• Chapitre 11 : Je ne veux personne d'autre que toi.

    Chapitre 11 : Je ne veux personne d'autre que toi.

    Ce chapitre est écrit du point de vue de Tee

     

    “J’éteins les lumières”

    “OK, bonne nuit.”

    “Oui… Bonne nuit.”

    C’était notre dernière conversation à tous les deux aujourd’hui. Il était 23 h passé, nous nous étions glissés sous les couvertures  pour dormir après une journée bien fatigante.

    Fuse était collé à moi, son dos contre moi. Sa respiration régulière sous son débardeur blanc m'indiquait qu'il était déjà endormi. Je me penchais pour regarder la peau blanche de son visage éclairée par le clair de lune. Fuse dormait profondément, Je le voyais rarement aussi mignon et innocent. Je ne pouvais m’empêcher de sourire en le regardant.

    Nous étions dans la même classe quand nous étions au collège, il dormait souvent en classe, jouait et rigolait avec ses amis. Je m‘étais toujours assis au premier rang et je les enviais secrètement. En étant au premier rang, il m'était impossible de jouer ou de bavarder car il y avait toujours un professeur à proximité. Je travaillais donc toujours très bien en classe.

    Fuse était beaucoup plus petit qu’aujourd’hui, il ressemblait toujours à un gamin joueur mais je ne m’attendais pas à ce qu’il devienne aussi beau… Fuse et moi étions dans la même école depuis cinq ans, mais je n’avais jamais été en mesure de l’observer aussi attentivement qu'aujourd'hui. À cette époque nous avions  chacun notre sphère amicale et ne jouions que rarement ensemble. Je pratiquais le foot et la natation alors que Fuse passait son temps à flâner et plaisanter avec ses amis. On se disait parfois bonjour mais on ne se connaissait pas vraiment. 

    Nous avons été séparés lors de notre entrée au lycée, lui prenait les mathématique et moi l'anglais. Séparés et dans des classes différentes, nos échanges se résumaient à de simples salutations dans les couloirs. 

    Et en cinq jours, oui juste en cinq petits jours… De façon imprévisible… Tout avait énormément changé. Le passé avait été effacé… 

    “Tu… Tu l’as déjà fait avec un homme ?”

    L’image de ce qui s’était passée cette nuit là, était toujours clairement gravée dans mon esprit.

    Chacun de ses gestes sur ma peau brûlante, la chaleur de son souffle, sa voix… Je me souvenais encore de tout.

    Je savais qu'il était vraiment saoul ce soir là pour ne pas être forcément conscient de ce qu’il disait. Il venait en plus d’être blessé par sa petite amie qui le trompait. Ma propre conscience me rappelant l'erreur impardonnable que j'avais commise. J’avais bafoué la confiance de mon ami et gâché l’importance du mot "amitié" le rendant sans valeur.

    Je ne sais pas ce que Fuse en pensait et s'il y pensait. Peut être qu'il ne s'en souviendrait pas et qu'un jour il oublierait tout… Mais j'ai bien peur de ne pas pouvoir oublier aussi facilement…  Il n’y aura jamais un moment où je ne penserais à ce qui était arrivé cette nuit là. Nos corps ne faisaient qu'un, il m'appartenait complètement comme je lui appartenais. Nos deux corps enlacés et nos coeurs battant au même rythme fort et puissant. Et je me disais qu'être avec Fuse comme ça pour toujours ferait mon bonheur.

    Je ne suis pas gay, je n’aime pas les hommes. Je n’ai jamais couché avec un garçon. Je n'ai couché qu'avec ce garçon à mes côtés… Il était juste spécial pour moi, unique…

    Chaque fois que je touchais Fuse, mon coeur s'emballait comme électrifié. Chaque fois que je voyais son visage et ses petites lèvres aussi séduisantes, je voulais être le seul à l'aimer même si je n'en avais pas le droit. Quand j'étais avec lui, je devais faire de mon mieux pour résister et ne pas faire de gestes déplacés. Chaque fois que j’appelais Fuse, je devais me rappeler qu'il n'était que mon ami. 

    Je ne comprenais pas pourquoi mes sentiments étranges ne concernaient que lui. Mais quel était donc ce sentiment lourd et étouffant ? 

    Est ce que c'était de l’amour ? … Non… Je ne ne suis pas sûr qu'on pouvait parler d'amour… L’amour ne naissait pas aussi vite alors que l'on commençait juste à se rapprocher.

    Je ne pouvais pas déjà être amoureux de Fuse…

    Mais si ce n’était pas ça… Alors…

    Quelle était donc  cette émotion présente dans mon coeur ?

    Chaque fois que je cherchais une réponse à cette question, mon esprit bouillonnait. C’était écrasant. Mes peurs, mes envies, ma responsabilité, mes erreurs et ma culpabilité se mélangeaient et s'affrontaient dans un tourbillon d'émotions entre le bien et le mal. Plus j'y pensais plus le tourbillon dans ma tête s'amplifiait et menaçait de la faire exploser… La seule réponse qui me venait était… Que je voulais Fuse…. Je voulais le faire sourire, je le voulais près de moi, le faire rire, et marcher avec lui… Peu en importe le prix et les sacrifices… J'allais y faire face… C'était mes espoirs pour un moment de passion que je voulais, même éphémère. Et même si ce n'était pas de l'amour, je m'en contenterais… 

    Je sais tout ça, mais je ne peux rien contrôler, je ne peux nier mes émotions et ce que j’ai au fond du coeur… Je ne peux contrôler le destin, mon destin, le sien, le nôtre…

    Je fermais les yeux et pensais à ce que m’avait dit Fuse hier soir… Ma poitrine se serrait à me faire mal…

    La culpabilité m’étouffait...

    On était proche l’un de l’autre et faire marche arrière pouvait être possible, on était des hommes et des hommes ne perdaient peut-être rien à faire ce genre de chose… Je pouvais fuir et ne prendre aucune responsabilité mais je ne le pouvais pas et je ne le ferais pas. L’erreur était faite, et je devais essayer de la rattraper. Tant que Fuse me parlait et même s’il abandonnait ou n’envisageait aucun avenir avec moi, je ferais de mon mieux pour prendre soin de lui. Même s’il ne demandait  rien, j’étais prêt à tout..

    Ça pouvait sembler naïf et irréaliste, mais ça ne faisait rien....

    Ce qui était vraiment difficile c’était que Fuse était hétéro comme moi mais surtout qu’il avait une petite amie qu’il aimait plus que tout. Quand je plongeais mes yeux dans ceux de Fuse, je pouvais voir sa sincérité pour sa petite amie et surtout qu’il n’avait jamais vraiment pensé à moi…

    Mais malgré ça, cette réalité, chaque parcelle de mon corps me le disait, je voulais Fuse ! Je le voulais à mes côtés tout le temps…

    J’étais égoïste mais je n’avais pas d’autre choix et même s’il y avait eu une autre solution, je sais clairement que mon coeur ne fuirait pas.

    “Ummm”

    Fuse à côté de moi poussait un soupir et me sortait de mes pensées...

    Fuse se retournait face à moi les yeux fermés… Il cauchemardait ? Ses sourcils étaient froncés, il transpirait énormément et repoussait brusquement les couvertures…

    Je m’inquiétais, il ne portait qu’un débardeur trop fin, un short court et la climatisation ne fonctionnait qu’au niveau le plus bas, et s’il attrapait un rhume ?

    Je tendais la main pour remonter la couverture pour couvrir Fuse. Je me déplaçais pour caresser doucement son front, en espérant le calmer. Je ne savais pas pourquoi le simple fait de lui toucher les cheveux me perturbait. Ce gars, aux cheveux court à la militaire depuis la première année, m’obsédait…

    “Aaahh !” criait-il soudain,  me laissait sans voix.

    Fuse ouvrait soudainement les yeux en haletant.

    “Qu’est ce qui ne va pas avec toi ?” lui demandais-je, confus mais en riant de son visage choqué... Fuse clignait des yeux et regardait autour de lui pour s’adapter à un environnement plus que sombre.. 

    “Hmff...Hum... Juste un mauvais rêve.” Il respirait fort et je m’inquiétais encore plus...

    “Quel genre de cauchemar ?”

    “Un gros truc qui ressemblait à un ours, quelque chose… Je ne sais pas… Un grand corps comme un dinosaure… Me poursuivait jusqu’à ce que je tombe accidentellement dans de la lave...C’était vraiment chaud… Hmfff… Je continuais de courir sans m'arrêter dans mon rêve…” Je le regardais se plaindre très sérieusement et je ne pouvais m’empêcher de rire… “Hé, qu’est ce qui te fait rire ? Ce n’est pas drôle !”

    “Ha ha ha ha, c’est un cauchemar, vraiment  ? Je dirais plutôt un film d’action.. Ha ha ha ha”

    “Connard !” je pensais que Fuse jurais beaucoup quand il était en colère. “Et toi ? Tu ne dors pas encore ?” me demanda Fuse, il l’avait remarqué...

    “Oh et bien… Je ne n’arrive pas à dormir...”Je ne pouvais lui dire que je ne dormais pas car ma tête était pleine de lui, juste de lui...

    “Ouais, à toi de jouer alors. Je vais dormir en premier.” me dit Fuse en fermant les yeux pour dormir, juste face à moi.

    Je décidais de me décaler et de m’approchais au plus près de lui, je m’accrochais à sa taille avec mes deux bras. A cause de ça, il ouvrait les yeux, me regardait et semblait me demandait : “Pourquoi tu me sers dans tes bras ?”’

    “Non, il fait chaud !”

    “Mais moi j’ai un peu froid. Laisse moi te tenir un petit peu.”

    “Connard ! Il y a des couvertures juste là !”

    “Mais je veux te serrer dans mes bras pour me réchauffer.” Fuse me fixait, finalement, il soupirait et se rendait. “Tu peux penser à moi comme à un oreiller, ok. Reste autant que tu veux.”

    “Vraiment ?” Il fronçait les sourcils, ne sachant pas à quelle sauce il allait être mangé...

    “Oui, vraiment !”

    Fuse souriait satisfait, puis il levait sa jambe et la posait immédiatement sur le dessus de mes jambes. “Je vais rester comme ça toute la nuit, assure toi de ne pas avoir de crampe demain.” me dit-il ironiquement.

    “Je ne suis pas si faible, ma force musculaire est différente de la tienne. Demain nous verrons qui aura des crampes au réveil.”

    “Hé !” Fuse me frappait dans le ventre avec son genou, mais ça ne faisait pas réellement mal. Il levait les yeux pour me faire face avant de bailler. “Je vais retourner dormir maintenant. Fais de beaux rêves…”

    “Euh… bonne nuit. J’espère que tu feras de beaux rêves cette fois.”

    “Ummmm” la voix de Fuse diminuait et se dissipait progressivement contre ma poitrine. En même temps son bras s’accrochait à mon dos comme s’il étreignait un traversin. 

    Vraiment, comment pouvait-il être  aussi mignon ?

    Je le serrais dans mes bras, posais mon menton sur le sommet de sa tête. Le parfum de son shampoing me caressa le nez. Je souriais et  peut être que ce soir je ferais de beaux rêves, c’est sûr…

    Peu importe ses sentiments pour le moment...

    Avoir Fuse dans mes bras me suffisait.

    Je n’avais besoin de rien d’autre….

     

    Chapitre 11 : Je ne veux personne d'autre que toi.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :