir tort, il voulait entendre la réponse de la bouche de Sun.

    "Je peux te poser une question? Est-ce que tu aimes les hommes?"

    Cette question laissa Sun sans voix avant que celui-ci sourit. 

    "Et toi? Est-ce que tu les aimes?"

    "Je t'ai demandé, ne me retourne pas ma question!" cria Mork en rougissant sans savoir si c'était parce qu'il était en colère ou parce qu'il était timide. Il fixa Sun en attendant une réponse c'est alors qu'il lui répondit rapidement, pas en parole mais en acte. Sun se rapprocha puis pressa ses lèvres contre celles de Mork qui ne s'y attendait pas.

    Mork ne savait pas quoi faire de l'attaque de Sun. La personne qui était embrassée, resta immobile alors que son coeur battait si vite, que son visage brûlait et que ses yeux s'écarquillaient de surprise. Mork ne voulait pas admettre que c'était son premier baiser mais pourtant c'était le cas.

    Il avait peut-être l'air d'un bad boy mais tout ce qui concernait les femmes ou l'Amour ne faisait presque pas partie de sa vie. Jour après jour, il traînait avec ses amis, allait en classe, faisait du sport, allait à des fêtes et s'attirait des ennuis, au point qu'il n'avait plus le temps de penser aux filles.

    De plus, même si beaucoup de filles le regardaient, sa vie amoureuse n'était pas quelque chose dont il se préoccupait.

    Mais maintenant, comment Sun osait-il lui faire ça!

     

    CHAPITRE 14


  • Commentaires

    4
    Mercredi 27 Mai à 13:55

    Merci beaucoup pour les nouveaux chapitres. Un vrai plaisir à lire.

    Bon courage money

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Lundi 25 Mai à 05:30

    Nyaaah cette fin !! *w* merci beaucoup !

    2
    Dimanche 24 Mai à 08:22

    Bonjour, la team,

    C esr trop trop bien et sa devient intéressant. J espere qu il aura une suite la prochaine fois. 

      • Lundi 25 Mai à 15:30

        Coucou Mokanda, oui ça devient très intéressant ^^. Pour la suite, il faudra attendre samedi prochain, c'est la surprise he

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :