• 17- Traitement inhumain

    17- Traitement inhumain

    Le deuxième jour, XiaoMi rêva qu’il était piégé dans une boîte. Il avait du mal à respirer. Ce fut presque sur le point de mourir qu’il ouvrit les yeux. YanYan l’embrassait et il le repoussa.

    Il gronda. "Tu veux me tuer en m’embrassant ?"

    "Je voulais juste te réveiller avec mon baiser." YanYan se retourna comme si rien ne le dérangeait.

    "Escroc !"

    "C'est comme ça que tu parles de ton homme?" YanYan commença à enlacer et à embrasser doucement le dos de XiaoMi.

    XiaoMi, qui était encore un peu somnolent, tomba dans les bras de YanYan.

    Mais il dit obstinément "Animal, penser à des choses obscènes si tôt le matin."

    YanYan fit un sourire diabolique, "Tu devras prendre la pleine responsabilité de ce que tu viens de dire."

    -----------------------------------------------

    (Quelques Rounds Plus Tard)

    "Tu ... Tu ... Tu l’as fait exprès !" XiaoMi attrapa la couverture en pointant son doigt vers YanYan qui se tenait devant le miroir.

    "Tu arrives à lire en moi ! Je t'ai dit que tu devais être responsable de ce que tu dis."

    "Sans pudeur ! Gros dur ! ..." Continua de grogner XiaoMi.

    "Pourquoi tu n'apprends toujours pas à être bon?" YanYan eut un sourire diabolique.

    XiaoMi arrêta de gronder, tout ce qu'il put faire fut de doucement le harceler tout en s’habillant.

    Mais ce que XiaoMi ne savait pas, c’était que YanYan voulait montrer qu’il était un grand Seme, mais… son sexe était douloureux aussi...

    ----------------------------------------------------------------

    YanYan retourna chez lui en voiture, entra un moment, se changea avec des vêtements propres et sortit pour prendre un taxi avec XiaoMi.

    "Pourquoi tu ne conduis pas ?"

    "Tu la ramèneras ?"

     "Tu rentres à la maison avec moi?"

    "Qu’en penses-tu ? De plus, je ne rencontre ma famille qu’une fois par an."

    XiaoMi resta tranquille, il regarda par la fenêtre ... Il sentit que c'était à cause de son égoïsme, que YanYan ne pouvait pas rester plus longtemps avec sa famille. Il ne retrouvait sa famille qu'une fois par an ... et maintenant, il devait le raccompagner chez lui ...

    YanYan, regardant la fenêtre, vit le petit visage de XiaoMi se refléter sur la vitre. Il tendit la main et lui pinça le visage.

    “Tu penses vraiment que tu as assez de pouvoir pour me faire te suivre ? Je ne rentre pas à cause de toi. J’avais déjà prévu de rentrer aujourd’hui.”

    XiaoMi se sentit soulagé. Ce n'était pas à cause de lui, il se blâmait de presque de tout. Il donna une claque sur la cuisse de YanYan. Il continua ensuite à regarder par la fenêtre pour ne plus être embêté avec YanYan.

    Dans l'avion de retour à la maison, XiaoMi pensa que c'était la première fois qu'il s'asseyait avec YanYan. Il se sentit excité. Il commença à bouger dans tous les sens.

    YanYan gronda. "Tu es malade ? Reste tranquille."

    "Je suis tout excité."

    "Excité mon cul."

    "Huh! Je ne veux pas gaspiller mon énergie à parler avec toi, tu ne sais rien." Dit XiaoMi en appuyant sur le bouton pour appeler l'hôtesse.

    En fait, celui qui ne voulait pas gaspiller son énergie à parler devrait être YanYan.

    La jolie hôtesse de l'air avec un bel uniforme passa, c’est ainsi que XiaoMi la décrivit.

    "Je peux vous aider?" Elle sourit largement en regardant YanYan.

    XiaoMi pensa, c’était lui qui appelait alors pourquoi est-ce qu’elle continuait à regarder YanYan ! XiaoMi leva la main. “Donnez-moi un verre d’eau.”

    "Alors monsieur, et vous ?"

    Il n'avait pas appelé, alors pourquoi lui demander ?

    "Donnez-moi un verre aussi."

    "Bien."

    L'hôtesse de l'air s'éloigna mais revint très vite avec de l'eau. Elle passa un verre à XiaoMi, puis une fois de plus avec un large sourire pour YanYan, elle lui passa de l'eau.

    XiaoMi l’avait vu ! Quand elle passa l'eau à YanYan, son doigt lui toucha la main. XiaoMi était en colère. Il but tout son verre d’un coup et après que l'hôtesse de l'air se soit éloignée, XiaoMi regarda YanYan.

    "Je l'ai vu. J'ai tout vu !"

    YanYan était perdu.

    "Qu'est-ce que tu as vu?"

    "Ne pense pas que je n'ai rien vu ! Je l'ai vu ! J'ai tout vu."

    "Su XiaoMi, je te suggère vraiment d'étudier davantage les langues. Tu continues toujours à utiliser le même mot. N'es-tu pas fatigué ?"

    "N'essaye pas de changer de sujet. Je l'ai vu. J'ai tout vu. Tu n'essayes pas de le nier."

    "Qu'est-ce que tu veux que j'admette ?"

    "Cette horrible hôtesse de l'air t’as touché."

    "Comment ça se fait que je ne le savais pas ?"

    XiaoMi pointa vers l'endroit où l'hôtesse de l'air était parti, puis il pointa la main de YanYan.

    "Quand elle t’a passé l’eau, elle a utilisé son petit doigt et t’as touché la main. Je l'ai vu. J'ai tout vu."

    XiaoMi était contrarié. YanYan tendit la main devant XiaoMi.

    "Alors, je te laisse toucher ma main. Tu peux la toucher aussi longtemps que tu le souhaites.”

    "Huh ! Ne pense pas que ça peut arranger les choses si facilement avec moi."

    Tout en disant cela, XiaoMi saisit la main de YanYan et la tint fermement. Quand ils atterrirent, la main de YanYan était toute rouge.

    En descendant de l'avion, XiaoMi prit une profonde inspiration.

    "Ah ! L'air de mon pays ! Je suis de retour !"

    YanYan toussa "Cinglé."

    Ensuite, il garda une distance entre XiaoMi et lui. Il ne voulait pas que les gens sachent qu'il le connaissait. YanYan monta dans un taxi et XiaoMi fit la moue.

    "Cet homme sans cœur, il ne me ramène même pas chez moi."

      XiaoMi monta dans un bus et rentra chez lui.

    ---------------------------------------------------------------

    Une fois rentré à la maison, les parents de XiaoMi étaient inquiets pour son ami. Ils lui demandèrent comment il allait. XiaoMi pensa à ce qui lui était arrivé depuis ce matin, c’était un traitement totalement inhumain, il se mit en colère.

    "Les médecins ont fait de leur mieux. Mais il est mort. Alors je suis rentré."

    XiaoMi se détourna en laissant ses parents sous le choc. Il retourna dans sa chambre, un sourire diabolique sur les lèvres, comme s'il avait sa revanche.

     

    17- Traitement inhumain

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Mars à 09:20
    Ah ah L'ego masculin fait des dégâts, et Yanyan à l'air d'en avoir un imposant. Pauvre Xiaomi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :