• Chapitre 1

    Chapitre 1

    Je ne saurais dire quand j’ai commencé à éprouver plus que de l’amitié pour lui, mais est-ce que j’avais déjà eu un sentiment d’amitié pour lui ou bien était-il dès le départ bien plus que cela, je ne le sais pas vraiment. Je me souviens parfaitement de notre première rencontre, comment l’oublier. Je suis venu au casting sans vraiment y croire, sans espérer quoi que ce soit et c’est là que je l’ai croisé, lui et son regard ténébreux, mystérieux qui m’a tout de suite intrigué. J’ai eu un frisson le long de ma colonne vertébral quand nos yeux se sont croisés pour la première fois. D’ailleurs, bien que j’ai rencontré énormément de monde ce jour-là, il est le seul dont j’arrive à me souvenir, comme s’il n’y avait eu que lui.

    Je ne me suis jamais vraiment posé de questions sur ma sexualité, je suis toujours sorti avec des femmes, d’ailleurs j’étais en couple quand le tournage a commencé, mais déjà là, je sentais que nous nous éloignions l’un de l’autre, nous avions tous les deux des objectifs de carrière. Il était tellement simple de travailler avec lui, je me rapprochais inexorablement de lui et de son sourire qui me faisait automatiquement sourire en retour. C’est en apprenant à le connaître que je me suis rendu compte que je n’avais jamais réellement tenu à quelqu’un. Avec lui tout était simple, naturel et je ne veux encore aujourd’hui qu’une chose, le protéger, le soutenir et le voir heureux et souriant.

    Notre premier baiser n’a pas été romantique, au contraire, il était professionnel, pourtant, quand nos lèvres se sont touchées, effleurées et cherchées, j’ai senti mon coeur bondir dans ma poitrine et ce baiser m’a donné la première question d’une très longue liste. Pourquoi je l’avais embrassé ? Nous étions aux répétitions, je n’étais pas obligé de le faire, on ne me l’avait pas demandé. J’ai réussi à trouver une excuse à mon comportement, une qui ne semblerait pas trop étrange.

    Dire que je l’avais fait car de toute façon, il faudrait bien le faire, alors pourquoi attendre. Cela a fait rire tout le monde, même P’Mew a ri en rosissant légèrement, un peu gêné, mais il ne me l’a pas reproché à un seul instant.

    Si je dois être honnête, alors je dirais juste que j’en avais envie, ses lèvres étaient appétissantes et je n’ai pas résisté, j’ai juste déposé mes lèvres sur les siennes, savourant le moment, me laissant porter par l’instant, en sachant déjà au plus profond de moi que cet homme allait changer ma vie.

    Nous sommes proches lui et moi, au fil des semaines nous sommes devenus très complices et je sais qu’au fond c’est bien plus que ça. Sinon comment expliquer que je préfère passer mes journées avec lui plutôt qu’avec elle. Comment expliquer que je préfère quand il fait glisser ses lèvres sur mon cou alors que j’ai du mal à m’imaginer lui faire à elle. Je me rends compte que mon comportement fait de moi un connard, mais j’ai encore du mal à mettre des mots sur ce que je ressens et me dire que je suis en couple avec elle a un côté rassurant.

    Pourtant, j’ai fini par tout faire déraper, par dépasser la limite que je m’étais fixé. Il y a plusieurs semaines, le tournage avait été long et éprouvant et comme souvent, P’Mew m’a ramené chez moi pour que l’on puisse prendre quelques heures de repos. J’aime quand il me ramène chez moi, nous sommes alors juste nous deux dans la voiture et je n’ai pas à faire semblant, là je peux laisser mon regard dériver sur la ligne de sa mâchoire, son profil est magnifique et comme à chaque fois, je sens mon estomac se tordre délicieusement. A cet instant, il n’y a personne pour faire de réflexions. Je sais qu’il voit mon regard, mais il ne dit rien, tout comme je ne dis rien, quand je le surprends faire la même chose.

    Le silence qui règne dans l’habitacle est agréable et reposant, perdu dans ma contemplation, je ne me suis pas rendu compte que nous sommes arrivés en bas de chez moi. Je ne peux pas détourner mon regard, alors que mentalement, je dessine son nez, je connais par coeur les traits de son visage, mais je pourrais passer des heures à l’observer. Au bout de quelques minutes, il se tourne vers moi et plonge son regard dans le mien. J’oublie de respirer et je suis incapable de réfléchir quand ses prunelles sombres, tendres croisent les miennes alors qu’il me sourit ce qui me fait sourire automatiquement.

    Je veux pouvoir dire que ce qui s’est passé après était dû à la pression de la journée qui a été particulièrement difficile, mais alors je ne serais pas honnête. “Tu es arrivé N’Gulf.” Il appuie son avant-bras sur le dossier de mon siège, légèrement penché vers moi, il me regarde avec ce petit air un peu moqueur, mais jamais méchant que j’ai appris à aimer au fil des mois. 

    “Oh !” Voilà la réponse la plus intelligente de l’année, bravo Gulf. Je sens mes joues chauffer alors que je rougis, c’est une autre chose qui n’arrive avec absolument personne habituellement. Les autres ne réussissent jamais à provoquer ce genre de réaction de ma part, lui n’a besoin que d’un regard, un petit sourire et je deviens aussi rouge qu’une tomate.

    Je tourne la tête vers ma maison, je l’observe un instant et je me rends compte qu’en fait, je cherche surtout à retarder le moment où je vais devoir quitter cette voiture et son aura qui m’apaise, me détend et me donne l’impression que je suis protégé quand il est là près de moi.

    Je soupire longuement, fortement avant de finalement me tourner vers lui, j’ai l’impression qu’il est un aimant, vers lequel je suis irrémédiablement attiré. Si j’étais un insecte, il serait la lumière vers laquelle je me précipiterais au risque de me brûler les ailes. Je lui souris un peu timidement. “Tu vas réussir à dormir ce soir ?”

    Oui ma question peut sembler étrange, mais nous sommes éprouvés par les scènes que nous étions en train de tourner et comme moi, il est totalement dans la peau de son personnage et c’est difficile de trouver le sommeil une fois rentré à la maison, quand je ne suis que Gulf. Son sourire ne le quitte pas et sa main se pose sur ma nuque pour la caresser doucement. C’est un geste qu’il a souvent envers moi, pour me réconforter, seulement là, j’ai l’impression que ça a une toute autre signification et ma respiration devient un peu plus lourde alors que j’ai l’impression que son toucher m'électrise.  “P’ va bien dormir ce soir.”

    Pour me rassurer il m’offre son plus beau sourire, celui où ses yeux se ferment presque, j’aime tellement quand il sourit de cette manière. Mon coeur semble soudain en apesanteur, je soupire alors que je n’arrive plus à réfléchir clairement, mon cerveau semble ne plus être capable de me réfréner alors que de drôles d’idées me passent par la tête. Quand je suis dans cet état, j’ai tendance à dire tout ce qui me passe par la tête, sans filtre, sans réfléchir, c’est ce genre de moment qui m’a valu de dire des bêtises pendant les interviews et ce soir n’est pas vraiment différent.

    “P’ embrasse moi.” Je le regarde fixement, enfin, plus exactement, je fixe ses lèvres, je ne peux pas l’expliquer, mais j’ai besoin qu’il me serre dans ses bras, qu’il m’embrasse jusqu’à m’en faire perdre haleine. Je veux juste qu’il tienne à l’écart ce que le tournage m’a fait ressentir et ça seuls ses bras et ses lèvres pourraient le faire.

    C’est un silence assourdissant qui accueille ma demande, je m’attends presque à ce qu’il éclate de rire avant qu’il ne m’invite gentiment mais fermement à sortir de la voiture pour aller me reposer. Pourtant, il reste très sérieux, seuls ses yeux s’assombrissent encore plus et au fond de moi, un seul mot l’explique, désir.

    L’air autour de nous semble devenir crépitant alors que nos respirations se font plus rapides, plus superficielles, le temps est en suspens alors qu’aucun de nous deux ne bouge, on se contente de se fixer alors que ma demande est toujours présente dans nos oreilles. Il ne dit rien, mais bientôt, il s’approche de moi, se penchant vers moi. Je finis par l’imiter prenant le temps de savourer les sensations qui se réveillent dans mon ventre alors que nos deux corps réduisent l’espace entre nous. Nos nez se rencontrent en premier et Mew frotte son nez contre le mien, j’ai un petit sourire amusé alors que je pose ma main sur son genou pour me maintenir, on s’observe alors qu’il reste quelques millimètres entre nos lèvres et je me surprends quand finalement, je suis celui qui craque le premier, je comble la distance et pars à la conquête de ses lèvres.

    Je pousse un petit soupir de bien-être quand elles entrent en contact avec les miennes, je ferme aussitôt les yeux pour mieux savourer l’instant. C’est un baiser chaste, tendre et doux que nous échangeons, nos lèvres glissent les unes contre les autres sans chercher à aller plus loin. Petit à petit je me détends, les tensions me quittent alors que j’arrive à oublier les images que la journée de tournage m’a laissé, la pire était celle de P’Mew en pleurs, je n’aime pas le voir ainsi, même si c’est juste pour la série.

    Mes doigts se crispent sur son genou alors que sa main glisse dans mes cheveux, les émotions s’entrechoquent, c’est un véritable tourbillon dans mon corps et dans ma tête. J’aime beaucoup trop la sensation de ses lèvres sur les miennes et je sais que je pourrais rester des heures dans sa voiture juste à l’embrasser alors que la douceur de ses lèvres déclenche des éclairs sur ma peau, me faisant régulièrement frissonner.

    Est-ce que j’aime les hommes ? Je ne me suis jamais posé la question.

    Est-ce que j’ai des sentiments pour P’Mew ? Je n’en suis pas sûr, même si je doute de moins en moins. 

    Est-ce que ses baisers m’excitent ? Oui clairement. 

    Pourtant, je sais qu’il devient urgent que je réponde vraiment à ces questions, que je sois honnête avec moi-même, car le gémissement qui sort de ma bouche quand il mordille légèrement ma lèvre inférieure est très équivoque. Et puis, qui demande à un ami même proche de l’embrasser juste pour oublier une journée difficile?

    Je le sens soupirer, il quitte mes lèvres doucement et je me surprends encore quand instinctivement, j’ai un mouvement vers lui pour les retrouver. Je ne veux pas qu’il s’éloigne, je veux qu’il reste encore contre moi et je soupire de plaisir quand ses lèvres se posent sur ma pommette, sur ma paupière fermée puis sur mon front où il les laisse là immobile un long moment et moi je suis juste capable de savourer la chaleur qui irradie mon front, je me recharge en énergie à travers son toucher.

    Finalement, il se recule et je me force à ouvrir les yeux, j’ai l’impression de me réveiller après un rêve agréable, d’être complètement ailleurs. Je lui fais un sourire, car malgré ce qui vient de se passer, je n’arrive pas à me sentir gêné et encore moins coupable. Il me sourit à son tour caressant ma joue de son pouce. “Tu ferais mieux de rentrer pour te reposer.”

    Il me congédie, pourtant ce n’est pas méchant, sa voix est douce et tendre, comme son regard, mais je sais qu’il n’y a pas grand chose à dire, car comme moi, il semble perdu et je n’ose pas lui demander ce qu’il ressent, j’aurais peut-être dû le faire.. “Hmm, à demain.” Je me détache et quitte alors la chaleur de la voiture pour rejoindre ma maison. Quand je suis seul, je m’appuie contre le mur, je pose la main sur mon coeur qui n’a toujours pas retrouvé un rythme normal et veut sauter hors de ma poitrine.

    Loin de son aura, loin de ses lèvres appétissantes, je me rends compte de ce qui vient de se passer, de ce que je lui ai demandé de faire et qu’il a fait sans hésiter.

    Est-ce que les choses allaient changer entre nous ? Est ce qu’il allait m’en vouloir d’avoir demandé ça ? 

    Pourtant, à ce moment-là, je ne m’inquiète pas un instant du fait que je viens de tromper ma petite amie. Je n’arrive pas à penser à elle, il n’y a que lui, il prend tout l’espace et il me faudra plusieurs heures avant qu’elle ne revienne dans mes pensées. 

    C’est ainsi que nous nous sommes embrassé pour la première fois, pas devant les caméras, pas pour la galerie, non, juste pour nous, un vrai baiser. J’ai eu peur que ce baiser ne change notre relation, mais le lendemain, il s’est comporté comme si rien ne s’était passé et c’était peut-être encore pire. J’ai l’impression que ce baiser ne représente rien pour lui, comme si ce n’était rien, alors que c’est un véritable brasier qui s’est allumé en moi.

    Quelques jours après notre baiser, j’ai mis un terme à ma relation avec elle, je ne peux plus faire semblant, je la blesse en restant avec elle, alors que mon corps réclame le toucher d’une autre personne, alors que ma tête ne pense qu’à lui. Il n’y a pas eu de grosse dispute, pas de coup bas, nos chemins se sont juste séparés. 

    Malgré tout, je ne me sens pas très bien, je suis triste de la voir quitter ma vie alors qu’elle l’a partagé pendant de longs mois. Comme toujours, il est là, près de moi, me soutenant dans ce moment difficile, me prenant dans ses bras quand il voit que je ne vais pas bien et chaque fois je me sens apaisé par son odeur, par sa chaleur.

    Finalement, j’ai pris le temps de réfléchir, de répondre à toutes ces questions qui tournaient en boucle dans ma tête jour après jour. Finalement la réponse est toujours la même, elle est évidente et je m’en veux de ne pas avoir réussi à l’accepter plus tôt. Je suis attiré par P’Mew, plus encore, je ressens des choses fortes pour lui et ceci depuis le jour où nos yeux se sont croisés pour la première fois.

    Seulement, même si j’ai quitté ma petite amie, même si je suis sûr de ce que je ressens et surtout si je suis clair avec ce que je veux, pour le moment rien n’a changé. Je veux qu’il soit plus que ce qu’il est actuellement, je veux construire quelque chose avec lui, mais pour ça, il faudrait que j’ose aller vers lui, que j’ose m’ouvrir à lui, mais je ne le fais pas, parce que je suis sûr que lui ne ressent rien de tel pour moi, sinon, ce baiser aurait forcément changé quelque chose entre nous.

    C’est dur de passer tout mon temps avec lui, de l’embrasser sur le tournage, de sentir ses bras autour de moi pendant les fanmeetings, mais je ne montre rien, je suis doué pour ça même si mon regard se fait un peu plus triste. Là aussi j’ai une explication toute trouvée, je suis juste triste que le tournage soit fini. Je tente quand même de lui montrer mes sentiments par mes actions, par mes regards, mais je n’ai pas l’impression qu’il comprenne.

     

    Images Romans


  • Commentaires

    2
    Lundi 7 Septembre 2020 à 22:38

    merci Néphély happy

      • Mardi 8 Septembre 2020 à 09:10

        De rien, c'est toujours avec plaisir <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :